Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Le 13 Novembre vu par un policier musulman du renseignement français

Samir (prénom changé) était sur le terrain ce jour-là. Spécialiste de la radicalisation islamiste, sa direction l’a muté, dit-il, en raison de son zèle « anti-salafiste ».

 

Le 13 novembre, peu après 21 heures, mon téléphone sonne. Un collègue CRS, en garde statique près du Stade de France, souhaite me prévenir qu’une explosion a retenti. Les ondes [radio police, NDLR] parlent d’une possible explosion au gaz, mais les collègues se souviennent que j’avais établi des statistiques rendant plus probables les attaques kamikazes le vendredi, les candidats au martyre choisissant généralement de se laisser aller vers l’au-delà en ce jour saint de l’islam. Ils ne se sentent pas rassurés, et souhaiteraient que je vienne jeter un œil. Je m’arme, j’endosse mon gilet pare-balles, j’embrasse ma compagne et mes enfants en leur rappelant que je les aime.

J’enfourche ma moto, portable à vue. Quelques minutes plus tard, un SMS s’affiche à l’écran : « Deuxième explosion secteur porte E ». J’accélère, et j’arrive aux alentours du stade. Certains collègues ayant mis en place des barrages me reconnaissent, et m’ouvrent l’accès sans difficulté. Quand, arrivé à proximité du McDonald’s, l’impensable se produit. Un kamikaze actionne sa charge au milieu de la foule. J’aperçois Farid, mon collègue de la protection, qui établit immédiatement un périmètre autour de la dépouille du criminel. La confusion règne, les trottoirs sont jonchés de sacs, de plateaux-repas, de vêtement et de chaussures abandonnés par les visiteurs. Mais, comme Farid et moi, des dizaines de policiers ont spontanément quitté leur domicile pour converger vers les lieux assiégés par les terroristes.

 

Des collègues en civil me barrent l’accès

J’appelle deux policiers membres d’une unité spécialisée pour les avertir des faits, mais l’un d’eux est déjà présent au Bataclan, l’autre à la salle de commandement. Celui-ci m’évoque une fusillade sur une terrasse, probablement un règlement de compte. Puis les doutes s’estompent rapidement : au moins l’un des assaillants est porteur d’une ceinture d’explosifs. Nous resterons en contact toute la nuit.

Le temps de patrouiller autour du stade, sans connaître notre ennemi ni son intention, des collègues en civil me barrent l’accès. L’un d’eux me dévisage, osant à peine évoquer un doute sur ma qualité de policier. Une atmosphère apocalyptique règne : personne n’a plus confiance en personne, et nous guettons le moindre bruit ou élément suspect. Je reconnais le présentateur du JT, présent sur les lieux pour regarder le match. Il ne comprend pas et souhaite des éclaircissements. Je reste silencieux, et lui conseille de fuir. Pour des terroristes, il pourrait constituer une cible symbolique. Il me rétorque : « Pour vous, c’est donc avéré, c’est bien une attaque terroriste ? » Avant de trouver mes mots, il reçoit sur son mobile l’information que le président de la République a été évacué et qu’il va s’exprimer de façon imminente.

Je sillonne les lieux, et aperçois derrière moi, parmi les 80 000 spectateurs et les milliers de policiers présents, le préfet de Seine-Saint-Denis. Il me reconnaît, et vient vers moi. Je lui signifie être armé et doté d’une protection, que je me propose de mettre à sa disposition. Il décline, avançant qu’il avait suffisamment vécu, et que je devais par contre avoir quelques belles années à vivre devant moi. Je le guide néanmoins dans les rues de la Plaine Saint-Denis, en le suivant comme son ombre. Rien n’indique que les terroristes aient été neutralisés en totalité.

 

Explosions et fusillades en cours au Bataclan

Nous découvrons, horrifiés, les scènes de crime. Le préfet, ancien militaire, reste d’un calme olympien. Il me questionne sur le bien fondé d’avoir pris la décision d’avoir maintenu les spectateurs à l’intérieur du stade. Je lui rétorque modestement que, selon moi, la bonne décision a été prise. J’émets l’hypothèse que les terroristes aient actionné leur charge à défaut d’avoir pu pénétrer dans le stade, et que le premier kamikaze avait probablement précipité l’action des deux suivants. Je crains néanmoins des tirs d’armes automatiques, ou des charges improvisées abandonnées sur place. Un fin couloir d’évacuation est donc mis en place, conduisant l’ensemble du public vers une unique station RER. Aucune voiture ne sera récupérée, aucune chambre d’hôtel regagnée.

À distance, mon collègue présent à la salle de commandement m’informe des explosions et des fusillades en cours au Bataclan, informations que je répercute. Nous finissons notre travail d’évacuation des lieux, et cédons enfin place à la brigade criminelle, la police scientifique et au déminage. Le préfet me demande mes coordonnées, et souhaite me proposer sa collaboration. Il me connaît de longue date, pour m’avoir croisé à de maintes reprises sur le terrain, et reconnaît ma fiabilité et ma compétence.

Je rentre chez moi, le cœur lourd et avec le sentiment qu’une page de l’histoire vient de s’écrire. Nous sommes en guerre. Il va me falloir resserrer les rangs avec toutes les forces utiles, y compris ceux avec qui j’avais des dissensions. La France est en guerre contre Daech, et je suis plus que jamais français. Pourtant, quelques semaines plus tard, ma direction d’origine réussira à dissuader la préfecture de maintenir son offre. On me notifiera le jour de ma reprise le retrait de mon habilitation secret Défense. Celle-ci m’avait été accordée après une rude négociation entre mon ancien responsable et cette même direction.

Les ressources humaines avaient cédé, jugeant néanmoins que mon frère, musulman pratiquant, pouvait représenter une gêne au bon exercice de mon métier. L’habilitation m’avait donc été accordée à titre dérogatoire et sous conditions, après une longue attente dans une salle déjà occupée par deux fonctionnaires de police, eux aussi d’origine maghrébine. Lorsque j’ai annoncé à mes correspondants du 93 mon départ du service de renseignement, certains ont voulu savoir qui allait désormais pouvoir les écouter et les protéger.

J’étais redevenu, en dépit de mes efforts, un Arabe...

Lire la suite de l’article sur lepoint.fr

Comprendre la manipulation « terroriste » avec Kontre Kulture :

 

Le renseignement et les attentats, sur E&R :

 






Alerter

24 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #1601228

    Avec les réserves d’usage à observer, cela fait un moment que l’on peut s’interroger sur le fait de savoir, si nos autorités ne jouent pas double, ou triple jeu avec les salafistes. Ce qui pourrait expliquer que ce policier efficace et intelligent puisse gêner une certaine "politique".

    On peut émettre l’hypothèse, qu’une partie des élites recevant notoirement des subsides de l’Arabie saoudite, et l’autre du Qatar, des contreparties soient exigées, car rien à ce niveau ne se fait gratuitement.

     

    Répondre à ce message

    • #1601520

      On peut émettre l’hypothèse, qu’une partie des élites recevant notoirement des subsides de l’Arabie saoudite, et l’autre du Qatar, des contreparties soient exigées, car rien à ce niveau ne se fait gratuitement.



      Non, c’est plutôt l’idéologie religieuse de ces pseudo-nations qui est instrumentalisée par nos oligarques, ça n’est pas une question de « contreparties ». Leurs réseaux sont activé par l’occident depuis toujours, tout comme daesh, tout comme les« gars qui font du bon boulot »...

       
  • #1601232

    ca m’etonne pas... j’ai fais mon service militaire au telecom au mont valerian (paris) on avait un camarade maghrebin et a chaque fois qu’on interceptait une communication en provenance d’algerie l’ordre lui etait donne de sortir...c’etaient les annees 90 et la guerre civile dans ce pays.
    le gars avait les boules a chaque fois qu’on le faisait sortir mais il ne s’est jamais plaint meme en prive, en tout cas pas a moi son pote (on etait de l’essonne tous les deux)

     

    Répondre à ce message

  • #1601275

    "J’étais redevenu, en dépit de mes efforts, un Arabe..."

    Oh la la quel pathos et bien synchronisé pour verser la petite larme. Grand nombre de Français aimerait bien pouvoir en dire autant quand on voit l’islamisation rampante qui a envahit tous les secteurs de la société. Mais je crains que leurs efforts à eux pour redevenir français n’auront que très peu de chance d’aboutir. Inch Allah !

     

    Répondre à ce message

    • #1601308

      Islamisation rampante de tout les secteurs de la société ??? arrêtez de nous faire chier avec ça !

      - 1/ si islamisation il y a, cela ne concerne qu’une partie de la population française des quartiers français ( eh oui ils sont français très souvent), OK
      - 2/ quels secteurs de la société française s’islamisent ? les universités ? les entreprises ?, les ministères ? le secteur social ? les hôpitaux ? LES MERDIAS ??? je ne vois pas, désolé.J’attends votre réponse...
      - 3/ et pour vous faire gerber un peu plus, je dirai que la "communauté musulmane" ( c’est insignifiant, mais il faut bien se faire comprendre par les guignols ) est celle qui fait le mieux pour s’intégrer en France, certes une toute petite partie de cette pseudo communauté s’est wahabisée c’est 20- 30 dernières années, encouragée par nos chers dirigeants qui comme vous hurle à l’islamisation rampante de la société française mais pourquoi ne parle-t-on jamais de ces français présumés musulman qui sont mariés à des françaises de "souche" qui bosse des les administrations françaises, dans l’armée, la police, les pompiers, les écoles, les secteur social et qui aiment ce pays ? qui sont scannés systématiquement quand ils cherchent du taf, un logement ? toujours suspect de toute façon...

       
    • #1601348

      " si islamisation il y a, cela ne concerne qu’une partie de la population française des quartiers français." Non, pas ok. Je ne sais pas où vous habitez mais ma ville (300000 hab) s’islamise, ou plutôt s’"arabise", c’est un fait. Et les musulmans, français depuis hier, nous le font bien savoir : djellaba, voile intégral, babouche, musique, langue, tags...
      ..."sont scannés systématiquement quand ils cherchent du taf, un logement ? toujours suspect de toute façon...". La faute à qui ? Aux méchants français racistes ou aux maghrébins qui font la une des journaux pour vols, viols, agressions divers. Que l’on fasse des stats, que la vérité vous sautent à la gueule et qu’enfin certains d’entre vous se remettent en question. Toujours de pauvres victimes...

       
    • #1601451

      @Dédé

      - "Islamisation rampante de tout les secteurs de la société ??? arrêtez de nous faire chier avec ça !
      si islamisation il y a, cela ne concerne qu’une partie de la population française des quartiers français ( eh oui ils sont français très souvent)"

      Je croyais en effet que cela concernait que certaines zones de la France et pourtant qu’elle fut pas ma surprise en descendant dans mon village maternel et de trouver de nouvelles implantations suédoises, et d’y lire un fait divers à la piscine cet été...

      - "mais pourquoi ne parle-t-on jamais de ces français présumés musulman..."

      Présumé ? alors pourquoi tant de vigueur derrière cela.

      - "qui sont mariés à des françaises de "souche"

      Marrant cette mise en avant comme trophée des femmes européennes dans des unions mixtes, l’inverse étant plus difficile hein...

      - "je dirai que la "communauté musulmane" ( c’est insignifiant, mais il faut bien se faire comprendre par les guignols"

      15-20 millions au bas mot, j’appelle pas ça insignifiant, dans mon immeuble de 35 foyers nous sommes moins de 10 a être non musulmans (ou afro-magrebins).
      Je parle même pas d’une balade en ville qui sera vous prouver le contraire.

       
    • #1601564
      Le 14 novembre à 17:28 par le Yougoslave
      Le 13 Novembre vu par un policier musulman du renseignement français

      @ Dédé

      Réponses données par Azouz Begag ( ministre délégué à la Promotion de l’égalité des chances ) à Respect magazine (”Décoloniser nos imaginaires, Apprendre à vivre ensemble”).

      (…) Il faut traverser le périphérique, aller chez les indigènes là-bas, les descendants de Vercingétorix….Il faut casser les portes, et si elles ne veulent pas s’ouvrir, il faut y aller aux forceps. Partout où la diversité n’existe pas, ça doit être une invasion de criquets, dans les concours de la fonction publique, dans la police Nationale. Partout de manière à ce qu’on ne puisse pas revenir en arrière.

      (…)Je veux un Noir, je veux un antillais, un type de Madagascar, je veux des femmes, je veux la diversité. J’ai composé mon cabinet en fonction de cette diversité, il ressemble à la France d’aujourd’hui.

      Respect Magazine -Oct/Dec-2005 N°8

      http://images.google.fr/imgres?imgu...

       
    • #1601878

      Azouz Begag c’est pas un franc-poisson.. ça sent la soupe de poissons.. j’espère que vous ne voulez pas l’halalisé ?! Sarkozy t’as dit qu’il fallait se métisser... tu vas pas nous chier une pendule si Fadela Amara ministre de la ripoublik, arriviste, n’a qu’un CAP de comptabilité ?... À côté de ça il y a de nombreux pas-d’ici qui en raison d’un plafond de verre n’obtiennent pas une reconnaissance de leur parcours exemplaire en matière d’études... Les franc-poissons c’est des pompiers pyromanes... quand ils éteignent un feu (dont ils sont les initiateurs) c’est pour en rallumer plein d’autres...

       
    • #1602369

      Hahaha, un policier français qui pourrait servir le pays en toute connaissance de la culture musulmane et de la langue arabe dont il est issu est écarté des SR. Et les identitaires n’y voient que de la pleurniche, et non la mise à l’écart d’un policier qui ne va pas dans le sens de la hiérarchie... Pathétique d’hémiplégie cérébrale !

       
  • #1601287

    Encore un beau story telling du système pour accepter l’invasion migratoire de la France...

    D’ailleurs ça vient des médias mainstream, perso ça ne prend plus.
    Et si l’histoire est vraie, pour un type bien on récupère 100 racailles qui posent de gros problèmes, franchement l’équation n’en vaut pas la peine. Il faut fermer les frontières et commencer à demander aux musulmans français de s’assimiler* corps et âme ou de partir là où ils veulent.

    S’assimiler* : arrêter les accoutrements et la mentalité du 6ème siècle, ne plus vivre de façon parasitaire grâce aux allocs en mettant le systeme social gagné par le sang des français par terre, ne pas inonder le peuple d’origine en faisant 5 gosses, ne pas trafiquer, ne pas tabasser les français blancs par racisme, ne pas imposer sa foi dans l’espace public, ne pas privatiser des quartiers français entiers, ne pas imposer son alimentation au peuple d’accueil, ne pas imposer ses lieux de culte aux peuple d’accueil, ne pas caillasser forces de l’ordre et pompiers, ne pas tirer sur les français au nom de son dieu ou de son prophète, adopter l’histoire de France, adopter la culture française, ne pas tabasser les profs, ne pas ramener le conflit israélo palestinien dans nos terres etc etc

     

    Répondre à ce message

    • #1601482

      @ Tom Tom
      Je vous conseil de réactualiser votre cartographie car vous êtes complètement perdu !
      Profitez du site E et R afin de retrouver votre chemin en attendant la mise à jour de votre système.
      Bonne route.

       
    • #1601933

      Monsieur,
      Il est bien dommage que même informé la causalité vous échappe.
      Il serait judicieux de procéder à une analyse des cause et effets, de l’incidence des événements. Peut être se rappeler Abel et Kaïn.
      Né au Maghreb, dans une famille musulmane, j’ai pris conscience de la dimension spirituelle de l’existence à travers cette religion, aujourd’hui j’essaye au quotidien de maintenir saine ma raison et mon jugement en n’ayant a l’esprit qu’une chose "la justice" et le respect de la création. Je ne parle pas de celle du plus fort.
      Pour faire court :
      Là où est la justice et l’honneur, est ma patrie.
      Mon honneur s’appelle fidélité cela sans référence à l’idéologie nazi.

       
  • #1601293
    Le 14 novembre à 12:52 par Meyer à bide
    Le 13 Novembre vu par un policier musulman du renseignement français

    Sidérant témoignage (je parle de la 2e partie de l’article) ; on savait qu’il ne fallait pas se fâcher avec nos grands potes saoudiens, mais là, on est quasiment dans la haute trahison : on peut toujours critiquer molenbeek, c’est le même ponts d’or offert aux barbus chez nous : c’est ce gouvernement entier qui aurait dû être destitué.

     

    Répondre à ce message

  • #1601382

    « jugeant néanmoins que mon frère, musulman pratiquant, pouvait représenter une gêne au bon exercice de mon métier. »

    Nous avons la confirmation que la simple pratique de l’islam fait de vous un suspect pour ne pas dire un ennemi (intime).
    La guerre contre l’Islam prôné par le démon Netanyahu devant les caméras est de rigueur en France sioniste.
    Par contre l’infiltration de la police par le Mossade comme nous l’apprend le Squale ne dérange personnes et n’éveil aucun soupçon !

     

    Répondre à ce message

  • #1601500

    Qu’est-ce-qu’il veut nous dire là au juste, Samir ?

     

    Répondre à ce message

  • #1601527

    Le 13 novembre n’est pas seulement une op sous faux drapeau comme la plupart des attentats islamistes (« ishmael » instrumentalisé par « edom »), mais une opération occulte sur la France (tout comme le 11 septembre aux EU, 911). Même l’intuition d’un méso-indien « perdu » au fond de sa forêt lui fait savoir que c’est le coup d’un "mauvais sorcier" (vu dans un reportage). pour le 13 novembre il y a trop d’indices et de signes allant dans le sens d’un acte ritualisé.

     

    Répondre à ce message

  • #1601766

    Elle est trop propre son histoire, sans émotion, neutre. Je me rends bien compte que c’est un policier et que pour lui raconter son histoire équivaut à faire son rapport en étant froid et objectif, mais je peux pas m’empêcher de penser que ca ressemble à du story telling. En fait un policier maghrébin courageux et hyper compétent corrobore la version du système, et est malheureusement victime du racisme systémique (dédicace à la mère Clinton) des français contre lequel le gouvernement lutte de toutes ses forces. C’est peut être vrai ou en partie vrai, mais ca colle trop a notre propagande d’État pour ne pas se méfier...

     

    Répondre à ce message

  • #1602903

    Le simple fait que ce soit Le Point qui publie cet émouvant témoignage d’injustice, m’interpelle quelque part !! Un policier qui a la chance de nuit, en pleine panique, d’être reconnu par le Préfet de Seine St Denis (rien que ça) ne doit pas être un péquin de base pour avoir de tels contacts, et ce super-flic compétent et connu du préfet serait simplement écarté car il est arabe ?!?! Je ne dis pas que c’est impossible, c’est juste très surprenant et très idiot surtout si le flic en question est si loyal et compétent . Je ne pense pas que tous les militaires et fonctionnaires d’origine maghrébine se sont vus écartés de leur poste après les attentats du bataclan (à commencer par certains de nos ministres qui sont toujours en place) une petite question - l’armée, la police, la gendarmerie et les services de renseignements, par qui vont-ils faire traduire leurs écoutes en arabe, sinon par des français d’’origine maghrébine maîtrisant parfaitement la langue ? Je ne pense pas que l’on puisse faire de ce témoignage une généralité d’où mon étonnement du début. Pourquoi avoir choisi le journal le Point pour ces révélations. Si face à cette injustice, la rancoeur devait l’emporter sur l’amour de la France, ce n’est pas au Point (journal du système) que j’aurais fait mes révélations, mais à E&R par exemple (mais peut-être que ce policier des renseignements ne connaît pas E&R ? Ou alors la publication de cet article à un but bien précis ?

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents