Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Le Roman de l’énergie nationale

Leurs Figures

Maurice Barrès, né le 19 août 1862 à Charmes (Vosges) et mort le 5 décembre 1923 à Neuilly-sur-Seine (Seine), est un écrivain et homme politique français, figure de proue du nationalisme français.

Le premier axe de sa pensée est « le culte du moi » : Barrès affirme que notre premier devoir est de défendre notre moi contre les Barbares, c’est-à-dire contre tout ce qui risque de l’affaiblir dans l’épanouissement de sa propre sensibilité.

Le second axe est résumé par l’expression « La terre et les morts » qu’approfondissent les trois volumes du Roman de l’énergie nationale – Les Déracinés (1897), Roman de l’énergie nationale – L’Appel au soldat (1900) et Roman de l’énergie nationale – Leurs Figures (1902) qui témoignent de l’évolution de Maurice Barrès vers le nationalisme républicain et le traditionalisme, l’attachement aux racines, à la famille, à l’armée et à la terre natale.

Consulter et/ou télécharger les ouvrages cités via cette page.

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

1 Commentaire

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #315812

    "Mais la magnificence de ces ignobles mystères, c’est que l’œil, en s’y appliquant, voit se multiplier et s’engendrer les crimes, et comme le microscope révèle que la vermine elle-même a sa vermine, une analyse un peu prolongée nous montre que ce parasite engraissait un parasite.
    On distingue qu’à chaque fois que Reinach s’est gorgé, un Cornélius Herz le pompe et le fait dégorger.
    Celui-ci, Cornélius Herz, c’est encore un juif, né à Besançon, en 1845, d’un petit relieur qui venait de Bavière.
    Abusant de la naïveté de deux frères, il leur extorqua plus d’un million
    Avec ce million il fonda un cabinet pour le traitement des maux de tête.
    Procédé, raconte-t-on, d’une simplicité comique.
    Le client s’assied ; Cornélius l’électrise jusqu’à l’abrutissement, puis lui fait signer des lettres de change.
    D’un saut, il est à Boston où il multiplie ses exploits.
    Il revient à Paris et fonde la Lumière Electrique."

    Maurice Barrés
    "Ce que j’ai vu au temps du Panama" "
    1906