Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Le combat théâtral de Mélenchon contre l’enseigne McDonald’s

"Frites par frites, nuggets par nuggets, nous reprendrons le fric de McDonald’s"

En Algérie, quand les élections approchent, la France redevient le temps d’une campagne le grand Satan du FLN et du pays. La presse s’en donne à cœur joie, c’est de bonne guerre électorale. Ce n’est pourtant pas la France qui a ruiné le pays depuis 50 ans, mais les politiques successives hasardeuses des dirigeants algériens.
Chez nous, c’est McDonald’s qui fait figure d’épouvantail pratique. Jean-Luc Mélenchon a l’habitude d’utiliser les symboles de la dominance pour médiatiser son combat. Ce samedi 25 mars 2017, il ne s’agissait pas d’un combat contre la malbouffe mais contre les procédés de défiscalisation de la multinationale américaine. Le candidat de la France insoumise, qui s’est mis au quinoa il y a peu, avait déjà fait le coup au Festival de Cannes, en rencontrant les employés des hôtels de luxe il y a tout juste un an. Mélenchon avait fait les JT, comme on dit, et les grévistes sont retournés bosser, sans avoir rien gagné dans l’histoire.

« Cannes c’est une chose merveilleuse on y voit des films fantastiques, bon vous connaissez tout ça. Et puis il y a tout un monde de gens qui font vivre tout ça aussi bien dans le cinéma, dans le spectacle mais aussi autour, vous comprenez. Cannes, sans les gens qui vous servent à table, qui refont votre lit à l’hôtel, qui vous donnent à manger, il y a pas de Cannes. Or, tout ce personnel qui est le cœur du Festival de Cannes, sans lequel il y a pas de festival possible, il est maltraité, mais maltraité comme moi-même je ne le savais pas. »

Mais le discours était joli, et tout le monde, même les stars et tout Canal, était d’accord avec Jean-Luc. Aujourd’hui, il nous refait le coup de José Bové, qui avait démonté un McDo le 12 août 1999 et avait pris 3 mois de prison ferme pour son action spectaculaire.

18 ans plus tard, McDonald’s France se porte très bien, les chiffres sont là : 1 380 restaurants (ou fast-foods), 70 000 salariés dont 80% en CDI, un CA de 4,19 milliards, 2 millions de repas servis par jour, 50 000 tonnes de steak haché achetées par an (dont 2 000 de Charolais) à 40 000 éleveurs... Dernière chose, 90% des managers et directeurs adjoints ont commencé comme équipiers. Voilà la brochure maison qui sert de bouclier social aux attaques extérieures.

Pourquoi cette soudaine « défense » de l’enseigne agro-industrielle ? Parce que le symbole est une chose, l’emploi en est une autre. Quand l’enseigne Buffalo Grill a été attaquée par des employés en interne (on a su plus tard qu’il y avait eu une certaine manipulation contre la direction), elle a mis des années à s’en remettre, et pourtant c’était une réussite commerciale française. Certes, dans les deux cas, il ne s’agit pas de Bocuse ou des Frères Troisgros, mais il n’y a pas que les riches qui mangent dehors. Pour info, lorsque McDonald’s a testé le marché français, réputé sensible, en 1971, personne n’aurait parié un kopeck sur son développement ultérieur. Il faut savoir que dans les années 70, des jeunes qui voulaient manger quelque chose de solide, dans la journée, en ville, avec 5 ou 10 francs, c’était tout bonnement impossible.

 

 

Il y avait bien le sandwich jambon-beurre des cafés, qu’on appelait avec ironie le « sandwich SNCF », mais il était véritablement dégueulasse : jambon de troisième catégorie, truffé de nerfs et de gras, mince comme un papier calque, beurre rance, baguette de la veille, tranche de gruyère durcie d’un jaune douteux... le tout retiré d’un placard même pas réfrigéré. C’est simple, un jeune ne pouvait pas bouffer dehors avec un maigre budget. Quand les fast-foods ont débarqué, ça a été la ruée, parce qu’on pouvait manger de la viande, même grasse, dans du pain rond, même sucré, avec des frites pour un budget ridicule. C’est le prix abordable en direction d’une clientèle négligée qui a fait le succès de l’entreprise américaine, qui a damé le pion aux professionnels français qui n’ont rien vu venir. La claque géante.

45 ans après, il est trop tard pour pleurer : les tentatives nationales pour reprendre de la part de marché à McDo se sont toutes soldées par des échecs. La seule concurrence « sandwich baguette » industrielle qui marche c’est Subway, mais c’est encore américain. Entre-temps, heureusement, la petite restauration a fait son aggiornamento : les sandwiches ont gagné en qualité, pas toujours pour des raisons de générosité ou de respect de la clientèle, uniquement sous pression de la nécessité. Heureusement, il reste des exceptions ! L’exception culturelle française...

 

 

Dans le domaine de l’édition, c’est en 1990 qu’une certaine J.K. Rowling imagine le personnage d’Harry Potter... pour un public qui était négligé par les maisons d’édition, les moins de 15 ans. D’ailleurs, les éditeurs étaient réticents au départ à la publier.

Ce n’est pas un plaidoyer pour le marketing de masse, ni pour les multinationales ; simplement, quand on s’attaque à une entreprise, il faut être sûr de son fait. Les salaires ne sont pas très élevés chez McDo, le stress y est permanent, comme dans tout établissement de restauration. Il faut y avoir bossé pour le savoir. C’est la loi du genre. L’action de blocage d’un fast-food parisien par Mélenchon et ses troupes portait il est vrai plus sur l’aspect multinational que national, fiscal que social.

 

« McDonald’s est le symbole d’un système général de rapacité, de cupidité des multinationales qui pratiquent toutes la fraude fiscale »

On le sait tous : le système d’une holding permet de défiscaliser ses bénéfices au profit de la maison-mère, faisant perdre aux pays d’accueil beaucoup d’argent en impôts société (75 millions de manque à gagner pour la France et un millliard pour l’Europe). Ce n’est pas pour rien que le siège européen du groupe est situé au Luxembourg. Le problème, c’est l’harmonisation fiscale européenne. L’Union européenne permettant à ses membres d’échapper aux règles communes... qui ne valent, comme toutes les règles, loi et morales, que pour les pauvres. Ainsi, la totalité de la dette grecque dort dans les banques européennes et suisses.
Rien n’est simple. Sauf la démagogie.

Contre la gauche de théâtre, pour la gauche du travail,
lire sur Kontre Kulture

 

Un visage moins connu de Mélenchon, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

46 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1690679

    Merluche fait un coup de pub. C’était plus simple d’écrire ça que ce long et inutile article qui nous ferait presque croire que Mac Do c’est bon pour les patriotes.

     

    • #1690699

      Non, la réalité n’est jamais simple, ni noire, ni blanche. Si vous cherchez du simplisme, de la démagogie dégoulinante comme une sauce Mac Do, Alors Mélenchon est fait pour vous. Un pro de la com, mais rien derrière le décor.
      D’ailleurs, on peut faire la même analyse avec la grande distribution. La nature, comme le marché a horreur du vide. Au lieu de chouiner sur la réussite américaine, on ferait mieux de regarder en face notre propre incompétence. Mais pour ça, au lieu de discours foireux (de foire), on aurait eu des politiques patriotes depuis 40 ans, Mac Do ne serait pas là car des visionnaires entrepreneurs de chez nous auraient pu faire face à cette invasion.
      Mélenchon en connait pourtant un rayon de supermarché sur l’invasion. Il l’appelle de ses voeux depuis toujours. Faudrait savoir. Il est pour ou il est contre ?


    • #1690785

      @ Mediavengers

      C’est curieux mais j’ai l’impression qu’on est à peu près d’accord en fait... du coup je ne comprends pas le pourquoi de votre commentaire.


  • Hahaha, déjà le mec qui me propose un jambon-beurre à 6,90€, comme dans une des vidéos, je lui glisse (selon les conventions de Genève bien-sûr) au même endroit que la quenelle de Dieudo... Ensuite, si plus personne n’est capable de se préparer un sandwich la veille avec son Opinel, une baguette du boulanger, du jambon de chez le boucher du coin et du beurre, y’a plus d’espoir... Et pour les merdasses yankees à vomir, allez demander Germain Gaiffe Cohen ! xD


  • je ne supporte plus Mélanchon, et il devient de plus en plus insupportable. Il se croit un génie, mais c’est un vieux paumé, qui n’a jamais rien foutu. En plus, ces fans, en général, c’est d’une idiotie, d’un mépris, rien à voir avec la vie des ouvriers. J’espére que tout son cirque aura été pour le même résultat : 12%, comme avant. Il n’est pas fiable. Et puis, il est beaucoup trop près des potes de Fourest.


  • Tout ceci est à proscrire totalement, même le "jambon beurre" :
    - pas de fibres (pain blanc), gluten (blé), viande animale (jambon), graisses saturées (beurre), et en plus non bio !
    Carences en vitamines, sels minéraux et oligo-éléments !
    Rien que de la "bouffe de merde".

     

    • Totalement d’accord. De mon côté, le végétarisme me protège de ces chaines alimentaires pour gogos !
      Entre les salariés qui se plaignent d’un système qu’ils ont contribué à créer en y adhérant en tant que consommateurs et l’hypocrisie de Merluchon en veste coton bon marché made in Bangladesh, cela manque cruellement de cohérence politique....comme disent les anglais "I rest my case" (fin de la plaidoirie !).


    • Les végétariens dépendent encore plus du monde moderne et de sa "civilisation".
      Je pense que vous êtes des urbains absolus, n’ayant jamais mis un pied dans la nature que vous prétendez défendre.


    • Faux ! Raisonnement binaire....C’est une habitude héritée de ma grand-mère qui tenait une exploitation agricole. S’il vous plait ne mélangez pas tout, je vis à la campagne et vis des produits locaux ! Je laisse volontiers les steak de soja aux "urbains" et la tendance "vegan" aux bien-pensants !!


  • Tout ceci est à proscrire totalement, même le "jambon beurre" :
    - pas de fibres (pain blanc), gluten (blé), viande animale (jambon), graisses saturées (beurre), et en plus non bio !
    Carences en vitamines, sels minéraux et oligo-éléments !
    Rien que de la "bouffe de merde".

     

  • Ce post est une provocation et une manipulation.
    1- Mac Do Comme caca-cola ou NIKe utilise depuis des années déjà, la PUB GRATUITE faite sur sa fausse critique qui lui permet de parler de ses "avancées" dans la composition des menus et les conditions salariales, deux plus grands facteurs de rejet de la chaine par le public.
    2- Cet article contient des incitations psychologiques à considérer le succès des Mac Do. et donc son intérêt. Mais cette connexion sémantique est purement mensongère.
    3- La réalité de Mac-do ? la désertification de ses restaurants devenus bien trop chers et dégelasses ou ne trainent que des indigents. Concurrencés par les nouveaux kébabs qui varient et améliorent leurs menus et les nouveautés des sandwicheries et boulangeries mieux implantées et de meilleure qualité.
    4- 80% de CDI ? les pourcentages sont FAUX. Et la moitié des emplois ont été remplacés par des AUTOMATES DE VENTE, des ROBOTS.

     

    • #1690756

      On peut cracher sur Mac Do (que je boycotte) à loisir, ça n’enlève en rien la possibilité de comprendre comment ils ont pu réussir autant au pays du vin et du fromage.
      Pour les CDI, il n’y a rien d’étonnant. Il faut former du personnel et le motiver d’une façon ou d’une autre. Ça coute cher, il faut bien former des cadres qui ne soient pas des énarques, donc oui, malgré toutes les critiques qu’on peut faire, il existe encore un ascenseur social et une récompense au mérite "à l’américaine", avec les excès de leur société.
      Nous vivons déjà dans une société des extrêmes : extrême précarité, extrême exploitation... La troisième voie est la voie du juste milieu, comme la France est la Terre du Milieu...


    • Totam a bien analyser la problématique.

      J’ajoute :
      5- un bigmac coûte 3.8€ et un menu minimum 6€ pour des produits qui sont des poisons pour les êtres humain.
      Un kilo de banane bio + 2 pommes (par exemple) coute 3€ et là vous tiendrez jusqu’au prochain repas même pour un sportif de haut niveau et je sais de quoi je parle.

      6-l’état a le mérite d’obliger les fournisseurs de bouffe merdique d’indiquer dans leur pub que c’est de la merde par le message : "mangez des fruits et des légumes pour être en bonne santé"

      7-Mac donald pour s’installer a corrompu les médias, les politiques et même les écoles.
      Dans les années 1990 les programmes universitaire de nutrition idéalisait les menus mac donald en les montrant comme des modèles de bonne bouffe idéalement équilibré.


  • #1690701
    le 25/03/2017 par Palm Beach Post : "Cult !"
    Le combat théâtral de Mélenchon contre l’enseigne McDonald’s

    Pour caler un creux en déplacement urbain, je me chope une pointe de brie.
    Moins d’ 1€ 50 au rayon frais des grandes enseignes alimentation.
    Pratique, propre, complet.


  • On connait la machine à remonter le temps, tout en sachant qu’elle n’existe pas et les dangers potentiels qu’elle susciterait si elle existait, là, nous avons (cocorico !), c’est français comme machin :

    Le Mélenchon, la machine, à remonter les gens !
    Aucun souci à se faire pour l’oligarchie avec un tel engin, les mécanismes des utilisateurs sautent d’eux-mêmes !

    Et, on les retrouve, des années après, sans dents, déprimés et aigris de tout, le ventre bedonnant, blasés, rompus à toutes les corvées et prêts à servir à la moindre sollicitation.

    Il se disent eux-mêmes, les petites gens... imagine-t-on les anciens se qualifier de plèbe ?

    Foutons ça à sa place, aux ordures !
    C’est cette gauche qui aimait nous donner Lula en exemple, ce corrompu corrupteur qui n’a jamais bossé un jour dans sa vie, il était quoi, syndicaliste...

    Comme quoi, les pires de tous ces enfoirés, ce sont ceux qui veulent faire peuple.

    Quant à Mc Do, si t’es Français, tu calcules même pas l’enseigne dans la rue.


  • En passant, au Québec les « McNuggets » sont des « McCroquettes »... MacDonald me tape aussi sur les nerfs à cause de l’anglais imposé.


  • Le burger va-t-il supplanter le jambon-beurre ?
    Hélas ce n’est pas impossible, avec toutes ces campagnes pour manipuler l’esprit du peuple.

    En Belgique des illuminés font actuellement campagne contre la viande, la bonne bidoche, fruit de notre croissance normale. Ils incitent les gens à se priver de viande, 40 jours durant. Au nom de je ne sais quelle préservation de la planète.

    Mes voisins marchent à fond et tentent de me rallier à leur futile cause. C’est pour cela, que malgré un temps encore frais, j’ai réalisé ce jour, mon premier barbeuc de l’année. Juste pour les emm*rder et leur montrer mon indépendance...

     

    • Se priver de viande 40 jours par an ça porte un nom, c’est le carême.


    • " Au nom de je ne sais quelle préservation de la planète." Ah bon ? Vous ne savez pas, vraiment ? Eh bien dans ce cas là, il va falloir que vous commenciez à vous intéresser un minimum au sujet Gerard... Savez-vous par exemple combien de litres d’eau sont nécessaires pour produire 1kg de boeuf ? C’est près de 15000 litres d’eau. Là où à peine 1000L sont nécessaires pour produire 1kg de céréales par exemple. 4000 litres pour un kg de poulet (soit déjà 4 fois plus).
      Tenez, un lien qui devrait vous aider à y voir un peu plus clair :
      https://www.notre-planete.info/actu...

      Et oui, la sur-consommation de viande actuelle est un désastre écologique. Sans parler de l’exploitation et de la souffrance animale de plus en plus insoutenable pour beaucoup d’entre nous.


    • Il n’y a pas qu’en Belgique : deux commentaires plus haut, des moralistes de la bouffe viennent nous dire qu’il faut/faut pas. Un peu comme à la télé, d’ailleurs, avec le fameux truc à la mode, le "gluten".
      Le moralisme de la bouffe est une des nombreuses variantes du passe-temps préféré des gens : faire la leçon de morale. En plus, et ça tombe bien, à chaque fois il y a des "chiffres", des "témoignages" et des "données scientifiques" qui prouvent que...à se demander, dans cet océan d’experts anonymes, de coachs du dimanche et de moralisateurs à la petite semaine en tout genre, pourquoi donc un certain ras le bol commence à prendre une proportion de taille remarquable ?


    • @Koce, je suis éleveur dans le charollais, un pays d’herbe et d’eau, peu importe la quantité de flotte pour produire un kilo de viande, l’eau est là et je la vole à personne !


  • Jean-Luc Mélenchon s’est trouvé un nouveau directeur de Com, c’est José Bové !

    Vas-y mon pote, attaque McDo, j’ai déjà Pavlovisé tous ces cons.


  • Bravo pour cet article qui va à l’encontre des simplismes démagogiques.


  • Le petit vendome avec ses produits du terroir, c’est bien, mais on ne nous a pas montré les cuisines .....


  • #1690777

    Mélanchon trouve içi un des derniers de jeux douteux , afin de grappiller quelques électeurs , il marque le terrain ; les médias vont automatiquement continuer à le suivre puisque tout ce qui peut freiner l’avancée du RBM est à prendre , ce sont des voix qui reviendront au 2ème tour à leur poulain pantin du système bankomondialiste.


  • ça sent le disciple du hollandisme révolutionnaire !


  • Il y a des gens pour qui un homme qui a pris l’habitude de proférer des propos dégoulinants de gauchisme en parlant fort est un "tribun charismatique" mais ça fait quand même sourire ceux qui ne sont pas encore tout à fait idiots.


  • Quel clown ce mec ! Mort de rire ! Je le trouve mauvais, devrait reprendre des cours de théâtre !


  • J’aurai tellement préféré une vidéo du Grand Alain qu’un coup de gueule du pseudo-révolutionnaire Mélenchon :( J’en reviens toujours pas que des personnes soient dupes. Sur les images du reportage de "L’homme qui avance à contre-courant" réalisé par ce cher Miller, on voit Mélenchon débarqué dans des usines et on entend un syndicaliste dire que Mélenchon est toujours présent. Mais là où je veux en venir, c’est que cela se voit que c’est théâtralisé ! Mélenchon voulait être acteur mais politique payait mieux.


  • Pourquoi une référence à l’Algérie en introduction de cet article ? J’avoue ne pas comprendre. Pour le reste il ne faut pas oublier que la pénétration culturelle américaine en France (dont McDonald’s est un symbole) a fait l’objet d’un accord entre la France et les états-unis au lendemain de la seconde guerre mondiale et constitue une contre partie au versement de l’aide américaine dans le cadre du plan Marshall.

     

  • Marine lepen reçue par Poutine, et Mélenchon chez mac do.. A chacun sa carrure..


  • Merlu Chon s’attaque au Mac fish. Normal.


  • Article cohérent du début jusqu’à la fin. Sauf qu’on ne sait pas où mange, habituellement, le prolétaire Melenchon, bien que nous ayons notre idée là dessus. Sinon pour les autres, on le savait déjà depuis fort longtemps à leur apparence. Comme disait Jacques Brel dans la chanson :"...ces deux là sont trop maigres pour être malhonnêtes...


  • #1690881

    N’empêche qu’avec les 75 millions d’euros que MacDo nous entube tout les ans, on peut se payer 3800 gardiens de la paix supplémentaires.
    Pour réduire les fameux déficits qui serait pas tenables sur le long terme, il n’y a que 2 méthodes : réduire les dépenses (en virant des gardiens de la paix) ou augmenter les recettes (en matraquant plus les gens qui douillent ou en allant faire cracher au bassinet les gens qui payent pas).
    Si on a plus assez de flics pour empêcher les racailles d’aller faire la caisse de chaque restaurant Mc Donalds 3 fois par jour, vous allez voir que Mc Do va rapidement nous les payer ces flics. Comme ça on pourra utiliser les réseaux SOS racisme à quelques choses d’utile en prime.


  • Mac Do c’est hors de prix : un nugget long comme une phalange c’est 0,80 centime d’euro ! 20 frites minuscules et sèches c’est 2 euros ! Foutage de gueule intégral . Mais "les enfants adoorent les frites" alors...


  • La moitié de ce que dit Méluche est bon . Le pb c’est que l’autre moitié est pourrie .


  • Cet article est une pub déguisée pour MacDo que tout le monde délaisse. Dans mon quartier seuls les SDF vont aux McDo qui a du coup augmenté le nombre de vigiles. Pour les CDI je sais pas, je vois toujours des "équipiers" différents. Et ils n’ont pas le sourire. donc...


  • Mélanchon défend ses idées, même si on les partage pas forcément. Mais il a raison de défendre des salariés, car au rythme où ça va les Macron et consorts nous vantent les mérites de la casse du droit du travail, et on voit fleurir des concepts d’employabilité où c’est au salarié de savoir se vendre tel un entrepreneur.. comme denis plennel ou ici http://sosrecherchedemploi.com/empl... Ce qui je pense est dangeureux pour nous qui sommes pour la plupart des salariés... reconnaissons lui au moins ça, le soucis des salariés... même s’il ne propose pas une réelle remise en cause des causes qui déshabillent les travailleurs.


  • Vous n’allez pas le croire. Quand je faisais le hyppie en Caliornie dans les années 1970/71 (C’est une maison bleue accrochée à la coline....), le hamburger de base chez McDo y coûtait 20 cents !

    Ça aurait dû rester comme ça. Avec chez nous, pas de McDo mais toujours la Gauloise Bleue à 1,30 Fr.

    C’était mieux avant les mecs ! Je le sais ! J’y étais ! Aux chiottes maintenant !


  • Bon d’accord en partie sur l’article mais ne tombons pas non plus dans la position inverse totale et dans la mauvaise foi absolue : les sandwichs dans les bistrots étaient la plupart du temps délicieux !! Stop à la caricature anti-française systématique.
    C’est aujourd’hui que l’on bouffe plus mal en France, partout.


  • 3 euros 90 le jambon beurre...ca me fait penser au litre a 2 euros quand je faisais le tour de france en moto...il y a eu un temps ou le meilleur sandwish que jai mange etait au bistrot du stade toulousain des sept deniers et il mavias coute 10 francs...et le litre etait a 5 francs

    ici au canada le litre passe souvent en dessus de 1 dollars, ce qui fait 60 centimes d’euros

    aux etats unis je vous dis pas dans certain etats vous allez pleurer, disons que pour 100 euros je fais 4000 kilometres


  • #1691460

    Le Chonchon aime les grandes chaines Américaines comme
    tous les gauchistes et après il va faire du zèle auprès des ouvriers
    lésés , à cause de leur mondialisme débridé , il est un peu le pompier
    pyromane.....c’est comme son combat contre le chômage après avoir
    soutenu l’immigration de masse , c’est une façon d’entretenir son
    commerce de la misère.....ah ! s’il n’y avait pas la misère comment ferait-il
    pour maintenir ses privilèges .

     

Commentaires suivants