Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

La source biblique du sionisme

La Bible et les pères fondateurs d’Israël

 

Otto Weininger, auteur fascinant découvert chez Kontre Kulture, écrivait en 1903, tandis que le sionisme émergeait sur la scène géopolitique :

« L’histoire de son peuple est pour le Juif, même pour celui qui lui accorde la plus grande signification, non pas la somme de ce qu’il a été, mais uniquement, sans fin, la source de nouveaux rêves et de nouveaux espoirs : le passé du Juif n’est pas réellement son passé, il est son avenir. »

Ce passé que le Juif confond avec son avenir, c’est avant tout l’histoire biblique.

La Bible hébraïque (le Tanakh) est à la fois la mémoire identitaire du peuple juif, et la promesse de son avenir victorieux. Véritable « patrie portative » des Juifs de la Dispersion selon le mot d’Heinrich Heine, la Bible est restée au cœur de l’État d’Israël, qui ne s’est pas donné d’autre Constitution.

Il est vrai que les pionniers du sionisme politique, Moses Hess (Rome et Jérusalem, 1862), Léon Pinsker (Autoémancipation, 1882) et Theodor Herzl (L’État des Juifs, 1896), ne puisaient pas explicitement leur inspiration dans la Bible, mais plutôt dans les mouvements nationalistes de la fin du XIXe siècle.

Ce qui les motivait était aussi la constance de la judéophobie : Pinsker se convertit au sionisme durant les pogroms qui suivent l’assassinat d’Alexandre II, et Herzl, dans l’émotion de l’affaire Dreyfus. Et la justification principale de la création d’Israël en 1948 fut la persécution des Juifs par les nazis.

Néanmoins, en baptisant son mouvement « sionisme », Herzl lui-même l’avait inscrit dans la perspective biblique : « Sion » est une synecdoque de la Terre promise chez les Prophètes. Tout comme la revendication juive sur la Palestine, la résurrection de l’hébreu après 2 000 ans d’oubli n’a d’autre fondement que la Bible.

Mais surtout, les pionniers du Yichouv (l’immigration juive en Palestine avant 1947) et les fondateurs de l’État d’Israël étaient pétris de la Bible. David Ben Gourion – « la personnification du rêve sioniste » selon son biographe Dan Kurzman – plus qu’aucun autre.

« La vie de David Ben Gourion, écrit Kurzman dans Prophet of Fire, est plus que l’histoire d’un homme extraordinaire. C’est l’histoire d’une prophétie biblique, un rêve éternel. […] Ben Gourion était, en un sens moderne, Moïse, Josué, Isaïe, un messie qui se croyait destiné à créer un État juif exemplaire, une "lumière pour les nations" qui aiderait à racheter toute l’humanité. »

Pour Ben Gourion, écrit encore Kurzman, la renaissance d’Israël en 1948 « était analogue à l’Exode hors d’Égypte, la conquête de Canaan par Josué, la révolte maccabéenne ».

Pourtant, Ben Gourion n’avait aucune inclination religieuse ; il n’était jamais allé à la synagogue et mangeait du porc au petit-déjeuner. Il aimait à dire que « Dieu n’a pas choisi Israël ; c’est Israël qui a choisi Dieu » ; mais il citait Josué 24,22 à l’appui de cette affirmation. Selon le rabbin qui animait son groupe d’étude biblique, Ben Gourion « croyait inconsciemment avoir reçu une étincelle de l’âme de Josué ». Il était habité depuis son enfance par l’histoire antique de son peuple, au point d’adopter le nom d’un général juif ayant combattu les Romains (il était né sous le patronyme de Grün en Pologne). « Il ne peut y avoir aucune éducation politique ou militaire valable sans une connaissance approfondie de la Bible », répétait-il. En un mot, toute la politique de Ben Gourion était « biblique ». Trois jours après le début de l’invasion du Sinaï en 1956, il déclarait devant le Knesset que l’enjeu véritable était de « rétablir le royaume de David et de Salomon », et donc l’expansion d’Israël jusqu’aux frontières bibliques.

Un attachement profond à la Bible se retrouve chez presque tous les dirigeants israéliens de la génération de Ben Gourion et de la suivante. La biographie de Menahem Begin, qui revendique à juste titre une part aussi importante dans la fondation d’Israël par son action terroriste à la tête de l’Irgoun, a pour titre : La Bible et le fusil (1976). Moshe Dayan, le héros de la campagne d’annexion de 1967 (guerre de Six Jours), publie un livre intitulé Living with the Bible (1978) pour justifier sa conquête : « Si l’on se considère comme le peuple de la Bible, on devrait aussi posséder les terres de la Bible. »

Et ce n’est pas seulement en parole que le sionisme se révèle imprégné d’histoire et d’idéologie bibliques. Il ne s’agit pas de rhétorique, mais de géopolitique. Comme le remarque Avigail Abarbanel, Israélienne repentie :

« Les sionistes ont suivi à la lettre l’ordre biblique donné à Joshua de pénétrer et de tout prendre. […] Pour un mouvement soi-disant non religieux, c’est extraordinaire comment le sionisme a suivi la Bible de près. »

Le paradoxe n’est qu’apparent, car pour les sionistes, la Bible n’est pas un texte religieux, mais un livre d’histoire ; c’est le passé du peuple juif, et la référence immuable pour son avenir. C’est une référence non pas secrète, mais totalement assumée, proclamée. Il devrait donc être évident qu’on ne peut pas comprendre le comportement de la nation d’Israël sur la scène internationale sans pénétrer au cœur de l’idéologie biblique.

Pour cela, il faut renoncer à la lecture chrétienne de l’Ancien Testament, et nous familiariser avec la lecture juive du Tanakh. C’est alors seulement qu’on comprendra que le sionisme n’a jamais été un nationalisme comme les autres.

Il ne le pouvait pas, comme l’a bien dit Gilad Atzmon, à partir du moment où il se définissait comme un mouvement nationaliste « juif » destiné à créer un « État juif ». Le sionisme ne pouvait pas non plus être un simple colonialisme, car le colonialisme ne cherche pas à expulser les indigènes, mais à les exploiter. Ou si le sionisme est un colonialisme, ce ne peut être qu’au sens de la colonisation du monde par Israël, selon le programme du prophète Isaïe :

« Les richesses de la mer afflueront vers toi, et les trésors des nations viendront chez toi » (60,5)

« Tu suceras le lait des nations, tu suceras les richesses des rois » (60,16)

« Vous vous nourrirez des richesses des nations » (61,6)

« Car la nation et le royaume qui ne te servent pas périront, et les peuples seront exterminés » (60,12)

Isaïe est le prophète le plus souvent cité par les sionistes (tout récemment encore par Meyer Habib à l’Assemblée nationale). Dans une déclaration publiée par le magazine américain Look le 16 janvier 1962, Ben Gourion émettait cette prédiction pour le prochain quart de siècle :

« Toutes les armées seront abolies, et il n’y aura plus de guerres. À Jérusalem, les Nations unies (de vraies Nations unies) construiront un sanctuaire aux prophètes pour servir à l’union fédérale de tous les continents ; ce sera le siège de la Court Suprême de l’Humanité, où seront réglés tous les conflits entre les continents fédérés, comme l’a prophétisé Isaïe. »

D’Isaïe, les chrétiens connaissent surtout ce fameux verset :

« Ils briseront leurs épées pour en faire des socs, et leurs lances pour en faire des serpes. On ne lèvera plus l’épée nation contre nation, on n’apprendra plus à faire la guerre » (Isaïe 2,4)

Mais les sionistes connaissent aussi le verset précédent, qui décrit ces temps messianiques comme une Pax Judaica : « toutes les nations » rendront hommage « à la montagne de Yahvé, à la Maison du Dieu de Jacob », car « de Sion viendra la Loi et de Jérusalem la parole de Yahvé », de sorte que Yahvé « jugera entre les nations, il sera l’arbitre de peuples nombreux ».

Pour les fondateurs de l’État hébreu, les prophéties bibliques sont un programme, le programme. Et il s’agit d’un programme mondial.

On comprend mieux la géostratégie des néoconservateurs, ces crypto-sionistes, en lisant chez Zacharie comment Yahvé anéantira « toutes les nations » liguées contre Israël et transformera toute la terre en désert, à l’exception de Jérusalem, qui « sera élevée et demeurera en sa place », et où « les richesses de toutes les nations alentour seront rassemblées. »

« Il arrivera que tous les survivants de toutes les nations qui auront marché contre Jérusalem monteront année après année se prosterner devant le roi Yahvé Sabaot (Zacharie 14)

 

Trois leçons à tirer des livres d’Esdras et Néhémie

 

Pour comprendre la nature profonde du sionisme, les livres bibliques d’Esdras et de Néhémie (qui ne forment en fait qu’un seul livre) sont une clé indispensable. À l’époque d’Esdras, la puissance dominante du Moyen et Proche-Orient était la Perse, qui avait soumis Babylone en -539. Avant cela, les Judéens déportés à Babylone avaient joui d’une grande autonomie, et certains avaient acquis fortune et influence. Mais en -555, un prince du nom de Nabonad s’était emparé du pouvoir à Babylone, et il était en guerre contre le roi de Perse Cyrus (Koresch). Il faut croire, estime l’historien Heinrich Graetz, que les Juifs collaborèrent alors avec les Perses, à en juger par les mesures prises contre eux par Nabonad et la bienveillance que leur montra plus tard le conquérant.

À en juger aussi par les versets bibliques que l’on date de cette période :

« Ô fille de Babylone, qui doit être détruite, […] bienheureux celui qui prendra tes petits enfants et les fracassera contre les pierres » (Psaumes 137)

Peu après la victoire de Cyrus, une partie des Judéo-Babyloniens (42 360 individus avec leurs 7 337 esclaves et 200 chanteurs et chanteuses, selon l’estimation du Livre d’Esdras 2,64-67) retourna à Jérusalem sous la protection du roi Cyrus. Celui-ci est gratifié pour cela du titre d’ « Oint » (Mashiah) de Dieu, dans ce passage d’Isaïe qui résume à lui tout seul la stratégie d’instrumentalisation de l’Empire par Yahvé :

« Ainsi parle Yahvé à son oint, à Cyrus dont j’ai saisi la main droite, pour faire plier devant lui les nations et désarmer les rois […] : C’est à cause de mon serviteur Jacob et d’Israël mon élu que je t’ai appelé par ton nom, je te donne un titre, sans que tu me connaisses. […] Je te ceins, sans que tu me connaisses. » (Isaïe 45,1-5)

En -458, Esdras, prêtre de la lignée d’Aaron, se rendit de Babylone à Jérusalem, accompagné de quelque 1 500 disciples et du titre pompeux de « Secrétaire de la Loi du Dieu du Ciel » (Esdras 7, 21). Il fut bientôt rejoint par Néhémie, un haut dignitaire de la cour du roi de Perse également d’origine judéenne. Esdras était mandaté par l’empereur de Perse. Le Livre d’Esdras s’ouvre sur l’édit de Cyrus proclamant que Yahvé l’a « chargé de lui bâtir un Temple à Jérusalem, en Juda » (1,1-2).

L’empereur suivant, Xerxès, aurait produit un édit contraire, sous l’influence des Palestiniens hostiles aux Judéo-Babyloniens. Mais ces derniers aidèrent l’empereur suivant, Darius, à retrouver l’édit de Cyrus dans les archives de Babylone. Darius le résuma dans un nouvel édit qui autorise la reconstruction du Temple, ordonne d’y offrir de gigantesques holocaustes financés par « les fonds royaux », et condamne à l’empalement « quiconque transgressera cet édit » (6,11). Puis c’est l’empereur suivant, Artaxerxès qui, par un nouvel édit, aurait conféré à Esdras autorité pour guider vers Jérusalem « quiconque en mon royaume fait partie du peuple d’Israël, de ses prêtres ou de ses lévites », et pour exercer la justice sur « tout le peuple de Transeuphratène [district comprenant tous les territoires situés à l’ouest de l’Euphrate] » (Esdras 7,11-26).

Aucun historien ne prend le contenu de ces édits au sérieux, mais ils reflètent probablement une réelle activité de diplomatie et de lobbying par laquelle un groupe de proto-sionistes est parvenu à obtenir de l’autorité impériale perse la création en Judée d’un État semi-autonome de nature théocratique. Quels avantages le réseau d’Esdras et Néhémie a-t-il fait miroiter à l’empereur perse pour obtenir son soutien dans leur entreprise de mainmise sur la Palestine ? Cela n’est pas dit par les auteurs des livres d’Esdras et Néhémie, qui se contentent de dire que Yahvé a parlé à Cyrus.

Ce qui nous intéresse, c’est que l’on trouve dans cet épisode le prototype de la stratégie sioniste, qui consiste à favoriser une puissance impériale et à l’instrumentaliser en influençant ses choix géopolitiques.

Cette stratégie a été appliquée différemment à différentes époques. Dans son livre Occident et Islam, Youssef Hindi présente une tentative d’instrumentalisation de la papauté à la fin du XIIIe siècle, lorsque celle-ci s’est imposée comme la puissance impériale et coloniale dominante en Méditerranée, grâce aux croisades et à la prise de Constantinople par les croisés en 1204. Vers 1280, le kabbaliste espagnol Abraham Aboulafia se rend à Rome dans le but de rencontrer le pape Nicolas III. D’autres tentatives sont faites au début du XVIe siècle, après la prise de Constantinople par les Ottomans en 1453. Solomon Molcho (1500-1532), d’origine portugaise marrane, tente de convaincre le pape Clément VII de former une armée de marranes afin de prendre la Palestine aux Ottomans et d’y installer les Juifs.

Cependant, à cette époque, le mouvement proto-sioniste s’est déjà largement détourné du catholicisme, incarné par la puissance espagnole, pour favoriser la diffusion du calvinisme et la révolution puritaine en Angleterre. Et ce n’est qu’au XIXe siècle que l’empire britannique pourra être efficacement instrumentalisé.

Nahum Goldman considère Disraeli comme « le véritable créateur de l’Empire britannique », car c’est lui qui fit proclamer la reine Victoria impératrice, après avoir fait financer par le baron Lionel de Rothschild le rachat du Canal de Suez au profit de l’Angleterre. N’ayant pu obtenir du sultan ottoman qu’il leur cède la Palestine, les sionistes pousseront les Britanniques à se retourner contre l’Empire ottoman, puis obtiendront d’eux, à l’occasion de la Première Guerre mondiale, la première pierre de leur édifice : la Déclaration Balfour de 1917.

Mais lorsque les Britanniques feront par la suite obstacle à la colonisation juive de la Palestine, c’est vers la toute nouvelle puissance impériale américaine, qu’ils ont contribué à faire naître, que se tournent les sionistes. Et c’est au prix d’une seconde guerre mondiale qu’ils obtiennent finalement un État juif en Palestine, dans des frontières qu’ils entendent bien élargir, par une troisième guerre mondiale s’il le faut.

La leçon de cette histoire est la suivante : le sionisme a toujours besoin d’un empire auquel il peut forcer la main. Au besoin, il contribue à la création de cet empire pour l’utiliser. On pourrait dire que sionisme et impérialisme sont les deux faces interdépendantes d’un même processus historique. Or cette géopolitique remonte à la tradition biblique : ce fut très exactement la stratégie d’Esdras et Néhémie au Ve siècle avant notre ère.

Mais ce n’est pas la seule leçon des livres d’Esdras et Néhémie ; on y trouve également déjà les caractères essentiels de la conquête de la Palestine au XXe siècle. Esdras se plaint que « la race sainte [les exilés revenus de Babylone peu avant lui] s’est mêlée aux peuples des pays » en épousant « des femmes étrangères, prises parmi les peuples du pays », ces « gens abominables », « plongés dans leurs abominations » (Esdras 9,1-10,2). Il exige que tous les coupables renvoient leurs femmes « étrangères » (en réalité autochtones) et les enfants qu’elles leur ont donnés.

L’obsession pour l’endogamie est le thème central du Livre d’Esdras, dans lequel sont listées les généalogies des lignées pures dignes de se reproduire entre elles. On n’a pas, il est vrai, de nettoyage ethnique comme au XXe siècle, car selon la loi lévitique, la race sainte doit pouvoir se servir en esclaves parmi les indigènes :

« Ils seront votre propriété perpétuelle. Vous les aurez pour esclaves » (Lévitique 25,44-46)

Il y a encore une troisième leçon à tirer des aventures proto-sionistes d’Esdras et Néhémie : le nouvel État juif n’est vivable qu’à condition de continuer à bénéficier de la protection d’un empire, et cela suppose une diaspora puissante.

Pendant plus d’un siècle après Esdras, le royaume d’Israël fut pratiquement dirigé à distance par les exilés de Babylone, Néhémie lui-même y gardant sa résidence principale. Aujourd’hui encore, la survie d’Israël est dépendante de l’influence qu’exercent ses défenseurs aux États-Unis et en Europe. Bien qu’il ait pour vocation théorique d’accueillir tous les Juifs du monde, l’État d’Israël s’écroulerait s’il atteignait ce but.

La communauté juive américaine, et ses puissants réseaux tels que le B’nai B’rith ou l’AIPAC, remplissent aujourd’hui la même fonction que la communauté juive babylonienne au Ve siècle avant notre ère. C’est ce qu’a fait remarquer Jacob Neusner dans A History of the Jews in Babylonia (1965) ou encore Max Dimont dans Jews, God and History (1962). Selon ce dernier, les Juifs américains préférant rester aux États-Unis qu’émigrer en Israël sont tout aussi indispensables à Israël que le furent, à l’époque perse, les Juifs babyloniens qui déclinèrent l’invitation de retourner en Palestine :

« Aujourd’hui, comme ce fut le cas auparavant, nous avons d’un côté l’État indépendant d’Israël, de l’autre, la Diaspora. Mais, comme par le passé, l’État d’Israël n’est qu’une citadelle du judaïsme, un refuge, le centre du nationalisme juif où résident seulement deux millions sur les douze millions de Juifs du monde. La Diaspora, bien qu’elle ait déplacé son centre à travers les âges selon la naissance et la chute des civilisations, demeure l’âme universelle du judaïsme. »

 

Conclusion

 

Le sionisme était censé apporter la réponse finale à l’épineuse « question juive », et tout le monde espérait qu’il le ferait. Mais son succès a n’a fait que métamorphoser la question, qui est devenue la « question sioniste » : la question de la nature et du devenir d’Israël, depuis que ce nom désigne à nouveau un État du Moyen-Orient. Une partie des réponses à cette question, selon le point de vue défendu dans mon livre, se trouve dans la Bible. La question sioniste, c’est la question biblique. Ce sont les sionistes eux-mêmes qui nous le disent. N’ont-ils pas la Bible plein la bouche ?

En 2015 encore, le Premier ministre Benjamin Netanyahou justifiait devant le Congrès américain sa phobie de l’Iran en se référant au Livre d’Esther (le seul livre biblique qui ne mentionne jamais Dieu), dont l’héroïne juive déjoua un projet d’extermination de son peuple par les Perses :

« Aujourd’hui, le peuple juif fait face à une autre tentative, par un autre souverain perse, de nous détruire. »

Netanyahou a réussi à programmer son allocution la veille de la fête de Pourim, qui célèbre la fin heureuse de l’histoire d’Esther : le massacre de 75 000 Perses, femmes et enfants compris.

Que ceux qui pensent que la Bible et le sionisme n’ont aucun rapport – qu’il existerait un bon judaïsme biblique et un mauvais judaïsme sioniste – y pensent à deux fois : même la politique de dissuasion nucléaire israélienne porte un nom biblique : l’ « Option Samson ».

Et qu’ils relisent les prophètes :

« Et voici quelle sera la plaie dont l’Éternel frappera tous les peuples qui auront combattu contre Jérusalem : il fera tomber leur chair en pourriture pendant qu’ils seront debout sur leurs pieds, leurs yeux fondront dans leurs orbites, et leur langue fondra dans leur bouche. » (Zacharie 14,12)

Laurent Guyénot

 

À ne pas manquer, Du yahvisme au sionisme, chez Kontre Kulture :

 

Se procurer Du yahvisme au sionisme chez Kontre Kulture :

Retrouvez Laurent Guyénot chez Kontre Kulture :

Sur le sujet, lire également :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

33 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1678838
    le 06/03/2017 par Oscaryankee
    La source biblique du sionisme

    J’apprécie bcp les analyses de L. « Guyenot . Celle ci recoupe beaucoup le livre de Douglas Reed , la controverse de SIOn . A - t il d’autres sources que D.Reed ? Lui même ayant fait une recension de pas mal d’auteurs juifs .


  • #1678912
    le 06/03/2017 par David Poirier
    La source biblique du sionisme

    Ce type d’article me laisse perplexe. Quelle conclusion en tirer ? En tant que chrétien, qui croyons au Christ, nous ne pouvons rejeter la Bible parce qu’elle contient des citations qui font des juifs le peuple élu. Dans ses nombreux discours Jésus a valider que l’Ancien Testament était inspirer de Dieu tout en dénonçant vivement l’orgueil juif qui interprète les textes pour se valoriser. Nous pouvons critiquer ce qui nous semble injuste dans le sionisme, mais quand on commence à critiquer la Bible je pense qu’il faut être très prudent.

     

    • #1678931
      le 06/03/2017 par Le Pen, vite !
      La source biblique du sionisme

      Le peuple élu, c’était les Hébreux, pas les Juifs d’aujourd’hui, qui sont une secte déterminée par le Talmud et apparue après Jésus Christ. L’élection n’était valable et n’avait de sens qu’avant la venue du Messie, en l’an zéro de notre ère.


    • #1679009
      le 06/03/2017 par The Médiavengers
      La source biblique du sionisme

      Ce n’est pas Dieu ni Jésus-Christ qui ont écrit la Bible. Si ?


    • #1679120
      le 06/03/2017 par Drago
      La source biblique du sionisme

      Les pharisiens amenèrent une femme surprise en flagrant délit d’adultère :
      "Dans la Loi, Moïse nous a prescrit de lapider ces femmes-là. Et toi, qu’en dis-tu ?"
      Jésus leur dit :
      "Que celui d’entre vous qui n’a jamais péché lui jette la première pierre"

      Le Nouveau Testament est censé être une "Réforme". L’abrogation du Judaïsme !
      Alors oubliez à jamais l’Ancien Testament.
      Ou alors le Christ est mort pour rien.


    • #1679321
      le 07/03/2017 par awrassi
      La source biblique du sionisme

      Et si tu faisais comme moi, qui suis musulman : distinguer les Enfants d’Israel (de la Bible et du Coran) des Juifs (talmudistes ou Israélites "égarés") ? L’histoire nous apprend d’ailleurs que les "Judéens" (les futurs Pharisiens) firent la guerre aux "Fils d’Israel" (Israélites historiques) et les exterminèrent ... Je me trompe peut être mais j’aime mon intuition. En tout cas, une chose est claire : les sionistes qui dirigent le monde actuellement ne sont pas du Moyen Orient. Ils sont Khazars et ont embrassé le Talmudisme (religion du Sion de Hertzl !


    • #1679328
      le 07/03/2017 par awrassi
      La source biblique du sionisme

      Et si tu faisais comme moi, qui suis musulman : distinguer les Enfants d’Israel (de la Bible et du Coran) des Juifs (talmudistes ou Israélites "égarés") ? L’histoire nous apprend d’ailleurs que les "Judéens" (les futurs Pharisiens) firent la guerre aux "Fils d’Israel" (Israélites historiques) et les exterminèrent ... Je me trompe peut être mais j’aime mon intuition. En tout cas, une chose est claire : les sionistes qui dirigent le monde actuellement ne sont pas du Moyen Orient. Ils sont Khazars et ont embrassé le Talmudisme (religion du Sion de Hertzl !


  • #1678923
    le 06/03/2017 par Anonyme
    La source biblique du sionisme

    Ce qui est inccroyable, c’est que aucun "intellectuelle" ou médias ou qui que ce soit ne parlerait sur des écrits biblique ou politique et de la volonté de certains des coreligionnaires ou plitique de cette religion… Sauf ER…


  • #1678955
    le 06/03/2017 par Henri
    La source biblique du sionisme

    Le fait est que tant Jésus que ses disciples ont abondamment cité dans leurs écrits cet "ancien testament" que vous décriez tant ici. C’est un fait.

    Donc c’est peut-être parce que l’AT n’était finalement pas si "à jeter" que ça et du coup que peut-être il faudrait remettre en question la grille de lecture, franchement très au pied de la lettre, que vous en avez...à moins que vous ne sachiez mieux que Jésus, Pierre ou Paul...

     

    • #1679099
      le 06/03/2017 par Alan Le Saux
      La source biblique du sionisme

      En tant que Chrétiens, nous ne pouvons pas critiquer l’Ancien Testament, qui est inspiré de Dieu. Ce qui ne veut pas dire que nous ne pouvons pas critiquer les Juifs.

      L’AT a été offert par Dieu pour annoncer et préparer la venue du Christ. L’AT a révélé les péchés, donc notre misère. Ainsi, le besoin du Messie s’est concrétisé.

      Depuis que NSJC nous est venu et qu’eut lieu la Passion, nous ne sommes plus liés à l’AT.

      La bulle dogmatique Cantate Domino du Concile de Florence 1442, affirme que respecter les prescriptions légales de l’AT, les considérer comme nécessaires au Salut, est un péché mortel.
      Cette même bulle affirme également que tout personne vivant en dehors de l’Église catholique, païens, schismatiques mais aussi Juifs, ne peuvent être sauvés.

      La Lettre encyclique Mystici corporis christii du Pape Pie XII, en 1943, professe que l’Ancienne loi est morte avec le Christ sur la croix.

      De nombreux versets du NT confirme que celles et ceux qui ne croient pas en NSJC, donc y compris les Juifs, ne peuvent être sauvés : Mt 10,33 / Jn 3,18 / Jn 3,36 / Jn 8,24 / Jn 14,6 / Mc 16,16 /... bref, les Évangiles eux-mêmes nous confortent dans l’idée que Vatican 2 est une hérésie et que les Juifs sont maudits


    • #1679156
      le 06/03/2017 par Henri
      La source biblique du sionisme

      @ Alan, tu m’excuseras, mais seule la Bible est inspirée. Une bulle papale n’est pas plus respectable que, au hasard, le Talmud, a fortiori quand elle va contre l’exemple donné par les premiers chrétiens (qui, comme je le disais plus haut, ont cité fréquemment l’AT).

      Bien entendu, tout n’est plus d’actualité dans l’AT, comme par exemple les interdits alimentaires (cf. la vision donnée par Jésus à Pierre avant la conversion de Corneille), mais il n’en demeure pas moins que, sous-jacents aux lois de l’AT, se trouvent des principes moraux qui, eux, sont absolument immuables et rendent ce texte d’une grande valeur pratique pour chacun de nous. Donc réduire l’AT à un simple manifeste suprématiste juif est, au mieux, une grave erreur.


    • #1679198
      le 06/03/2017 par Drago
      La source biblique du sionisme

      @ Alan Le Saux
      La circoncision est une Alliance entre Dieu et l’homme.
      Le Baptême est une Alliance entre Dieu, l’homme... ET... la femme.
      Le Nouveau Testament est donc une NOUVELLE ALLIANCE !!
      Il ne s’agit donc pas de "critiquer" l’Ancien... mais de se conformer au Nouveau.
      Quand un décret ou une loi sont abolis, c’est pas pour plancher dessus jusqu’à la fin des temps.


    • #1679323
      le 07/03/2017 par awrassi
      La source biblique du sionisme

      Ne pas oublier ce que nous, musulmans, pensons et disons : la parole du Christ et de l’Ingil (Evangile) a été falsifiée au cours des temps par les ennemis de Dieu.


  • #1678959
    le 06/03/2017 par Phil
    La source biblique du sionisme

    La bible comprend l’Ancien Testament et le Nouveau Testament, or il y a juste un lien entre le sionisme et l’Ancien Testament et non avec le Nouveau Testament, cette distinction serait souhaitable de le préciser.

     

    • #1679145
      le 06/03/2017 par Drago
      La source biblique du sionisme

      Sans remettre en cause la véracité de l’Ancien Testament (c’est un autre débat).
      Le Christ n’est pas venu pour se plier au Judaïsme (quel intérêt). Mais pour l’abroger.
      Pour imager un peu le contexte : On peut pas adhérer à tout et son contraire.
      — On peut pas être royaliste et républicain en même temps.
      — Ce serait guillotiner le Roy une deuxième fois.
      — On peut pas adhérer au Christianisme et à son contraire le Judaïsme.
      — Ce serait crucifier le Christ une seconde fois.


    • #1679330
      le 07/03/2017 par awrassi
      La source biblique du sionisme

      Si tu veux comprendre le christianisme et l’Evangile (parole rapportée par le Christ), il faut passer par l’islam. Pas par Alexandrie et Babylone, où furent écrits et traduits les histoires sectaires de tes pseudo-frères judéo-chrétiens !


    • #1679676
      le 07/03/2017 par voxpop
      La source biblique du sionisme

      @awrassi comme par hasard "pour comprendre le Christianisme et l’Évangile il faut passer par l’Islam"... Ce que je comprends c’est que tu prêches pour ta paroisse, mais sur les faits historiques et on ne le répétera jamais assez le Christianisme est beaucoup plus ancien que l’Islam, donc d’un point de vue logique vue les ressemblances, c’est comme les styles en arts martiaux, je ne prends pas pour la source des pots pourries (sans que cela soit péjoratif).
      L’étude d’une religion passe d’abord par l’histoire et non sa bible, à ne pas confondre comme pour acquis.


  • #1678976
    le 06/03/2017 par calal
    La source biblique du sionisme

    livre d’amos ancien testament aussi :

    Le Seigneur Dieu me donna cette vision :
    c’était une corbeille de fruits mûrs.
    Il dit : « Que vois-tu, Amos ? »
    Je répondis : « Une corbeille de fruits mûrs. »
    Le Seigneur me dit :
    « Mon peuple Israël est mûr, sa fin est arrivée ;
    j’en ai fini de passer outre en sa faveur.
    Ce jour-là, les chants du palais hurleront,
    – oracle du Seigneur Dieu.
    Nombreux seront les cadavres,
    en tout lieu on les
    jettera. Silence !

    Écoutez ceci, vous qui écrasez le malheureux
    pour anéantir les humbles du pays,
    car vous dites :
    « Quand donc la fête de la nouvelle lune sera-t-elle passée,
    pour que nous puissions vendre notre blé ?
    Quand donc le sabbat sera-t-il fini,
    pour que nous puissions écouler notre froment ?
    Nous allons diminuer les mesures,
    augmenter les prix et fausser les balances.
    nous pourrons acheter le faible pour un peu d’argent,
    le malheureux pour une paire de sandales.
    Nous vendrons jusqu’aux déchets du froment ! »
    Le Seigneur le jure par la Fierté de Jacob :
    Non, jamais je n’oublierai aucun de leurs méfaits.

     ;)

     

    • #1679155
      le 06/03/2017 par Drago
      La source biblique du sionisme

      Retenez bien une chose :
      Il y a 2000 ans... le Judaïsme fut aboli !
      Et par un Juif, s’il vous plait !


  • #1678977
    le 06/03/2017 par Emmanuelle
    La source biblique du sionisme

    Dans l’article, et c’est mentionné, les sources et les références de la « patrie portative » du peuple juif sont spécifiquement l’Ancien Testament ou La Bible hébraïque.

    Son titre générique inclusif, « La source biblique du sionisme », prête cependant à confusion pour les chrétiens non sionistes et leurs semblables. À ce niveau, la précision ne peut être un luxe offert au lecteur.

    L’hypothèse biblique de la terre promise et ses morceaux textuels choisis ici sont très réducteurs de La Bible (patrimoine de tous les craignants Dieu) et diaboliques, sans le créateur et propriétaire (de la terre) Dieu ni le Nouveau Testament et la justice de Dieu.

    Le Nouveau Testament, qui est l’accomplissement de l’Ancien Testament ou l’ancienne Alliance de Dieu avec le peuple juif, ne légitime nulle part la géopolitique contemporaine et les allégations bibliques nulles des pères fondateurs sionistes d’Israël.

    À ce propos, l’auteur de l’épître aux Hébreux écrit, au chap. 8 :

    7 En effet, si la première alliance avait été sans défaut, il n’aurait pas été question de la remplacer par une seconde. 8 Car c’est avec l’expression d’un blâme que le Seigneur dit à Israël : Voici, les jours viennent, dit le Seigneur, où je ferai avec la maison d’Israël et la maison de Juda Une alliance nouvelle, 9 Non comme l’alliance que je traitai avec leurs pères, le jour où je les saisis par la main pour les faire sortir du pays d’Égypte ; car ils n’ont pas persévéré dans mon alliance, et moi aussi je ne me suis pas soucié d’eux, dit le Seigneur. 10 Mais voici l’alliance que je ferai avec la maison d’Israël, après ces jours-là, dit le Seigneur : Je mettrai mes lois dans leur esprit, je les écrirai dans leur coeur ; et je serai leur Dieu, et ils seront mon peuple. 11 Aucun n’enseignera plus son concitoyen, ni aucun son frère, en disant : Connais le Seigneur ! Car tous me connaîtront, depuis le plus petit jusqu’au plus grand d’entre eux ; 12 parce que je pardonnerai leurs iniquités, et que je ne me souviendrai plus de leurs péchés. 13 En disant : une alliance nouvelle, il a déclaré la première ancienne ; or, ce qui est ancien, ce qui a vieilli, est près de disparaître.

     

    • #1679117
      le 06/03/2017 par Telecaster
      La source biblique du sionisme

      Mille fois merci .Comme c’est épuisant à expliquer aux chrétiens sionistes ! La seule et unique solution au problème juif c’est Jésus-Christ .


    • #1683909
      le 15/03/2017 par Mariana
      La source biblique du sionisme

      La parole de Jésus-Christ ne nous est parvenue que par des clercs qui l’ont largement travestie.

      Je ne suis pas d’accord avec vous, l’Apocalypse de Jean, le dernier livre de la bible, peut être entendue comme la promesse d’une terre nouvelle (la Jérusalem céleste), la montagne (recyclant de très vieilles cosmogonies mésopotamiennes) peut tout à fait être assimilée à la montagne de Sion... Les 144 000 sauvés sont explicitement les descendants des douze tribus d’Israël...


  • #1679054
    le 06/03/2017 par Lars
    La source biblique du sionisme

    Une autre citation intéressante de David Ben Gourion :

    « Ma conception de l’idéal et de la vision messianiques n’est pas métaphysique, mais socio-culturelle et morale… Je crois en notre supériorité morale et intellectuelle, en notre capacité de servir de modèle pour la rédemption de la race humaine. Cette croyance est basée sur ma connaissance du peuple juif, pas sur une foi mystique ; la gloire de la présence divine est en nous, dans nos cœurs et non en dehors de nous. »

    Texte original : « My concept of the messianic ideal and vision is not a metaphysical one but a socio-cultural-moral one … I believe in our moral and intellectual superiority, in our capacity to serve as a model for the redemption of the human race. This belief of mine is based on my knowledge of the Jewish people, not some mystical faith ; the glory of the divine presence is within us, in our hearts, and not outside of us. »

    – David Ben Gourion, in Arthur Hertzberg, The Zionist Idea, Jewish Publication Society, 1959, p. 94.


  • #1679180
    le 06/03/2017 par Drago
    La source biblique du sionisme

    Le Christ n’a pas demandé la circoncision.
    Mais en fait, c’est quoi la circoncision ?
    Une circoncision est un acte rituel qui consacre une personne à Dieu.
    Et cette personne est... un homme ! Que devient la femme alors ?
    Eh bien la femme est mise à l’écart de cette Alliance, comme une animal !
    La subtilité du Baptême est qu’il consacre sans distinction à Dieu l’homme... ET... la femme.
    Car ils sont supposés être inséparables et marcher côte à côte dans les projets de Dieu.

     

    • #1679294
      le 07/03/2017 par calal
      La source biblique du sionisme

      bien vu. en tant que catholique,ce que je reprocherai a l’eglise c’est de trop mettre en veilleuse les points positifs et "progressistes" de la religion chretienne. on peut etre fier de sa religion sans tomber dans l’orgueil. comment evangeliser alors que nos pretres nous culpabilisent sans arret ? et ou est l’exemplarite de notre eglise dans la vie de la cite ? que fait l’eglise avec l’argent du vatican ? je crois y a un texte qui dit qqch comme " si les enfants de l’eglise etait aussi malin que les enfants du monde avec l’argent pour gerer l’eglise, ca ferai avancer le schmilblick".


    • #1688518
      le 22/03/2017 par Peter
      La source biblique du sionisme



      Le Christ n’a pas demandé la circoncision.




      M’arrêtes tout de suite tu va tout droit vers un anévrisme et te faire peter une artère cérébrale mon pote !!...

      Selon ta croyance en la trinité, le bon Jésus est aussi le Père dans l’ancien testament.. alors en toute logique c’est bien Jésus qui a demandé dans l’ancien testament que les hommes se fassent couper le prépuce et que ça serais là un signe de l’alliance.. À moins qu’il y a erreur sur la personne et que tu ne crois pas que Jésus le fils, Yaweh le Père et le saint esprit soient dotés d’une seule et même volonté ? À moins que tu ne reconnaîsse pas l’authenticité de ce qui se trouve dans l’ancien testament ?

      En tant que musulman je comprends parfaitement que les lois apportées par les Prophètes peuvent être différentes selon les époques et les nécessités ponctuelles.. pour guider l’Homme hors des ténèbres vers la lumière..

      Mais il faut arrêter cette acrobatie trinitarienne.. si Jésus est indissociable du Dieu de l’ancien testament selon le dogme de la trinité et que vous reconnaissez la Bible dans son entièreté comme authentique et n’ayant subit aucune altération il va falloir trouver un moyen d’expliquer comment l’amour Christique peut être en adéquation avec le Dieu vengeur de l’ancien testament ?... Ou alors il y a un trouble dissociatif de l’identité, (sans blasphèmer) Jésus aurait une personnalité multiple bonne a se faire interner en HP ?! Vous êtes pourtant capable de considérer des évangiles comme apocryphes.. pourquoi ne pas reconsidérer l’authenticité de l’ancien testament ??!!



      Jérémie 8:8
      Comment pouvez-vous dire : Nous sommes sages, La loi de l’Eternel est avec nous ? C’est bien en vain que s’est mise à l’oeuvre La plume mensongère des scribes.



      Pourtant c’est la Bible elle même qui vous explique que les textes ont été falsifiés... On en revient à la trinité : vous pensez que l’Esprit Saint est le rédacteur en chef, la garantie ultime indiscutable ; la copie finale que vous tenez dans les mains quelle que soit la traduction ou l’édition serait est une synthèse « magique » ?!! Même pas un ou deux scribes zélés ayant corrompus le texte avec un agenda politique ou sectaire ?


  • #1679209
    le 06/03/2017 par Michel Karl Myriam
    La source biblique du sionisme

    Dans tous les écrits qui parlent des rapports de l’homme au divin il y a plusieurs niveaux de lectures. et la Bible est particulièrement riche de ce point de vue. Quand on se contente du premier niveau de lecture, d’une histoire, de personnage de faits...on prend la Bible comme un roman ou un livre d’histoire....Or il s’agit d’un livre révélé et il ne parle ni du passé ni du futur mais du présent de chaque Homme il lui parle de sa mutation pour faire grandir le divin en lui. Le Christ est en quelque sorte venu remettre les pendules à l’heure (cosmique), en disant qu’il était venu accomplir la Loi (la Thora) et non l’abolir et qu’Il était le Chemin, la Vérité et la Vie.....
    La religion à un sens pour la croissance spirituel de l’homme et qui à partir de cette vernalisation va être à même de vivre en communauté avec les autres et il est assez vain de se servir de ces textes pour justifier la création d’un état ou d’un Eglise qui ressemble à un état. En ce qui concerne les juifs et le sionisme, c’est normal qu’ils cherchent à créer un état car depuis la venue du Christ il a rempli sa mission de peuple élu et est redevenu un peuple normal....


  • #1679215
    le 06/03/2017 par Sang & drains
    La source biblique du sionisme

    Pourquoi « l’Ancien Testament » ne serait-il pas devenu un programme pour les Juifs ?
    Le « Meilleur des Mondes » d’Aldous Huxley en est bien un lui !

    Sinon, très beau texte de Laurent Guyenot, très intéressant à lire et à méditer.


  • #1679613
    le 07/03/2017 par michel amm
    La source biblique du sionisme

    Que pensez vous d’un peuple qui aurait passé des siècles en esclavage chez les pharaons et qui dans leur livre (la bible) qui raconte cette histoire n’aurait pas mis un seul, je dis bien pas un seul nom de pharaon ayant vraiment existé ?

    Cela est un FAIT que vous pouvez vérifier par vous-même, il suffit de prendre votre bible et de la lire.

    Le décryptage des hiéroglyphes qui nous a permis de connaitre les noms des pharaons a été fait pour ma première fois par Jean-François Champollion vers 1806.

    Cette simple constatation montre que la Bible que nous connaissons aujourd’hui n’a jamais été écrite par des gens ayant réellement vécu en Égypte sous les pharaons.

    Ceux qui ont écrit cette belle histoire (la bible) ne pouvaient à l’époque deviner que l’on pourrait lire les vrais noms des pharaons sur les ruines Égypte.

    Il est amusant (en fait navrant) de voir que des gens qui pensent que les médias leurs mentent , sont encore capable de croire un livre qui a été écrit (puis imprimé) par les ancêtres des propriétaires de ces même médias.

     

    • #1680319
      le 08/03/2017 par Robert
      La source biblique du sionisme

      Bravo et merci. Que de temps perdu à se pencher sur ces sujets, à ergoter sur telle ou telle parole. Si vous appliquiez simplement le "aimez vous les uns les autres" pour le message en lui-même sans enc. des mouches tout se passerait mieux.


  • #1680320
    le 08/03/2017 par jp 1792
    La source biblique du sionisme

    Ne vous méprenez pas L’histoire du peuple hébreux a pris fin en soixante et dix de notre ère lors du sac de jérusalem et la guerre qui a suivi effaçant toute trace de généalogie et du judaïsme.Beaucoup de juifs c"était convertis et ont survécu grâce à l’avertissement de Mathieu chapitre 24 .Les pseudos juifs d’au jour d’huis sont des kasars qui ont interprété la loi et l’histoire d’Israël qui avait a lutter contre des peuples païens qui pratiquait toute sortes d’abominations comme les sionistes pratiquent de nos jours Par des rituels enseignés à la lumières des talmuds et non de l’ancienne alliance qui enseignait et encourageait le prosélytisme. les commandements ont été donnés pour tous les hommes.Malheureusement Jésus leur a déclares qu’ils avaient enlevé le cœur de la loi qui est l"amour et la miséricorde.Pourim n’est pas une fête légale .


  • #1680360
    le 08/03/2017 par Miville
    La source biblique du sionisme

    Personne, mais personne de vous n’a idée de ce à quoi il s’attaque. J’ai vécu la chose juive de l’intérieur, alors voici : le judaïsme n’est pas une religion, mais une magie, un peu comme le système indien de Patanjali et les écoles de tantrisme du même pays, c’est un ensemble de règles, de rituels, de disciplines et d’exercices par lesquels l’adhérent (pas le croyant : le mot hébreu signifie adhérer en se concentrant et non pas faire confiance) prendre peu à peu le pouvoir sur toute chose matérielle et notamment, en tout premier lieu, sur la volonté de ceux qui négligent ou refusent ces disciplines.

    La plus grave et commune erreur est d’assimiler le judaïsme à une sorte d’église chrétienne (ou d’oumma islamique) plus vieille, plus biscornue, moins exigeante moralement, moins capable de dire non à l’appel du sexe et de l’argent, mais en compensation plus humaniste, dont le conflit avec la Chrétienté porterait sur l’identité du Messie. Non, non et non ! Une autre grave erreur est de penser que des intrus, par exemple les Khazars, auraient corrompu l’entité juive pour en faire un club de riches. Non, non et Non !

    Il n’y a pas de morale dans le judaïsme. Comme dans tout système magique qui se veut souverain, affranchi de toute religion, il n’y a que des considérations d’efficacité, comme par exemple le pouvoir des mezuzoths et autres amulettes. Il n’est toutefois aucunement nécessaire de se livrer à ces simagrées pour être juif, c’est même un devoir de les négliger si on ne croit pas en leur efficacité occulte pour obtenir plus de pouvoir de soumettre le monde à sa volonté. Comme dans tout système magique le but de l’existence de la personne ne pratiquant pas la magie est de servir de robot téléguidé entre les mains de ceux qui la pratiquent, seul a le droit au nom d’être humain digne de ce nom celui qui sait contrôler sa situation personnelle par ce moyen.

    Pour un juif digne de ce nom la Torah est un grimoire, un livre de recettes magiques dont l’initié doit savoir comprendre le secret pour son usage en déchiffrant leur langage symbolique et sans jamais le révéler avant de l’avoir appliqué. Le Dieu YHWH est une force terrifiante, semblable à de l’énergie nucléaire, qu’il faut savoir maîtriser une fois de plus par des exercices appropriés assez semblables une fois de plus à ceux de la magie indienne, entre autres par la maîtrise du souffle que ces quatre semi-consonnes suggèrent si fortement (inspiration, rétention, expiration, lâcher).


  • #1685190
    le 17/03/2017 par demitrius
    La source biblique du sionisme

    Qui a écrit avec ses petites mains la bible ? car ça aussi, ça serait bien de le savoir ? Quoiqu’il en soit, que ce soit un concept, eux, ils y croient et font tout pour que ça arrive - il suffit de voir le monde -, ou que cela soit réellement le plan prévu par un dieu, la fin reste la même, ça arrivera. Donc, on a beau tortiller ça dans tous les sens : si c’est pas écrit, ça marchera quand même, et si c’est écrit, pourquoi s’en défendre ? Les croyants n’ont pas le choix que d’obéir, non ?


Commentaires suivants