Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

"Le choc idéologique oppose le monde vétérotestamentaire au reste de l’humanité"

L’historien, écrivain et chercheur indépendant Youssef Hindi prône le retour à « une étude saine des textes de l’islam, par-delà le réformisme et le wahhabisme » et à « utiliser le corpus islamique pour comprendre le sens de l’Histoire et faire une critique de la modernité ». Pour lui, il ne faut pas « soumettre l’islam au monde moderne », mais « proposer une alternative au projet globaliste, totalitaire et destructeur ». Interview.

 

Algeriepatriotique : Dans votre livre Occident et islam : sources et genèse messianiques du sionisme ; De l’Europe médiévale au choc des civilisations, vous parlez des racines du messianisme kabbalistique et de son influence sur les trois religions monothéistes, à partir du XIIIe siècle. Quel rôle le wahhabisme et les Frères musulmans ont-ils joué dans la subversion de la religion musulmane par la tradition kabbalistique ?

Youssef Hindi : Il est impossible de comprendre le rôle historique du wahhabisme et des Frères musulmans sans retracer la genèse du réformisme islamique (dont est issu le frérisme) et son lien historique et idéologique avec un des mouvements kabbalistiques qu’est le sabbato-frankisme. Les deux piliers fondateurs de la kabbale – depuis sa formation au Ier siècle – sont, d’une part, l’étude de la fin des temps (l’apocalyptique) et, d’autre part, l’ésotérisme et le mysticisme qui englobent une réflexion sur le monde d’ici-bas et de l’au-delà, à quoi il faut ajouter la notion purement kabbalistique d’évolution vers la révélation de la connaissance cachée, induisant l’idée que la kabbale progresse et avec elle l’histoire. Un progrès historique par paliers successifs menant droit vers les temps messianiques, vers la fin des temps et l’apogée du peuple élu.

Dans le second chapitre de mon ouvrage, je retrace l’histoire du wahhabisme, du réformisme islamique et du réformisme chrétien, en mettant en évidence leurs racines communes : le messianisme antinomique sabbato-frankiste.

Issu d’un double mouvement, né aux XVIIe et XVIIIe siècles avec les faux messies Sabbataï Tsevi et Jacob Frank (l’un faussement converti à l’islam et l’autre au catholicisme), ce messianisme apocalyptique s’opposant à Dieu et à la loi naturelle, par les conversions massives des sabbatéens à l’islam et des frankistes au catholicisme, va promouvoir l’athéisme au cœur de ces deux mondes, via notamment des loges maçonniques.

Les principes premiers d’un mouvement historique déterminant ses finalités, les fondements de la kabbale ont conditionné la forme de messianisme dont il est issu, et par la suite, donné au sabbato-frankisme le caractère qui est le sien. Le sabbato-frankisme fut l’inéluctable conséquence de l’évolution de la kabbale, le fruit de l’histoire de la mystique juive aux plans idéologique, intellectuel, politique et moral.

Dans la même perspective, le programme apocalyptique du choc des civilisations est partie intégrante du dessein messianique juif. Le projet de destruction du christianisme et de l’islam que l’on trouve au XIIIe siècle, dans le Zohar, a dirigé quelques siècles plus tard et à la suite de tentatives qui en posèrent les fondations, le sabbato-frankisme vers cet objectif.

Le réformisme islamique eut comme point d’ancrage les régions sabbataïstes, et son expansion s’est faite via les loges maçonniques infiltrées par les sabbataïstes. Les loges se sont propagées, à partir du XVIIIe siècle, en Turquie, en Iran, en Asie centrale, mais aussi en Égypte et en Syrie.

De son côté, le père du wahhabisme, Muhammad Ibn Abd Al-Wahhab (tout comme les réformistes allant de Afghani à Hassan Al-Banna, en passant par Abduh et Rachid Ridha) prétendait revenir à l’islam en massacrant les musulmans, avec l’aide des Saoud, pour imposer son idéologie.

Lorsque l’on fait le parallèle entre Cromwell qui, au XVIIe siècle, l’Ancien Testament à la main, massacra en masse les catholiques irlandais et écossais, en détruisant les églises, massacrant prélats, hommes, femmes et enfants, pour imposer une nouvelle religion, et Mohamed Ibn Abd Al-Wahhab un siècle plus tard, l’on y voit bien plus que quelques similitudes. C’est exactement le même schéma. Abd al-Wahhab prétendait revenir à l’islam des origines, comme les protestants qui se présentaient comme des fondamentalistes, véritables tenants du christianisme, en renouant avec l’Ancien Testament. Dans les faits, Abd Al-Wahhab et ses sectateurs d’hier et d’aujourd’hui font montre d’une haine dévastatrice de l’islam, du Prophète et de ses compagnons, dont ils se sont acharnés à détruire systématiquement les tombeaux et l’héritage tant religieux que culturel.

Le réformisme islamique forme avec le wahhabisme deux faces d’un même projet, se complétant l’un et l’autre sous une apparente opposition, soit une hérésie à deux visages suivant ce que j’appelle une dialectique infernale.

Depuis l’apparition d’Abd Al-Wahhab, Malkun Khan (le premier grand réformiste), Afghani et Abduh, ainsi que leurs disciples, cela jusqu’à nos jours, le wahhabisme et son versant libéral réformiste, dont l’ultime avatar sont les Frères musulmans, ont agi comme des agents corrosifs et des facteurs de décomposition matérielle et spirituelle de l’islam ; et nous sommes à présent témoins de la dernière étape de ce processus historique de subversion.

Les wahhabites et les Frères musulmans jouent un rôle essentiel dans ce grand échiquier géopolitique dans lequel s’applique la stratégie du choc des civilisations : les troupes wahhabites fanatisées détruisent les villes et les États musulmans, guidées par des prédicateurs et de pseudos savants wahhabites et Frères musulmans ; tandis que les Frères musulmans pilotés, financés par les occidentalistes tant arabes qu’européens et américains sont portés au pouvoir comme en Égypte et en Tunisie.

 

Dans vos deux livres Occident et islam et Les mythes fondateurs du choc des civilisations, vous décrivez le choc des civilisations comme étant une doctrine programmée. Qui est à l’origine de cette stratégie qui vise à faire s’affronter les civilisations ?

Mes recherches montrent que cette stratégie a été élaborée par un kabbaliste du nom de Solomon Molcho – suivant les interprétations rabbiniques et eschatologiques de la Bible – qui, au XVIe siècle, a tenté de lancer l’Église puis le Saint-Empire romain germanique dans une guerre contre l’Empire ottoman, afin d’expulser ce dernier de Palestine et y reconstruire le royaume d’Israël. C’est précisément ce que les Britanniques ont fait au sortir de la Première Guerre mondiale, par le démantèlement de l’Empire ottoman et la création du Foyer juif en Palestine (1919-1920) à la suite de la promesse faite par les Anglais aux sionistes dans la Déclaration Balfour (1917).

Lire la suite de l’entretien sur algeriepatriotique.com

À lire chez Kontre Kulture :

Youssef Hindi, sur E&R :

 
 






Alerter

8 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • #1607148
    Le 22 novembre à 14:15 par inference.deductive
    "Le choc idéologique oppose le monde vétérotestamentaire au reste de (...)

    Voilà qui remet les choses à l’endroit !

    Bravo Mr Hindi. Votre travail est salutaire.

     

    Répondre à ce message

  • #1607212
    Le 22 novembre à 16:52 par yéti déporté au Benêtland
    "Le choc idéologique oppose le monde vétérotestamentaire au reste de (...)

    Je doute que Fink où Z soient des frankistes venus du moyen âge pour la gnose...
    Mais c’est vrai que le frankisme, dans le folklore religieux ça tient peut-être le ponpon...
    L’Occident n’a pas besoin de sectes secrètes pour devenir athée... la science y suffit largement.
    "proposer une alternative aux idéologies modernes et au projet globaliste, totalitaire et destructeur"
    Mais en Occident ça se fait à base de raison et d’historicité, pas en ressortant une "radicalité de la Vérité de l’Être dégagé du spectacle de la marchandise etc..." du F. Cousin marxo-heideggerien pompeux où du théologien impératif...
    Sinon pour un souchien, distinguer le "réformisme" FM du wahhabisme barbu est peu évident, et il s’en fout d’ailleurs... La comparaison avec Cromwell qui pille l’Église est plus parlante.

     

    Répondre à ce message

    • Oui. Je ne comprend pas comment assimiler les FM et le wahabisme. Les FM depuis Hassan al Benna n’ont jamais vraiment lever les armes pour se retourner contre l’état laïc, ou non. En Égypte, malgré le coup d’état, ils n’ont pas pris les armes comme ce qui s’est passé en Algérie par exemple dans les années 90. Si les FM s’étaient armés, il y aurait eu un bain de sang interminable en Égypte. Donc, comme vous dites, à mon avis, il n’est pas très juste de comparer les FM aux wahabites qui n’hésitent pas à massacrer tout le monde, partout, eux, sans foi ni loi.

       
  • Aujourd’hui mardi 22/11.2016 à 18h 20
    Une erreur 404 une !

    Le lien vers l’article complet renvoie à une page d’erreur, cet article informatif dérange... la nécessité de garder la populace dans l’ignorance est toujours d’actualité,
    dommage, cette introduction sur E&R semblait pleine de promesses, les graines de la réflexion sont privées de lumière, circulez, regardez la télé !

     

    Répondre à ce message

  • Je ne suis pas musulman, mais je ne suis pas encore tout à fait convaincu de la critique qui est faite à la confrérie musulmane. Quels éléments précis sont problématiques ? Ou inversement, quel est le véritable islam ?
    On sait que lors de la Guerre froide, les États-Unis et la CIA ont aidé à la réactivation du "croissant vert" contre le "bloc rouge".
    On sait que cela a continué plus que jamais sous Clinton, Bush et Obama, dans l’idée d’une intégration dans la démocratie capitaliste mondiale.
    Mais quel intérêt l’Empire aurait-il à promouvoir la Confrérie, mis à part la subversion de ses ennemis principaux (Baasistes, Chrétienté, Russie et Chine) ? N’est-elle pas solidaire des Palestiniens ? N’est-elle pas lucide sur le cirque démocratique moderne ?

     

    Répondre à ce message

  • #1607460
    Le 23 novembre à 00:15 par sioniste un jour...
    "Le choc idéologique oppose le monde vétérotestamentaire au reste de (...)

    Qu’on soit d’accord ou pas avec youssef Hindi, c’est en tout cas fort instructif.

     

    Répondre à ce message