Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

La domination des banquiers au coeur des États

Spéculation, dérives capitalistes, banques, dettes et paradis fiscaux

Cet article a été publié le 2 octobre 2009. Cette analyse demeure au coeur de l’actualité avec la révélation des Panama Papers.

La crise économique qui s’est déclenchée en 2008 était prévue depuis longtemps par de nombreux économistes, notamment à cause de la bulle financière liée à la spéculation. Mais concernant les dérives de l’économie capitaliste, la responsabilité des banques, de la dette et des paradis fiscaux est à la fois plus profonde et plus ancienne qu’on ne l’évoque généralement. Au cœur de l’Etat et de la gouvernance économique et politique, domine le pouvoir financier de manière légale, mais aussi parfois sous des formes illégales et souvent peu démocratique. Dans le cadre de cet article nous allons exposer différents mécanismes centraux du pouvoir des banquiers sur le monde. Les banques et les paradis fiscaux, sont des accélérateurs de la gouvernance néolibérale. Cette dérégulation vient alors renforcer les délits politico-financiers, du fait de la carence et de la dissolution des règles de contrôle. La dette, en particulier celles des PED, est un instrument de domination des pays riches sur les PED. Tandis que la privatisation du pouvoir de création monétaire par les banques privées, conduit à un vol l’égal d’un bien public.

 

1-LES BANQUES DES PARADIS FISCAUX, ACCELERATEURS DE LA GOUVERNANCE NEOLIBERALE ET DES DELITS POLITICO-FINANCIERS

Les banques et les propriétaires des grandes banques (Rockefeller, Rothschild, Morgan, City Group, Goldman Sachs [1]…) représentent un des pivots du pouvoir mondial. D’une part parce que ces propriétaires disposent de sommes énormes. Le magazine Forbes décomptait 1 125 milliardaires en 2008 (Kroll, 2008) [2]. Au classement Forbes de 2005, Bill Gates était l’homme le plus riche du monde avec 46,5 Mds $ et Warren Buffet 44 Mds $. La fortune des plus grandes banques dépassent largement celles des plus riches individus, puisque la fortune de City Group était de 10 fois supérieure à celle de Bill Gates et celle de la Bank of America l’était de 16 fois. On trouvait au classement Forbes 2005, cinq banques, dont Citigroup (484,10 Mds $ d’actifs), Bank of America (776,42 Mds $ d’actifs), puis HSBC, ING Group et UBS. Ceci leur permet d’acheter potentiellement absolument, tout ce qui peut servir leur objectif de puissance : entreprises, médias, biens divers et ce jusqu’à corrompre si besoin est les dirigeants politiques, qui sont susceptibles de se laissent soudoyer.

 

Les flux financiers illégaux et massifs dans les paradis fiscaux

Les paradis fiscaux et les chambres de compensation (Clearstream) sont un instrument majeur de la corruption politique et de la spoliation économique des citoyens. Les estimations concernant l’importance des capitaux licites ou illicites drainés par les paradis fiscaux sont assez difficiles à établir. On estimait, en 2000, que les capitaux, détenus hors frontières, s’élevaient à plus de 5 000 milliards de dollars, soit 54% des capitaux mondiaux (EAEF, 2001) [3]. De son côté, le FMI estimait, en 2003, que 50% des flux de capitaux passent dans les places off-shore, que circule dans le monde entre 600 et 1 500 milliards/an d’argents sales, que le blanchiment représente 5% du PIB mondial. Selon l’office des Nations unies pour le contrôle des drogues et la prévention du crime, en 1999 ; 50% des 4 800 Mds de francs annuels dégagés par l’ensemble des activités criminelles du monde (trafics de drogue, prostitution, fausse monnaie…) seraient blanchis dans les paradis fiscaux (ODCCP, 2000) [4].

Pour la France, le conseil scientifique d’Attac France mentionnait qu’en 1999, 350 milliards de dollars étaient blanchis pour être réinvestis dans l’économie légale. Il évaluait ainsi un manque à gagner pour les caisses des États de plus de 300 milliards d’euros auxquels s’ajoutent la fraude et l’évasion fiscale. Ces dernières représentaient, en 2003, environ 50 milliards d’euros pour la France, c’est-à-dire 17% du budget de l’État soit l’équivalent du déficit budgétaire (Attac, 2004) [5]. Pour les PED (pays en développement), l’évasion fiscale conduit à un manque à gagner dans les recettes fiscales de 50 milliards de dollars. L’équivalent de l’APD annuelle de l’ensemble des pays de l’OCDE. La quasi‑totalité des grandes banques et entreprises européennes ou américaines a ouvert des succursales dans des paradis fiscaux. C’est par exemple le cas de la BNP Pari­bas, présente aux Bahamas et aux îles Caïman, idem pour le Crédit Agricole,la CIC, le Crédit Lyonnais, Natexis Ban­que Populaire, la Société Générale, etc. Total réalise la plus grande partie de ses bénéfices dans des filiales enregistrées aux îles Bermudes et autres terri­toires off-shore, etc. (Foutoyet, 2005).

Contrairement aux idées reçues, les paradis fiscaux ne sont donc pas un « sous­ système » à la marge de la machine économique : ils en sont l’un des roua­ges. En effet, on estime que plus de la moitié des transactions financières internationales transite par les para­dis fiscaux. Les paradis fiscaux facilitent donc :

- l’évasion fiscale, la limitation du système fiscal,

- le blanchiment de l’argent sale,

- les opérations occultes,

- le secret bancaire,

- l’immunité judiciaire, l’absence de coopération judiciaire internationale sous la responsabilité et l’accord du G8,

- C’est un accélérateur de la criminalité grâce au blanchiment de l’argent lié au trafic de drogue, à la prostitution, à la fabrication de fausse monnaie, au racket…

Les sociétés-écrans sont des instruments utilisés contre la transparence démocratique. Une société-écran est une pseudo-entreprise qui cache son véritable propriétaire par l’utilisation de prête-noms. Elle est très uti­lisée la fraude fiscale. Selon l’office des Nations unies pour le contrôle des drogues et la prévention du crime, les paradis fiscaux abri­teraient quelque 3 millions de sociétés-écrans. (ODCCP, 2000) [6].

 

Les détournements et le blanchiment par les banques grâce aux paradis fiscaux

En 1991, le scandale international de la BCCI (Bank of Crédit and Commerce International), conduit à sa fermeture par la justice, a montré la liaison pouvant exister entre le trafic de drogue, le terrorisme, la haute finance et les services spéciaux. Enregistrée au Luxembourg, la BCCI recueillait pêle‑mêle les comptes d’Abou Nidal, de Saddam Hussein, du général Noriega, des services de la CIA et des sociétés liées au trafic international de la drogue, du marchand Kashoggi, entre mille autres places de même nature. Des connexions apparaissent entre ben Laden (héritier multimillionnaire d’une grande famille saoudienne) et la BCCI. Ces pratiques litigieuses ont creusé un passif de 13 milliards de dollars (Verschave, 2003).

Les banques sont au cœur du pouvoir financier, ce sont les lieux de dépôt de l’argent et le lieu de transit des flux financiers qui sont l’énergie, le sang du système. Le blanchiment d’argent sale passait autrefois, par les banques des pays développés notamment, à présent cet argent transite plutôt préalablement par les banques des paradis fiscaux (Andorre, Caïmans, Luxembourg, Jersey…) ou encore au sein de Clearstream (la banque des banques) comme le soutien Denis Robert (2001). De plus, quasiment toutes les grandes banques disposent de comptes dans les paradis fiscaux (Foutoyet, 2005) [7]. Ainsi, certaines, telle la FIBA d’Elf ont blanchi de l’argent, ou participé à l’évasion fiscale (Verschave, 2001 : 73). Mais, au cœur même de Londres, la City qui accueille les plus grandes banques britanniques a des pratiques analogues, aux banques des paradis fiscaux.

Les banques suisses, luxembourgeoises, notamment, avec les paradis fiscaux, renforcent les dérives du capitalisme illégal et la corruption, en blanchissant de l’argent sale, notamment grâce à la culture du secret, au refus de faire la transparence sur l’ensemble des comptes présents et des virements qui s’y déroulent.

Denis Robert (2001), a mis à jour une des techniques de blanchiment, dans son ouvrage Révélation, en analysant le fonctionnement des banques Clearstream et Euroclear. Or, concernant, les médias se limitent à évoquer « l’affaire Clearstream », c’est-à-dire l’intrigue Villepin-Sarkozy, en n’évoquant quasiment jamais, le véritable dossier Clearstream. Cette dernière grâce à un « mécanisme de compensation », fait ainsi disparaître certaines transactions douteuses. Denis Robert estime que les chambres de compensation, parce qu’elles sont au cœur de la finance mondiale, blanchissent des sommes largement plus importantes que ne le font les paradis fiscaux. Par conséquent, elles sont encore plus puissantes et dangereuses pour le maintien de l’État de droit dans l’économie mondiale. Par exemple, Denis Robert, affirme que la BGPI, filiale du Crédit Agricole Indosuez, possède elle aussi un compte S0418, chez Clearstream (Robert, 2007).

Lire la suite de l’article sur mondialisation.ca

Notes

[1] Sur les pratiques légales et illégales des banquiers et des spéculateurs, lire l’article fort instructif sur le cas Goldman Sachs dans le dérèglement de la finance mondiale des années 30 à 2009. Ils nous montrent comment les banques les plus puissantes se jouent des crises, y contribuent et s’enrichissent ainsi aux dépens de la société. TAIBBI Matt, La grande machine à bulles américaine, Rolling Stone – juillet 2009, http://qc.novopress.info/5887/goldm...

[2] KROLL Luisa, 3/05/2008, The world’s billonaires, Forbes, USA.

[3] EAEF, Collectif Editions Associations d’économie financière, Le rapport moral sur l’argent dans le monde, Paris, 2001.

[4] ODCCP, 2000, OFFICE FOR DRUG CONTROL AND CRIME PRENVENTION, Annual Report, United Nations, Geneva.

[5] ATTAC FRANCE, 2004 : paradis fiscal enfer social, Mille et une nuits, Bayard.

[6] ODCCP, 2000, OFFICE FOR DRUG CONTROL AND CRIME PRENVENTION, Annuel Report, United Nations, Geneva.

[7] OUTOYET Samuel, 2005, Pour en finir avec les paradis fiscaux et judiciaires, Survie.

Le capitalisme à nu, voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

7 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1438624

    Plus l’économie est mondialisée ,plus les dérives spéculatives se dérégularisent. C’est ce que veut la grande finance par rapport aux patriotes qui prônent l’indépendance monétaire .D’un coté ,le travail et l’argent ,de l’autre l’argent avec la spéculation.Deux mondes opposés,mais le monde des banquiers mène à la misère.


  • #1438631

    Les banques sont au cœur du mondialisme ; elles sont là pour accompagner la dissolution des états nations....
    Le capital étant la religion du monde, les banques en sont les chapelles et les églises des années 2000 et du troisiéme millénaire ; nul besoin des nations, pas plus que des religions, d’ailleurs...

     

    • #1439079
      le 09/04/2016 par Sauve qui peut
      La domination des banquiers au coeur des États

      Oui , et les banques qui dirigent le monde sont entre quelles mains ? ... De même que l’éradication progressive des religions au profit d’une qui se profile et dont les instigateurs dont les mêmes que les maîtres banquiers ! ... À part ça on est complotise !


  • En outre ce ne sont pas les banques qui dirigent les états mais l’inverse, ces derniers ont toujours le dernier mot, particulièrement pour les gouvernements socialistes, c’est généralement la gauche qui tisse ces liens entre l’état et les banques et non les libéraux, au USA ce sont les démocrates qui ont installés ce capitalisme des copains et non les républicains plus libéraux. En Europe même dans un cadre privatisé la plupart des administrateurs des banques viennent d’individus qui sont à l’état ou proches de l’état, il y a mille exemples concrets qui le prouvent, alors faut arrêter avec ce cliché marxiste.

     

    • #1439025

      Les banquiers ont gagné rien qu’en France l’équivalent de la dette.Autant dire qu’ils sont tout puissants.Les libéraux qu’ont ils fait ? Libérés le marché, c’est tout bénef pour celui qui ne sait plus quoi faire de son argent, il rachète les entreprises qui sont les plus intéressantes.


    • #1439045

      Ce ne sont pas les banques qui gouvernent les états !!!???
      "Donnez-moi le contrôle de la monnaie d’une nation, et je me moque de qui fait ses lois" Nathan Rothschild...
      Les gouvernements achètent les banques avec quel argent ?
      Réveil !!!
      Concernant le capitalisme des copains : Qui a fait voler en éclat l’étalon or ? Qui a mis en place la dérégulation des années 80 ? Nixon et Reagan sont des républicains...
      Il y a un bouquin Des pions sur l’échiquier de Guy William Carr qui explique bien la montèe de ces banques centrales privéés...


  • #1439666

    L’automatisation de l’industrie bancaire coutera 1,7 million d’emplois.
    http://www.lesechos.fr/finance-marc...