Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

La justice reconnaît une maladie due au vaccin contre l’hépatite B

La justice a reconnu le lien entre la vaccination contre l’hépatite B, réalisée il y a 23 ans sur une auxiliaire de puériculture de l’Isère, et la maladie musculaire qui lui a valu un arrêt de travail non indemnisé depuis 2010.

Dans son arrêt, la cour administrative d’appel de Lyon réforme le jugement du tribunal administratif de Grenoble du 23 septembre 2014, souligne Me Hervé Gerbi, l’avocat de la plaignante, aujourd’hui âgée de 65 ans. Et elle ordonne que la victime perçoive tous ses salaires « depuis sa mise en disponibilité d’office en 2010 ».

 

Elle a développée une myofasciite à macrophages

Après une vaccination en 1993 dans le cadre de son activité professionnelle, puis un rappel en 1999, cette auxiliaire puéricultrice d’Échirolles avait développé, deux ans plus tard, une myofasciite à macrophages, qui se caractérise par une fatigue chronique, des douleurs articulaires et musculaires et des troubles cognitifs. [...]

La justice considère que « le lien de causalité entre la vaccination contre l’hépatite B subie dans le cadre de l’obligation vaccinale liée à son activité professionnelle et la myofasciite à macrophages dont elle souffre, doit être considéré comme établi » et que sa maladie « doit être considérée comme imputable au service ».

Lire l’intégralité de l’article sur ledauphine.com

 

À ne pas manquer, le stage santé et alimentation avec Claire Séverac
les 14 et 15 mai 2016 en Île-de-France :

Prendre connaissance des questions de santé sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

9 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Il est vrai que parfois, les vaccins ne sont pas hypers au point quand ils viennent de sortir. Personne n’a dit que c’était de la poudre de perlimpinpin... Malheureusement, difficile de démêler le vrai du faux quand la justice tranche. Par exemple, nous savons que des lobbys anti-vaccin de cabinets d’avocats britanniques ont réussi à faire pencher la balance en leur faveur. Une décision de justice ne vaut pas validité, c’est à la science de se prononcer !

    Enfin bref, ça c’était il y a 23 ans. Aujourd’hui, je doute qu’il reste encore un risque concernant le vaccin de l’hépatite B. Et quand bien même il en existerait un petit... Savez-vous de combien de personnes les vaccins sauvent la vie tous les jours ? Énormément... Si on avait rendu le vaccin du VHB obligatoire, des tas de personnes ne seraient pas en train de batailler aujourd’hui contre une hépatite fulminante.

     

    • Vous dites que les vaccins sauvent la vie de nombreuses personnes chaque jour, et qu’il y a moins d’hépatites grâce à eux. Ce n’est pas parce que les vaccins ont des bons côtés qu’ils n’en ont pas de mauvais ! Le questionnement juridique était de savoir si la vaccination était la cause de la maladie d’une femme qui a été obligé de se faire vacciner par rapport a sa profession. Cette dame a prouvé aux juges qu’elle était en bonne santé AVANT la vaccination, et que les dégâts ont commencé APRES la vaccination. La sclérose en plaques qui est une grave maladie neurologique apparaît souvent chez les personnes jeunes, la dame en question a aujourd’hui 65 ans (selon la source journalistique) et s’est fait vacciner en 1993 (à 42 ans !). Bien sûr ça ne veut rien dire, on peut être malade à n’importe quel âge de sa vie. Maintenant si les juges établissent le lien de causalité entre le vaccin contre l’hépatite B et la sclérose en plaques, c’est qu’ils ont été convaincu par des éléments qui sont les preuves des plaignants. C’est aussi la porte ouverte à l’indemnisation de nombreux cas de personnes atteintes. Il y a un jeune avocat qui s’occupe de nombreux dossiers de ce genre (Maître Joseph-Oudin), à savoir aussi que le vaccin contre l’hépatite B n’est pas le seul vaccin accusé d’avoir déclenché des maladies ; et je ne parle même pas des médicaments... Jusqu’à maintenant, concernant le lien de causalité, la jurisprudence avait utilisé un principe qui je pense mettait tout le monde d’accord (Arrêt CE 2007 Mme Schwartz qui a jugé le cas d’une femme qui subit une vaccination contre l’hépatite B et développe par la suite une sclérose en plaques) : "le juge décide que même si les rapports d’expertise n’affirment pas que la maladie est la conséquence de la vaccination, il ne l’excluant pas non plus, et décide d’indemniser la victime.


  • ça c’est une bombe,car si ça fait jurisprudence, l’origine de nombreux cas de sclérose en plaques liées à ce vaccin va enfin pouvoir être discutée sur de nouvelles bases

     

  • J’ai une amie infirmière qui m’a dit que dans sa "promotion", 7 de ses collègues sont atteintes de slérose en plaque, certains vaccins étant obligatoires.

    Une pensée pour ma petite voisine décédée à 4 mois de la mort subite du nourrisson après s’être fait vacciner.

     

    • je n’avais jamais fait le rapprochement mais il se trouve que ma petite fille est morte de la mort subite du nourrisson et qu’elle s’était fait vacciner peu avant.
      Merci de l’information. c’est une possibilité mais à l’époque j’avais fait pas mal de recherches là dessus et le problème vaccin n’apparaissait pas (il y a 7 ans de cela)


    • Il y a trente ans maintenant, la petite Célie, première enfant d’un jeune couple de mes amis, s’est éteinte à l’âge de 1 mois, le lendemain de sa visite chez le docteur qui lui a fait sa première injection obligatoire. La petite fille était un bébé en parfaite santé, que la maman a trouvée décédée le lendemain matin. Le couple est parti en éclat ... a l’époque, je m’intéressais aux risques vaccinaux, et il faut dire que cela m’a convaincue que les vaccins sont du poison sur ordonnance.


  • #1465166

    vaccin-grippe et certains lymphomes au passage


  • Les actionnaires des laboratoires, et leurs complices vont-lls encore longtemps nous prendre pour des imbéciles ?

    De plus en plus de gens s’informent, et il est donc plus qu’urgent que cessent ses pratiques malsaines.