Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Le "Deep learning" ou la prétention des machines à faire de l’art

Vers une société artificielle ?

À la GTC 2016 – la Conférence sur la technologie des unités de traitement graphique ou GPU – à San José en Californie, on s’émerveille cette année devant des machines devenues « artistes ». C’est par le moyen d’une forme particulière d’intelligence artificielle, le Deep learning (apprentissage profond) que des programmeurs ont créé un logiciel capable de traiter des milliers d’images afin d’en produire de similaires dans le même style. Non contents de se targuer de fabriquer de l’art, les développeurs estiment avoir franchi une étape clef dans la fabrication de l’intelligence artificielle : celle d’amener les machines à « apprendre » sans surveillance.

Le prototype du logiciel Deep convolutional generative adversarial networks (DCGAN) a été présenté à la conférence GTC avec son mode de fonctionnement. Il suffit de lui présenter des milliers d’images de tableaux – sans aucune indication sur leur auteur, leur sujet, leur époque. Le programme se charge de l’identification, « comprenant » la différence entre – par exemple – un paysage et une nature morte. Puis DCGAN crée une œuvre nouvelle, originale, « dans le style de »…

[...]

De là à saluer comme « chefs d’œuvres » les tableaux réalisés par ordinateur, il y a cependant un pas. Révolutionnaires ? Ils le sont sans doute par la technique de création employée qui est une singerie de la créativité humaine. Pour le reste, il ne s’agit au fond que d’une technique très sophistiquée de peinture au numéro.

De la même manière, Nvidia annonce l’utilisation « prochaine » de systèmes permettant aux ordinateurs de « voir » et de traiter « naturellement le langage » ou de poser des diagnostics médicaux : « le Deep learning est en train de changer le monde ».

Rien ne dit qu’il en deviendra meilleur.

Lire l’intégralité de l’article sur reinformation.tv

Le grand remplacement qui nous guette, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

28 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Il faut avoir partagé la vie des agriculteurs, c’est à dire dans la Nature, pour réaliser à quel point la vie à Paris est totalement artificielle . Un jour je demandais à un paysan ce qu’il ferait à Paris, il ne répondit qu’il irait immédiatement à la gare prendre un billet de train pour rentrer chez lui .

     

  • Pour certains un tableau peint aujourd’hui ne "sert" qu’à être acheté, vendu, acheté, vendu, acheté, vendu, etc... Ce qui fait sa "valeur", c’est sa signature .

     

    • quand on voit la différence de prix entre une oeuvre d’un peintre côté et celle, d’égale valeur, ou supérieur !, d’un peu connu on voit bien ! les prix du marché de l’art n’ont rien à voir avec la valaur de l’oeuvre, mais seulement avec l’éncienneté ou la célébrité de l’artiste. Sasn compter que parmis les contemporains il y en a plei qui ne font que des merdes "conceptuelles" qui ne sont que des recherches de "trucs" pour faire parler, du post dadaisme !


  • "Vers une société artificielle ?" Mais pour les agriculteurs vivre à Paris c’est vivre dans un monde totalement artificiel .

     

    • agriculteur aussi c’est artificiel,
      Tous les paysans ne sont pas des agriculteurs,
      le statut d’agriculteur est celui d’ un paysan reconnu par le code des impôts
      le mot paysan est bien plus naturel car enraciné dans le terroir plutôt que dans le système


  • Ce n’est pas une prétention des machines, c’est une prétention de leur constructeur.
    Au derniere nouvelles ce ne sont toujours " que " des machines.


  • S’il n y a pas de spiritualité, il n y a pas d’Art.

     

    • ouais, pas évident.. Rouault, Chagall, Dali, ok...mais Picasso , Lichtestein , ou Di Rosa j’vois pas...


    • ouais, pas évident..Picasso , Lichtestein , ou Di Rosa ok...mais Rouault, Chagall, Dali, j’vois pas...

      question subsidiaire, quels sont tes critères esthétiques ?
      ces artistes appartiennent à la même culture et à la même époque, ton choix ne peut être que très arbitraire
      tu m’aurais cité Van Eyk contre Warhol cela aurait eu plus de consistance ( et peut être même pas pour un Chinois, non, là je blague)
      désolé mais tu m’as gratté la couenne avec Picasso ( immense créateur et sale personnage au demeurant, comme quoi la spiritualité en art.....) et je te rejoins malgré tout sur Lichtenstein (jusqu’à preuve du contraire)


    • Tout à fait d’accord avec henrinahr !
      À l’origine l’Art est d’abord et avant tout d’ordre religieux !
      Par exemple les peintures rupestres qui font parties des rituels chamaniques de chasse, les sculptures des Déesses de la fécondité mais plus tard la Chapelle sixtine peinte par Michel Ange, etc...et j’en passe !
      L’Art est indissociable de la Spiritualité .

      Ce n’est pas parce qu’on a donné le nom d’Art à toutes les supercheries matérialistes du XXéme siècle qu’il faut continuer sur la même lancée avec les machines...même si c’est logique !


    • @paramesh
      Un artiste vend ce qu’il peint ....( ou essaie...) PICASSO lui, a peint ce qui se vendait !


    • A paramesh
      Il ne parle pas d esthetisme mais de spiritualité.
      Un seul peintre ’non lie a la spiritualite’ et son postulat tombe. C est tout.


    • Tout simplement parce que Picasso, Lichtenstein, Di Rosa, voir même Dali et tellement d’autres ne sont pas des Artistes mais des séducteurs malins avec un certains goût du risque mesuré. L’Art est l’interface entre l’être et l’absolu. Le détournement de l Art ne date pas d’hier. Alors la machine qui vient jouer les artistes, c’est dans la continuité de cette folie sans âme. L’Art n est pas dans les marchés du temple. Par exemple Dieudonné est un Artiste authentique, Gad est un Lichtenstein ou un Pique-assiette. L’Art est spirituel par essence. C’est beau mais c’est rare.


    • PICASSO à crée son truc, tout le monde ne sais pas le comprendre ou le lire, l’art conceptuel contemporain peut etre tres interessant comme il peut etre vide et minable, tout depend du discour de l’oeuvre et la perfidie du concept.

      L’art ceci l’art cela, l’art vehicule ni plus ni moins que du plaisir, qu’il soit esthetique, intelectuel, narratif, spirituel, sensible ou leger, on peut apprecier la demarche d’exploiter une matiere ou une idée ou la maitrise technique, l’art est la materialisation d’un trait d’esprit.

      Cette machine n’envahira pas las musées , rassurez vous, elle reste un defit technologique interessant mais on à pas d’image mais déjà un vent de panique.



    • Il ne parle pas d esthetisme mais de spiritualité



      j’avais bien compris mais ce n’est pas à lui que je répondais.puisque je suis 100% d’accord avec lui .
      J’ ai défendu Picasso en tant que créateur d’esthétique, pas en tant qu’artiste, pour moi l’art véritable est mort depuis bien longtemps en occident et les artistes du choix sont tous dans le même lot.
      l’esthétique sans spiritualité n’est que du design
      vouloir faire une différence d’ordre spirituel entre un Picasso et un Rouault est un non sens, ce sont deux "artistes" de la marchandise, deux designers ce qui les sépare n’est qu’esthétique (une techné) . qu’un soit un païen et l’autre un converti au catholicisme dans ses vieux jours ne change rien à l’affaire, leur production est marchandise (le marché de l’art) et donc objet à spéculation.
      à moins qu’on puisse parler de spiritualité tarifée ?


  • Et bientôt un "plug anal" réalisé par deep learning ?


  • "Qu’on se donne la peine de vivre la poésie"

    Prenez-en de la graine, monsieur Deep Learning !


  • Qui va décider si c’est de l’art ou pas ? Le marché. Et qu’est-ce qu’il va dire, le marché ? Il va dire "si c’est de l’art, ça se vendra plus cher". Conclusion : évidemment que c’est de l’art...

     

    • Ça ne reste qu une photocopieuse améliorée, si j achete une oeuvre, j aime imaginer sa conception, mentale, les coups de pinceaux successifs , parfois volontairement (ou non), imparfaits et la personnalité de l artiste etc ........Enfin bref rien de tout cela ne sors de cette machine . A quand un nouveau film avec De Funes synthétisé et créé de toute piece par ordinateur ? Même principe ..............


    • Pour créer un marché dans le domaine de l’art, il suffit qu’un milliardaire dise et fasse savoir :"J’estime que cela a de la valeur. J’achète". C’est-à-dire "j’investis". Dès lors, d’autres arrivent. Voilà, création d’un marché et création d’un nouveau domaine artistique.
      C’est exactement la même manipulation ( ou escroquerie ? ou les deux ) que pour ce qu’on appelle "la main invisible du marché".


  • l’art est une experience humaine...en quoi une machine peut elle experimenter la condition humaine ?

    c’est ridicule


  • L’homme qui se fait de plus en plus machine, bouffé par la technique qui l’entoure, esclave de ses prothèses technologiques va croiser dans sa chute, sa propre création la machine qui elle tient à se faire de plus en plus homme, de plus en plus créatrice.

    Après la divine comédie, la comédie humaine, viendra, qui sait, la comédie mécanique ?
    Dans la foulée un ordinateur voudra a son tour singer Rodin et son penseur, et le "Dante" sera remplacé par un gros cube de bronze, symbole des nouveaux penseurs. La porte des enfers sera quant à elle remplacée par une compression d’ordinateurs avec le fameux logo de la pomme croquée dessus, enfer oblige.


  • Un coup dur pour les humano-humanistes : un ordinateur peut faire de l’art, eh oui, l’homme ressemble plus à un ordinateur que vous ne le pensez et la "conscience" est une vaste fumisterie (ou alors on donne une définition sérieuse mais alors les ordinateurs aussi sont conscients), désolé si j’esquinte votre seul argument pour justifier l’état mondial ou, plus vraisemblablement sur ce site, la réconciliation "nationale".

     

    • Alfredo, êtes vous un humain qui communique ici le résultat de votre logiciel de discussion, ou êtes vous un logiciel de discussion internet seconde génération totalement automatisé ?
      Je ne suis pas convaincu que votre message ne vient pas d’une machine, vous échouez au test de Turing car vous n’arrivez pas à produire du sens, il n’y a aucune articulation suffisamment explicite entre les prépositions accolées.
      Le point commun des logiciels de singerie, c’est leur destination : le but est de développer des techniques de tromperie et d’illusion concernant l’auteur. C’est bien pour les jeux vidéo, les manipulateurs et les faussaires. Ou vous voyez d’autres applications ?


    • Je suis un logiciel de discussion internet seconde génération totalement automatisé, mais ça ne m’empêche pas d’avoir raison. Si tu ne vois pas le sens, c’est peut être que l’intelligence artificielle dépasse la bêtise humaine.

      Plus sérieusement, l’humanisme contemporain ressemble au judaïsme (ou à une autre idéologie que je n’ose associer aux deux premières publiquement) en ce qu’il repose sur l’idée d’un peuple élu (l’espèce humaine ou les juifs selon) qui serait extraordinaire et supérieure dans l’absolu à tout ce qu’il y a d’autre dans l’univers. Pour justifier cette supériorité, on invente des mots magiques "libre arbitre", "conscience", "art", qui renverraient vers des choses indéfinissables (comme c’est dommage !) qui seraient le propre de l’homme. Être un humain serait si extraordinaire que seule l’appartenance à l’humanité importerait, tout le reste pourrait être considéré comme négligeable (sexe : théorie du genre, race : n’existe pas, ...). Cette religion des droits de l’homme justifie la viabilité de choses qui ne le sont pas : immigration massive, état mondial, assimilation de millions de personne d’autres races en France, etc.. Bien sûr, si un ordinateur est capable de produire de l’art, ça ridiculise encore un peu plus cette religion (et les autres monothéismes, dont elle tire ces racines, au passage).


    • Ce qui manquera toujours aux ordinateurs, c’est la capacité de sentir et ressentir. Cette capacité est propre aux êtres vivants. Ce programme informatique deep learning est similaire à un programme de reconnaissance d’écriture. Il reconnaît et imite un style, mais n’en crée pas un. On peut imaginer un programme pour mélanger des styles, mais au final ce sera le programmeur qui jugera de la valeur du résultat obtenu et modifiera en conséquence le programme pour qu’il ait de moins en moins de déchets, selon ses goûts. Mais il n’y aura jamais rien d’éprouvé par la machine dont la caractéristique reste l’insensibilité, car inorganique et non vivante. Elle échouera toujours aux tests de Turing appréciant l’empathie et le ressenti, et ne pourra donc que singer une personnalité caractérielle ou psychopathe.
      Certes on a commencé la reprogrammation du vivant avec par exemple des techniques d’assemblage d’adn pour une bactérie. L’humain sera donc probablement reprogrammé dans ce siècle, et très certainement au suivant, en fonction des besoins du jour.
      Et là, la liberté de se métisser ou non sera bien sûr interdite, et le plus pur racisme régnera, les intérêts économiques ayant changés. Est-ce vraiment souhaitable Alfredo ?


    • A partir de moment où un ordinateur est relié à une caméra, à un micro, etc.. il est lui aussi sensible.

      Bien sûr qu’un ordinateur est créatif : celui ci a créé un nouveau tableau. Certes il n’a pas créé un nouveau style, mais il en aurait créé un, tu m’aurais dit "il n’a pas créé un nouvel art". Il est programmé, mais toi aussi tu es programmé, par tes gènes, par ton éducation. Je pense que bientôt des ordinateurs passeront les tests de Turing : plus la recherche avance plus les enfants qu’ils arrivent à imiter son âgés.

      Souhaitable ? Dans quel contexte ? L’usage de ce mot en dehors de tout contexte est symptomatique du monothéisme. Si tu parles de mes souhaits à moi, oui je veux de l’eugénisme et de la manipulation génétique (avec modération au début, intensivement dans 1000 ans quand on aura plus de recul) pour ma lignée et leur société. Mais nous n’avons pas l’obligation de vivre dans la même société fort heureusement, je ne suis pas prosélyte. La France restera un bon souvenir, mais c’est absurde de vouloir continuer si les volontés des français ne sont pas compatibles entre elles.


  • Commentaires suivants