Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

La destruction de la raison : Nietzsche

Lorsqu’on relit La Destruction de la raison, publiée par Georges Lukàcs en 1954, la position de l’idéologie dominante, confrontée à une critique marxiste et authentiquement philosophique de Nietzsche, devient plus difficile. Que la relation de Nietzsche au nazisme se trouve non seulement élucidée, mais développée en une critique de la philosophie irrationaliste mise en place pour contrer le progressisme issu de la Révolution française, voilà qui fait mieux comprendre le destin de ce livre, impublié depuis trente ans, mauvaise conscience de l’Université française.

Voir la nietzschéolâtrie ambiante dénoncée, mais surtout réfutée et expliquée, constitue déjà pour elle un scandale. Mais ce qui explose ici, c’est aussi le consensus philosophique dominant : à savoir les éternels hommages de la vertu au vice, et du vice à la vertu, entre d’un côté une critique seulement morale de Nietzsche (Ferry, Comte-Sponville...), de l’autre l’immoralisme primesautier des Deleuze, Foucault, Derrida – et même le sous-nietzschéisme d’un Onfray.

Les débordements identitaires actuels, aboutissement de cet irrationalisme, viennent confirmer les vues de l’un des plus grands penseurs du XXe siècle. À la suite du travail d’Emmanuel Faye sur Heidegger, qui nous fait aujourd’hui mieux comprendre les bases idéologiques du fascisme, il nous a paru nécessaire de restituer le chapitre central de La Destruction de la raison (panorama de l’idéologie réactionnaire de Schelling à Hitler), assorti d’une préface de l’auteur (1966) inédite en français et augmenté des passages « anti-américains » initialement censurés dans la précédente édition française.

Livre maudit, donc. Livre essentiel, pour comprendre que le fascisme n’est pas seulement derrière, mais devant nous.

Vous souhaitez éviter les grands réseaux de distribution ? Vous pouvez aisément vous procurer cet ouvrage auprès de votre libraire habituel en lui donnant le titre du livre et son ISBN (978-2915854039).

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

1 Commentaire

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1278308
    le 27/09/2015 par Yéti_déporté_au_Benêtland
    La destruction de la raison : Nietzsche

    Super bouquin à lire, abordable car focalisé sur Nietzsche et commentant ses textes (beaucoup plus que le Schelling/Schopenhauer/Kierkegaard qui demande de connaître les auteurs)
    Par contre pas d’accord avec le commentaire : Nietzsche est justement par delà la race, la religion, l’État, (ce qui fait dire à ses aficionados qu’il n’est pas raciste), car Nietzsche est un néo-raciste du constructivisme libéral ; ses aristocrates sont les lions amoraux et "cultivés" du système à 2 castes (maîtres épicuriens / esclaves productivistes) qui créent leur propre race "philosophique" par delà l’Histoire. Les Seigneurs Capitalistes qui seraient des brutes blondes, métisses de juifs et d’aryens, en chasse dans un monde sans état par ex ... C’est toute la puissance de Nietzsche, allier anti-modernité, anti-décadence, et révolution réactionnaire (présocratique !) libérale-libertaire "post-moderne" anti-socialiste. Lukacs l’explique très bien.