Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

La mort programmée du monde agricole français

"La France va mieux" : François Hollande prononçait-il l’éloge funèbre du pays réel ?

Quand François Hollande dit que la France va mieux, de quoi veut-il parler ? De la paix sociale ? De la guerre civile ? De l’invasion ? De l’éducation sinistrée ? Non : de l’économie. Les « voyants sont au vert », paraît-il. Sauf qu’on se moque du monde : l’agriculture est au bord du suicide, comme l’établissent les dernières données publiées par la MSA, la Mutualité sociale agricole.

 

La CGT, FO et les casseurs légitimés aux yeux de l’opinion par deux mois de grève contre la loi travail ; une vague de migrants qui sème le désordre de Calais à Menton ; un baccalauréat obtenu par des quasi analphabète en attendant que les enfants de CP apprennent l’arabe ; le directeur de la DGSI, Patrick Calvar, affirmant devant une commission d’enquête parlementaire que la France est au bord de la guerre civile : comment le président de la République peut-il dire que la France va mieux ? C’est tout simple : en bon énarque élevé à l’économisme il a senti un léger ralentissement dans la catastrophe économique. Pour reprendre le vocabulaire des lecteurs du Monde, certains « indicateurs sont au vert ». Le chômage n’augmente plus uniformément. Et le moral des entreprises de taille intermédiaires (ETI) est « au plus haut depuis cinq ans ».

 

Le pouvoir empêche de mesurer comment va la France

Cela pose la question des indicateurs fiables, ou plus simplement et plus généralement de la mesure des phénomènes. Comment mesurer si la France va mieux, ou pas ? Pour trancher une question de ce genre, il faut disposer de données certaines et significatives. Par exemple, si vous vous êtes gelés tout un printemps sous la pluie les pieds dans les inondations, le thermomètre à 34 degrés donne une mesure indiscutable qu’est revenu ce qu’on nomme à tort ou à raison chez nous le beau temps. La chose est simple et ne souffre pas de discussion.

À l’inverse, brosser une image acceptable de l’immigration en France est une tâche compliquée, en partie parce que notre pays, à la différence de la Grande Bretagne ou des États-Unis, n’autorise pas les statistiques ethniques et religieuses. Il faut beaucoup d’ingéniosité pour trouver des failles dans l’écran statistique placé par l’INSEE devant notre réalité sociale pour la masquer. La médecine peut en ouvrir : ainsi connaît-on la proportion des bébés venus du sud dans le total des naissances en France (35 %) grâce au test de dépistage d’une maladie rare, la drépanocytose, qui n’affecte que certaines populations, et qui est pratiqué sur 35 % des nourrissons nés aujourd’hui.

 

En France, l’industrie va peut-être un peu mieux

Quant à l’activité économique en France, François Hollande veut se persuader et nous persuader qu’elle va mieux parce qu’il en a fait la condition sine qua non de sa candidature en 2017. Il a exclu de se représenter si le chômage ne régressait pas et il semble qu’il ait régressé en mars et avril. Mais cette baisse est très faible, elle ne touche pas toutes les catégories de chômeurs, et elle peut être l’effet de la négligence des chômeurs à signaler leur situation. Cet indicateur n’est donc ni fiable ni significatif. On attend les chiffres de mai demain pour en savoir plus, mais quel que soit le résultat on n’aura rien de décisif.

Plus intéressant pour le pouvoir semble le baromètre BPI France Le Lab selon lequel « le moral des patrons des entreprises de taille intermédiaire est au plus haut depuis cinq ans ». Cocorico. Pour le coup, François Hollande paraît fondé à dire que la France va mieux. Une précision : une ETI emploie entre 250 et 4 999 salariés pour un chiffre d’affaire inférieur à 1,5 milliard d’euros. Il y en a 4 800 en France, dont un quart propriété étrangère, et la moitié de leurs salariés travaille dans l’industrie. Ce n’est donc pas négligeable, mais que nous dit l’information : que la majorité de leurs dirigeants trouvent que ça va mieux. C’est une déclaration, une impression, non un fait avéré. Sur quoi se fonde cette impression ? Sur des carnets de commandes qui font anticiper à 47 % des patrons d’ETI une augmentation de leur chiffre d’affaire et les portent à embaucher. Et aussi, pour être honnête, sur une restauration des marges dues en partie à la baisse du pétrole.

 

Le monde agricole appelle à l’aide

Dès que quelque chose va un peu mieux, on ne va pas cracher dessus, mais ce n’est tout de même pas ça qui va sauver la France. On ne sait si le mouvement esquissé est pérenne ni surtout s’il va s’étendre aux PME qui sont le vrai cœur économique du pays et le plus gros employeur de France. Pour mesurer sérieusement si notre pays va mieux ou non, mieux vaut chercher des données moins sollicitées. Et il nous en vient précisément du monde agricole, en l’espèce de la Mutualité sociale agricole, qui vient de publier des chiffres inquiétants lors d’une conférence de presse de son président, Pascal Cormery.

Lire la suite de l’article sur reinformation.tv

En lien, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

11 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1494520
    le 23/06/2016 par Brindavoine
    La mort programmée du monde agricole français

    Les pays les plus pauvres du monde sont ceux où le % des paysans est le plus élevé . Personne ne veut la peau des paysans français, seulement ils seront de plus en plus remplacés par des machines de plus en plus performantes, et les exploitations, de moins en moins nombreuses, seront de plus en plus vastes .

     

    • #1494603

      et après tu seras remplacé par la machine qui elle a l’avantage sur toi de ne pas manger, de ne pas faire grève et surtout de ne pas se plaindre.
      Le problème c’est que ton raisonnement est basé sur les économies d’échelle qui elle n’existe pas comme l’a démontre M. Allais notre nobel d’économie et de plus en mathématiques l’infiniment grand multiplié par l’infiniment petit ne tend-il pas vers Zéro !


    • #1494784

      N’importe quoi.
      La limite dont vous parlez est indéterminée.


    • #1494808
      le 24/06/2016 par Themistocles
      La mort programmée du monde agricole français

      A Beligue,

      non, l’infiniment grand multiplié par l’infiniment petit ne tend pas FORCEMENT vers zéro, il peut tendre vers 0, vers une constante, vers l’infiniment grand (positif ou négatif). Ceci se détermine par un calcul aux limites.

      De mémoire et sans notes.


    • #1494884

      Voilà un propos qui s’inscrit dans une vision moderne de l’histoire de l’humanité, mais la réalité me semble bien différente.
      Avec la vision moderne, la notion de richesse et de pauvreté s’inscrit dans la marchandise et sa valeur monétaire (p.i.b., croissance, ...).
      Avec la vision moderne, un pays riche est un pays d’abondance de marchandises. La population peut souffrir et crever sous les marchandises, elle vit dans un pays riche.
      Il me semble qu’avec un peu de bon sens, on regarderait plutôt la qualité de vie de la population, et là, il n’y a aucun doute que le bien-être des humains s’inscrit dans une relation qui tend vers une harmonie avec le monde vivant.
      Et cela passe notamment par un retour à nos origines paysannes.
      Oui, on veut la peau des paysans, on veut les remplacer par une poignée d’exploitants agricoles, et chacun d’entre nous apporte sa goutte d’eau dans un sens ou dans l’autre.
      Serge, paysan hors normes


  • #1494579

    Nous ne sommes pas gouverné par ceux que nous croyons ,malheureusement ,mais par des groupes bien au dessus .Ceux qui sont à la tête de ce pays n’ont rien à foutre de la France et sont vendu à L’Arabie Saoudite et au Qatar . Si les Français ne se réveillent pas ,d’autres se réveilleront pour eux et les Français risquent avoir la gueule de bois.Le temps est compté.

     

    • #1495418

      Salut Serge, ça n’intéresse pas grand monde la mort des agriculteurs... Et puis la MSA qui tire la "sonnette d’alarme", son fonctionnement coûte aussi cher que celui du régime général, c’est sa vache à lait qu’elle voit crever... La richesse ne se crée pas elle se produit, hors les producteurs il n’y a qu’une vaste organisation de parasitisme.


  • #1494604
    le 23/06/2016 par Themistocles
    La mort programmée du monde agricole français

    La Non-politique agricole européenne est du même niveau que la politique agricole chinoise sous Mao : "il faut éliminer tous les oiseaux parce qu’ils mangent les graines".

    On a vu le résultat.


  • #1494699

    Je crois que pour les 35% du chiffre de la drépanocytose, il faut se méfier du fait que le dépistage est de plus en plus pratiqué, justement pour ne pas ostraciser les populations à risques (voir reportage récent d’envoyé spécial, repris ici même).


  • #1494910

    Troisième échec pour les parlementaires sur la taxe Nutella. La secrétaire d’Etat à la Biodiversité Barbara Pompili invoquant la "fragilité juridique" du dispositif, les députés se fixent comme objectif ... de se revoir dans six mois.
    http://www.huffingtonpost.fr/2016/0...


  • #1495394

    Quand l’économie va tout va... pour ceux qui ont des économies !