Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

"La guerre de tous contre tous pour un putain de salaire"

Une lecture sociologique du terrorisme en France

Plus de 24 heures après les assassinats de masse de Nice, contrairement à ce que claironnaient les médias et la classe politique, jusqu’à la revendication probablement opportuniste de l’État islamique peu d’éléments permettaient d’affirmer clairement que ces meurtres étaient liés directement à une organisation terroriste djihadiste. Ceci n’a pas empêché nos hommes politiques de l’affirmer pour mieux nous vendre leur guerre de civilisations.

Les premiers éléments du portrait de l’assassin qui conduisait le camion décrivaient plus sûrement un individu en désocialisation avancée qu’un fan de l’EI. Il était au chômage, issu d’un quartier populaire, en instance de divorce, plombé par des affaires judiciaires en lien avec son travail de chauffeur et sujet à des accès de violence contre ses proches. Avant que l’attentat ne soit revendiqué, le seul élément repris à charge par les médias était le simple fait d’être né en Tunisie, ce qui suffisait semble-t-il à faire de cet hommes un « djihadiste » potentiel. Le ministre de l’Intérieur a tout de même dû inventer un nouveau concept, celui de la radicalisation instantanée. Un truc qui fait de toute personne un terroriste en puissance, quelques instants suffisent à métamorphoser quiconque en ennemi radicalisé de la République.

 

 

Pourtant, d’après les témoignages de ses proches, rien ne fait de cet homme une personne attachée au fait religieux. C’est plutôt l’archétype du gars triste que l’on croise souvent dans nos quartiers, où l’on se tue à la tâche pour des salaires de misère, retournant d’abord la violence de ce monde contre nous-mêmes et nos proches avant de la tourner, plus rarement, contre les autres.

 

 

Le premier constat, c’est que la France est désormais un pays dans lequel les meurtres de masse sont possibles et tendent à devenir une constante. Si le discours dominant martèle que c’est de la faute des méchants, des autres, et de tout ce qu’on veut sauf des bons Français bien Charlie, les faits indiquent que ces actes sont perpétrés et rendus possibles par des gens qui vivent et grandissent en France. Autrement dit, ils sont français, même si une partie de la société française refuse de l’accepter ou les considère comme des Français de papiers. Ces assassins de masse ont été façonnés par la société française.

Les meurtres de masse sont l’apanage des « islamistes », si on en croit les journalistes et les politiciens au pouvoir. Si tel était le cas, les USA devraient être considéré par ces brillants esprits comme un pays musulman, tant les meurtres de masse y sont fréquents.

Les faits sont là : la France a tous les symptômes d’une société économique libérale. Tous les rapports sociaux y sont atomisés. L’individualisme, ferment du libéralisme économique, déshumanise le rapport aux autres. L’autre est perçu comme un concurrent ou un « étrange étranger ». L’autre est vu comme une menace. Il est de moins en moins perçu comme un semblable.

Le témoignage des voisins de l’auteur de la tuerie de Nice est symptomatique de cette atomisation des rapports sociaux.
Une société qui parle de tuer la concurrence, réduit les personnes à de la marchandise, détruit tout lien de solidarité et génère des conduites morbides.

Ce n’est pas « l’Islam » qui s’attaque à la société française. C’est la société telle qu’on l’a connue il y a encore 30 ans qui n’existe plus sous le coup des avancées du libéralisme. Chacun pour soi et Dieu pour tous n’est pas un proverbe musulman.

Second fait qui saute aux yeux, l’état d’urgence et tout le branle-bas de combat policier ne servent à rien face a un homme déterminé à tuer et souvent à mourir.

 

 

Le simple fait que cette attaque ait eu lieu au cœur d’une des villes les plus sécuritaires de France, où la paire LR Estrosi-Ciotti est à l’avant-garde de toutes les technologies modernes sécuritaires, en dit long sur l’inutilité de toutes ces politiques sécuritaires censées nous protéger.

L’attentat est arrivé à Nice, ville de droite dure. Une ville ultra sécurisée, avec les caméras, les effectifs de policiers municipaux et nationaux qu’il faut pour quadriller le terrain et protéger les nombreux riches qui y habitent. Une ville dans laquelle le Bloc identitaire a pu forger son discours et mettre en avant ses idées. Bref, Nice c’est la ville symbole de tous les discours politiques dominants : c’est la « solution ». Et voilà que c’est ici, dans le monde parfait des droites libérales et identitaires, que la tragédie survient. Les faits sont têtus.

Les défenseurs de ce monde de droite expliquent le fiasco de leur politique sécuritaire par le fait que les forces répressives de l’État sont épuisées par le « mouvement social ». Si on accepte cet argument, il faut accepter aussi son corolaire : face au terrorisme takfiriste qui, d’après nos dirigeants, menace « notre civilisation et le monde libre », la priorité du gouvernement ces six derniers mois a été de mobiliser l’appareil d’État sécuritaire pour casser toute forme de solidarité et de lutte contre le pouvoir libéral.

Les moyens considérables mis en œuvre pour réprimer le mouvement contre la loi « travaille ! » soulignent la priorité du gouvernement et de nos élites et révèlent l’identité du véritable adversaire des dirigeants des sociétés capitalistes modernes.

Les meurtres de masse, quand ils surviennent, ne dérangent pas l’ordre établi. Ils justifient une plus grande surveillance et légitiment une répression aveugle, y compris de tout ce qui remet en cause l’ordre injuste d’une société qui génère ces criminels de masse.

Au travers du prisme de la lutte contre le djihadisme, le chercheur François Burgat résume parfaitement cette situation.

« C’est pour cela qu’il me parait essentiel d’affirmer (..) et de rappeler fermement, encore et encore, l’importance primordiale de la matrice politique du phénomène djihadiste, la seule qui permette de penser la part centrale de la responsabilité que nous y avons. Et donc de la marge d’action importante que nous retrouverons – dès lors que, pour combattre le djihadisme, nous accepterons d’agir sur un autre terrain que sécuritaire et répressif. Si notre “lutte contre le terrorisme” entend dépasser le stade des mots, et le seuil de son présent échec, c’est ce prix, réaliste, que nous devons accepter de payer. »

Les mêmes causes engendrent les mêmes effets. Nice et sa promenade des Anglais, c’est un peu l’Amérique. La France est un pays libéral dans lequel tout se privatise : les transports, l’éducation, la santé, la violence légale. Tout est marchandise et les laissés pour compte sont nombreux. Il est dès lors logique que, dans cet univers, des rageux nihilistes surgissent.

Ce qui reste de l’État-providence et de son filet social ressemble de plus en plus à un assemblage de politiques punitives contres les plus fragiles.

 

 

Les organisations de protection sociale sont assimilées à des fardeaux. Ceux qui s’élèvent contre ces évolutions de la société française sont désignés comme un ramassis d’organisations terroristes par le patronat et le gouvernement.

Beaucoup d’appelés, peu d’élus. Pour faire le tri et diviser, les discriminations raciales sont un instrument de gestion efficace pour le système. Dans les marges, pour les plus bancales d’entre nous, se renforce alors l’attirance pour les logiques nihilistes djihadistes. Et les quelques sièges distribués aux élites des minorités pour montrer aux masses que « quand on veut on peut » n’y changent rien : ils accentuent au contraire la concurrence entre pauvres.

La guerre de tous contre tous pour un putain de salaire.
Comment nos élites peuvent-elles s’étonner ensuite que la violence ne reste pas cantonnée dans nos quartiers ? Tôt ou tard, la violence déborde et éclabousse tout le monde, qu’elle prenne la forme du takfirisme en mode banlieue française ou qu’elle explose de façon isolée en mode meurtre de masse à l’américaine.

La police n’y peut rien. Pour en finir avec ces massacres, il nous faut changer de monde.

Sur l’attentat de Nice, voir aussi :

Approfondir le sujet avec Kontre Kulture :

Militer aux côtés de Dieudonné et Alain Soral pour empêcher la guerre de tous contre tous :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

31 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1515831
    le 20/07/2016 par Avec Trump on va tous en prendre plein la gueule.
    "La guerre de tous contre tous pour un putain de salaire"

    Guerre de civilisation ? ça dépend pour qui !
    Les identités ont disparu, il n’y a plus qu’une seule guerre mondiale, c’est la guerre économique !


  • La France c’est tellement horrible que le gars est venu y vivre.


  • #1515859

    Intéressant, mais grandir ou vivre en France, ou aller à l’école française n’est pas suffisant pour devenir français, sauf exceptions, être français est un héritage culturel, génétique, est français celui qui a du sang français.


  • Enfin une analyse profonde et intelligente. Une société pro économique libérale à l’esprit pure capitaliste mélangé avec une politique internationale du dénis des autres peuples et de déstabiliser des régions entière du globe pour nourrir de ressource naturel notre société de consommation et notre demande de vouloir toujours vivre plus dans ce mode de vie...voilà la cause de tous ces massacres. Dans la vie il faut de l’équilibre et quand l’avarice du pouvoir et de l’argent domine, on crée des divergences, des mentalités individualistes et une déshumanisation totale, L’être humain n’est plus relié aux valeurs humaines les plus saines comme le RESPECT, LA LIBERTE, LA SOLIDARITE, LA FRATERNITE (je rappelle une valeur soit disant propre à notre pays !) C’est pour cela que j’ai crée une association il y a 2 ans maintenant, un Partage un Sourire un Bonheur, notre but est de pérenniser des valeurs humaines dans nos sociétés et d’améliorer les structures d’éducation scolaire sportive et de santé. Le plus important c’est l’éducation dans la vie. Nous pouvons vivre dans une société économique mais en équilibre avec le respect de l’Homme et de l’environnement, la Terre. On ne doit pas dépasser cette limite, produire oui mais sans pesticide chimique mais biologique alors oui on fera moins de millions de bénéficie mais des milliers mais au moins on respect l’homme et son environnement. Oui nous sommes libre mais notre liberté s’arrête où commence celle des autres ! Alors arrêtons d’envoyer des bombes en Irak, Afghanistan, Syrie, Libye, Arrêtons de déstabiliser des pays où comme par hazard gisent les plus grandes ressources énergétiques au monde comme au Vénézuela pour notre soif de consommation et de pouvoir et vivons en paix et en échange tous ensemble. Il faut arrêter cette évolution technologique qui sert qu’à la consommation (Iphone) et à la déshumanisation (robot) et utiliser notre intelligence pour vivre ensemble, pour que tout le monde puisse manger et boire, être et vivre heureux que l’on soit né en Afrique ou en Asie..Tout cela est possible si n’ont changeons de mentalité, si nous revenons à une éducation qui respect l’homme et son environnement la planète terre comme apprendre l’écologie, le tri sélectif, le comportement humain, développer nos sens, développer les choses simple comme l’artisanat et arrêter de mettre dans la tête des gens qu’il faut être docteur ou ingénieur pour réussir sa vie, mais que chacun suive sa voie tout en respectant celle des


  • Bonjour.
    Je veux juste dire que cette personne est arrivée en 2008 ou 2009 en France de Tunisie donc il n’est ni ne ni éduqué France. Apparemment, il est venu grâce ou à cause d’un mariage avec une femme française d’origine immigrée. Donc, la société française n’est aucunement responsable des problèmes de cet individu. Même si ce n’est pas un attentat islamiste, on peut se poser la question. Cette personne, au chômage et repris de justice, aurait dû rentrer chez elle en Tunisie si elle ne supportait pas la France et les Francais "racistes" mais effectivement dans ce pays, il n’y a pas toutes les aides sociales qu’il y a en France.


  • #1515877
    le 20/07/2016 par 3,64€ de l’heure
    "La guerre de tous contre tous pour un putain de salaire"

    Excellent article ! Ça me réconforte de savoir que je ne suis pas seul à comprendre leur machiavélisme et de lire ces vérités éblouissantes sur E&R.
    « Le simple fait que cette attaque ait eu lieu au cœur d’une des villes les plus sécuritaires de France, où la paire LR Estrosi-Ciotti est à l’avant-garde de toutes les technologies modernes sécuritaires, en dit long... »

    ...un nouveau concept, celui de la radicalisation instantanée. Un truc qui fait de toute personne un terroriste en puissance, quelques instants suffisent à métamorphoser quiconque en ennemi radicalisé de la République. »

    « Les moyens considérables mis en œuvre pour réprimer le mouvement contre la loi « travaille ! » soulignent la priorité du gouvernement et de nos élites et révèlent l’identité du véritable adversaire des dirigeants des sociétés capitalistes modernes. »

    Estrosi : "je veux 0 inactivité, 7h de travail pour la collectivité" GRATUITEMENT ? ou contre un salaire à 3,64€ de l’heure ?
    Et un mouton de répondre "BRAVO !!!"
    Il est en train de lui creuser un trou pour le jeter dedans (en prenant le prétexte du branleur arabe qui se gave du rsa) pour le faire travailler prochainement à 3,64€ de l’heure (RSA*) et l’autre il applaudit.

    Je suis abasourdi !
    *)548, 68 euros par mois pour une personne seule et sans enfants
    548,68€ / 151h = 3,64€ de l’heure

     

  • "les faits indiquent que ces actes sont perpétrés et rendus possibles par des gens qui vivent et grandissent en France . Autrement dit, ils sont français , même si une partie de la société française refuse de l’accepter ou les considère comme des Français de papiers. Ces assassins de masse ont été façonnés par la société française."
    Transition logique inexistante, ou alors il faudrait également admettre qu’un Suédois expatrié en Chine est chinois ?
    Parmi ces assassins de masse, on retrouve cependant rarement des paysans Français "de souche" par exemple ; pourtant eux aussi vivent dans la misère, et aucun ne va écraser 80 personnes avec un tracteur ou une moissonneuse.
    Ne faudrait-il pas plutôt chercher la cause discriminante de ces actes vers une constitution cognitive et culturelle inadaptée pour répondre à l’environnement de la société française ?

     

    • #1516175

      "Constitution cognitive et culturelle inadaptée..." Une grande part du problème est là . Pendant près de 130 ans, les européens et les maghrébins ont cohabité sur le sol algérien . Il y a eu, comparativement avec l’Indochine ou l’Afrique subsaharienne très peu de mariages mixtes au cours de cette période, et ce n’est pas par racisme , puisque les memes fondaient des familles mixtes dans d’autres territoires .Au cours des années50 , j’ai pu gouter aux problèmes engendrés par le "vivre ensemble " que nous vendent ceux qui ne l’ont jamais pratiqué .Au Maroc, comme en Algérie, des jeunes filles employées comme bonnes, ont partagé le quotidien de la famille , appris à lire et écrire etc...En dépit des efforts de part et d’autre, l’adaptation est difficile, et la fracture culturelle finit toujours par apparaitre.


    • Mauvaise interprétation des propos... si c’est fait exprès je dirai que c’est malhonnête.
      « vivent et grandissent en France » ça veut bien dire ce que ça veut dire : il parle de personnes dont les origines sont issues de l’immigration, mais qui sont soit arrivés à un jeune âge soit carrément qu’ils sont nés en France, qu’ils sont donc censés avoir assimilé la culture française au-delà de leurs origines ; ils sont donc un « produit » de la France. Dire qu’ils ne sont pas français à cause de leurs origines c’est un raisonnement cache-misère qui sert plus la soupe aux dirigeants qu’autre chose et leur décharger toute responsabilité.


    • Tout à fait, ils vivent et grandissent en France. Cela ne signifie pas qu’ils sont Français. D’où l’absurdité du droit du sol.
      Ils sont "censés" comme vous dites avoir assimilé la culture française ; seulement en ont-ils eu l’envie et la volonté ? Et en ont-ils les capacités ?
      Cela ne dédouane absolument pas la classe politique française, qui a abandonné le projet d’assimilation des étrangers (alors que ces populations originaires du Maghreb en avaient particulièrement besoin), et est par conséquent responsable de la situation actuelle. Ce qui fait plutôt de ces individus les produits de l’anti-France.


  • « Il est dès lors logique que, dans cet univers, des rageux nihilistes surgissent. »

    Nietzsche vs théorie de la baudruche anglo-saxonne - " la guerre des civilisations ". Comme si toutes les cultures à l’instant présent étaient animées d’une même volonté de puissance, avec la même intensité, les mêmes priorités, la même santé !

    Habitué à ces niaiseries.


  • Les organisations religieuses, mystérieuses et autoritaires dans leurs principes, ambitieuses et toutes humaines dans leurs œuvres, vieillissent vite ; les jeunes dieux font seuls des miracles. Le progrès des sciences, dont elles ont toujours la faiblesse de se réclamer, ronge leurs soubassements ; la puissance religieuse tombe ; la foi en la science même faiblit devant les modifications continuelles des théories et l’apparition de faits nouveaux. En même temps qu’il abandonne les erreurs anciennes, l’homme envisage et attend la possession de connaissance illimitées, de forces insoupçonnées que les découvertes quotidiennes rendent sans cesse plus probable ; le bien-être matériel et la richesse deviennent en s’accroissant l’apanage d’un petit nombre, tandis que les besoins, les désirs et les souffrances grandissent aussi, mais pour la masse. C’est que, comme tout corps vivant, une société porte dans sa division organique même le germe de sa destruction futur ; dès que son complet développement est atteint, la spécialisation des fonctions s’accentue, l’opposition des intérêts augmente, la lutte des classes s’exacerbe ; une maladie mortelle mine l’organisme social. Les philosophes, les légistes, les hommes d’état sentent le danger et leur impuissance ; ils se laisse aller au scepticisme, à l’inaction. Ces heures où la religion d’un peuple est morte, où le doute philosophique a pénétré tous les esprits, où les hommes ne cherchent plus dans la vie que l’augmentation des jouissances immédiates et dans la science que le moyen d’y parvenir, où l’inégal répartition des joies et des douleurs s’est accentuée par le long exercice d’un ordre social toujours insuffisant, ces heures sont celles qui précèdent une révolution, et celles aussi qui voient s’élever un de ces êtres assez puissants pour émouvoir encore des âmes trop douloureuses ou blasées à l’excès. MARC HAVEN 1868-1926


  • #1515950

    Le sous-titre est bien vu. Bientôt il y aura marchandisation des liens familiaux avec salaires versé par l’enfant à ses parents (biologiques ou non) pour qu’ils fassent leur "job" de parents et salaire versé par les parents à l’enfant pour qu’il fasse son "job" d’enfant.


  • #1516001

    Ok encore un énième article "cest-la-faute-à-la-société"... Autrement dit la responsabilité est collective, pas individuelle. Ce gentil monsieur a simplement eu un petage de plombs passager, tout comme le mec qui a égorgé son patron, le gars qui a foncé avec sa voiture sur des flics, celui qui a couru vers un commissariat armé d’un couteau et s’est fait descendre, tout comme il ya deux jours l’autre qui a menacé une mère et sa fille parce que trop légèrement vêtues. Cest pas leur faute... C’est la société... Les conditions de vie difficile, le racisme en France tout ca.
    Ceux qui accusent l’islam font fausse route. C’est un problème culturel (qui peut englober une base islamique) et même raciale. Le "français moyen" dépressif et suixidaire se tue dans son coin ou au pire bloque un train parce qu’il se jette sur les rails. A l’inverse, ces autres catégories de français comme les exemples cités ci-dessous veulent faire "payer" cette société (ou plutôt ceux qui en sont les pions comme eux) avant de partir. D’où le meurtre de masse. Ces personnes à la base n’aiment pas la France et ce qui constitue la France. Ils sont à la recherche d’une gloire morbide.
    Ceci dit en dehors de leur origine "raciale" ethnique et géographique, ils sont rarement bouddhistes, chrétiens ou juifs.
    le but n’est évidemment pas de dire que tous les musulmans sont dangereux, mais c’est même pire : il ne suffit plus d’être un maghrébin/arabe musulman pour être "stigmatisé", mais être d’origine maghrébine/arabe suffit à être montré du doigt, musulman ou pas.
    ’Après plus de 200 morts en moins d’un an par des personnes toutes d’ascendance maghrébine, il est compréhensible que la nature humaine nous pousse à développer une certaine méfiance et de la distance vis à vis de cette catégorie de personnes . L’expression "chat échaudé craint l’eau froide" prend tout son sens...
    apres, le bla-bla-bla "cest la faute à la société, la politique", le français moyen s’en fiche .... Tout ce qu’il retient cest que ne sont pas des blancs chrétiens (ou mêmes athées) qui commettent ces horreurs... Et ça peut se comprendre. Tout le reste n’est que masturbation sociologique (les français blancs pauvres, au chômage, etc. Ca existe aussi. Mais n’a pas forcément cette idéologie anti-france...)

     

    • Très bien d’évoquer la base raciale et culturelle que l’on a tendance à occulter : la sociobiologie, les différences de Q.I. etc.
      Ce sont malheureusement des questions dont on ne veut pas entendre parler en France...


    • D’accord avec vous. Encore un article socio-cul qui n’ose même pas aborder la question ethnique, raciale, et charge encore et toujours le baudet du social, sociétal ou des rapports de classes. Toutes ces analyses crypto-marxistes sont fausses parce quelle sont borgnes. Le contre exemple est simple. Un pays ethniquement très homogène comme la Corée du sud est probablement aussi celui ou le stress sociétal, la pression liée au monde du travail et à l’insertion dans la société est la plus forte sur cette planète. Résultat : un des taux de suicide les plus important du monde mai pas une seule tuerie de masse. Et pourtant, les grandes religions y coexistent, comme en Indonésie dans une moindre mesure harmonieuse. C’est la preuve évidente que l’homogénéité raciale est un facteur décisif.


    • Mongo Beti et ceux en-dessous, posez-vous un peu et servez-vous de votre cerveau au lieu de chercher des raisons scientifiques/essentialistes à une telle question, pour regarder le doigt au lieu de la lune.
      Déjà c’est une question de statistique. Il y a un pourcentage de la population, sans la moindre distinction d’origine ou autre, qui aura les "atouts" combinés pour devenir potentiellement criminel de masse comme ça : bêtise manifeste, propension à agir au lieu de prendre du recul, influençabilité... C’est comme ça, dans la diversité des caractères, il y a ce genre de personnes. Sauf que la grande majorité n’a aucune raison, aucun contexte ni rien pour faire un massacre, c’est juste une possibilité extrême mais impensable en temps normal. C’est là que la société intervient, en désespérant les gens, et dans le désespoir ou la rage (qui nous atteignent notamment si nous faisons partie des personnes réunissant les caractéristiques les rendant atteignables), on pense au pire et on a des idées de mort.

      Il se trouve qu’actuellement, il y a une forte propagande idéologique qui veut se nourrir de ces idées d’actions de mort pour mener une guerre. Et l’idéologie, le jargon sur laquelle elle s’appui, ce n’est pas l’ultra-gauchisme visant tous les pauvres ("faisons sauter ce monde injuste !" ou que sais-je), ce n’est pas le racisme ("les blancs nous ont tellement fait souffrir, tuons-en le maximum"), il se trouve que c’est l’Islam, ciblant donc ceux qui se sentent identitairement musulmans. Il se trouve que ces cibles se retrouvent bien représentés dans nos pays parmi les gens désespérés dont je parlais plus haut (est-ce un hasard, ou sommes-nous la cible de cette manipulation ?). Elles ne sont d’ailleurs jamais musulmanes (sinon elles seraient assez intelligentes et spirituellement solides pour ne pas rentrer dans cette catégorie des désespérés), ce sont vraiment des profils de gens bêtes.

      Ce que je veux dire c’est qu’on pourrait tout à fait broder un discours destiné aux gens bêtes et désespérés, mais s’appuyant sur autre chose que l’Islam, pour obtenir le même résultat. Peut-être qu’en cherchant bien, on trouverait en Corée du Sud le petit truc qui peut fragmenter la société, rendre les gens très identitaires, et faire que les idiots massacrent au lieu de simplement se suicider. Déjà faut qu’on se mette à détester "l’autre" sans même le connaitre, et ensuite y’a plus qu’à avoir une bonne raison et c’est parti.


    • Tout ça pour dire quoi ? C’est vrai, l’homogénéité raciale et culturelle rend plus difficile le travail de division, et le fait de trouver le blabla idéologique qui va faire qu’un idiot aura une bonne raison de tuer du monde. Je vous l’accorde. Mais je suis convaincu que ce n’est pas le bout le plus intelligent et efficace par lequel traiter le problème, ça ne garantit rien. En revanche, si du côté sociétal, on change de monde comme le prône l’article, et on fait en sorte que personne ne soit désespéré (franchement, du désespoir dans un monde si avancé et abondant ! On le fait vraiment exprès, on pourrait faire tellement mieux !!), et là on a vraiment pris le problème par la racine, et plus aucun discours de mort ne trouvera d’oreilles attentive.

      Déjà, un non-désespéré comme nous ici je pense, ne peut pas comprendre l’attrait de ce types de discours sur un désespéré, il faut vraiment essayer de s’imaginer la situation. D’où la stupeur générale à chaque fois, et l’intention de trouver le coupable externe qui ne changera rien à notre petite vie pas trop mal. Faut vraiment s’élever au-dessus de ça, chaque humain peut être une richesse pour tous, peut vraiment nous apporter beaucoup, juste faut pas pousser qui que ce soit à bout.

      Je résume, deux cibles :
      - l’injustice sociétale qui monte les gens les uns contre les autres et en poussent certains à bout
      - le discours capable de canaliser le désespoir dans des actes de guerre (bon courage avec Internet... peut-être qu’on peut au moins agir dans les prisons, les "quartiers"... mais clairement à moins d’identifier et d’atteindre la tête de la manipulation idéologique et de l’éradiquer, c’est pas possible)

      Cette analyse n’a pas tenu compte des cas avérés de terrorisme d’État, des manipulations, des possibilités de contrôle mental, bref il reste tellement de bonnes façons d’avoir ces événements dramatiques. C’est pourquoi il ne faut pas céder à ce vers quoi nous sommes entrainés naturellement (une autre forme de désespoir finalement, la vengeance, la colère...), et chercher au contraire à se regrouper, sur le plus petit dénominateur commun (ce n’est pas la couleur de peau, tant pis, même pas la langue parfois, tant pis... c’est comme ça faut faire avec) et se souder pour résister collectivement, et contre-attaquer les manipulateurs et profiteurs de ces drames.


    • Faut se rappeler aussi qu’avant que certains trouvent un créneau avec la manipulation basée sur un identitarisme pseudo-musulman, l’OTAN faisait le boulot elle-même au départ (11/09, Londres, Gladio, etc...), ça a fini par prendre et inspirer des gens mais pas facilement (et encore, c’est pas évident, on sait pas tout).


    • Car je pense que si l’auteur du carnage Niçois eut été un "de souche" Français ou Européen en précarité, si Monsieur ça existe, et de surcroit motivé par un rejet de l’ invasion migratoire dans son horreur matérialiste et capitaliste, la teneur de cet article victimaire aurait tout été autre ou n’aurait pas été du tout.
      La guerre de tous contre tous ne touche pas seulement les Français de papier mais bien plus, car encore pour quelque temps plus nombreux, les "Gaulois" jeunes et moins jeunes, paysans, ouvriers et petits employés.


    • #1516492

      @JC ... Merci pour ta réponse argumentée même si encore, j’ai aussi là l’impression de lire une autre séquence de masturbation socio-culturelle... Allons droit au but, avec des arguments simples mais directs.
      Je n’ai jamais dit non sous-entendu que le racisme est essentialiste (je suis né arabe = je suis forcément raciste), mais j’ai mis le facteur "culturel" en avant (d’autant plus, qu’on le veuille ou non, la culture maghrébine dans sa globalité est fortement imprégnée par l’islam, d’où l’amalgame qui sera TOUJOURS fait, dans ce genre de situation. Personne n’est dupe, même votre collègue ou voisin le plus gauchiste et droitdelhommiste qui soit). D’ailleurs comme j’ai dit initialement, conforter l’opinion publique dans le fait que "le(s) tueur(s) n’est pas musulman" empire la situation : la méfiance ne concerne plus l’individu arabe ET musulman, mais il suffit d’être arabe, chrétien ou musulman ou athée pour être suspect.
      ’Bien sûr que l’homogénéité d’une société, même relative est garant (en partie) de la paix sociale... Ya t il une seule société multiculturelle à l’heure actuelle qui doit paisible ? L’Afrique du Sud ? Les USA ? Le Brésil ? Le Liban ? Aucune. Mais dans notre orgueil et supériorité idéologique et culturelle fantasmée, nous les français (du moins une partie, et les élites notamment) on a cru que ca se passerait mieux chez nous, qu’on "civiliserait" ces gens, leur apporter la lumière, etc. Sauf que la nature humaine l’emporte toujours. pour beaucoup de descendants d’immigrés, bien qu’aucun (j’ai fait le test) ne sera capable de vous citer un pays où il fait mieux vivre qu’en France, détestent ce pays viscéralement. Pire, les soi-disant "amoureux" de la France comme la vidéo de Bassem postée précédemment sur E&R reposent leur argument "vive la France" sur les seuls bénéfices matériels que ce pays leur apporte. "On a le RSA, l’école gratuite, la CMU... Ce pays est bien". Mais aucune démonstration d’amour de l’histoire, la culture et les valeurs de ce pays. Je suis désolé ça n’en fait pas des français. Un immigré chinois ou ivoirien aurait exactement le même discours, à raison... La différence est qu’un Bassem est "français" mais qui ne vit sa "francité" qu’à travers le RsA et autres avantagesque lui apportent la France. une autre citation qui prend tout son sens ici et qu’un VRAI français (sans distinction d’origine), devrait se poser : "ne te demande pas ce que ton pays peut faire pour toi, mais que peux tu peux faute pour ton pays".

       

      • @Mongo Beti : Je trouve indigne d’employer l’expression "masturbation" pour parler de pensée, de réflexion. J’ai un cerveau et je m’en sers, dans un but philosophique (amour de la sagesse) qui doit guider mes sentiments et actes. J’espère qu’il reste des coins du globe, dont ici, où c’est encore encouragé.
        J’ai expliqué que sur le constat du rôle de l’identification à l’islam, on est d’accord sur le constat, je disais simplement qu’il faut faire l’effort d’ignorer ce point, parce qu’il n’est pas pertinent dans la recherche d’une solution, et que s’il n’y avait pas d’arabe ou de musulman ou autre, on trouverait d’autres critères et d’autres facteurs pour nous diviser. Avant, c’était le communisme qui servait d’idéologie prétexte. Pourquoi pas son grand retour sous forme de prorussisme, antisionisme pourquoi pas, régionalisme (terrorisme corse, breton...), vraiment on trouvera un autre discours tout brodé pour inciter les idiots à mourir politiquement utiles.
        Je ne suis pas érudit en histoire (ni en grand chose...) mais je suis sûr que si on sortait un peu de l’actualité pour remontrer dans l’Histoire, ça nous paraitrait évident parce qu’on aurait des exemples. Je ne vais pas citer ici la vidéo que je viens de regarder, mais l’auteur rappelait très bien que toutes les horreurs de Daech actuelles ont été commises par les lumineux révolutionnaires de 1789 (en position de force en plus, donc ça a été des carnages gratuits). Qu’est-ce qu’on pointait du doigt alors, pour dire que la population était trop hétérogène et qu’il fallait travailler à l’homogénéisation ? Le royalisme, le cléricalisme, alors certes c’est pas forcément écrit sur la figure mais tant pis.
        Pareil que pour remonter le temps, je n’ai pas assez de culture géographique pour pouvoir te dire si des pays ethniquement hétérogènes arrivent à vivre paisiblement, il me semble quand même que comme une grande partie des pays d’Afrique et d’Orient sont artificiels et dus à des découpages coloniaux, on doit bien en trouver quelques-uns (que les services occidentaux laissent tranquille...).
        Et oui, pour encore un moment, la bassesse humaine et sa nature pécheresse l’emportera, à chacun de lutter contre ça, on peut reprocher plein de choses au gauchisme/droitdelhommisme que tu cites mais il y a quand même cette volonté qu’on peut en tirer (c’est comme le Coran, on en tire ce qu’on veut mais il y a évidemment du bon).


      • Concernant l’amour de la France, faudrait déjà savoir de quoi on parle, tu mélanges un peu tout. Le pays, géographiquement ? Il est magnifique, je pense que ça fait l’unanimité, notre planète est belle et la France est un coin de planète assez chouette, donc il y fait bon vivre. Ce qui n’empêche pas qu’on puisse en détester ses dirigeants, la mentalité de ses habitants, son histoire, sa culture, ses valeurs, et qu’on puisse avoir des sales images en tête quand on pense politiquement à la France et qu’on voit défiler une sombre histoire dans notre tête. L’Histoire, de toute façon, c’est surtout l’histoire des guerres, donc en général on met l’accent sur des choses affreuses, ce n’est pas évident (et ça devient suspect) de valoriser le passé (un peu comme l’exposé d’Asselineau). En revanche, l’objectif est louable : étant donné qu’on ne peut pas changer le passé, autant faire en sorte qu’il ne plombe pas et n’assombrisse pas notre présent, le fait de tout foirer hier ne doit pas nous dissuader de vouloir réussir aujourd’hui, enfin tu vois l’idée ! Et ne pas tomber dans l’extrême inverse de se croire les plus beaux les meilleurs, les grands civilisateurs et donneurs de leçons. Je trouve que même si d’un côté on culpabilise le peuple concernant le passé colonial ou collabo, politiquement on se positionne encore comme de sacrés donneurs de leçons sur la démocratie etc., donc j’ai tendance à vouloir pourrir nos gouvernants en leur rappelant combien on n’a aucune leçon à donner et qu’ils feraient mieux de s’occuper de leurs (nos) oignons !
        Donc je suis d’accord avec toi, ces discours matérialistes sont tristes, si on ne perçoit pas la conception de l’homme qu’ils véhiculent et qui est belle à mon avis (la connaissance, l’éducation, c’est gratuit, ça n’a pas de pris - les premières nécessités, les soins, non plus, ce n’est pas négociable selon un niveau de richesse... et j’en passe). Ça franchement, ça me rend fier, bien plus que notre histoire (franchement sale ces derniers siècles) ou notre culture qui rentre souvent en choc frontal avec ma foi chrétienne. Le pays c’est trop abstrait, je préfère parler de communauté nationale, unie par la langue, la lutte contre le pouvoir étatique qui d’un autre côté les administre... Bref des gens proches quoi. C’est ça, ma synthèse gauche sociale/droite des valeurs. Faire des choses "pour mon pays" pour moi ça n’a pas de sens, c’est trop grand le pays, je pense immédiatement à la guerre en lisant ça, et je m’y refuserai.


    • Et ce n’est que le commencement !


    • « Le ministre de l’Intérieur a tout de même dû inventer un nouveau concept, celui de la radicalisation instantanée. Un truc qui fait de toute personne un terroriste en puissance, quelques instants suffisent à métamorphoser quiconque en ennemi radicalisé de la République ».

      Implicitement comprendre en creux et en novlangue "chaque citoyen est un terroriste en puissance et considéré comme tel, même si aucun antécédent judiciaires, ni aucun lien avec ce soit disant combat djihadiste !

      Chaque attentat leur est occasion de produit la rhétorique nécessaire à l’installation de normes totalitaires, de les diffuser dans l’opinion afin d’encercler peu à peu les non-charlies, de pouvoir en temps utilie, les fustiger aux yeux de l’opinion.

      C’est donc bien leur république chasse-gardée, leur forteresse dont laquelle ils sont enfermés.

      Les prolétaires, le peuple n’y a plus accès.

      Il est considéré comme un ennemi potentiel. D’où des opérations coup de poings spectaculaires, mis en scènes afin d’engrammer dans l’opinion la peur d’autrui à grande échelle !

      Le véritable terrorisme est là.

      La classe politique dispose donc de ses mercenaires dits djihadistes pour instaurer un Etat permanent de terreur par des méthodes de plus en plus évidentes totalitaires.

      Leur but est de provoquer cette guerre du tous contre tous en manipulant l’opinion, tout en jurant qu’ils ne la souhaitent vraiment pas ! Double discours afin de tromper l’opinion. Nous sommes en plein dans les méthoes d’ingénierie sociale à hautes doses.

      Nous avons donc un gouvernement extrêmement impopulaire qui, afin de prolonger l’application de la loi martiale, organise des mises en scène de fausses attaques terroristes.

      Ce gouvernement est d’effectuer ces opérations commandées parce que le système bancaire Italien s’effondre.

      Il entraînera dans sa chute, le système bancaire Français.

      Donc ainsi, afin de distraire le peuple Français des problèmes financiers, dont ils ont besoin pour créer un faux ennemi extérieur, contre lequel unifier articificiellement le pays en une masse de charlies (des charlots en réalité vu du haut de leur forteresse ripouxblicaine ...) et non plus des citoyens français rebaptisés charlie . Car le slogan le plus juste est de dire
      JE SUIS FRANÇAIS.

      Point de vue qui nous confirme notre statut de goyim éternellement liés à la France et à sa terre.

      Entre la France réelle et leur france fantasmée, rabougrie : un gouffre !

       

      • Merci pour votre message très intéressant.
        Je rajouterai que pour imposer un état d’urgence permanent, ils nous préparent une attaque sur le long terme.
        Comment ? Seule une attaque biologique le permet, avec transmission d’un virus ...
        Ne pas oublier le dernier Bilderberg et l’allusion de valls en ce sens il y a quelques mois.
        Tout est dans les cartons, vous avez raison ...
        Et de toute façon avec le degré atteint, on sait maintenant qu’ils ne reculeront devant rien.
        Comme le dit Cousin, le capital entre dans sa phase terminale, donc le terrorisme est la seule manière de "mater" un peuple en affichant un bouc émissaire tout désigné et focaliser la colère populaire légitime vers ce dernier.
        Les gouvernants savent très bien que la crise qui se profile sera historique, donc ils préparent le terrain quitte à sacrifier un petit nombre de Goys ...
        Et le silence radio des médias sur le sujet démontre que tout nous est caché volontairement.


    • #1516084

      dans les liens de "quartier libres" :
      collectif des sans papiers
      collectif anti fasciste paris banlieue
      comité pour clement meric etc etc

      ceci dit tout n’est pas faux

      je pense que l’on arrive vraiment au point de non retours !
      collard dans l’hémicycle cet après midi :
      "que ça vous plaise ou non, ces morts vous regardent et vous aurez des comptes à leur rendre bandes d’incapables",


    • #1516227

      Petite parenthèse. Pour ceux qui n’auraient jamais vu "chute libre", je leur conseille de visionner ce film. Michael Douglas y est excellent (comme souvent), et campe parfaitement le rôle d’un individu cassé par la société et qui règle ses comptes violemment avec cette dernière. Un bon démenti pour ceux qui s’imaginent encore que les US sont une société de rêve.


    • #1516240

      "Il nous faut changer le monde "....Rien que ça ! il faut aussi se poser la question des rapports existants, en Europe, et particulièrement en France entre la police et les délinquants musulmans . Pour obtenir du rens sur l’islam radical , la police utilise des délinquants , qui en prison , comme dans la communauté jouent le role d’indic, de mouchard .C’est la raison pour laquelle, ces types , en dépit d’un carnet de chanson long comme un jour sans pain , ne sont jamais expulsés , c’est le deal .On retrouve ce scénario dans tous les cas : kelkhal, mehrah, kouachi , etc....Ceux là sont connus, mais il y en a des centaines d’autres ...Un jour, ils entourloupent leur officier traitant , et comme le dit l’ineffable cazeneuve, se radicalisent en instantané .


Commentaires suivants