Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Le Capitalisme de la séduction

Critique de la social-démocratie libertaire

« Le Capitalisme de la séduction est un chef-d’œuvre. L’acuité de la critique sociale, la profondeur et le sérieux de la pensée morale, sans compter le style, toujours incisif ou percutant selon les cas, vont bien au-delà de cette espèce de journalisme philosophique qui tient lieu de philosophie à nos contemporains. »

Vladimir Jankélévitch

Cet ouvrage, paru pour la première fois en 1981, décrit l’apprentissage du rêve américain à partir du plan Marshall et l’initiation au parasitisme social de la nouvelle bourgeoisie. L’idéologie social-démocrate est devenue l’idéologie de la consommation libidinale, ludique, marginale sous couvert d’émancipation. C’est le surgissement d’un marché du désir qui permet de sauver le capitalisme de la crise.

Vous souhaitez éviter les grands réseaux de distribution ? Vous pouvez aisément vous procurer cet ouvrage auprès de votre libraire habituel en lui donnant le titre du livre et son ISBN (978-2-915854-13-8).

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

1 Commentaire

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1281768
    le 01/10/2015 par Yéti_déporté_au_Benêtland
    Le Capitalisme de la séduction

    Le Clouscard à lire en premier ! Rigolo et ironique, puis déprimant quand on comprend la réalité et l’ampleur de l’ingénierie sociale sur le benêt, qui y est décrite ...
    ...
    Les totems, les fétiches, les potlatchs des tribus bobo ...
    ...
    Le premier totem des tribus bobo fût découvert par l’anthropologue Clouscard en 1968 : le Juke-box, représentation simplifiée du monde La Machine (le temps Rollex entoure l’oeuf monde Caddie où est enfermée La Machine dans la mythologie bobo). L’offrande de l’Argent (suprême fétiche) de papa, gaspillé pour une jouissance totalement futile, ne fait rien gagner si ce n’est de répéter la consommation de billes prolétaires (étude de la tribu des bobos 68ards, shiteux aux cheveux longs, uniformisés par les jeans, V-disques rock, et autres verroteries où fripes pour colonisés). Juke-box doit inspirer un premier mépris du travail de production par la bande (de bobo et du Juke-box). Adulte, le hiatus sera ainsi complet entre l’e-ped changé tous les 6 mois et la prolétaire chinoise.
    ....
    Le bébé totem Nike (et ses fétiches multiples) est réservé aux petits enfants. Il apporte amitié et admiration assurées dans le petit clan qu’est la pouponnière des bobo. L’enfant doit lui apporter une petite offrande de grand fétiche Argent, dans un prémisse d’adoration future. L’amitié des copains passe par Caddie.