Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

La drague de rue, un sport extrême ?

Dans les parcs, sur les ponts ou au coin d’un trottoir... Certains inconditionnels de la drague élèvent la rencontre urbaine au rang d’art.

Est-il possible de rencontrer l’âme soeur dans la rue ? La communauté de la séduction raffole du "Street Pick-Up", comprenez "drague de rue", et certains sont même devenus des spécialistes de ce type de rencontres. Parmi eux, un Français nommé Nicolas Dolteau. Ce coach en séduction de 27 ans s’est fait connaître sur YouTube par des caméras cachées, où il se filme en train de séduire des femmes dans la rue, des parcs ou des bars.

Pour ce "Street-dragueur", loin d’être un simple lieu de passage, la rue est avant tout un "super endroit pour faire des rencontres", idéal pour aborder ses partenaires puisque, "contrairement à l’idée reçue, beaucoup de femmes aimeraient se faire aborder dans la rue, et que ce soit génial".

La candeur comme principe d’approche

Quelle est sa méthode ? Le secret ultime est désarmant de simplicité : "honnête, naturel et spontané", résume-t-il. Pas de gros sabots ni de phrase choc, il suffit juste de faire "vivre un moment original à une femme".

Les approches sont diaboliquement bateau : "Je sais que c’est ennuyeux de bronzer toute seule alors je suis venu", dit-il à une femme allongée dans l’herbe ou encore "qu’est-ce que tu es en train de lire ?" à une lectrice du Jardin du Luxembourg.

La discussion enchaîne ensuite sur des sujets rivalisant de banalité pendant environ une demi-heure : "Il s’agit de la mettre à l’aise, de lui faire comprendre que la rencontre est spéciale". L’important pour notre séducteur est de susciter l’envie de se revoir et de continuer la conversation. "On peut tenter d’obtenir un rendez-vous instantané ou un numéro de téléphone si ce n’est pas possible." Ses vidéos le montrent ainsi en train de récupérer des numéros de téléphones, passer du parc au bar pour prendre un verre, ou embrasser une partenaire rencontrée juste avant...

Une pratique de haut vol

Mais si cela semble relativement simple devant la caméra, la pratique reste réservée aux initiés qui savent éviter les difficultés.

Premièrement, c’est un fait, les femmes se méfient des dragueurs de rue. A qui la faute, répond le coach en séduction ? D’après Nicolas Dolteau, "des femmes sont réfractaires parce que c’est une situation bizarre et inhabituelle. De plus 99.9% des hommes qui le font sont des relous". Des dizaines de sites internet recensent en effet des témoignages de femmes qui se font aborder de manière insultante ou siffler dans la rue. Le récent buzz sur le harcèlement de rue à Bruxelles a également mis en évidence la violence envers les femmes et peut expliquer la méfiance envers les dragueurs.

Le second écueil provient de la "façon dont on voit la chose". Comment éviter d’imaginer qu’on va au-devant d’un rejet ? Que dire à la personne convoitée ? C’est sans compter la pression sociale, la peur du ridicule d’être considéré comme un asocial qui n’a pas d’autre choix que la rue. Le coach parle ainsi d’un "combat contre soi-même", nécessaire pour pouvoir dépasser sa peur et faire le premier pas.

Persévérer pour réussir

Notre coach insiste sur l’importance de la pratique, et l’impossibilité d’éviter de nombreux échecs avant d’arriver à un bon résultat. Ce séducteur, ancien timide sans grand succès avec les femmes reconnait que c’était "Très difficile au début", et que les premiers essais étaient rarement concluants !

Mais Nicolas affirme que les résultats ont été à la hauteur des efforts, et témoigne de nombreuses rencontres. Il résume les fruits de son parcours par une formule simple : "Je sors, je marche et je fais des rencontres". Si certains mettent ces succès sur le compte d’un look un peu BCBG, on constate en tout cas un bon sens de la répartie avec lequel il met en confiance les femmes qu’il aborde.

Du coaching sur le terrain

Plus de 300 élèves auraient suivi son cours depuis 3 ans. Souvent des hommes qui ont connu des femmes mais qui sont "un peu largués" et qui souhaitent "pouvoir choisir les partenaires avec qui ils sont". Il les entraîne à aller au-devant des inconnues en leur inculquant "surtout des idées et des concepts simples que l’élève doit intérioriser".

Nicolas les emmène et les conseille également sur le terrain, dans des ateliers sur une journée qui mixent drague de rue, mais aussi des séances dans des bars parisiens. Sensations fortes au programme, promet-il, et des entraînements de plusieurs heures qui semblent ne pas être de tous repos : "Les élèves sont fatigués à la fin de la journée !" Une aventure qui a son prix : 750 euros pour un week-end de formation, ou 3.250 euros sur cinq jours intensifs, mais les élèves interviewés sur son site internet semblent satisfaits.

Une pratique controversée

La drague de rue ne fait pourtant pas l’unanimité parmi la communauté de la séduction. D’après le site artdeseduire.fr, cette pratique semble être un objet de fascination pour beaucoup de débutants qui veulent tout de suite apprendre à draguer dans la rue ! Selon ce site, ceux qui ont peu de succès devraient plutôt penser développer leurs relations sociales plutôt que de se lancer dans une activité périlleuse. Draguer dans la rue : oui, mais à condition d’avoir une bonne dose de culot et de confiance en soi !

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

107 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #206645
    le 20/08/2012 par coolspot
    La drague de rue, un sport extrême ?

    Le coaching séduction : Alias les nouveaux vendeur de rêve de notre monde capitaliste qui profite de la misère sentimentale des mecs pour leur vendre tout un tas de truc inutile que sont les cours/bouquin/week-end coaching + le relooking à 3000€ le week-end.

    Avec toute la merde pseudo-scientifique qu’on trouve dans ces sites qui sont vendus par ce genre d’énergumène avec le kino, le PNL etc...

    Bref si il y a bien un endroit à ne jamais aller et des personne à ne jamais rencontrer ce sont bien les site de coaching séduction et les prof de la séduction qui ne sont que des vendeurs d’espoir pour des mecs en détresse affective et/ou sentimentale.

     

    • #207236
      le 21/08/2012 par Ivan Durak
      La drague de rue, un sport extrême ?

      Je connais personnellement un coach en séduction. Ses clients sont contents, ils finissent par arriver a seduire des femmes qui leurs plaisent (et a qui ils plaisent en retour). C’est pas mal. Je connais également une bonne quinzaine de dragueurs issus de cette communauté. Il y a des gens vraiment intelligents, socialement intégrés et plutôt équilibres. Il y a surtout pas mal de geeks.

      Ce n’est pas la vente d’un savoir faire qui me débecte dans cette attitude face a la drague et dans cette "communauté" ; c’est la démarche complètement libertaire. Libertaire dans le fond avec le "désir de s’épanouir" = jouir comme un goret en minimisant les risques physiques. Libertaire dans la forme avec les discours type "chercher a devenir plus social et mieux dans sa peau et donner aux femmes de belles rencontres". Apparemment, de nos jours, l’homme qui ne jouit pas n’est pas.

      Je trouve la drague éminemment subversive. Pour moi il s’agit de choper des nanas que je ne pourrais pas me taper sans tchatche, sans confrontation et sans débrouille. Quitte a utiliser des astuces "psychologiques". Celles qui nous font bander sont en général difficiles d’accès...

      Maintenant que des coachs veulent gagner leurs vies avec la drague ils transforment le processus et adaptent leur discours a la musique ambiante.
      Déjà, ils parlent de séduction et pas de drague. Ils essaient de passer "sous le radar" (ce qui n’est pas con). Ils cherchent a faire des dates, pas a baiser le jour meme (donc= bar + sorties + appels... il faut de l’argent pour ca). Ils s’habillent "fashion", ce qui en soit n’est pas idiot car : ils passent pour adaptes et integres a la vie moderne, et ils peuvent meme demontrer un peu de glamour. Mais il y a une presque toujours un aspect precieux a leur rapport a la vie : ils veulent un "lifestyle" attirant et du coup deviennent snobs et surtout des bobos en puissance.


  • #206648
    le 20/08/2012 par ickkkkkkk
    La drague de rue, un sport extrême ?

    C’est une perte de temps en france en 2012. Il y a une barrière mentale, même si la femme parait contente sur le moment, ça ne marche quasiment jamais. J’en sais quelque chose. Dans d’autre pays par contre (pologne, etats unis), c’est parfaitement viable.

     

    • #206756
      le 20/08/2012 par julius
      La drague de rue, un sport extrême ?

      Vrai, aux us, le lever/tirer de la journee est plus facilement faisable qu’a Paris. J’ai envie de dire si tu tire pas de l’anglo saxonne le 1er soir c’est que t’as deja merdé ! Sinon libre a toi d’essayer de niquer une fois dans le "dating process"... mais ca devient plus technique


    • #206816
      le 20/08/2012 par antecrif
      La drague de rue, un sport extrême ?

      Attends, on parle bien des Usa, oú un simple regard peut vous foutre en garde à vue ?


    • #207202

      Antecrif : Tu viens de produire là le message type du mec qui ne connaît rien d’autre de l’Amérique que la vision ultra-sécuritaire et quasi-parano version Alex Jones (que j’aime beaucoup, cela dit !).

      Etre français aux USA est effectivement un avantage absolument incroyable quant à la séduction. Evidemment, il est toujours mieux de sortir des grandes villes et d’aller là où les filles ont moins l’habitude de croiser du frenchie. Et là, c’est hallucinant de voir à quel point la conversation est aisée et naturelle. Tu n’as pas à chercher des sujets de conversation bidons car tout est dans le contexte et que les différences entre cultures (si si, il y en a) se suffisent à elles-mêmes pour prolonger une première discussion.

      Franchement, je ne vaux pas grand chose physiquement et je peux t’assurer que j’ai déjà eu l’occasion de conclure avec bon nombre d’américaines, sans grand effort.

      Je t’invite à sortir des clichés et à aller pratiquer sur le "terrain" ;-)


  • #206663
    le 20/08/2012 par Pierre
    La drague de rue, un sport extrême ?

    Pour plaire aux femmes, il faut avoir de l’argent et être très con, encore plus con qu’elles.

     

    • #206700
      le 20/08/2012 par Mansur
      La drague de rue, un sport extrême ?

      Est-ce possible ?


    • #206729
      le 20/08/2012 par Talion
      La drague de rue, un sport extrême ?

      Là je sens que la pêche n’a pas été fructueuse cet été... ^_^

      Ne te décourage pas !... On a tous collectionné les vents. C’est une chose tout à fait normale bien qu’extrêmement frustrante il faut l’admettre...


    • #206730
      le 20/08/2012 par lecridupeuple
      La drague de rue, un sport extrême ?

      J’aime ce genre de phrase qui, au départ, paraît être stupide mais qui, en réalité, renferme une vérité absolue.

      Quand tu es un mec avec un peu de culture et de tchatche, les filles les plus connes sont les plus dures à avoir car trop peu enclines à comprendre ou à apprécier vos traits d’esprit.

      Trop vrai !


  • #206668

    C’est le genre de sujet que Soral a un peu délaissé dans ses entretiens vidéo mensuels, actualité géopolitique oblige.

    Intéressant.

     

    • #206822
      le 20/08/2012 par verite vrai
      La drague de rue, un sport extrême ?

      Heuresement qu’il a delaissé ca.

      Chaque chose en son temps, et chacun son role. Il va continuer a parler de drague jusqu’a 80 ans ? De plus, même purement techniquement et intellectuellement c’est un sujet limité au bout d’un certain temps. Et en tout cas absolument non-essentiel par rapport a ce qui se passe (J’anticipe d’avances les golios qui vont broder des conneries la dessus sur fond de "tout est essentiel". Allez vous rabillez les clowns. Oui d’accord, tout est lié sociologiquement, blablabla. Mais a la fin : NON, c’est TRES TRES TRES TRES loin d’etre un sujet essentiel PAR RAPPORT au reste de ce qui se passe et qui va se passer en ce moment.

      Pour resumer tout ca en une phrase, et concernant Soral : "Quand on monde, on est bien avisé de ne pas redescendre". Soral est monté, il s’est elevé, il a fait d’ailleurs ce qu’il avait a faire a l’époque où il avait a le faire, mais maintenant, a 52 ans avec un bagage de VRAI penseur et des analyses de HAUTE VOLEE sur la géopolitique, l’éschatologie, la guerre mondial a venir, etc ... venir re-parler de drague de rue pour la 50eme fois ça serait HAUTEMENT débile de sa part.

      Et c’est pour ça qu’il ne perdra pas son temps a le faire. Il a montrer la voie (après que d’autre la lui est montrer, comme toujours), c’est maintenant a d’autre, dans le domaine spécifique de la drague de rue, de reprendre le flambeau et de dire ce qu’ils ont a dire sur le sujet, du moment que c’est sociologiquement argumenté. C’est plus a lui de faire ça.


  • #206671

    Il y a longtemps que je ne suis pas allé à Paris.
    Dans mon bled paumé du sud, on est peut-être moins raffiné mais en même temps, moins efféminé.
    Apparemment pour plaire dans la capitale, les normes ont tellement évolué que si un homme n’est pas dévirilisé et ne se gratte pas l’arrière de la tête toutes les 30 secondes, il n’a aucune chance de niquer.

     

    • #206698
      le 20/08/2012 par le grenoblois
      La drague de rue, un sport extrême ?

      Jean slim, voix efféminée, allure quasi androgyne, les critéres ont évolué depuis Lino Ventura ou Alain Delon !

      Coach pour débiles prêts à payer une fortune, en plus...

      Mais je dis pas que ça marche pas... enfin, peut-être après, à la fin, finissent-ils justement comme l’antihéros de Soral dans Chut’e... :)

      Sinon, 2 critères, pour 90% des femmes actuelles : le fric, et là, éventuellement, elles ferment leur gueule. Sinon, être malléable et manipulable possible. Je sais, c’est un peu arbitraire et tendancieux, mais c’est un constat le plus fréquent...


    • #206788
      le 20/08/2012 par Robespierre
      La drague de rue, un sport extrême ?

      Vrai. Je me suis fait la même remarque sur le langage corporel du Dom Juan. Notons aussi que le floutage du visage, certes pour des raisons de droit à l’image, ne donne pas la possibilité d’évaluer à sa juste mesure la performance du dragueur.


  • #206681
    le 20/08/2012 par Kill The Emperor
    La drague de rue, un sport extrême ?

    Soral devrait un peu reprendre ces genre de sujets culturels et societaux dans lesquels il est très bon.


  • #206683

    Vous devriez lire ou relire "Sociologie du dragueur".

     

  • #206699
    le 20/08/2012 par Mansur
    La drague de rue, un sport extrême ?

    Je trouve que c’est très difficile à notre époque, avec la mentalité libérale individualiste qui pousse les filles à être froides voire méprisantes. Souvent contre leur volonté d’ailleurs : il y a quelque temps, j’étais seul avec une jolie inconnue au fond du bus. Tout au long du trajet, elle faisait sa star glaciale n’ayant aucune considération pour moi, donc je n’ai rien tenté. Sauf que lorsque je me suis levé pour descendre à mon arrêt, elle a soupiré et m’a regardé avec de grands yeux tristes pleins de regrets... Pauvre imbécile, pensait-elle vraiment pouvoir être abordée avec une attitude aussi méprisante ?
    Sinon, en région parisienne le problème du communautarisme aggrave les choses. Par exemple, il est quasiment impossible d’accoster une fille noire si on ne l’est pas et qu’on a pas le style adéquat. Les blancs sont ouvertement discriminés. C’est terrible comme situation.
    Fracture communautaire, frustration, solitude, dépression, déviances... Bienvenu dans le paradis libéral-libertaire.

     

    • #206808
      le 20/08/2012 par antecrif
      La drague de rue, un sport extrême ?

      Beaucoup de nanas de Paris sont orgueilleuses, mal baisees, pouffes .. mais pas toutes heureusement.
      pour le communautarisme, c’est autant stupide que utopique.
      Rien que tout à l’ heure au centre commercial j’ ai vu une nana rebeue moche et vulgaire avec son maquillage et son mini short qui trahissait son gros c.. et sa vulve qui se prenait pour une sainte avec son homme rebeu aussi et son gosse de 14 piges. Elle tortillait du c.. certains préfèrent épouser des déchets que chercher ailleurs chez les autres communautés.
      Après j’ ai vu une petite s....e avec un mini short et une main de fatma. Forcément quand les adultes montrent l’ exemple.
      Voilà pourquoi je trouve autant idiot de prôner le métissage que le communautarisme.

      Qui a dit que le métissage sera adopté par tous ?


    • #207277
      le 21/08/2012 par Professeur Bibolini
      La drague de rue, un sport extrême ?

      Mansur, comment pouvez-vous deviner ce que cette fille avait dans la tête ???? Est-ce la mode du Mentalist ?
      Quelques idées de scénario :
      - son amoureux est militaire, toujours en Afghanistan. Elle a peur pour lui.
      - elle aime passer le trajet du bus dans le calme, après une longue journée de travail dans un centre commercial bruyant. Son seul moment de détente, car après elle s’occupe de sa mère malade, ou de ses frères et soeurs, ou de son copain (dont la possible existence vous indiffère).
      - elle vient de découvrir qu’elle est devenue stérile suite à une infection à chlaemidia, après une aventure de rue.
      - elle a ses règles et a vraiment très mal au ventre et à la tête.
      - elle vient d’apprendre qu’elle a le cancer.
      - elle n’a pas réussi ses examens.
      - elle pense à son père défunt.
      - elle est jolie, et vous êtes le vingtième de la semaine à penser qu’elle devrait donner de sa personne.

      Mais vous, vous pensez à vous. Comment, elle ne fond pas au premier regard, ni au 20ème ? Comment, elle ne s’allume pas alors qu’elle est assise à côté de MOI, MOI, MOI, l’homme Alpha.... ?
      "Les grands yeux tristes de regrets" étaient peut-être aussi de la lassitude ?
      Peut-être que vous ne lui plaisiez pas (vous avez bien ignoré la grosse assise devant) ?

      Un autre scénario :
      Vous l’emballez. Vous l’attirez dans votre lit. Son attitude, son look de "star glaciale" n’était qu’une impression due à des yeux très bleus et un profil régulier.
      Puis PAF !, vous tombez amoureux d’elle.... vous la voyez souvent. Mais un jour, par hasard, vous la croisez dans un bus, et la surprenez en train de donner son numéro à un inconnu qui la drague, avec un sourire coquin.
      Du coup, vous lui en voulez, non plus d’être une "star glaciale" avec une "attitude méprisante", mais d’être une chienne cochonne qui se tape des inconnus qui la draguent, une salope.... Vous allez lui reprocher de ne s’être justement comportée avec lui comme une star glaciale et méprisante...
      Et vous allez vous plaindre du libertinage du monde actuel.


  • #206704
    le 20/08/2012 par laflippe
    La drague de rue, un sport extrême ?

    la discussion me donne envie de me trancher la jugulaire. Aucune originalité le gars.
    En même si t’es original, avec les meufs tu passes pour un taré.
    Autant être le plus indigent possible


  • #206713

    Pfff il la joue homo ambigu c’est facile aussi, ça fait 20 ans qu’on la connait cette figure !!
    C’est bien de se présenter comme un homme, y’a pas besoin de renoncer à soi pour avoir du succès !

     

    • #206728
      le 20/08/2012 par Robert
      La drague de rue, un sport extrême ?

      Ce mec est un métrosexuel qui fait semblant de dragué, la fille à plus l’air virile que lui, Alain soral parle de lui dans la vidéo du mois dans la définition du macho en disant les femmes "on de plus en plus de mal à se contenter de la demi flotte actuel à moitié sodomite hermaphrodite etc.." donc pour vous dire que la drague de rue c’est pas cela, mais j’admets en se présentant comme un homosexuelle désarme la fille mais il n’est pas crédible, par ce que si l’aurais dragué pendant des années il n’aurait jamais eu la posture qu’il à avec toute l’hostilité de la vraie drague. Donc faux dragueur.


    • #206749
      le 20/08/2012 par julius
      La drague de rue, un sport extrême ?

      Plutot d’accord avec ton comm. Les sites de seduction vendent pas mal de reve, te pousse a etre plutot homo devirilise (coquet, propre sur toi, limite on te conseil les endroits a epiler, etc..) et de toute facon j’ai remarquer un truc vicieux dans leurs analyses : il te trouvent toujours un truc qui va pas pour te faire rebondir sun un autre point a ameliorer etc.. toujours pour que tu consommes des produits de seductions (achat de leur livre, fiches, dvd).Bref, jai jamais eu autant de fille a mes pieds qu’en etant un salaud viril qui s’en foutait de se prendre des vents.
      Amen,


  • #206725
    le 20/08/2012 par le bleuet
    La drague de rue, un sport extrême ?

    draguer dans la rue ? euh là plusieurs hypothèses :

    1/ tu es célèbre

    2/ tu es riche et tu le fais remarquer de manière ostentatoire et dans ce cas ça marchera dans 80% des cas (les femmes non-materialistes foutront une râteau de la même manière)

    3/ tu es la réincarnation d’Apollon et aucune femme ne peut te résister

    4/ tu ne correspond a aucun profil sus-mentionné et dans ce cas la fille :

    a/ t’envoie balader
    b/ te refile un faux numéro pour avoir la paix
    c/ te laisse lui payer un verre ou deux avant de te dire que "ça va pas être possible"

    sans déconner je vous rappelle que nous sommes en France, le pays ou les gens sont naturellement méfiants voire hostiles les uns envers les autre, le pays ou être gentil est considéré comme un signe de faiblesse, ou être serviable appose instantanément la marque "pigeon" sur votre front.

    oui en France les rapports sociaux se résument a "on ne se connait pas, on n’a pas été présentés donc on n’a pas de raisons de se parler".....alors la drague de rue laissez moi rire.

     

    • #206825
      le 20/08/2012 par l’abbe saunière
      La drague de rue, un sport extrême ?

      tu portes bien ton nom, toi.


    • #206833
      le 20/08/2012 par Mansur
      La drague de rue, un sport extrême ?

      Ce que tu dénonces là vient plutôt du monde libéral anglo-saxon, mais je me trompe peut être.


    • #206944

      Notre Dieu d’Amour, Jésus, était un pauvre prolo de l’amour.
      Mon pauvre "Pigeon", je compatis. Pas de duperie sans confiance. L’"amour supermarket" ne se satisfait pas l’âme, seulement l’orgueil(en plus de la masturbation, j’entends).
      Heureusement, évidemment, l’Amour lui-même n’est pas dupe(il est discrètement en Dieu).

      Autre chose... lisez-donc Sociologie du Dragueur... ce n’est pas un manuel de drague.


  • #206726
    le 20/08/2012 par lecridupeuple
    La drague de rue, un sport extrême ?

    Ce mec n’est absolument pas crédible dans ce rôle. Et c’est un vieux de la vieille en drague qui écrit cela.

    - déjà, comme dans le film de notre président, il aurait dû répéter le numéro de la fille en faisant une faute pour voir si elle allait le rectifier
    - les femmes sont très attirées par la culture et par les hommes à la culture virile. Ce mec est mou et ennuyant. Il n’a pas la passion de la chose quand il parle
    - en plus il ne fait pas très mec, son ton de voix, la façon de se tenir, d’être habillé. Il n’a aucune classe, aucune prestance. Il ne dégage rien.

    Si il a un semblant de succès, c’est justement parce qu’on ne le voit pas venir. Une drague sournoise en quelque sorte.

     

    • #207608
      le 22/08/2012 par Montréalais
      La drague de rue, un sport extrême ?

      Salut mon chum. comme ça tu draguait dans les rues de montréal ??? Tu est de quel cartier ? Parce que moi j’ai passé de 17 à 24 ans à draguer j,avais pas mal de succés malgré que j,avais pas trop de cash une beauté moyenne et aucun local . Lorsque j’ai découvert sociologie du dragueur j’ai cru que c’était ma biographie :P. Mais entre moi et toi avoue que les québécoise ( et américaines ) sont les femmes les plus OPEN au monde , les plus dur je trouve se sont les asiatiques. J’en ai tiré entre 500 et 1000 jétait vraiment un droguer du sexe , et ça me donner un sentiment de puissance incroyable quand je réussissait bien sur ,aujourd’hui ca va mieux je peux me contenter de ma copine .


  • #206762
    le 20/08/2012 par Lapin
    La drague de rue, un sport extrême ?

    Le nombre de chatounes à attraper dans paris en ce moment ,faut le vouloir pour se la mettre sous le bras.

    A l’abordage !!!

     

    • #206848
      le 21/08/2012 par Arrakis
      La drague de rue, un sport extrême ?

      N’en, ça dépend. :)
      La petite taille pour un homme est un critère de sélection impitoyable, 166cm et c’est déjà plus des 3/4 des femmes qui te vire gentiment - ou plus sèchement - mais surement...

      Pour les mecs qui sont concerné il y a un livre très intéressant "Le pouvoir des grands" (nicolas Herpin).
      C’est très tôt que l’on s’en aperçoit, au collège vers l’âge de 13- 14 ans, tu comprends que tu vas ramer dix fois plus que les autres . La preuve 39 ans = célibataire, sans enfants, sans avoir construit quoi que soit .

      Les femmes ne sont pas ces petits êtres romantiques et sensibles, comme l’époque voudrait à tous prix nous le faire croire.

      Et alors en plus qu’en t’as une petite bécane :) , alors là j’te jure !! "que tu te la met sous le bras ;)"

      Il reste néanmoins deux trois options pour éviter l’asile : les putes ou si t’es encore motivé direction l’Europe de l’Est ,l’Asie ou l’Afrique, mais on sait pourquoi ça marche...


    • #207266
      le 21/08/2012 par Le vent crie Marie !
      La drague de rue, un sport extrême ?

      @Arrakis.

      Je te comprends l’ami. J’aime bien les gens franc et honnête. Ce que tu dis est très juste, mais si ça peut t’aider rappelle toi ceci : il y a autant de femmes qui sont dans le même cas que toi et qui désespèrent de voir le compteur tourner.

      Quelque part un reine pleure, quelque part un roi n’a pas de femme !


  • #206790
    le 20/08/2012 par Crusoe
    La drague de rue, un sport extrême ?

    Y a-t-il des camarades près à tenter l’aventure sur Paris (genre session pèche, une à deux fois par semaine sur Paris) ?
    Ça m’a toujours grandement tenté, mais j’ai jamais trouvé l’acolyte nécessaire.

     

    • #206819
      le 20/08/2012 par Mwana Ya Lola
      La drague de rue, un sport extrême ?

      Problème de co-pilote ?


    • #206840
      le 21/08/2012 par Crusoe
      La drague de rue, un sport extrême ?

      C’est ça, problème de "wingman", comme qu’ils disent (soit trop sérieux, soit pas assez Soraliens).


    • #206874
      le 21/08/2012 par Julien
      La drague de rue, un sport extrême ?

      Oui-da camarade, un co-pilote motivé (ça paraît facile de l’être, eh ben non !) c’est exactement ce qui me fait défaut ! Ce qui ne signifie pas non plus que je suis moi-même un pilote d’exception, mais je fais de mon mieux.
      Je considère donc avec enthousiasme la proposition de Crusoe.

      A éviter toutefois : le t-shirt "Retour au franc", que je me suis offert, dans le quartier Saint-Paul !

      J’ai 23 ans.

      Salut !


    • #214797
      le 04/09/2012 par Crusoe
      La drague de rue, un sport extrême ?

      Julien, je peux te contacter où et comment ? Quand je mets mon mail, le modo vire mon message et ça m’embête parce qu’on est fait pour s’entendre !


  • #206799
    le 20/08/2012 par micka
    La drague de rue, un sport extrême ?

    Y’a pas de miracle... Il faut y aller au culot ! Bien sûr en étant toujours poli et calme, mais il faut savoir y aller sans trembler, et au début c’est très très compliqué. Un petit fond ou deux de whisky avant (pas exagérer non plus) ça peut aider. Afficher une confiance et une maitrise de soi ça fait souvent impression, même si au final la fille n’est pas intéressée.
    Après la facilité, ça dépend des endroits et des pays. D’ après les commentaires ici, Paris n’est pas idéale. Je n’en sais rien, mais je peux dire qu’en Océanie, ça ne dérange pas beaucoup les filles de se faire aborder et de discuter. Autre climat, peut être.


  • #206823
    le 20/08/2012 par français
    La drague de rue, un sport extrême ?

    Ne pas se presser, c’est la clé.
    Les nanas aiment parler, et parler et beaucoup parler avant de se décider à se faire emmancher.
    Bon, si tu n’es pas fort en paroles, fais comme la pub axe, laisse ton charme agir.
    Bon, si ta pas de charme, sors ta carte bancaire,
    Bon si ta pas d’argent, va voir une moche, tu reprendras confiance en toi.


  • #206832
    le 20/08/2012 par Philippe
    La drague de rue, un sport extrême ?

    Pour avoir pas mal pratiqué la drague de rue à Paris, c’est vrai que c’est très difficile, mais pas impossible. Ca a marché plusieurs fois pour moi. Par contre je me suis plus pris de vents que je n’ai baisé.
    Par contre, avoir l’air efféminé n’est pas un prérequis pour baiser des filles rencontrées dans la rue. C’est vrai qu’à Paris avoir une allure un peu "androgyne" peut parfois aider. Je pense que ça rassure certaines filles qui sont tellement flippées qu’elle ont peur de se faire agresser à chaque coin de rue (je n’éxagère qu’à moitié). Un mec efféminé peut paraître moins "dangereux" au premier abord.
    Je trouve que le mec de la vidéo se débrouille très bien, bien qu’il ne renvoie pas une image très virile au premier abord. Il montre qu’il a ds couilles en allant l’aborder comme ça (90% des mecs n’oseraient pas). En regardant la vidéo il dit aussi avoir refusé le salariat et monté sa boite ce qui est aussi une belle preuve de couilles.

    Enfin, c’est un vaste (et passionnant) sujet... !

     

    • #206852
      le 21/08/2012 par Jorgé
      La drague de rue, un sport extrême ?

      Non pas besoin d’être efféminé loin de là pour que la fille se sente en sécurité ... suffit de sourire, montrer que tu as un minimum de manière, et la fille en question normalement te le rendras.
      L’été c’est le moment où ça marche bien, tout le monde est dehors, avec du temps libre.
      Le seul truc important, c’est relativiser un refus, et connaitre les femmes à sa portée.


  • #206841
    le 21/08/2012 par BetterWithU
    La drague de rue, un sport extrême ?

    A tout ceux qui disent que "c’est impossible", que c’est trop dur, "à cause de la société" "à cause des filles qui sont trop individualistes" "dans notre monde c’est de plus en plus dur" " on est obligé d’avoir de l’argent" "en france c’est pas possible" "on est obligé de s’habiller comme une tapette"
    Vous êtes vraiment des putains de spectateurs et vous méritez même pas le mépris que vous accorde les femmes en votre qualité d’hommes parce que vous n’en n’êtes pas.
    N’allez pas la ramener en prétendant que vous vous taper des moches par courtoisie si vous le faite c’est par dépit ou parce qu’elles ont une vrai richesse interieur. Dans tout les cas elles font pareil elles sélectionnent parce qu’elles n’aiment pas les perdant et peut être que leur définition du gagnant et du perdant est un peu erroné et bien dans ce cas là sa va juste rajouter un peu à la charge de travail énorme qui vous reste a faire à savoir apprendre a communiquer des idées, des valeurs à devenir intéressant, bref à être un homme et autre chose qu’un enfoiré de suiveur professionnel comme on en voit pulluler sur ce site.
    Alors justement quand on voit à quel point les meufs sont pommés aujourd’hui, perdu dans un nuage de merde, les preuves de bon sens et de virilité bien comprises valent de l’or. Il faut simplement croire que ceux qui se roule dans leur médiocrité aujourd’hui n’ont ni l’un ni l’autre.
    Ceux qui cherchent à comprendre les bases réelles qui font que les communautés de séduction fonctionnent et on véritablement trouvé les clés de la séduction les trouveront sans mal et gratuitement sur internet. Quand aux autres ils pourront toujours se payer un coach ou se pleurnicher en attendant le miracle.

     

    • #206991
      le 21/08/2012 par le bleuet
      La drague de rue, un sport extrême ?

      l’inévitable post du "et ouais mec si t’arrive a pécho dans la rue c’est que t’es un naze"

      pour comprendre mon post et celui de beaucoup d’autres faut avoir pu comparer la situation en France et et l’étranger, et franchement aborder une fille en Espagne et en Belgique aucun souci (conclure n’est pas facile pour autant) les filles y sont plus souriantes et ouvertes.

      pour corroborer je prendrai l’exemple des vendeuses, la Française quand tu l’abordes pour avoir des conseils on dirait que tu l’emmerdes, l’Espagnole ou la Belge sera ravie de te renseigner.

      mais ça me toujours rire les super tombeurs des forums.


    • #207057
      le 21/08/2012 par lecteur soralien
      La drague de rue, un sport extrême ?

      @BetterwithU : le moins qu’on puisse dire c’est que vous manquez de solidarité masculine.
      primo, il n’y a rien de "courageux" dans le fait d’aller aborder des femmes.
      Le fait d’être insensible au râteau prouve simplement qu’on manque de dignité et d’amour propre.
      Le fait de s’en foutre de l’avis des autres prouve qu’on ne sait pas vivre en société .
      Le fait d’aborder 50 filles dans la journée prouve qu’on ne peut pas se soustraire à ses instincts sexuels, ni s’elever au dessus du cul et des nichons : on donne alors un réel pouvoir aux femmes sur soi. attitude pas très viril donc..

      en parlant de ca, je ne voit rien de viril dans l’attitude du mec de la vidéo. pour être franc, je me suiciderais plutôt que de devenir comme ca, habillé comme un homo à aller taper la causette à des poufs simplement pour pouvoir les sauter derrière les fagots.
      je ne comprends pas que des mecs ne soient pas dégouter de ca..


    • #207068
      le 21/08/2012 par BetterWithU
      La drague de rue, un sport extrême ?

      "Solidarité masculine" c’est un terme inventé par des hommes pourchassés par de dangereuses amazones en surnombre ?
      Tu penses que je t’aide pas parce que je ne me plains pas en coeur avec toi ? ou parce que je te commande pas 2 femmes pour leur donner l’ordre de te satisfaire jusqu’à la fin de tes jours ?
      J’espère plutôt qu’avec mon message je réveillerais quelque personnes endormies ou sans espoir et que toute ne voudront pas se rendormir pour oublier leur médiocrité.


    • #207510
      le 21/08/2012 par Mansur
      La drague de rue, un sport extrême ?

      T’es qui toi pour nous apprendre la vie ? Avec un commentaire d’une incroyable étroitesse en plus.


  • #206850
    le 21/08/2012 par percyV
    La drague de rue, un sport extrême ?

    A montpellier la drague ca passe tout seul, avec de la feignasse etudiante en lettre, pas besoin de payer 750€ pour en avoir une paire ^^
    Lisez sociologie du dragueur et appliquez a la lettre ca marche tellement bien que ca en devient comique :D


  • #206858

    "le nombre de chatounes"

    "Pour plaire aux femmes, il faut avoir de l’argent et être très con, encore plus con qu’elles."

    ...Vraiment étincelant le niveau d’E&R parfois.

    Sans parler de cette tendance à dramatiser complètement la situation...Si vous serrez pas, ça vient PEUT-ÊTRE un PEU de vous...Il n’y a pas que des filles à tronche de mannequin dans la vie...Il y a plein de gentilles filles, simples, pas très belles mais surement très intelligentes et ouvertes...Après c’est sûr, celles-là , on ne les remarque pas, quand on drague, on veut draguer "dla bonne", n’est ce pas.

    Bande d’idiots.

    On n’a que ce que l’ont mérite.

     

    • #207051
      le 21/08/2012 par Coeur artichoux !
      La drague de rue, un sport extrême ?

      Détrompe toi chère amie.

      Je crois qu’on est beaucoup ici a ne pas prêter attention au physique et ne pas être du niveau "elle est bonne". Pragmatiquement, les femmes qui ont partagé ma vie n’ont jamais eu un physique "de rêve", mais à mes yeux elle étaient toutes à chaque fois la plus belle du monde, de l’univers. J’ai également eu de la chance d’être tombé sur des femmes intelligentes, cultivées, distinguées, s’habillant comme des femmes, et ça s’est toujours passé simplement - un échange de regard, une caresse de main (plus ou moins provoquée) suivi de mots doux jamais forcés ou exagéré "tu as les mains les plus douces que j’ai jamais touché".

      Bref. Beaucoup se la racontent, ou enchainent réellement des aventures. Mais la plupart veulent juste aimer et être aimé. Il est évident qu’on vie un époque délicate qui rend les rencontres moins aisées qu’il ne le fut ne serais-ce qu’il y a 10 ou 15 ans.


    • #207121
      le 21/08/2012 par Don Johnson
      La drague de rue, un sport extrême ?

      Un commentaire.
      "Si vous serrez pas, ça vient PEUT-ÊTRE un PEU de vous..." Tout à fait vrai ; si je réussi ou échoue, c’est entièrement ma faute. J’assume et refuse d’être l’esclave du hasard ou de l’arbitraire.
      "Il y a plein de gentilles filles, simples, pas très belles mais surement très intelligentes et ouvertes.." Donc, la belle n’est pas gentille, est compliquée, pas intelligente et fermée ? C’est caricatural. De part cette phrase, on peut se faire une idée de ton physique car tu sembles te trouver intelligente puisque tu traites les lecteurs d’idiots.
      "celles-là , on ne les remarque pas, quand on drague" Tu es donc en train de reprocher de ne pas te faire draguer ?
      "on veut draguer "dla bonne" La beauté attire. Pourquoi les héroïnes de cinéma sont elles toujours belles ? Pourquoi toutes les stars sont ils avec des bombes ? Pourquoi Brad Pitt est avec Angelina qui doit être pas gentilles, pas ouverte, pas intelligente et fermée selon tes critères.Quand on sait qu’il va falloir se faire chier pour emballer, on va pas s’emmerder avec une moche. Autant que le gain soit en rapport avec le prix à payer. En plus, c’est le même prix. C’est le sketch de Coluche qui prend toujours les chaussures les plus grandes car c’est le même prix que les plus petites.
      "Bande d’idiots" Par rapport à ce que tu raconte, fier d’être catalogué comme cela par une "intellectuelle" comme toi. Je suis idiot, mais j’ai bac +5 et j’ai quand même pas mal emballé. Donc, vive les idiots.
      "On n’a que ce que l’ont mérite" Moi, je t’aurais pas à toi, et c’est très rassurant pour moi.


  • #206873

    C’est vrai que le type est très efféminé.

    Ca rassure la femme qui a l’impression de converser avec une copine.

    Si la drague était un sport, tu serais disqualifié d’office !


  • #206881

    Et les vieux gars de "artdeséduire" qui sont contre. Evidemment, comme le dirait peut-être Alain, ils sont dans la séduction, terme qui n’assume pas le "côté misérable du truc" qu’est la drague et la vraie selon lui, la drague de rue.

    J’ai pas encore osé mais chapeau à ce type. Bon, faire cracher 3000 euros, ce n’est pas forcément très sympa. A ce prix là, autant être autodidacte. Avec un peu d’audace et de bon sens, ca devrait marcher sans cours non ?


  • #206887
    le 21/08/2012 par Frondeur
    La drague de rue, un sport extrême ?

    C’est très difficile de se débarrasser de la souffrance pour l’orgueil du râteau, surtout quand il se répète, et de la peur ou du découragement qu’elle engendre.

    Trois trucs qui peuvent aider à passer la "barre psychologique" :
    1) ce n’est jamais soi qui est rejeté mais toujours l’image qu’on projette à un instant donné dans un contexte donné, ce qui n’a absolument rien à voir
    2) on peut avoir tous les attraits possibles, si au moment de l’abordage elle n’en a vraiment rien à foutre de se faire brancher, c’est de toutes façons mort avant même de commencer
    3) dans la rue les témoins d’un échec disparaissent quand on veut, il suffit de tourner à droite à la prochaine (dans les grandes villes).

    La drague de rue, c’est la plus belle de toutes, pour plein de raisons. J’arrête là, j’aime pas trop le blabla sur ce sujet.


  • #206897
    le 21/08/2012 par Jacouille
    La drague de rue, un sport extrême ?

    Un peu ringard le mec. Il aurait d’abord du commencer par prendre une chaise au lieu de rester debout comme un plouc. Et son ’’merde’’ dans les deux premières minutes, ça fait pas très ’’class’’. Si ce mec donne des cours de drague a 3000 euros, c’est que la France va vraiment très mal.

     

    • #207285
      le 21/08/2012 par 23XYZ23
      La drague de rue, un sport extrême ?

      Je me suis intéressé à ce gars... Cette vidéo est sa meilleure performance... Le reste est à pleurer de rire, il est absolument ridicule !!! Aucun style, aucune classe etc.
      Ce n’est qu’un web-master avec une gueule correct (et tout de même un début de calvitie) qui a trouvé une combine pour se faire de l’argent sur le dos de ceux qui n’ont aucune assurance en eux.
      Il rabaisse le rôle de l’homme et celui de la femme bref le rapport qui doit s’établir naturellement entre deux personnes de sexes opposés.


  • #206901
    le 21/08/2012 par Blitz
    La drague de rue, un sport extrême ?

    Si j’ai bien compris ce mec, il faut :

    - S’habiller comme une femme
    - Avoir des mouvements de bras/mains et jambes de femme
    - Acheter un sac en cuir de femme
    - Discuter de sujets de femme

    J’ai pas encore lu "sociologie d’un dragueur", mais je pense pas que Soral utilise ce genre de procédés, ou alors j’ai rien compris.

     

    • #207052
      le 21/08/2012 par lecteur soralien
      La drague de rue, un sport extrême ?

      @Blitz : malheureusement c’est devenu la norme dans cette "communauté". ces dialogues sont objectivement débiles et les femmes ne s’investissent que 10% dedans. en principe un vrai mec ne devrait pas se laisser aller à ce genre de parlotte..
      ce Nicolas demande à une fille dans une vidéo l’endroit ou elle a acheté son pull (sic !) il s’habille comme un homo et a des gestes efféminés (avoir "pratiqué" au coté des femmes pendant des années n’est pas sans conséquences).
      c’est bien juste de parler de "communauté de la séduction", qui dit communauté dit croyances/tabous. le grand tabou la dedans c’est de pointer du doigt le fait que ce genre d’agissement relève de la mendicité et que finalement on vient mendier de l’attention, du sexe. parce qu’il faut bien l’avouer : on va aborder des femmes parce qu’on est seul, parce qu’on n’a pas su avoir de copine aimante et qu’on n’a pas d’amis qui peuvent nous en présenter une..
      c’est ce coté "minable" qu’a su identifier A.Soral dans son travail sur la drague/séduction. Sa solution est d’assumer ce coté Looser, et de rejeté l’hypocrisie du "séducteur" (démarche inverse de celle proné dans ce genre de sites de séduction). pour Soral, il y a une prétention du séducteur, celle de circonvenir la femme, de lui appliquer une méthode qui est sensée marcher sur toute la gente féminine, à l’opposé du dragueur qui va juste "tirer" puis se barrer le plus loin possible avant que la fille ne se rende compte de l’arnaque (ou bien se venge sur lui par une fausse accusation de viol).


    • #207280
      le 21/08/2012 par Blitz
      La drague de rue, un sport extrême ?

      Ça c’est le genre de réponse qui fait plaisir, merci beaucoup je comprends mieux la chose ;-)


  • #207006
    le 21/08/2012 par Un citoyen
    La drague de rue, un sport extrême ?

    J’en vois pas mal ici qui s’égarent.

    Pour commencer je pense qu’Alain Soral ne fait pas l’éloge de la drague de rue. Il l’a fait plus ou moins par nécessité et en parle maintenant d’un point de vue sociologique. Bien sur, il est flatteur, même pour Alain d’être ou d’avoir été un dragueur efficace, cela flatte le "mâle" et démontre certaines qualités. Il n’en reste pas moins que pour être un bon dragueur de rue, il faut beaucoup beaucoup pratiquer et franchement, un mec qui passe son temps à chercher à tremper sa quenouille dans plein d’endroits différents ne m’inspire pas beaucoup de respect.

    Alain Soral le dit : cela devient pathologique et ce qui est bien surtout c’est d’en sortir. Donc le mieux c’est de ne pas commencer.

    Vous chercher des conquêtes ? Alors ayez une vie sociales, des amis et vous rencontrerez ici et là des femmes avec qui le courant passe bien et les choses se feront.

    Je ne suis pas riche, pas très beau, je n’ai jamais pratiqué la drague de rue et je n’ai eu, avant d’être en couple depuis 18 ans , que quelques dizaines de conquêtes. c’est peut etre pas beaucoup aux yeux de certains mais c’est déjà pas si mal et l’avantage c’est que finalement je ne me suis pas pris tant de râteaux que ça. Sans doute même moins de râteaux que de réussites et sans aucun doute beaucoup moins que les dragueurs "pro"


  • #207026
    le 21/08/2012 par loser
    La drague de rue, un sport extrême ?

    Perso même sur les sites de rencontres je n’arrive pas à parler des nanas, alors la drague de rue...

     

    • #207040
      le 21/08/2012 par le bleuet
      La drague de rue, un sport extrême ?

      ah quand même !!!

      de toutes façons l’idéal c’est de rencontrer la personne par le bais d’amis.


    • #207105
      le 21/08/2012 par loser
      La drague de rue, un sport extrême ?

      Je pense que ca pourrait être interessant de faire une sociologie des sites de rencontres d’ailleurs. Parceque les nanas doivent vite avoir leurs boites mails blindés de messages de gros lourds qui veulent juste niquer, d’Africains de souches qui réclament de l’argent, de geeks qui savent pas y faire et qui n’ont pas grand chose pour eux (cf moi). De l’autre on a les mecs qui se retrouvent obligé de spammer les nanas vu qu’elles ne feront jamais le premier pas et qui sont de toutes façon déjà débordés.


    • #207198
      le 21/08/2012 par Moi, Peter Sellers
      La drague de rue, un sport extrême ?

      @loser, tout est question d’organisation, de naturel, de spontanéité et d’un réseau d’amis prêt a jouer les entremetteurs (belle tradition...) avec tact pas lourd-dingues. Ça sert a quoi les amis ?


    • #207273
      le 21/08/2012 par Meet Tic !
      La drague de rue, un sport extrême ?

      @Moi Petter Sellers

      Ça sert a quoi les amis ?

      Quand tes amis n’ont pas beaucoup d’amis non plus. Quand certains de tes amis sont célibataires, et que globalement ça ne risque plus d’évoluer beaucoup (le temps faisait son travail) alors non ça ne fonctionne plus.

      Pour les sites de rencontres, j’avais testé au début. Tout ce que je peux dire là dessus c’est :

      1/ Les filles sont sévères. Elles sont en position de force, c’est elle qui font leur marché, pas les hommes.

      2/ Lorsque tu rencontre virtuellement quelqu’un. Toujours, je dis bien toujours, rester dans le superficiel, l’évasif, et essayer de rencontrer la personne très vite. Je me suis laissé allez à quelques pseudo idylles par message et webcam interposé. Trop long avant de se rencontrer, et j’ai vécu les pires moments de souffrance lors de rencontres romantiques (bouquet de fleur, restaus etc ...) qui tournaient vite à la "on a plus rien à se dire" car les atomes crochus virtuels, ne sont pas les atomes crochus du réel. Je finissais par organiser des rencarts dans des troquets à la con, juste un café à l’arrache histoire de voir si ça le fait ou pas.

      3/ Je n’ai jamais eu aucune relation avec aucune des rencontres en ligne. Ni amicale, ni sexuelle, ni rien. Ciao et à tantôt ... ce qui veux dire à jamais en gros.

      Après, j’étais en mode "lover", je penses que celui qui y va clairement pour des rencontres "à l’arrache" doit peut être rentabiliser son compte payant ?


  • #207037

    Alain Soral en avait parlé récemment.

    http://www.youtube.com/watch?v=Gotk...

    2h08min18sec


  • #207092

    Que de blabla pour le plaisir de tourner autour du pot...

    la drague de rue, c’est prostitutionnel. le ’dragueur" n’est qu’une pute qui se masque derrière un mot qui lui donne l’illusion du pouvoir et d’une vertu virile chasseresse.
    Il y a les bonnes putes, et les mauvaises putes.

    si vous voulez devenir de bonnes putes, apprenez les techniques du type de prostitution que vous désirez pratiquer. Pour les apprendre, adressez-vous à une ancienne pute. Il y en a même qui écrivent des livres...

    Causes d’échec :
    - vous n’avez pas la technique
    - vous tentez un niveau trop haut par rapport à vos capacités (autrement dit vous vendez trop cher et aucune femme ne vous achète)
    - vous tapinez à côté de la plaque (peu de femmes recherchent ce profil de rencontres, c’est très facile donc d’être à côté de la plaque)
    - vous êtes méprisés, tout simplement : et vous êtes méprisés parce que vous vous rendez méprisables. C’est le côté minable de la drague, pour ne pas dire que sans être minable un homme ne drague pas.


  • #207184
    le 21/08/2012 par Etienne Marcel
    La drague de rue, un sport extrême ?

    Je parle pour moi : ce genre de site donne des exemples encourageants pour les personnes très timides et on y lit quelques bons conseil. C’est un petit coup de pouce bien appréciable !


  • #207185
    le 21/08/2012 par Raskolnikov
    La drague de rue, un sport extrême ?

    Sérieux les analyses sociétales ou les comparatifs entre pays c’est du vent. Je le sais pour avoir dragué, pris des vents et baisé dans un certain nombre de pays, dans tous les endroits de sociabilités et dans tous les états de conscience (sobre, éméché, saoul). Pour moi, le seul paramètre valable, c’est si tu es seul ou si t’as un pote... Avec un pote, tu serres plus facilement, parce que t’es moins démoralisé après avoir pris un vent (et repars donc plus vite vers la suivante), tu te bouges plus facilement le cul etc etc... J’en ai connu des types au physique lambda, sans une thune, qui péchaient de manière industrielle. Donc ouais, si t’es moche, petit et timide c’est plus galère, mais tant que tant que t’as pas un bras en moins, une dentition de pilier de bar écossais ou un trou d’balle artificiel, y’a moyen d’moyenner !


  • #207187

    moi j’ai chassé un peu partout sur la planète, et avec mon sourire californien ultra brite , j’ai fait des ravages j’dois avouer ! Vive les brésiliennes les polonaises les russes les suédoises les allemandes, les hollandaises les tchèques les québécoises et les cochonnes made in France !!

     

    • #207212
      le 21/08/2012 par Moi, Peter Sellers
      La drague de rue, un sport extrême ?

      Je ne doute pas qu’elles étaient toutes volontaires. Mais certaines espéraient peut être un homme pour la vie... Je ne conçoit pas la séduction jusqu’au lit pour multiplier les expériences. Autant chez un ado immature ce réconfort est compréhensible autant chez un adulte je le trouve choquant, consumériste. C’est la droite des valeurs. J’ai souvent eu des femmes exceptionnelles, jamais je n’est couché avec une créature de mon seigneur sans avoir l’intention de devenir l’homme de sa vie... C’est pas les occasions qui ont manquées. Je crois que si ont est pas avide des bienfait de Dieu, Dieu nous le rend en nous désignant la compagne idéal.
      Voilà une supplication utile :

      (O mon Dieu ! Je voudrais me marier ! O mon Dieu ! Fais que je trouve parmi les femmes celle qui soit la meilleure d’entre elles physiquement et moralement, la plus chaste d’entre elles, la plus fidèle d’entre elles pour mon honneur et mes biens, celle qui fasse venir le plus de subsistance et de bénédictions ! Et fais que j’aie d’elle un enfant bon qui sera pour moi un successeur digne de mon vivant et après ma mort.) »


    • #207246
      le 21/08/2012 par Vrai Muslim
      La drague de rue, un sport extrême ?

      Peter sellers, Je ne sais pas si c’est une priere qui existe aussi dans le christiannisme (surement peut etre), mais en tout cas dans l’Islam c’est une priere que nous avons aussi, et je peut garantir qu’elle marche.

      A l’époque, j’ai fréquenter beaucoup de femmes dans ma vie, et après que j’ai commencer a faire cette prière (et que j’avais sincèrement décider d’arrêter ce mode de vie), quelque semaines après dieu m’a envoyer une femme magnifique, objectivement plus belle, plus douce, plus soumise que tout celles que j’avais connu avant, et qui est mon épouse et la femme de ma vie depuis bientôt 20 ans maintenant

      Dieu récompense toujours les gens sincères a la fin.


    • #207263
      le 21/08/2012 par Femme je vous aime.
      La drague de rue, un sport extrême ?

      @sam

      On est content pour toi. En même temps, ça prouve qu’une chose. C’est que tu dois être un mec profondément chiant ou avoir vraiment le diable au corps pour enchainer tout ça.

      Je suis particulièrement fier d’avoir eu très peu de femmes dans ma vie. Ça a duré toujours longtemps et c’est bien plus enrichissant que de "baisser les plus belles". J’ai longtemps flippé a en perdre réellement mes moyens faces aux filles qui me faisait du rentre dedans (ça arrive) et je me disais : "qu’est ce que j’aimerais être un beau gosse, avoir la tchatche avec les filles, la non nonchalance etc ...". Aujourd’hui, avec le recul, j’ai totalement inversé les tendances. Et je trouves qu’au delà des aspects sexuelles, partager l’existence de femmes exquises est certainement plus enrichissants que de faire me tourniquet dans toutes les positions.


    • #207517
      le 21/08/2012 par Mansur
      La drague de rue, un sport extrême ?

      @ Vrai Muslim, la même chose est arrivée à un de mes meilleurs amis. Sauf qu’il a rencontré la fille au lendemain de la prière.


  • #207238
    le 21/08/2012 par Professeur Bibolini
    La drague de rue, un sport extrême ?

    A tous les hommes ici qui font l’apologie de la drague de rue, j’ai une question : si vous aviez une fille, cela vous serait-il tout à fait indifférent d’apprendre qu’elle se tape le premier venu qui aura su bien la baratiner dans la rue ?

    Si tant de filles "rejettent" les dragueurs, ce ne sont pas forcément des "pétasses" comme écrivent certains.
    - Elles sont peut-être déjà en couple (un détail qui gêne rarement les dragueurs qui souvent, au fond, se foutent éperdument de l’autre).
    - Elles ont peut-être envie d’une vraie relation, pas de quelque chose basé sur leur cul.
    - Elles savent qu’un homme a le dessus sur le plan de la force physique, et on leur a appris dès l’enfance à se méfier des gens qu’on ne connaît pas.
    - Il y a un élément de tromperie dans le baratinage, et elles le savent. Personne n’aime être pris pour un(e) con(ne).

    J’ai toujours vu dans la séduction un besoin de s’affirmer SOI, au détriment de l’autre (aussi bien chez les hommes que chez les femmes). Donc jouer des jeux, mentir, rendre adultère, briser des familles, tout cela devient du détail.
    Besoin de s’affirmer, donc immaturité. Le petit garçon qui cherche éternellement à être accepté par sa maman, ou qui se venge.
    Et oui, un dragueur est un petit mendiant du sexe. Comment ne pas le regarder de haut ?
    Il n’y a pas mieux que les rencontres réellement inattendues, des deux côtés. Un dragueur est un calculateur.

    Les meilleurs amies des dragueurs, sont bien les féministes. Grâce à elles, ils peuvent "niquer" sans assumer de responsabilités. Ils peuvent consommer en masse, sans avoir d’enfants (capote, pillule, avortement), sans se marier. Ils sont de bons acteurs de notre système actuel.

     

    • #207521
      le 21/08/2012 par Mansur
      La drague de rue, un sport extrême ?

      Personne n’aime être pris pour un(e) con(ne).



      Justement elles adorent ça ! Les périodes où j’ai eu le plus de succès avec les filles sont celles où je me comportais en gros macho égoïste, manipulateur et dur.


    • #207648
      le 22/08/2012 par Ronan
      La drague de rue, un sport extrême ?

      "Il n’y a pas mieux que les rencontres réellement inattendues, des deux côtés. Un dragueur est un calculateur."
      Et toi tu ne calcules pas peut etre le papa gato qui veut pas qu’on touche a sa fifille ?
      Tout ton texte est un calcul .
      Tu peux tres bien draguer de maniere volontaire,c’est a dire faire preuve de courage sans pour autant etre animé de mauvaises intentions.Certaines filles cherchent des amis,d’autres des baiseurs,d’autres encore le prince charmant,et puis d’autres tout a la fois.Ca depend du moment de leur envie etc ...comme nous en somme.
      Critiquer le dragueur qui veut seulement augmenter son nombre de fille baisé et est pret pour cela aux pires turpitudes est moralement recevable.
      Critiquer le dragueur qui veut faire des rencontres,en laissant ouverte la possibilité de tomber veritablement amoureux est le fait d’un pere la morale qui est en plein oedipe inversé et qui ne supporte pas l’idée que des hommes prennent sa fille.
      Ta fille,si tu l’as bien elevé,et si elle a de la valeur saura faire la part des choses.
      Ici on parle de drague pas d’agression.En cas d’agression evidemment un pere doit proteger sa fille mais tu devrais etre un peu plus respectueux des gens qui s’interessent a ta fille.J’ai connu des peres mal intentionnés a mon egard,alors que je n’etais pas mal intentionné vis a vis de leur fille et ce genre de personnage infantile et narcissique est penible.
      Et ils ne s’interdisent rien de leur coté pas vrai le prof.
      Il y a des petites eleves sympas dans ta classe je parie et meme si tu n’as pas le cran d’assumer tes envies,certaines idées doivent te traverser l’esprit.
      La drague ou la seduction si elle ne tourne pas a l’agression est respectable.Ceux qui insultent les femmes dans la rue ne draguent pas,c’est une forme d’agression.Il ne faut pas tout melanger.


    • #207762
      le 22/08/2012 par Professeur Bibolini
      La drague de rue, un sport extrême ?

      "Justement elles adorent ça ! Les périodes où j’ai eu le plus de succès avec les filles sont celles où je me comportais en gros macho égoïste, manipulateur et dur."

      C’est ça que je trouve triste de votre part. Vous êtes donc un homme à "connes", et en êtes fier. Vous aimez finalement les femmes faibles, faciles et facilement manipulables. Cela en dit plus long sur vous que sur elles.
      Le fait qu’elles soient "connes" vous laisse penser que cela justifie d’être un "gros macho égoïste, manipulateur et dur", et que cela vous dispense de vous comporter avec les autres comme un être humain respectueux, élevé, mûri.
      Cela montre aussi que vous n’êtes pas très exigeant.
      Vous "baisez" donc avec une dose de mépris au coeur.

      En gros, la connerie des uns dispense l’examen de conscience des autres.
      C’est un système de pensée très pratique, et très pratiqué par une certaine oligarchie à un niveau mondial.
      Comment voulez-vous que l’on change le général si l’on ne soigne pas le personnel ?


    • #207839
      le 22/08/2012 par Professeur Bibolini
      La drague de rue, un sport extrême ?

      @Ronan
      Euh... vous pensez vraiment que je suis un homme, et un professeur ?
      Je ne vais évidemment pas signer par mon vrai nom, tout comme vous.
      En parlant des pères, je parle aussi des mères, du fait qu’on a toujours appris aux filles à se méfier des inconnus.

      Je n’ai rien contre les gens qui m’aborde poliment, y compris les dragueurs.
      Je suis la première à me plaindre du manque de courtoisie des Français (ou Parisiens) en général, dans les magasins, dans la rue, au travail.
      Je n’ai jamais été offusquée, même adolescente, quand les travailleurs de chantier me sifflaient dans la rue, je leur souris poliment en retour, ça ne coûte rien, et si ça peut rendre la journée un peu plus agréable, pourquoi pas.
      J’estime que les gens ont le droit d’essayer s’ils en ont envie, ils sont libres. Moi aussi je suis libre, je souris et dit "non merci" sans jamais casser.

      Par contre, ce que je trouve déplorable en lisant certains commentaires, c’est que certains hommes ici se permettent de juger une femme qui ne veut pas les suivre. Celles qui disent "non" sont donc prétentieuses, hautaines, se prennent pour des stars. Quand vous savez que vous en aurez pour 15 minutes de votre trajet à essayer de vous dépétrer d’une conversation qui n’a pour but que de vous amener dans le lit d’un homme que vous ne connaissez pas, dont vous n’avez pas envie, alors que vous êtes fatiguée, ou que vous avez un soucis qui vous préoccupe, ou que tout simplement, vous voulez être tranquille. Ca ne vous arrive jamais à vous ?
      Sachez que beaucoup de dragueurs insistent vraiment lourdement.
      Ne vous plaignez pas trop. Aujourd’hui, si certaines vous ignorent, pensez qu’avant, bien avant notre époque libertine, on vous aurait rétorqué, d’un air couroucé : "Oh.... BUTOR !!" Et vous auriez peut-être le père ou le frère à vos trousses.

      Aussi, pensez bien qu’une fille, si elle est un peu jolie, est rompue au système du dragueur. Si c’est une "chatoune", ça marchera, car qui se ressemble s’assemble. Mais si c’est une fille qui recherche quelque chose de plus profond, elle a toutes les raisons de vous ignorer, si amasser les kilos de viande est votre but.


    • #207840
      le 22/08/2012 par Professeur Bibolini
      La drague de rue, un sport extrême ?

      @Ronan
      "Et ils ne s’interdisent rien de leur coté pas vrai le prof.
      Il y a des petites eleves sympas dans ta classe je parie et meme si tu n’as pas le cran d’assumer tes envies,certaines idées doivent te traverser l’esprit."

      Encore une fois, je ne suis pas prof. J’ai pris ce pseudo par hasard après avoir revu "Hibernatus", voyez, en plus je suis une intello...
      Donc vous conseillez aux professeurs de lycées d’assumer leurs envies, de passer à l’acte ?!!
      Selon vous, tous les professeurs masculins ne s’interdisent rien ??? Mon Dieu, quelle manière d’argumenter.
      J’ose espérer que la totalité des professeurs sont des adultes adaptés socialement, qui ont su dompter leurs pulsions.
      Pour faire l’apologie du dragueur, vous êtes en train de minimiser le comportement pédophile ou incestieux (c’est à ça que vous pensiez en parlant du père ?).

      Ronan, il me semble que vous êtes nostalgique d’une époque patriarcale, mais que vous aimeriez bien vous débarrasser des patriarches.


    • #208363
      le 23/08/2012 par Ronan
      La drague de rue, un sport extrême ?

      Ecoute si tu prends un pseudo d’homme,ne me reproche pas de m’adresser a toi comme si tu etais un homme.
      Tu es une femme tres bien,j’aurais sans doute du le deviner.
      Moi je prends toujours des pseudos d’homme etant un homme,mais peu importe tu es libre.

      Tu as raison une mere doit apprendre a sa fille a se mefier des inconnus,notamment quand celle ci est jeune evidemment.
      Ensuite elle est assez grande pour faire la part des choses elle meme.Donnée importante que tu as sans doute du mal a assimiler toi meme.

      Ce que tu dis sur les dragueurs "polis" me parait coherent et plus intelligent que le premier texte auquel j’ai repondu.
      Nous sommes d’accord et je ne manquerais pas de te siffler courtoisement si tu traverses l’un de mes chantiers si tes courbes le meritent ;)

      Je n’ai pas lu ces commentaires que tu decris d’hommes traitant de putes ou du moins jugeant mal une femme refusant de les suivre.Je pense que peu ici ont ecrit cela.Certains se plaignent sans doute de leurs nombreux echecs et d’etre mal recus par les femmes.
      Ce n’est pas mon cas,je pense que les femmes ont peur quand elles se font aborder donc il faut etre capable de les detendre ou de les attirer suffisamment pour qu’elles depassent cela.Parfois elles ne sont pas disponibles ou n’ont pas la tete a ca.Il faut savoir distinguer les femmes disponibles des autres,ca evite des deboires.Certaines femmes peuvent mal reagir et etre desagreable face a une approche.Ca releve soit de la peur,soit de la maladresse,soit de la betise.
      Et ca fait partie des risques de croiser ce genre de femme.On ne peut s’en prendre qu’a soit,d’avoir fait un mauvais choix et chacun regle ce genre de deconvenue a sa maniere.

      Personnellement donc je ne me plains pas des femmes,et je comprends ta critique de ceux qui se plaignent,meme si je comprends egalement leur ressentiment.Parfois on est mal recu par des filles qu’on desire,qu’on prend le risque d’aborder dans la rue avec la crainte de l’echec sans forcement penser a mal d’ou le ressentiment qui peut naitre.


    • #208366
      le 23/08/2012 par Ronan
      La drague de rue, un sport extrême ?

      Je ne vois pas ou tu lis que je conseille aux professeurs de lycée de passer a l’acte.
      Je n’ai nulle part dit que les professeurs ne s’interdisaient rien.Simplement j’en ai connu personnellement qui veillaient sur leur fille comme un chien veille sur son os,et qui planquaient leurs pornos avec des filles de 18 ans ou moins a quelques metres de leur chambre.

      "J’ose espérer que la totalité des professeurs sont des adultes adaptés socialement, qui ont su dompter leurs pulsions."
      Une phrase ridicule de petite bourgeoise bien bensante c’est a dire pas pensante par elle meme,sais tu qui sont les reseaux derriere la pedophilie en general,marc dutroux etc.. ?
      Ce sont des notables,des professeurs,des magistrats etc etc...
      Etre inseré socialement ne presume en rien de ta valeur ou de tes valeurs reelles.
      Cela signifie simplement que tu connais les regles sociales.

      Pourquoi parles tu de pedophilie ?Eteins ta television ca te fera du bien.Ou diminue les doses.
      Tu penses aux professeurs de lycée qui s’interessent a leurs eleves de plus de 15 ans.
      Cela n’est pas de la pedophilie.
      C’est s’interesser a une mineure qui a la majorité sexuelle.
      Une fille de plus de 15 ans est en general reglé,et a maturité sexuelle.C’est une femme,tres jeune.
      Parler de pedophilie si un homme de 25 ans a une relation avec une fille de 16 ans est ridicule.
      La pedophilie c’est le sexe avec des enfants,donc de moins de 15 ans legalement.
      Evidemment une relation entre une fille de 16 ans et un homme de 40 est desequilibrée sur le plan de l’experience de la maturité etc...mais ce n’est pas de la pedophilie et personnellement je ne juge pas forcement mal ce genre de relation.Meme si ca ne me plairait pas que ma fille ait une relation de ce type car j’aurais le sentiment,justifié,qu’elle manque d’armes pour se defendre.
      Ceci dit une relation enrichissante ou sincere peut tout a fait exister avec 25 ans ou plus d’ecart.Dans un sens ou dans l’autre.il faut voir au cas par cas et ne pas user d’arguments manicheens et reducteurs parceque ce que l’on lit heurte ses certitudes.Et oui certains profs de ta fille auxquels tu donnes toute ta confiance la regardent sans doute avec certaines idées en tete.Ce qui ne signifient pas qu’ils lui veulent du mal ou qu’ils ont l’intention de la seduire ou ont deja essayé.Ils risquent leur place,donc la plupart ne tente rien.


    • #208368
      le 23/08/2012 par Ronan
      La drague de rue, un sport extrême ?

      Pour finir par soucis didactique,tu demontres une fois de plus que tu es le produit et la soumise comme bien d’autres(heureuse)d’une société dégénérée.La société dans laquelle nous vivons.
      Les sociétés humaines sont par nature patriarcales.Comme la plupart des sociétés de mammiferes.
      il est tout a fait naturel dans une société patriarcale que le jeune loup veuille detroner l’ancien et que l’ancien cherche a l’en empecher.
      C’est dans la nature des choses.
      Cela semble t’etonner...et tu crois y voir une contradiction.

      Ceci etant notre société bien que degenerée,n’a pas que du mauvais.Et contrairement a E&R,je ne condamne pas tout ce qui se fait aujourd’hui.Nous sommes des mammiferes speciaux.Nous devons donc a la fois conserver notre nature et a la fois etre capable de nous elever sans pour autant perdre le lien.
      Aujourd’hui nous perdons le lien,certains voudraient comme ici revenir a avant,ce n’est pas mon cas,je ne pense pas qu’il faille revenir en arriere,je pense qu’il faut evoluer,et que pour se faire il faut a la fois revenir en arriere sur certains plans et avancer dans d’autres.
      Par exemple meme si je ne suis pas favorable a la "democratie" actuelle qui est un mensonge,dans un parlement il me parait positif qu’il y ait autant d’hommes que de femmes.Ou du moins des proportions comparables.
      Pour moi les hommes et femmes sont complementaires,egalement dans l’exercice du pouvoir.
      De meme je considere que les femmes a travail egal doivent percevoir un salaire egal.

      Pour moi l’homme et la femme doivent etre egaux en droits,mais sont fondamentalement differents et complementaires.Toute tentative sociale d’eliminer ces differences est une tentative inhumaine,commandée par une oligarchie,vouée a l’echec ou qui detruira a terme l’humanité pour un avenir totalitaire,le profit d’une poignée d’incapables dégénérés qui regnera comme ca été le cas pendant des siecles et comme beaucoup ici meme en revent de maniere reactionnaire et illogique,avec la monarchie.

      Mes excuses pour ne pas avoir perçu votre genre,Ma Dame,et pour les digressions parfois complexes que j’ai pris la liberté d’ecrire afin de flatter votre beauté et d’eveiller vos sens.Ne doutez point,trompée par certains passages virulents de mon respect a votre endroit,et de mon interêt pour vos regards.


    • #208644
      le 23/08/2012 par Professeur Bibolini
      La drague de rue, un sport extrême ?

      @Ronan

      Je ne regarde quasiment pas la télévision, j’ai mieux à faire. Quand je la regarde, je la subis (chez les autres).

      "Tu as raison une mere doit apprendre a sa fille a se mefier des inconnus,notamment quand celle ci est jeune evidemment.
      Ensuite elle est assez grande pour faire la part des choses elle meme."

      Mais justement, c’est vous (sinon pas toi, certains) qui critiquez ces filles qui font la part des choses elles-mêmes quand elles choisissent de ne pas donner suite à vos avances. Dans ce cas-là, c’est bien ça qui me gêne, quand certains les traitent de "prétentieuses, pouffes, mal baisées" etc sans souffrir qu’elles puissent avoir leurs raisons.
      Je suis d’accord qu’à Paris, peu de gens ont du tact quand ils parlent aux autres, hommes et femmes. Mais simplement ne pas répondre à des regards qui cherchent par des oeillades complices comme l’écrit Mansur, si ça engendre de la haine, franchement, il y a un problème de vanité un peu démesurée.
      Il faut savoir garder une dose d’humilité. Maintenant, j’imagine aussi que certaines filles peuvent être désagréables, mais relis les commentaires des gens Ronan, certains sont tellement hargneux tout simplement de ne pas arriver à leurs fins.


    • #208649
      le 23/08/2012 par Professeur Bibolini
      La drague de rue, un sport extrême ?

      @Ronan
      Dans ton message aussi, tu critiques les pères (pensant que j’en étais un), par rapport à ton expérience. Puis, tous les profs (pensant que j’en étais un aussi). Relis-toi. Je sais comment ça se passe dans les écoles, j’ai été une élève. J’écris juste que "j’ose espérer", mais je peux imaginer la réalité. Pour savoir personnellement à quel point il est facile d’admirer un adulte, à cause de manques et de souffrances, et pour savoir que certains adultes jouissent de cet ascendant psychologique qu’ils ont sur ces jeunes, j’ai adopté un regard beaucoup plus critique à leur égard.
      Tu me traites de "petite bourgeoise", la critique préférée et systématique des Français, qui somme toute, si on les compare à d’autres, ont en général une mentalité assez bourgeoise (qui peut aussi se comprendre, car quand on est né en temps de paix, qu’on a toujours connu l’eau courante, l’eau chaude, un minimum de confort, l’accès à la médecine, l’éducation, etc., il est moins aisé d’imaginer autre chose)... dis-moi, quel rapport entre l’esprit bourgeois et le soucis des jeunes ? Sors un peu du fantasme bien franchouillard du "moi je suis le gentil prolo en guerre contre le méchant bourgeois". Il y a toujours moins bourgeois que soi Ronan.
      Je ne parle pas de concepts bourgeois, mais de responsabilité personnelle. "Quelles répercutions ont mes actes sur les autres ?" est-ce un soucis bourgeois selon toi ?
      Je suis loin d’être prude à ce sujet. Un des films qui m’a profondément émue et marquée s’intitule "La Femme Enfant" de Raphaële Billetdoux (je te le conseille vivement si le sujet t’intéresse), et qui n’est nullement accusateur, mais qui montre avec intelligence et bienveillance la souffrance des deux protagonistes. En gros, oui, on est beaucoup à souffrir de solitude, et on cherche l’amour, l’acceptation et le réconfort où on peut le trouver. Mais idéalement, un prof devrait se dire qu’une jeune fille a besoin d’être guidée pour se construire une personnalité un minimum équilibrée et solide, sans passer par une relation (le film au fait n’est pas sur une relation prof-élève).


    • #208671
      le 23/08/2012 par Professeur Bibolini
      La drague de rue, un sport extrême ?

      @Ronan
      "il est tout a fait naturel dans une société patriarcale que le jeune loup veuille detroner l’ancien et que l’ancien cherche a l’en empecher."
      Je suis d’accord. Et oui, un père devrait être prêt à laisser grandir sa fille, tout comme une mère doit savoir "lâcher" son fils et souhaiter son bonheur.
      Je ne connais pas ce père à qui tu as eu à faire, et ne te connais pas, donc je ne peux rien dire.
      Mais ça n’est pas de ce genre de rapport dont je parle dans mes commentaires. Je parle des types qui ne cherchent qu’à "lever/tirer" pour reprendre le terme d’un commentateur. Normal qu’un parent n’apprécie pas trop ce genre de personnage, sans pour autant être possessif.

      "Etre inseré socialement ne presume en rien de ta valeur ou de tes valeurs reelles.
      Cela signifie simplement que tu connais les regles sociales."
      Je sais bien Ronan. Et quand la société explose, les vraies natures se dévoilent.
      Mais certaines règles sociales ne sont-elles pas là pour protéger la cohésion du groupe ?
      Certains tabous ne sont-ils pas là pour éviter le chaos ? L’inceste par exemple, n’a-t-il pas toujours été un interdit ?

      Pour ce qui est du pseudo, je suis d’accord... se cacher derrière un nom d’homme quand on est une femme est preuve de faiblesse. J’en suis coupable.

      Sur ton dernier message, encore d’accord avec toi.
      Mais s’il te plait, explique-moi exactement en quoi je suis le produit et la soumise de notre époque dégénérée ?
      Bien que je pense qu’à notre insu, nous sommes tous plus ou moins le produit de notre époque, de notre éducation, de nos expériences bonnes et mauvaises. Un peu de réflexion nous aide, au fil des ans, à mieux nous observer nous-mêmes, et peut-être devenir plus indépendant des influences de tout ça. Mais c’est l’affaire de toute une vie, n’est-ce pas ? Certains ont la chance de commencer tôt, d’autres plus tard, d’autres encore jamais. Evidemment, j’espère évoluer, mais je me trompe peut-être. Mais je viens justement ici pour apprendre des choses.

      Je vous excuse de m’avoir traitée de petite bourgeoise bien pensante qui écrit des phrases ridicules, ou encore de soumise, Sieur Ronan ;)
      Je suis sûre que vous êtes très aimable avec la gente féminine, tant mieux pour vous et pour elles.
      Merci en tout cas pour ce petit échange d’idées. Bien à vous.


    • #208951
      le 24/08/2012 par Professeur Bibolini
      La drague de rue, un sport extrême ?

      @Ronan
      "Nous devons donc a la fois conserver notre nature et a la fois etre capable de nous elever sans pour autant perdre le lien.
      Aujourd’hui nous perdons le lien,certains voudraient comme ici revenir a avant,ce n’est pas mon cas,je ne pense pas qu’il faille revenir en arriere,je pense qu’il faut evoluer,et que pour se faire il faut a la fois revenir en arriere sur certains plans et avancer dans d’autres."

      Peux-tu préciser ta pensée, si tu as le temps ?
      Aussi, je suis curieuse de savoir ce qui à tes yeux est dégénéré dans notre société.

      "Mes excuses pour ne pas avoir perçu votre genre,Ma Dame,et pour les digressions parfois complexes que j’ai pris la liberté d’ecrire afin de flatter votre beauté et d’eveiller vos sens."

      Pour ce qui est de mes sens... critiques, vois-tu, vu l’heure, et même si je suis "une bourgeoise qui ne pense pas par elle-même", ils sont bel et bien éveillés grâce à toi ; tu as réussi à me donner l’insomnie cher Ronan. Quant à la beauté, tu es bien optimiste :)

      PS : vu tes horaires à toi, tu écris de l’étranger, je me trompe ?


    • #209354
      le 24/08/2012 par ronanxx
      La drague de rue, un sport extrême ?

      Etant donné la tournure de la discussion,je t’ai repondu brievement et j’ai laissé un email,parceque ce n’est pas le lieu pour un dialogue aussi long entre nous.Je n’ai pas envie ici de decrire en quoi cette société est dégenérée mais cela est simple a demontrer et il est amusant que tu ne saches pas en quoi.Cela demontre qu’elle a parfaitement fait son office.Mais la sainte inquisition de E&R ne laisse sans doute pas passer de message avec un email pour proteger du spam,du demon ou de Dieu sait quoi et aussi pour se divertir.Voila,si tu utilises le pseudo de ce message et le premier mot de cette phrase,sachant que contrairement a ce que tu crois je suis en France,tu auras matiere de plaisanter avec moi de la drague de rue sur internet et de retrouver le lien auquel j’ai fait reference,le lien entre les hommes,la nature,et la nature de l’homme.


    • #209753
      le 25/08/2012 par Professeur Bibolini
      La drague de rue, un sport extrême ?

      @Ronanxx
      Message compris, et c’est chose faite, je t’ai répondu à... voila.


  • #207269

    Question bête : ils sont cachés ou les micros ? la fille on l’entend trop bien à mon goût..je m’y connais un peu en prise de son ; ca ressemble a de la pub mensongère..

     

    • #207403
      le 21/08/2012 par Mersito
      La drague de rue, un sport extrême ?

      Effectivement, j’avais pas fais attention mais maintenant que tu le dis sa crève un peu les yeux.

      haha, le petit salaud qu’a trouvé comment soulager des bobos de 3000 euros, avec une caméra, une complice et un texte pondu en 15 min. Le tout légalement, chapeau bas.


    • #208001
      le 22/08/2012 par Lapin
      La drague de rue, un sport extrême ?

      N’importe quoi, je connais les mecs qui vivent de ce coaching, et en l’occurrence c’est des micros qu’on accroche dans le teeshirt, arrêtez d’être conspirationiste sur tout c’est fatiguant à la fin


  • #207284
    le 21/08/2012 par Thorfinn
    La drague de rue, un sport extrême ?

    moi je suis pas fait pour la drague de rue ! j’ai déjà essayé mais les mots sont restés bloqués dans ma gorge et j’ai du bafouillé une connerie du genre "désolé j’t’ai pris pour qqn d’autre"...Ouais tout naze quoi ! par contre dans le contexte d’une soirée, voire en boite ou à la plage pourquoi pas, mais dans la rue j’ai l’impression que j’emmerde la meuf voire que je l’agresse.


  • #207310
    le 21/08/2012 par Le libanais
    La drague de rue, un sport extrême ?

    Vous auriez pu mettre Mad du site Madséduction, plutôt !

    Mad est un lecteur de Soral (il a écrit deux ou trois articles sur lui), et c’est sans doute le dragueur le plus balaise de la capitale...

    Il est à plus de 1000 filles "dûment pénétrées" et il couche à peine une ou deux heures après avoir rencontré la fille (voir ses vidéos où on le voit ramener la fille directement chez lui tout en marchant).

    Dans la lignée de Soral...


  • #207364
    le 21/08/2012 par Patriote62
    La drague de rue, un sport extrême ?

    La drague ça permet de prendre confiance en soi et en suite le plaisir c’est même pas de séduire je pense pour certains mais juste de savoir qu’il a pu emballer . Si j’avais une fille je me plaindrais pas qu’on la drague mais qu’elle couche à droite à gauche c’est sur ça le ferait moyen.


  • #207365
    le 21/08/2012 par Heizen
    La drague de rue, un sport extrême ?

    Ce qu’il ne montre pas c’est les 10 filles d’avant qui l’ont jeté non ?
    Parce que sinon je dis chapeau,
    aujourd’hui draguer une femme dans la rue c’est... quasi mission impossible.
    Elles ne répondent pas quand tu dis bonjour, fuient le plus vite possible ou te regardent avec une tête de six pieds de longs genre "arrête ton char j’ai grillé que tu me dragues". Notre société a totalement cassée cette facilité a communiquer avec des étrangers dans la rue, encore plus entre homme et femme.

     

    • #207507
      le 21/08/2012 par Professeur Bibolini
      La drague de rue, un sport extrême ?

      "Notre société a totalement cassée cette facilité a communiquer avec des étrangers dans la rue, encore plus entre homme et femme."
      Il y a une différence entre communiquer simplement, par gentillesse, plaisir, et communiquer dans le but de se faire son interlocuteur. Or la drague, c’est uniquement ça.
      L’époque que vous regrettez, c’est l’époque de la révolution sexuelle.

      Avant cela, les parents surveillaient leur fille de très près, et les mariaient le plus vite possible.
      Je doute que les femmes aient été forcément plus "faciles" avant. Car la facilité à coucher, c’est bien ce que vous recherchez il semble.
      Donc comme je l’ai dit plus haut, finalement, le féminisme, le déclin du patriarcat et de la morale, tout ça a servi les petites affaires des dragueurs.
      C’est une contradiction que je constate ici. On regrette des valeurs perdues, mais on s’offusque de ne pouvoir consommer de la "chatoune" à la pelle et quand bon nous semble....


    • #209271
      le 24/08/2012 par Heizen
      La drague de rue, un sport extrême ?

      Non, c’est là que tu te trompes, je ne regrette pas l’avant 68 sur ce point à, mais il y a seulement 30 ans, voilà tout. Les gens qui ont 50 ans, 60 ans aujourd’hui savent bien et voient bien que ce n’est pas comme avant... Ne serait-ce que sur un truc tout con comme dit Bigard, les slow par exemple.. symbole d’une époque où les liens, les rapports hommes/femmes étaient plus simples. Aujourd’hui on sent la méfiance dans chaque discussion avec une inconnue dans la rue ou ailleurs.


  • #207366
    le 21/08/2012 par dédé75
    La drague de rue, un sport extrême ?

    .
    En ce qui me concerne je n’ai jamais eu besoin de draguer les filles dans la rue pour en rencontrer, ça s’est toujours fait de façon plus classique via l’entourage : voisine, école, travail, copines de copines etc...plus rarement bar et club mais là ça s’apparente déjà plus à la drague de rue.
    Mais certains jours de grande solitude il m’est arrivé de draguer dans la rue et effectivement que l’on soit beau ou pas (faut pas être trop moche non plus...) c’est surtout une question de technique. Et pas la peine de prendre des cours à 700 euros pour ça, chacun peut développer la sienne en y travaillant même si quelques conseils pour débuter peuvent rendre service.
    Les miens ? je dirais préparer à l’avance les phrases, les expressions d’approches pour accrocher mais ensuite le plus dur restera à faire : durer dans la conversation ! surtout pas de "blanc" comme un comédien de théâtre genre "merde je sais plus quoi dire"...éviter de parler de politique aussi, on n’est plus dans les années 70...Et surtout y aller franco, vous serez étonné du nombre de filles qui préfèrent cette attitude à ceux qui louvoient...

    Bonne chance et courage aux plus jeunes !
    .

     

    • #207809

      La drague de rue est un super moyen de rencontrer des filles en dehors de son milieu.
      On ne l’apprend qu’en la pratiquant, en se plantant, en recommençant avec un fort taux d’échec tout à fait normal.
      Elle ne tient qu’à un tout petit fil ; tout peut se casser ou se rattraper sur un rien.
      Calme et sourire : j’ai l’impression que la psychologie féminine aime bien qu’on lui annonce la couleur tant que c’est fait sans le faire tout en le faisant, avec le besoin d’y mettre les formes... Ne mettez pas de forme, vous vous planterez plus souvent. Mettez en trop (c’est à dire sans faire comprendre par le regard, ou le sourire ou la présence ou tout autre moyen le but ultime de la démarche) alors le processus sera comme privé de but et vous vous planterez tout aussi souvent. C’est mon avis en tout cas.
      Perso cette époque est révolue pour moi. Mais la drague de rue en plus d’être de la drague, vous ouvre la porte du monde, de tous les milieux, de toutes les nationalités, des toutes les histoires, de toutes ces choses qu’on ne découvre jamais si on reste dans son milieu. C’est la drague de l’égalité des chances et de l’aventure, la vraie. :)


  • #207482

    Joli coup ! Mais Dieu ! que ces anglicismes enlaidissent notre langue !


  • #207535

    Pour avoir une petite idée du degré de sérieux avec lequel prendre coachseductionnosculssurl’armoirenormande :
    - allez sur whois, pour vous apercevoir que ces charlots prennent soin de s’anonymiser
    - jetez un oeil sur les mentions légales (obligatoires, c’est la loi) : remplacées par "hébergés sur tel serveur"... des mecs qui montent une boîte (dixit) et qui imaginent pouvoir titrer ça "mentions légales", soit c’est des cons soit c’est des malfaisants.
    - pas de point de contact, juste un formulaire anonyme
    - des CGV bourrées d’incohérences, approximations voire assertions illégales
    - argumentaires de vente (boutique déléguée à amazon) visiblement destinés à des débiles mentaux en phase 10 d’alzheimer
    - coachseduction est un nom de domaine, mais apparemment pas le nom de la société, si société en bonne et due forme il y a. puisqu’ils prétendent être immatriculés au RC de Paris, pourquoi donc font-ils autant d’efforts pour ne pas s’identifier ?

    conclusion après juste un petit tour : pour se faire baiser, pas la peine de suivre leurs conseils. Dès qu’un clampin leur a filé du pognon, ayé il est exaucé !


  • #207572

    Simplement un conseil technique : au lieu de noter le numéro de la fille dans le répertoire, composez le directement et appelez la fille devant vous, elle ne pourra pas dire qu’elle n’a pas bien noter votre numéro...

     

    • #208318

      Ridicule. Technique de gros lourd, qui démontre surtout un manque de confiance en soi. Un type qui n’a pas peur du rejet, et qui à confiance en lui, ne se fait pas chier à essayer le numéro devant la nana. De toute façon, si la fille t’a passé un mauvais numéro, c’est bien pour une raison..


    • #208573
      le 23/08/2012 par Frondeur
      La drague de rue, un sport extrême ?

      L’idéal, le plus dur à faire et le plus intéressant, c’est de savoir si ça va être du solide ou pas, sans vérifier le numéro. Du solide dans la mesure où elle a envie de me revoir.
      Pour ça il faut mesurer son intérêt tout au long de l’interaction et réagir en conséquence. Sans calibration on tourne en rond sans progresser, on perd son temps.


    • #210061
      le 25/08/2012 par dédé75
      La drague de rue, un sport extrême ?

      .
      Question téléphone j’ai beaucoup mieux : j’ai déjà obtenu un rencard au téléphone sans que la fille ne m’ait jamais donné son numéro ni même jamais vu avant... Dans un autre registre : en sifflant la fille...faut dire que j’avais tellement bien sifflé qu’elle m’avait félicité en se marrant ! Quand je suis en forme...

      Enfin quand j’étais en forme...cet article me remémore le bon vieux temps du célibat de mes 20/30 ans. Aujourd’hui je suis rangé des bagnoles comme on dit...hahaha !
      .


  • #207761
    le 22/08/2012 par theydontcareaboutus
    La drague de rue, un sport extrême ?

    J aimerai bien voir les ratés pour rigoler
    il ne c’est jamais pris une claque

     

  • Afficher les commentaires suivants