Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

La loi El Khomri est-elle une loi "Travail" ?

Par Jacques Sapir

Les manifestations du mercredi 9 mars seront un moment dans une mobilisation qui s’annonce de longue durée. Cette mobilisation est appelée à changer la donne politique. Le gouvernement, qu’il s’agisse de Manuel Valls, de François Hollande ou de la Ministre du Travail, Myriam El Khomri, s’est mis de lui-même dans une situation sans issue.

 

Qu’il persiste, et le mouvement prendra de l’ampleur. Nul ne peut savoir s’il atteindra les sommets de mobilisation du mouvement contre le CPE (Contrat Premier Embauche), mais cette mobilisation sonnera le glas de toute candidature issue du parti « socialiste » à l’élection présidentielle de 2017. Qu’il cède, et retire son projet, et nos gouvernants se verront discrédités dans les yeux de ce centre-droit auquel ils ne cessent de faire des avances, de lancer des œillades. Ici encore, ils pourront tirer un trait définitif sur toute candidature issue de la matrice du P « S ». Politiquement, ceci est un véritable désastre.

Pourquoi donc le gouvernement, et le Président, se sont-ils donc mis dans une telle situation désastreuse à plus d’un titre ? La réponse tient en quelques mots : leur attachement fanatique en l’Euro et, au-delà, en une Union européenne dont il est aujourd’hui évident qu’elle est à bout de souffle et qu’elle a épuisé tout son potentiel, si tant est qu’elle en ait jamais eu.

Le rôle de l’Euro dans cette mascarade que l’on appelle la « loi Travail » est évident. Tous les manuels de macroéconomie disent que quand on ne peut plus user de la flexibilité du taux de change, ce sont les salaires qui doivent devenir flexibles, autrement dit c’est sur les salaires que portera l’essentiel de l’ajustement. Et c’est très précisément ce qu’organise cette loi. On voit bien qu’en fragilisant toujours plus la situation des salariés dans l’entreprise, elle aboutira à faire baisser les salaires des plus fragiles, c’est à dire des plus démunis. La destruction du Droit du Travail est un préalable à cela, et une fois ce Droit démantelé rien ne s’opposera plus à la baisse des salaires, et par conséquence à l’augmentation des « travailleurs pauvres » comme en Allemagne aujourd’hui.

Lire la suite de l’article sur russeurope.hypotheses.org

Voir aussi, sur E&R :

Imaginer une autre économie, en dehors du carcan de l’euro,
avec Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

16 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1415731

    Ils appliquent les traités européen c est tout, au passage cela facilitera la mise en place du TAFTA. Ils travaillent pour eux mêmes et l oligarchie Européenne et US.


  • #1415765

    "On mesure à quel point la perte de souveraineté a des conséquences néfastes sur la condition des salariés et sur les acquis sociaux."

    M. Sapir fait preuve d’incohérence car comme tous les républicains il s’oppose farouchement à la souveraineté du peuple et est un fervent partisan du parlementarisme (qui implique l’existence des funestes partis politiques), racine de quasiment tous les maux qui accablent la France. M. Sapir ferait bien de méditer cette célèbre citation de Bossuet : "Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes."

    NB : J’ai également posté ce commentaire sur le blog de M. Sapir, mais il va certainement le censurer comme tous mes précédents commentaires pro-démocratie.


  • #1415766

    Techniquement elle semble pas très travaillée pour une loi sur le "travail" ... sic !!!

    En revanche il est quasi irréfutable que cette loi "travaille" pour les intérêts oligarchiques de nos maîtres qui décidément ne sont jamais rassasiés ... ni plus ni moins ...


  • #1415781

    Le plus important de la loi réside dans la question de l’indemnisation des licenciements ou "sans cause réelle ni séreuse", ou "abusifs". C’est tout de même grave de licencier quelqu’un dans ces conditions. Or personne ne s’est donné la peine de lire calmement et d’analyser les dispositions légales actuellement applicables aux licenciements et tout le monde jacasse là-dessus.

    Pour résumer, la loi actuelle instaure un "plancher", 6 mois, si certaines conditions sont réunies (11 salariés et contrats de plus de deux ans). Et elle instaure et "plafond" en cas de non respect de la procédure (1 mois). C’est pas terrible ! En dehors de ces conditions, (petites entreprises et contrats moins 2 ans), l’indemnisation d’un licenciement dit "abusif" est librement appréciée par le juge (toujours radin). Elle peut aller de 1 € à 40 millions d’euros.

    Ce dispositif est très contestable en droit fondamental puisqu’il viole le principe de la séparation des pouvoirs : les juges sont contraints par un cadre alors qu’ils sont normalement souverains : la loi lui impose une partie de son jugement. Le législateur est "juge"..

    La loi El Khomri semble écrite par des ignares. Des réformes intelligentes pourraient en effet être décidées et elle passe totalement à côté. Elle reprend le dispositif anticonstitutionnel de la loi actuelle et le retourne en faveur des entreprises ! Elle instaure un "plafond" là où il y avait "plancher" ! Cela ne passera pas.

    Deux pistes de réformes : suppression des CPH qui ne servent à rien sinon à acheter les syndicats et la paix sociale. C’est un folklore français. Or il n’en est est pas question.

    Et surtout, un petit coup de jarnac aux patrons voyous : supprimer le système de l’AGS. Lorsqu’une entreprise se met en redressement judiciaire et ne peut payer ses créanciers, dont les "super-privilégiés" à savoir les salariés, sur le carreau, un organisme garanti par l’état prend le relais. l’AGS. Prétenduement une assurance. En fait, les contribuables interviennent dans le processus lorsqu’un patron voyou fait faillite ! Et il part en vacances au caraïbes ! Supprimons l’AGS puisqu’il faut être "libéral" ! Les salariés qui ne sont pas payés n’auront plus qu’à aller lui casser la figure et surtout il sera responsables indéfiniment sur ses deniers personnels.

    Les patrons sont libéraux mais pour les autres. Pour eux, le contribuable français assure leurs arrières. Leur fortune personnelle est protégée par ce dispositif.. .


  • #1415789

    " Travailler plus pour gagner moins, et dans la précarité " . Quel progrès social...


  • #1415792

    Au cours du 20ème siècle le Franc a connu 17 "dévaluations compétitives" . Aujourd’hui avec l’Euro impossible de dévaluer pour rester compétitif ; reste la solution : augmenter la durée du travail et diminuer les salaires . Quel beau résultat !


  • #1415795

    Un motif supplémentaire pour voter FN aux prochaines présidentiel .


  • #1415913

    Le "monde du travail", comme on dit, est littéralement pourri par la "co-gestion" instaurée après la guerre pour contrer le bolchevisme menaçant la "propriété" (sécurité sociale, conseils des prud’hommes, instances diverses) et le partage mafieux entre deux bandes d’abord opposées puis maintenant de connivence :

    D’une part les "syndicats" qui ne représentent que très peu les salariés et sont largement "fluidifiés", comme dirait l’ineffable Gaultier-Savagnac : il n’y a qu’à entendre la mollesse étrange des discours des leaders syndicaux à qui on a vraiment envie de botter le cul pour qu’ils sortent quelques chose de vigoureux.

    D’autre part, le "patronat" qui en fait est imaginaire et institutionnel et sert d’interlocuteur aux gens qui nous tiennent lieu d’hommes politiques et qui ne servent qu’à truander les pouvoirs publics et représentent encore moins et ne sont qu’un groupe de pression héritier du Comité des Forges. Avec ce pauvre Gattaz, on voit réapparaître même le personnage de "l’affreux bourgeois" comme sorti d’un roman de Zola.

    Tout cela pour dire que la France vaut mieux que son patronat crétin. Comme toujours, les petites gens y sont écrasés. L’Ancien Régime les protégeait mieux, finalement. Un bon petit seigneur qui partait à la chasse le matin et un bon petit curé qui allait dire ses messes laissaient les pauvres respirer et leur accordaient de petits droits et subsides bien utiles. C’était finalement plus humain que l’horrible monde actuel.


  • #1415933
    le 09/03/2016 par JohnTheFisherman
    La loi El Khomri est-elle une loi "Travail" ?

    Vous vous souvenez de le vidéo "Vers la fin des cdi en france ? Le plan des financiers pour 2012" qui date de l’entre deux tours des présidentielles et où un analyste pour les marchés financiers annonçait que quelque soit le président élu, il aurait pour mission d’assouplir le marché du travail. Il avait même prédit ce qui arrive actuellement, c’est à dire que Hollande se mettrait forcément à dos une partie de ses militants et serait confronté à une équation insoluble.
    Il faudrait vraiment que E&R republie cette vidéo, c’est plus que d’actualité et ça enverra balader tous les anti-complotistes.


  • #1415944
    le 09/03/2016 par Zarathousthra
    La loi El Khomri est-elle une loi "Travail" ?

    Encore une loi pour préserver les revenus du capital, les salariés doivent s’adapter pour maintenir les rendements des entreprises.

    C’est incroyable le nombre de gens que je rencontre qui défendent cette loi en croyant que cette rigueur qu’ils s’imposent à eux ou à leurs enfants va payer dans l’avenir... Il se privent mais pour le bien (à court terme) d’autrui...


  • #1415994

    Les lycéens et étudiants ne vont pas se laisser faire, comme pour le CPE, ce qui a ruiné les espoirs "présidentiels" de de Villepin .


  • #1416024
    le 09/03/2016 par révi-sioniste
    La loi El Khomri est-elle une loi "Travail" ?

    Travailler plus n’a plus de sens dans un monde ou le travail disparait,remplacé par l’intelligence artificielle et les robots,que ce soit pour gagner plus ou moins

     

  • #1416100

    Un autre aspect de cet loi est fort peu commenté :
    Article 6 : "la liberté du salarié de manifester ses convictions, y compris religieuses, ne peut connaître de restrictions que si elles sont justifiées par l’exercice d’autres libertés et droits fondamentaux ou par les nécessités du bon fonctionnement de l’entreprise et si elles sont proportionnées au but recherché."

    Pourquoi ne pas faire de l’entreprise un espace de neutralité ? Les revendications religieuses iront croissantes, de la nourriture au restaurant d’entreprise, au local en passant par le refus de serrer les mains l’autre sexe...
    Si une telle loi passe, c’est le foutoir garanti ! Voir les nombreux incidents à la RATP à ce sujet.

     

    • #1417370
      le 11/03/2016 par jojo l’affreux
      La loi El Khomri est-elle une loi "Travail" ?

      La formule est alambiquée mais en fait c’est exactement le contraire :
      Article 6 : "la liberté du salarié de manifester ses convictions, y compris religieuses, ne peut connaître de restrictions que si elles sont justifiées par l’exercice d’autres libertés et droits fondamentaux ou par les nécessités du bon fonctionnement de l’entreprise et si elles sont proportionnées au but recherché."
      En d’autres termes si le patron estime que votre voile, votre viande hallal ou votre salle de prière nuit à la bonne performance de l’entreprise et au résultat net, soit vous le virez, soit c’est vous qui êtes viré (pour faute grave et sans indemnités) ! C’est totalement arbitraire... mais c’est sans doute bien peu de chose comparé aux autres dispositions comprises dans la loi.
      Cela confirme deux faits : l’entreprise est une structure pyramidale qui n’est ni neutre ni démocratique !

      La cogestion avait été envisagé par de Gaulle mais il n’a jamais eu le temps de la mettre en place. Cela visait justement à introduire un peu de démocratie dans l’entreprise attendu que les salariés aussi supportent les risques (licenciement) en cas de mauvais résultats, ce qui devrait leur donner voix au chapitre en matière de prise de décision. Le modèle n’est aujourd’hui en vigueur que dans les sociétés coopératives, il est donc rarissime et fait l’exception qui confirme la règle : l’entreprise n’est pas un lieu démocratique.

      Le syndicalisme c’est autre chose, il visait à atténuer les conséquences des mauvaises décisions des dirigeants qui décident seuls et font systématiquement supporter le gros des dégâts au salariat. Aujourd’hui il est totalement corrompu par son mode de financement (état + MEDEF + commission européenne), il n’a aucun pouvoir réel et se limite à un jeu théâtral mélanchonien qui se termine toujours pareil et finit par devenir effectivement extrêmement lassant.


  • #1416126
    le 09/03/2016 par paixetamour
    La loi El Khomri est-elle une loi "Travail" ?

    Et si ce n’était qu’un leurre ? On peut constater qu’un fusible est utilisé pour représenter cette loi. Mais admettons qu’une simple pétition et grève donne raison au peuple, ce dernier va croire dur comme fer qu’il suffit de signer sur une page internet et d’arrêter de bosser un jour ou deux pour se faire entendre. Comment faire croire à la masse que les "complotistes" ne sont pas idiots, ni fous, mais bien dans la vérité si à coté de ça, tout se passe comme par magie sans même avoir besoin de faire un véritable effort ... ? Et pendant que les gens se plaignent, qu’est ce qu’ils mijotent ? D’habitude ils font ça discrètement et ça passe, donc pourquoi donner autant de visibilité à cette fameuse loi qui visiblement fait plus grincer des dents qu’un 49.3 qui permet de mettre en application tout ce qui sort des petites têtes de nos élus ?


Commentaires suivants