Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Le Paris de Jacob Cohen, épisode 3 – Rue de la Victoire

Le Paris de Jacob Cohen est une mini-série réalisée par Vincent Lapierre autour du parcours intellectuel et professionnel de Jacob Cohen. L’occasion de redécouvrir différents lieux symboliques de la capitale française.

 

Épisode 3 : rue de la Victoire

 

Retrouvez les ouvrages de Jacob Cohen chez Kontre Kulture :

Lire également, chez Kontre Kulture :

Retrouvez Jacob Cohen sur E&R :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

7 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1590163

    Est-ce que la synagogue de Satan peut accueillir les migrants du 19e vu qu’elle sert à rien ? C’est juste une proposition à Emmanuelle Cosse, si elle passe par là...

     

  • C’est quelqu’un de bien Jacob Cohen. Dommage qu’il ne puisse plus vivre ces moments qu’il affectionne à cause de ses positions sur la Palestine occupée. Le prix à payer pour les militants des causes justes.


  • Vous faites bien de ne pas vous rendre là où l’on vous signifie que vous n’êtes pas le bienvenu.


  • Ça n’interpelle personne qu’on ne puisse pas filmer une synagogue et encore moins y entrer sur le territoire français alors que les églises sont ouvertes à tous ?
    Et me parlez pas d’ attentats car si Saint Etienne du Rouvray c’est une synagogue et ben moi je comprends plus rien.
    La synagogue de ma ville est surveillée pour rien H24, et quand on a peur à ce point, c’est qu’on doit avoir quelque chose à se reprocher, non ?
    Je n’ai peut être pas tout compris mais je constate quand même.

     

    • L’avidité engendre la peur, la peur engendre la dépendance et le besoin d’appartenance, la dépendance la pauvreté intérieure, alors à l’intérieur on se sent seul et pour étouffer ce sentiment on se lance dans des activités, des fêtes, des divertissements, des investissements, des sur-investissements et dans l’insatiabilité on tue le peu d’humanité qui reste en nous en sacrifice à la bêtise qu’on aura pris soin de couper en quatre comme un poil de cul que l’on nommera culte, culture du verbe cultiver... En ne cultivant plus les champs en chantant.

      L’avidité Rue de la Victoire ou ailleurs c’est du pareil au même, ne pas voir cet archaïsme c’est ne pas l’aimer. Et ne pas l’aimer c’est l’empêcher de mourir. C’est comme empêcher un vieil homme mourant maintenu artificiellement à la vie par un branchement à des machines de partir paisible retrouver les siens.
      Pour que nous puissions être tout a le droit d’avoir été. C’est ainsi que les vieux heureux regardent naître les bébés. N’avez-vous pas remarqué... La peau flétrie des vieux est semblable en douceur à celle des nouveaux nés.

      L’avidité est une usine à pauvreté. Si mes créanciers avaient le choix, ils préféreraient que l’Autre le soit à ma place.

      L’avidité exclut... Ne déplorez pas, Monsieur Cohen, d’avoir été exclu d’un lieu qui n’avait rien à vous prendre et encore moins à vous donner. L’histoire n’est pas figée en un endroit, elle est partout présente et d’instant en instant s’enrichit un peu plus d’elle-même.




      Avidité : Désir ardent et immodéré de (quelque chose)... Dit le Larousse, édition 1993.
      Immodéré : sans modération.


  • En France et en occident en général, le sionisme domine et donc il faut fermer sa gueule sinon ils vous la font fermée de force.