Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Le "big data" prédit un deuxième tour entre François Fillon et Marine Le Pen

« Predict the president » est la dernière tentative en date pour prévoir le duel du second tour de la présidentielle grâce au big data. Ses résultats voient François Fillon affronter Marine Le Pen. Mais cette méthode soulève nombre de questions.

 

Et si c’était Fillon-Le Pen au deuxième tour de l’élection présidentielle ? Ce duel des droites ne paraît plus aussi incongru aux sondeurs qu’à l’époque où le « Penelopegate » a éclaté, semblant enterrer l’avenir politique de François Fillon. Une nouvelle analyse, conduite par des étudiants en master spécialisé big data de l’école d’ingénieurs Télécom ParisTech, va dans ce sens : exit Emmanuel Macron, le favori actuel des sondages.

Le big data — l’analyse algorithmique d’un grand nombre de données — validerait donc la stratégie du « tenir contre vents, marées et mise en examen » du candidat des Républicains. Les conclusions du projet « Predict the President » de Télécom ParisTech, publiées mardi 18 avril, rejoignent celles d’autres « instituts » comme la firme canadienne Filteris ou l’application participative Gov qui voient tous François Fillon passer le premier tour. Toutes ces prédictions ont un point commun : la prise en compte du « bruit médiatique », c’est-à-dire l’analyse de la popularité sur les réseaux sociaux.

 

 

Mais les étudiants de Télécom ParisTech ont ajouté leur touche personnelle. En plus des réseaux sociaux, pour être au plus près des électeurs, leur algorithme s’appuie un vaste océan de données publiques au niveau départemental, qui offre plus de matière exploitable que le niveau communal : taux de chômage, couleur politique du président du conseil départemental, densité de population, historique des votes depuis 1981…

L’algorithme s’appuie aussi sur les sondages tant honnis depuis la victoire de Donald Trump à la présidentielle américaine. « Les sondages, qui ont leur biais, restent une mine d’or d’informations, et l’indication la plus directe possible des intentions de vote », justifie Davy Bensoussan, interrogé par France 24.

Résultat de leur course : Marine Le Pen remporterait le plus grand nombre de départements. Et François Fillon, sur la foi du « bruit médiatique », parvient à éliminer Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon. Les créateurs de « Predict the President » ont confiance dans leur algorithme. Appliqué à l’élection présidentielle de 2012, « nous avons trouvé une marge d’erreur de plus ou moins 2,5 % [par rapport aux résultats] », expliquent-ils.

Mais 2012 n’est pas 2017. La campagne actuelle est plus ouverte que jamais ; le big data peut-il vraiment mettre de l’ordre dans tout ça ? La méthode utilisée suscite nombre de questions auxquelles deux des étudiants de Télécom ParisTech ont tenté de répondre.

Lire la suite de l’article sur france24.com

Comment manipuler les gens et influencer leur vote,
lire sur Kontre Kulture

 

L’irruption du calcul scientifique sur une grande échelle, sur E&R :

 






Alerter

52 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • Pour ceux qui, malgré les multiples scandales, seraient encore tentés de voter Fillon dimanche prochain, voilà un petit rappel utile de ce que Fillon projette en coulisse : une guerre éclair contre les travailleurs français dès l’été prochain. On aura été prévenu. Fawkes




    « Fillon prévoit ouvertement d’appliquer la Stratégie du Choc (lire Naomi Klein) s’il est élu pour dénoyauter ce qu’il reste de l’État et nous ramener en 1900 en matière de droits sociaux.

    Dans cette vidéo révélée par Public Sénat, l’homme s’exprime devant un panel de dirigeants d’entreprises, réunis par la Fondation Concorde. On comprend rapidement que sa soudaine ascension médiatique répond aux intérêts des grandes entreprises et du capital… »
    Sur la video sur "Fawkes News"

     

    Répondre à ce message

  • J’ai toujours pensé que Fillon passerait le premier tour et je crois très honnêtement que c’est le meilleur candidat pour Marine Le Pen car il ne pourra pas gagner plus de 15 points au second tour. L’arnaque du front républicain n’a aucune chance de passer et qui osera devant tous les français, parmi les autres candidats, à appeler à voter celui qui est dans la "conscience" collective un "voleur" et la synthèse du "tous pourris" sans risquer sa carrière politique. Les 10/15% seront une grande partie des "macroniens" qui se chercheront un petit strapontin. En dehors des macroniens qui voudront se rattraper qui d’autre peut se risquer à soutenir Fillon sans risquer la colère de ses partisans ?

     

    Répondre à ce message

  • Toujours intéressant, mais dans l’étude prédictive de data une seul variable trop aléatoire et trop théorique pourrait complètement donner un résultat complètement faussé. Toute la complexité réside aussi sur le bruit médiatique mesurable sur la sphère internet, mais le gros dilemme à déduire serait "est ce en bien ou en mal", donc dans l’un ou l’autre on attribuerait +1 ou -1 dans un certain cas. Donc le contexte est le plus difficile à prendre en compte dans ce genre d’estimation.

    Perso d’après les écho autour de moi, donc cela peut ne représenter qu’un infime panel en fonction de la tendance politique d’une commune ou d’un département, et donc non représentatif d’une pensée global.
    Mélenchon revient fréquemment et beaucoup critique Macron et fillon par là même mais le dilem c’est que je le constate aussi sur l’internet et les réseaux sociaux.
    Vue que les électeurs potentiels de mélenchon n’ont pas trop de crainte à s’afficher tant dis que l’inverse ont plus de crainte. J’observe aussi une grande retenue de la part des internautes sur facebook dans nos cercles d’amis (en moyenne je rappelle). Beaucoup reste sur l’ambiguïté ou ne laissent rien paraître, par contre ceux en faveur de Mélenchon se cachent beaucoup moins tant dis que pour les autres candidats on ne peut pas vraiment se prononcer.

    Je vois plus hélas un second tour avec Marine Le pen vs Mélenchon donc le résultat final irait vers mélenchon pas la peur instauré par nos médias déjà depuis des années comme montrant le fn étant le diable des diables. Choses déjà pour n’importe quel véritable démocrate anti fn aurait du mettre la puce à l’oreille et chercher le pourquoi de cette diabolisation.

     

    Répondre à ce message

    • Quel paradoxe si ce fou de Mélenchon est élu ! En ayant tellement diabolisé le FN et fait croire que c’est ce parti qui fait "peur", la peur va instaurer réellement avec JLM. N’oublions pas son propos sur Macron, Fillon et Lepen, "ils vont vous faire cracher du sang !". Il me semble que cela est une incitation à la haine. Sans prendre la défense du bourgeois catholique Fillon et du banquier Macron, Marine quand elle parle d’eux, le fait avec un peu plus de retenu. JLM est sur le point de faire de la France un état encore plus totalitaire et donc instaurer la peur ! En voulant éviter la peur, on instaure la peur. Je connais des électeurs de JLM qui admettent que c’est un démagogue mais ils pensent tellement à leur gueule que le sort du pays passe au second plan. Et je le re-dis, il est regrettable que Asselineau qui je pense sincère, se dresse contre Marine car Asselineau n’est pas aussi éloigné de Marine. Le fait que Marine parle de l’article 50 devrait le faire réfléchir mais non, Asselineau s’obstine à se vouloir être le sauveur de la France. Les asselinistes, Marine n’est pas votre ennemi contrairement à JLM. Autre point commun, Marine n’a pas eu non plus de prêts de la part des banques françaises et donc user de combines (je ne l’entends pas au sens péjoratif). Le 23 avril et le 7 mai, je vote Marine en espérant qu’il y soit largement en tête.

       
    • Toute la complexité réside aussi sur le bruit médiatique mesurable sur la sphère internet, mais le gros dilemme à déduire serait "est ce en bien ou en mal", donc dans l’un ou l’autre on attribuerait +1 ou -1 dans un certain cas.

      Comprenez bien le BIG data. Chaque mot est enregistré, comptabilisé. Ensuite les algorithmes utilisés ont des points communs avec ceux de la traduction automatique. Il n’y a aucune difficulté (sauf la nécessité de gros moyens matériels) pour déterminer si le buzz est positif ou négatif. Le moyen le plus direct est simplement d’observer le vocabulaire employé. L’emploi de certains mots est un marqueur fiable de certaines opinions.
      Le "big data"identifie très simplement ces mots-marqueurs, par l’analyse statistique du vocabulaire employé sur des textes ou des sites dont la couleur politique est connue.

       
  • La grande faiblesse des sondages, c’est d’interroger les gens sur leurs intentions de vote. Une intention exprimée ouvertement et une décision dans l’isoloir, cela n’a absolument rien à voir. La force du big data est justement de ne pas se fonder sur des avis exprimés mais d’observer les électeurs et leurs préoccupations.

     

    Répondre à ce message

  • #1708069

    Ils font de l’huile :

    Le président n’est fort que de son Assemblée

    Un Président sans majorité parlementaire est condamné au mutisme

    La présidentielle est donc la "bataille préliminaire", la décisive étant la législative : celui qui aura le plus de députés fera la loi au sens propre et au sens figuré.

    La différence entre la présidentielle et la législative c’est qu’aux élections législatives le front républicain ne peut pas fonctionner, 570 candidats x le nombre de partis le rendant inapplicable : chaque baron luttera farouchement pour sa baronnie.

    il suit de ce qui précède que le FN au moins gagnera les législatives

    M.L.P sera donc premier ministre si elle n’est pas présidente

    Si M.L.P est premier ministre, avec une majorité confortable, le Président sera à ses ordres !

    Le régime de présidentialiste se sera mué en régime parlementaire présidentialisé : le président prendra sa carte au FN

    Voilà pourquoi ils font de l’huile

     

    Répondre à ce message

    • Comme déjà répondu par ailleurs, scenario envisageable si et seulement si Marine est au second tour.

      Or elle ne le sera pas.
      Le système ayant prévu votre hypothèse tout à fait pertinente.

      Ce dernier fera donc une pierre deux coups, empêchant Marine de faire aussi bien que son père et la disqualifiant pour les législatives en pariant sur une désintégration de sa ligne dès dimanche soir prochain.

      C’est la pari du système, au peuple de le contrarier de par son vote.

       
  • je me méfie beaucoup de ces cuisines savantes qui tente de dégager une vérité
    la notion de bruits mediatiques est un fait qui a lui seul presente un "biais"

    quel est le modele utilisé par big data ?
    " .... les étudiants de Télécom ParisTech ont ajouté leur touche personnelle. En plus des réseaux sociaux, pour être au plus près des électeurs, leur algorithme s’appuie un vaste océan de données publiques au niveau départemental, qui offre plus de matière exploitable que le niveau communal : taux de chômage, couleur politique du président du conseil départemental, densité de population, historique des votes depuis 1981…"
    bof, bof, bof, .....
    tout cela pour ajouter un peu plus de confusion, de bruit si vous préférez .... mais cette fois de nature statistique
    la strategie c’est de garder un cap, c’est tout et d’ignorer ces "soupes" servant des interets qui "in fine" vous desservent

     

    Répondre à ce message

  • Les problèmes du big data résident en 3 points :

    - 1 le poids numérique est biaisé jusqu’à 70%n voir 80% pour certains candidats qui achètent leur "followers" et autres "likes".

    - 2 Le poids numérique ne tient pas compte d’un poids en critique ou "contre" et un poids en "favorable"

    - 3 Le résultat ne tient pas compte des indécis/abstentionnistes" qui, sur cette élection, on une bonne chance de se déplacer et voter

    Je ne me risquerais donc pas à un pronostic, mais je pense que cela va se jouer à très peu de chose, entre 4 candidats. il pourrait y avoir moins de 5% entre eux, ce qui montrera les limites démocratique de ce mode de scrutin...

     

    Répondre à ce message

  • Macron/Fillon ou au pire (du point de vue système) Macron/Le Pen ou Fillon/Le Pen.

    Je persiste à penser que Marine sera absente du second tour, à la surprise presque générale, mais qui s’explique d’une part et à mon sens, par une erreur stratégique de positionnement trop à gauche sur les 3/4 de sa campagne, erreur induite par les affaires qui n’auront été qu’un leurre, non pas pour les électeurs, mais quant à retirer l’item "sécurité et immigration" de la première place des programmes et d’autre part, de par la percée instrumentalisée de Mélenchon, ce dernier sera haut, certes, mais absent du second tour.

    Pour la victoire finale, un candidat du système, bien entendu, le meilleur étant Macron, le moins mauvais étant Fillon.

    Ou alors et pour s’éviter des remous violents dans la rue, le système décide de placer Mélenchon au second tour à la place de Macron, avec une victoire du premier nommé.

    C’est une tactique plus vicieuse, mais Mélenchon finira fatalement par se coucher devant des intérêts qu’il sert de toute manière.

    Je pense tout de même que Macron sera président, à défaut Fillon.

    Dans cette hypothèse, le système aura donc bien verrouillé ces élections 2017.

     

    Répondre à ce message

    • Je me pose aussi des questions quant à la présence de Marine Le Pen au second tour ; pour le coup, ce serait la véritable notion de « 21 avril à l’envers » (expression qui, comble de l’ironie, fut inventée par François Fillon). Je ne le souhaite pas, mais c’est une possibilité ; dans ce cas-là, souhaitons à Emmanuel Macron de se faire jeter par François Fillon, même si ce sera plus symbolique qu’autre chose.

      Et je pense aussi que la gauchisation de ses positions en est la cause, en particulier en matière économique ; Florian Philippot et Alain Soral ont complètement tort sur ce point, à mon avis, alors que Marion Maréchal-Le Pen était la clé — négligée — du succès (parce que franchement, il y avait moyen de viser les 30 % avec un vrai programme de droite musclé, à la Jean-Marie Le Pen, justement).
      Elle perd beaucoup d’électeurs qui auraient pu voter pour elle mais vont préférer soit ne pas choisir, soit voter pour François Fillon (pour déverrouiller le syndicalisme verreux, diminuer le poids de l’État, etc. ; bien sûr, le véritable problème est que François Fillon est en réalité soumis et risque fort de ne pas tenir ses promesses de liberté).

      Si jamais cela arrive, Florian Philippot et peut-être Marine Le Pen elle-même devront avoir des comptes à rendre ; je suis d’avis que ce serait digne de la situation de Lionel Jospin en 2002, qui avait au moins eu le panache de prendre sur lui et d’assumer la défaite.

       
    • Godwin, MMLP pas avant 10 ans, si elle ne se retire pas de la politique avant.
      Cela étant dit, c’est elle qui, mécaniquement, incarnera le mieux la résistance face aux dangers frappant la nation.
      Sa ligne deviendra d’autant plus incontournable que celle de Marine aura échoué dans un contexte pourtant favorable au FN et compte tenue de l’actualité.
      Si Marine n’est pas au second tour demain, donc troisième au premier tour, alors sa ligne sera désintégrée sur l’autel du principe de réalité.
      Dans le cas contraire, Marine s’achètera du temps et MMLP devra ronger son frein.
      Donc tout dépendra du résultat de demain, le FN est une fusée à trois étages, celui du menhir a déjà été largué, celui de Marine est en cours de largage, reste celui de MMLP.

      Soit Marine est sur orbite dimanche soir, soit c’est MMLP qui prendra la suite de la mission.

      Le système l’a bien intégré et s’adaptera.

       
  • Ce qui n’est pas précisé par le big data c’est le fait que Fillon a encore plus d’obstacles que Marine Le Pen , dans ces obstacles en plus des LGTB ; le traitre de Sarkozy ( l’or de la France vendu en toute discrétion aux us ... etc..) , l’oligarchie ont une haine féroce .

     

    Répondre à ce message

  • La gauche est divisée en trois votes possibles. Hamon, Mélenchon et "50% Macron"... (même en cinq si on compte Philou et Nat.)

    Les "Républicains" sont divisés sur le papier (divers reports sur Macron) mais pas vraiment dans les urnes. Le vote Fillon reste LE vote "de droite traditionnel". Tous ceux qui généralement votent à droite et ne sont généralement pas tentés par les petits candidats ni par le FN voteront comme d’habitude... moins les quelques pourcents qui se laisseront influencer par le Canard Enchaîné...
    Je peux me tromper mais ces quelques pourcents ne me semble pas assez pour faire chuter Fillon face à une gauche divisées en trois.

    Macron ratisse à gauche et à droite mais rebute autant.
    Bref il est dans la position de Bayrou en 2007. C’est à dire qu’il peut faire un bon score et qu’il aurait ses chances d’être au second tour si Marine n’avait pas déjà "squaté" sa place en finale. (et s’il n’était pas si mauvais candidat).

    Dupont-Aignan et asselineau ont fait une très bonne fin de campagne, mais ces deux là auraient plutôt tendance à faire un peu baisser Marine plutôt que Fillon.

    Donc, oui un duel Le Pen Fillon me semble plus que probable.

     

    Répondre à ce message

    • Dans cette hypothèse, Hollande n’aura plus qu’à s’exiler à St Hélène car il joue, lui aussi et sur ce scrutin, son avenir personnel au sein de l’union Européenne.
      Pour s’en persuader, lire l’excellent article d’Aude Lancelin concernant la manip Macron orchestrée par le pouvoir médiatique et financier et largement facilitée par les manœuvres de l’Elysée.

      La victoire de Macron, le système la prépare depuis plus de deux ans : https://audelancelin.com/2017/04/20...

       
Afficher les commentaires précédents