Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

La frontière, le Système et le porno

Ou comment le Marché détruit l’ordre naturel

« Il y a 420 millions de pages porno sur internet, 4.2 millions de sites Web porno (12 % du total), et 68 millions de requêtes porno dans les moteurs de recherches chaque jour ».

 

Dans cette grande entreprise d’abolition de l’Homme qui définit notre contre-civilisation, la frontière est l’ennemi. Pas seulement la frontière qui dessine les contours de la Nation, mais la frontière au sens large, qui différencie le beau du laid, le bon du mauvais, le bien du mal. La frontière aussi quand elle se fait membrane autour des cellules, où se niche le plus intime de la Vie. La frontière encore entre la chair et la technologie, entre l’homme et la machine. Toutes ces frontières subissent les assauts haineux du Système néolibéral dans sa volonté de tout niveler, de tout soumettre. Mais c’est probablement la frontière entre les genres, en tant qu’ultime verrou à l’atomisation complète de la société, qui subit l’attaque la plus massive, la plus dévastatrice, la plus prometteuse en matière de désintégration du corps social. Libération détournée de la femme, théorie du genre, culture porno : ou comment il ne sera bientôt plus possible aux hommes et aux femmes de s’aimer, pour le plus grand profit du Marché. Petit essai.

 

D’une frontière à l’autre

Régis Debray a dit quelque chose de magnifique sur la frontière : « La frontière n’est pas du tout la fermeture angoissante. La frontière est une marque de modestie. Je ne suis pas partout chez moi. Il y a une ligne au-delà de laquelle il y a d’autres personnes que je reconnais comme autres ».

La sagesse de ces paroles nous semble faire sens pour la frontière sous toutes ses formes. Car la frontière au sens large, loin d’être la « fermeture angoissante » donc, permet la richesse des cultures, permet de préserver la vie et l’humanité dans leur diversité, permet la radicale et sublime séparation des genres, et donc leur bouleversante conjugaison.

Mais vu du Marché, il est clair que toutes ces frontières sont surtout des freins.

La frontière entre les nations d’abord, qui préserve les cultures, les identités, le lien à la terre, le sentiment d’appartenance, freine l’expansion du Marché, l’avènement de son gouvernement mondial des 1 % ; ralentit les flux migratoires destinés à tout niveler, à commencer par les revenus, et empêche l’avènement de cet homme nomade globalisé sans racines ni histoire, tout occupé à consommer, à dé-penser.

La membrane des cellules aussi, comme frontière protectrice du patrimoine génétique des espèces, freine l’invasion du Marché à l’intérieur du Vivant, l’empêche de le manipuler et de le privatiser.

La frontière entre l’Homme et la Machine encore, freine l’ultime infestation de la technologie dans la chair humaine qui doit permettre aux apôtres hallucinés du transhumanisme [1] de devenir Dieu, de vaincre la mort elle-même et de donner naissance à leur Surhomme, « googlisé » et connecté jusqu’au trognon, mais enfin libéré de sa pesante humanité.

Quant à la destruction de toutes frontières entre le bien et le mal, le bon et le mauvais, le beau et le laid, elle dit l’essence profondément malsaine du Système néolibéral, son amoralisme absolu, sa volonté d’abolir toute référence, toute possibilité de jugement par un relativisme radical qui vise à formater le corps social pour le reconfigurer en un agglomérat de dociles consommateurs débarrassés de toutes volontés autres que celle de jouir d’eux-mêmes, pour eux-mêmes.

 

Séparer l’homme de la femme

Après ce préambule un peu bavard, venons-en donc au cœur du sujet, c’est-à-dire à l’assaut du système dirigé contre la frontière qui se fait différence entre les genres, dualité des sexes, qui est peut-être la plus importante de toutes. La plus importante car c’est de cette frontière, de cette différence que vient cette irrésistible attirance qui fait naître dans le cœur de l’Homme l’amour, la bravoure, la grandeur d’âme, la générosité, l’envie de beau et de bon, le désintéressement, le désir authentique et fécond, le désir d’enfant et donc nécessairement le désir de Foi, à cause de l’enfant justement dont on peut éventuellement se résoudre à concevoir la fin, mais jamais la disparition.

C’est le noyau de la première Patrie, celle de la famille, à la fois refuge et tremplin, sur laquelle s’appuie tout l’édifice d’une construction sociale structurante.

Autant de vertus donc qui élèvent, fortifient, enracinent l’Homme dans cette Tradition honnie qui contrarie tant le projet d’une société néolibérale réduite à la gestion juridico-marchande d’une addition d’égoïsmes concurrents. Autant de vertus qui freinent bien sûr accessoirement l’accès du Marché au très juteux monopole de la procréation.

Détachez l’homme de la femme, abattez la frontière, non qui les sépare mais qui les pousse dans les bras l’un de l’autre, nourrissez la rivalité et la discorde entre eux, la corrosion, et c’est alors tout l’ordre ancien qui bascule, laissant le champ absolument libre à l’avènement d’une société monstrueuse et glacée faite d’individus détachés de leur réalité, obsédés par eux-mêmes et donc livrés pieds et poings liés au Marché.

 

La libération par le cul

La postmodernité aura donné un coup d’accélérateur phénoménal à cette entreprise de séparation des hommes et des femmes.

Sous le masque habituel de la vertu progressiste si chère à la pègre néolibérale dirigeante, la femme a ainsi été poussée à conduire une guerre de conquête sans merci à une gent masculine trop heureuse de se soumettre dans un premier temps. Il faut dire que la stratégie choisie au tournant de la révolution bourgeoise de mai 68, la libération par le cul donc, avait de quoi susciter la curiosité d’un regard masculin jusque-là habilement frustré.

Dans l’effervescence d’une époque qui s’était faite religion d’interdire d’interdire et de jouir de tout sans entraves, la femme a ainsi été instrumentalisée et trompée pour servir les intérêts du Marché désormais aux commandes.

Sous couvert de progrès social, elle fut donc rapidement amenée à s’exposer, à s’exhiber, sommée de tout montrer, de tout dé-voiler [2] sous l’impératif post-moderne et marchand de la surenchère transgressive, impératif nécessaire à la stimulation sans fin du désir.

 

Une société crypto-pédophile

En quelques décennies, l’industrie de la mode a ainsi affublé les femmes des accoutrements les plus provocants, les plus courts, fins, collants, moulant jusqu’à leurs plis et fentes les plus intimes ainsi exposés au regard de tous, déclinant cette vulgarité y compris pour les âges les plus tendres.

Lire la suite de l’article sur lesakerfrancophone.fr

Notes

[1] « En 2050, les gens avec moins de 150 de QI ne serviront à rien »

[2] Risquons-nous à proposer d’éclairer sous cet angle l’hystérie anti-burkini qui agite les promoteurs de la laïcité, qui se trouvent être aussi souvent ceux de la pornocratie. Car c’est un lieu commun de dire que l’exhibition permanente tue le désir de l’objet exhibé. Et que peut-être, confusément, inconsciemment, la pudeur d’un burkini leur fait peut-être craindre moins une régression comme ils disent, qu’une concurrence pour ainsi dire déloyale vis-à-vis de la femme moderne exhibée en ce qu’il, le burkini, rallumerait soudain quelque chose d’oublié dans le regard éteint de l’homme blasé, quelque chose qui aurait à voir avec l’envie de mystère, l’envie de respect, la dignité, bref, le désir, allez savoir…

Pornocratie et capitalisme, lire chez Kontre Kulture :

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

24 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1565032
    le 25/09/2016 par UnInconnu
    La frontière, le Système et le porno

    C’est encore une industrie où les producteurs sont bien identifiés.
    Ses objectifs sont nombreux. Je pense qu’il y a une volonté de féminiser l’homme à travers celle-ci, et aussi de l’abrutir car les études montrent que visionner de tels contenus diminuent l’intelligence. Il n’est pas improbable que d’ici quelques années, les acteurs mâles soient invités à se rentrer des sextoys dans le cul, tout en copulant avec de charmantes créatures. Si la déviance n’existe pas déjà... ! On fera passer cela pour de la virilité.


  • #1565046
    le 25/09/2016 par Testou
    La frontière, le Système et le porno

    Le mot le plus recherché en France sur Google, c’est le mot "beurette"...

    D’aucuns diront : ils veulent L’argent du beurre, la beurette mais pas le beurre.

     

    • #1565081

      Je n’ai trouvé aucune information là dessus. Pourriez-vous nous donner vos informations ? Merci.


    • #1565085
      le 25/09/2016 par Melda
      La frontière, le Système et le porno

      Heu non, sûrement pas. Je ne sais pas où tu as été cherché ca...


    • #1565201
      le 25/09/2016 par Palm Beach Post : "Cult !"
      La frontière, le Système et le porno

      - "beurette", "arabe", sont des catégories concernant le porno français.

      Aux États-Unis, et donc plus généralement sur le World Wide Web, on dirait plus largement "latina"...

      Notre Anissa Kate nationale, par ailleurs très bien exportée, rentre parfaitement dans ces catégories précitées.


    • #1565209
      le 25/09/2016 par Testou
      La frontière, le Système et le porno

      La dernière fois c’était en 2013 que l’article sur Google est sorti. Depuis ce classement à disparu.. On comprend aisément pourquoi ( pas bon pour lîmage de marque )
      En revanche, les anglo-saxons sont plus pragmatiques et regardent le mot clef entré dans le site web selon la provenance géographique (au vpn prês, mais je si peu utilise une vpn pour regarder un site porno) .
      ps : je n’arrive pas à mettre l’url du site the economist, il suffit de taper "mot le plus recherché sur le net, beurette).


    • #1565437
      le 26/09/2016 par zuleya
      La frontière, le Système et le porno

      Testou : ce que ne te dit pas ton étude c’est l ethnie de ceux qui ont tapé "beurette" :
      Le porno c’est comme les tueurs en serie : la majorité ne sort pas de son groupe ethnique...
      D’autant que les jeunes de banlieue sont de très gros utilisateurs des sites de cul...misère sexuelle....
      Donc ton histoire de beurre et d argent du beurre est nulle et non avenue...


  • #1565050

    Bon résumé qui reprend néanmoins un poncif : avant bien car stade moins "avancé", maintenant pas bien et demain horrible.

    Bien entendu, le bien d’avant ne contenait-il pas les germes de pas bien maintenant et de l’horrible de demain ?

    Où comment vouloir la marchandise sans que l’homme en devienne une lui-même ?
    Mais bien entendu à l’est ils ont la "bonne gestion" !


  • #1565110
    le 25/09/2016 par C moi
    La frontière, le Système et le porno

    On remarquera aussi que les vidéos pornos du niveau intermédiaire, ni amateurs ni vraiment pros sont de plus en plus blasphématoires. On notera de plus en plus de "Ho Jésus" et puis un peu plus loin "ho yes fuck me", ou encore des "ho my god".

    D’après moi ça n’est pas du spontané, c’est voulu, surement demandé.

     

    • #1565128

      Depuis quand le sexe est blasphématoire ?

      " Dieu les bénit, et Dieu leur dit : Soyez féconds, multipliez, remplissez la terre, "

      faut le faire exprès pour pas comprendre...


    • #1565189
      le 25/09/2016 par hunter
      La frontière, le Système et le porno

      Visiblement, vous visionnez trop de porno made in USA !

      Non, ce n’est pas du blasphème, ce sont des expressions très courantes et très largement utilisées en américain !
      Sans pondération, un peu à tort et à travers, mais ce sont des habitudes de langage, c’est tout !

      Je vous invite à faire l’amour ( et pas un acte de consommation comme sur le net) avec une citoyenne américaine native ’(ont l’américain est la langue maternelle), et vous verrez que si vous lui faites plaisir, elle aura naturellement tendance à utiliser ces vocables.

      Donc c’est juste une bizarrerie linguistique, ne voyez pas de blasphème là-dedans !

      Adishatz

      H/


    • #1565217
      le 25/09/2016 par c’est encore moi
      La frontière, le Système et le porno

      "faut le faire exprès pour pas comprendre..."
      Je vous renvoi le compliment...


    • #1565220
      le 25/09/2016 par Palm Beach Post : "Cult !"
      La frontière, le Système et le porno

      "D’après moi ça n’est pas du spontané, c’est voulu, surement demandé."

      Chacun sa marotte, y’en a p’têtre même qui voient passer des chemtrails dans les actrices...

      Ils vont, ils viennent, ils se répandent...
      c’est voulu ! lol


  • #1565122

    Question : Si j’achete un piano ou un autre instrument de musique, puis que je passe tout mon temps libre a pratiquer des gammes, arpeges et divers morceaux, est-ce que :
    A> J’ai succombe a la loi du marche en achetant mon piano
    B> Je suis immunise contre la loi du marche, vu que mon temps libre est dedie a pratiquer cet instrument plutot que depenser mes sous en conneries qui finissent au placard au bout d’une semaine ?

     

  • #1565163
    le 25/09/2016 par redsniper06
    La frontière, le Système et le porno

    Dénaturer le côté merveilleux de la sexualité qui crée la vie ...pour en faire un business pervers et satanique relève de la dégénérescence d’une partie de l’Humanité !!!


  • #1565175
    le 25/09/2016 par politzer
    La frontière, le Système et le porno

    Bonjour

    On peut souscrire à cette analyse sans avoir la " Foi" ! Qu est ce que ce piétisme sectaire voire fanatique ?


  • #1565178
    le 25/09/2016 par Talion
    La frontière, le Système et le porno

    Je comprend que l’Église Catholique ait été une cible de choix du mondialisme : Elle s’acharnait à expliquer aux hommes qu’ils devaient être des hommes et aux femmes qu’elles devaient être des femmes.

    ...Un blasphème inacceptable pour le sacrosaint marché.


  • #1565210
    le 25/09/2016 par redsniper06
    La frontière, le Système et le porno

    Priez porno !!!


  • #1565243

    C’est toujours la même histoire, on nous pousse vers la représentation des choses, plutôt que la chose elle même.

    Une fois qu’on est dans le théatre, le mimétisme, c’est fichu.


  • #1565330
    le 25/09/2016 par Pépé le Moko
    La frontière, le Système et le porno

    Et avec tout ce déferlement de saloperies immondes , on a pas le droit à une forme de polygamie ( voir de polyandrie ) civilisée ( comme la pratiquait les Aryens Védique par exemple ) ?!?

    De quoi j’me mêle ?!?


  • #1565495
    le 26/09/2016 par Robin
    La frontière, le Système et le porno

    Connaissez vous la dernière invention états-unienne ? Le "dad bod" (le bidon de papa). Ce corps masculin d’homme quinquagénaire un peu rond ferait fureur chez les jeunes filles ! Et sur des hommes jeunes ! Pourquoi ? Pourquoi pas un corps musclé et viril ? Parce qu’aevc un copain rondouillet, les minettes d’aujourd’hui peuvent se mettre en avant lorsqu’elles sont avec lui, se comparer et se sentir mieux


Commentaires suivants