Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Lanzmann, Finkielkraut et Lévy réagissent à la mort du menteur Elie Wiesel

L’escroc à la Shoah, pavé dans la mare du communautarisme juif

Le 3 juillet 2016, dans le 6/9 de France Inter, le réalisateur Claude Lanzmann, auteur de l’interminable Shoah, égratigne le mythe Elie Wiesel en citant le prix Nobel de littérature et ancien déporté Imre Kertész :

« Imre Kertész, dans “Être sans destin”, dit ceci : Elie Wiesel a passé à Auschwitz en tout et pour tout trois ou quatre nuits et jours, le reste du temps il était à Buchenwald. Il n’était pas à Auschwitz. [...] C’est un témoin fiable, Imre Kertész. »

 

 

Dans l’émission L’Esprit de l’escalier présentée par Elisabeth Lévy sur la radio communautaire juive RCJ le 3 juillet 2016, l’académicien Alain Finkielkraut a, lui, préféré expédier le ballon en touche...

 

 

Un sens de la précaution qui n’habite évidemment pas Bernard-Henri Lévy, dont la « tribune » (on ne sait plus trop comment qualifier ses productions) a trouvé un support de choix dans le journal moribond Libération. On est sympa, on ne vous en met que six lignes :

« La grandeur d’Elie Wiesel fut d’être demeuré, jusqu’au bout, et en toutes circonstances, l’un de ces petits juifs dont il pensait qu’ils sont la couronne de l’humanité. [...] Il est l’un des rares à avoir – cela est sûr – dit l’indicible des camps. Il partage avec Primo Levi et Imre Kertesz – y en eut-il tant d’autres ? – le terrible privilège d’avoir vu six millions d’ombres s’adosser à sa frêle silhouette et trouver ainsi une presque imperceptible place dans le grand livre des morts en ce monde. »

Sur Europe 1, où l’on ne pouvait pas ne pas l’inviter, BHL a aussi évoqué La Nuit, le roman qui a fait la fortune d’Elie Wiesel :

« Ce qu’il a de singulier ce livre, et qui fait qu’il faut encore le lire aujourd’hui, et qu’il garde une fraîcheur noire inentamée, c’est que c’est un livre dont on sent à chaque ligne qu’il est gagné sur le silence, qu’il est arraché au silence. On sent à chaque ligne que c’est un livre qui manque s’effondrer à chaque page, qui manque se laisser engloutir dans le trou noir de sa propre impossibilité. »

Nous tenons à rassurer ceux de nos lecteurs qui ne comprendraient pas le sens de la dernière phrase dans l’extrait ci-dessus : c’est bon signe.

L’interview en entier :

 

De quoi mesurer la pertinence des propos de Bernard-Henri Lévy, sur E&R :

 

Voir aussi, sur E&R :

À lire, chez Kontre Kulture :

Sur l’utilisation politique de certains « témoignages »,
lire chez Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

61 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Commentaires suivants