Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Le coup de gueule d’un petit entrepreneur contre le RSI

"Si tu payes pas voilà ce qu’ils te disent : c’est 5% de majoration"

C’est un entrepreneur comme il y en a des centaines de milliers (2 millions de TPE, artisans ou commerçants, ces entreprises qui font travailler un unique « ouvrier-patron » dans la majorité des cas). Il gueule contre le RSI (le régime social des indépendants, dont les cotisations ouvrent les droits sociaux, à savoir maladie et retraite), alors que ses clients ont du mal à payer, quand ils payent. C’est la dureté du marché et le sort de tous ceux qui n’intéressent pas véritablement le Medef, l’État et les banques : pas assez de poids politique, trop petits, trop pauvres, trop pénibles. La réforme du RSI a 10 ans, et ses bugs informatiques et humains persistent.

 

 

Une « catastrophe industrielle » selon la Cour des comptes (2012)

Il se lève tôt, bosse tard, court après l’argent, et vit constamment sous la menace des rétorsions de son « régime ». Le RSI ne pardonne pas : ni les retards, ni les trous d’activité. Il faut cracher au bassinet, et vite, sinon tout y passe. Le nombre de petits entrepreneurs en difficultés de paiement avec le RSI avoisine un quart du total. Ils sont en tout près de 6 millions en France. Plus avec les conjoints, qui participent à l’effort de guerre. On rappelle que l’affiliation à un régime d’assurance sociale est obligatoire, que ce soit le RSI ou la sécurité sociale.

« À mes yeux, le RSI est l’élément visible de l’iceberg. Les indépendants ont beaucoup de difficultés et elles se sont cristallisées autour du RSI mais elles ne sont pas toutes dues au RSI. Si beaucoup d’indépendants plient sous le poids de cotisations jugées trop élevées, c’est surtout parce que leur entreprise ne fonctionne pas. Il y a un fort niveau de précarité chez les indépendants qui s’explique par le fait que beaucoup se lancent dans la création sans maîtriser les notions juridiques ou de comptabilité nécessaires. » (Monique Weber, rapporteur du Cese, le Conseil économique et social, dans L’Express du 23 septembre 2009)

Indépendants ou pas, tous les Français doivent cotiser pour une protection sociale. En fait, derrière la gueulante de cet entrepreneur, il y a autre chose : le fait que lui travaille durement du matin au soir, pour se payer sa protection sociale, alors que ceux qui se reposent sur le système échappent non seulement au travail et au stress qu’il génère, mais il leur reste, au final, beaucoup plus en termes de revenus nets. C’est une réaction classique, que certains taxent de « populiste », mais qui est bien réelle en période de chômage de masse : la pression s’accentue sur ceux qui sont leur propre (petit) patron. Et de voir des familles oisives entières soutenues par tous les organismes sociaux possibles, vivant sans travailler, met les travailleurs acharnés hors d’eux. Il y a une balance à rétablir, dans l’ordre du harcèlement étatique !

En France, finalement, la « sécurité » sociale réside dans le salariat (ou les minima sociaux), pas dans l’entrepreneuriat. S’il ne faut pas que Pierrot baisse les bras, l’État ne doit pas non plus sacrifier l’esprit d’entreprise de tous les « Pierrot », qui est précieux. Ceux qui veulent se lancer doivent effectivement améliorer leur connaissance de l’entreprise et de sa création – il est vrai, une jungle administrative encore trop touffue – mais l’État, à travers l’Urssaf et le RSI, doit prendre en compte les difficultés parfois passagères de ces derniers et le côté aléatoire de toute activité indépendante. Un peu de souplesse peut sauver une petite société. Pour info, les Ursaff qui acceptaient de négocier un étalement des cotisations voyaient leurs rentrées augmenter (70% de taux de récupération). Inversement, les services qui étaient intraitables, conduisant les entrepreneurs momentanément insolvables à déposer le bilan, ne récupéraient pas toujours leur dû.

« Tu taffes pas comme un con et tu touches plus que le mec qui se lève tous les matins à 5 heures et qui continue à taffer jusqu’à 21 heures »

 


 

Vous êtes entrepreneur ou particulier et souhaitez faire partie d’un réseau d’entraide pour faire face à la crise ? Rejoignez Solid’E&R, le premier espace d’annonces du Réseau d’économie solidaire créé par E&R. Pour cela, il vous suffit d’être adhérent de l’association (merci de rentrer votre identifiant et votre mot de passe d’adhérent pour accéder à Solid’E&R) :

Pour en savoir plus sur le Réseau d’économie solidaire :

Sur l’épineux dossier du RSI, voir sur E&R :

Sur le capitalisme et la justice sociale, chez Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

65 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Et oui à vouloir croire aux promesses de l’état ont finis par l’avoir dans le cul !!


  • #1472534

    Ça, c’est "en direct live" le symptôme le plus évident que la France perd ses moyens de créer de la richesse, de l’innovation et des emplois. Ce ne sont pas les multinationales qui nous enrichissent et qui permettent notre train de vie. Ce sont les entreprises locales, les entrepreneurs, et oui -les petits bourgeois.

    https://www.youtube.com/watch?v=yvh...

    Pour savoir où va un pays (économiquement et politiquement), il est utile de mesurer l’exaspération des entrepreneurs et la création et croissance de nouvelles entreprises.

    Tout le monde nous emmerde, les entrepreneurs. On est mal vu : pas assez puissant pour être considérés avec respect par les administrations, pas les "reins assez solides" pour être respectés par les clients, des "chanceux" pour les contremaîtres et esclaves du tertiaire. Les ouvriers nous montrent un peu moins de mépris. Les seuls qui nous respectent sont les entrepreneurs, et les ex-entrepreneurs qui ont du fermer boutique pour redevenir esclaves en entreprise.

    Et pourtant... Les petites entreprises sont celles qui créent des emplois, qui génèrent de l’innovation (cf la mode des programmes "d’intrapreneurship" dans les multinationales pour pousser leurs esclaves à redécouvrir ce que c’est qu’être inventif), qui "créent du tissu social" au niveau local.

    A la personne dans cette vidéo : vous avez toute ma sympathie et compassion. Je ne sais pas comment vous allez vous en sortir, mais j’espère que les zélites et leurs administrations n’éteindront pas votre flamme.


  • #1472535
    le 24/05/2016 par la pince mon seigneur
    Le coup de gueule d’un petit entrepreneur contre le RSI

    Ca sert à rien, les z’élites veulent faire de grands pools de regroupement d’activités comme pour les vaches aux US et en Allemagne et c’est tout à fait légitime en terme de rendement et d’économie et de délai, les PME TPE seront conservées à l’avenir uniquement pour les produits de luxe(super fromage qui pue, sandale artisanale machin etc), c’est vrai que le charme se perd mais l’efficacité productive doit gagner et puis on entre dans un monde cybernétique, faut accepter meme si la transition comporte des effets pathogènes


  • #1472539
    le 24/05/2016 par The Shoavengers, le Réveil de la Farce
    Le coup de gueule d’un petit entrepreneur contre le RSI

    Je comprends, ce n’est pas facile d’admettre qu’on est pris pour un con.
    Tiens, ça m’inspire une chanson du genre :
    "Plutôt que de payer le RSI,
    J’me fais payé le RSA,
    ça iraaa, ça iraaaaaaaa."


  • Une partie du message est ok...après on est encore dans ce cliché débile du mec au chômage qui se la coule douce sur le dos de l’état...On en oublierait presque que pour toucher le chômage il faut avoir travaillé un minimum, que la durée de versement des indemnités est identique à celle travaillée et surtout que le mec ne choisit pas d’être licencié de son boulot...parce qu’évidemment on obtient pas le chômage comme ça sur un coup de tête et on l’a pas non plus si on démissionne de son propre chef.

    Pour le RSA, je viens de trouver du taf (difficilement..) pendant 4 mois, vu le boulot et la paye, pourquoi je resterais pas au RSA ? Parce que je touche au moins le double avec des petits avantages et surtout je suis actif...Et je ne suis pas le seul.

    Alors évidemment je ne suis pas patron, j’ai pas le RSI au cul mais j’en connais qui sont dans la même galère mais quand lui sera au RSA, et ça semble bien parti, peut être que son discours changera et qu’il comprendra que parmi les "cons" qui touchent ces aides...il en fera parti et qu’il s’était clairement trompé de cible.

    Le moment ou les gens arrêtent de s’en prendre aux indemnisés sous prétexte que certains en profitent (et encore) c’est le moment ou on s’approche des vrais responsables et que la situation pourra évoluer...en attendant, regarder l’assiette du voisin n’a aucun intérêt...

     

    • #1472856

      Premièrement : Ce type ne cible pas les chômeurs ! Mais le système et ceux qui en sont les initiateurs.
      Deuxièmement : il y a bien entente entre patrons et employés pour toucher le chômage le temps imparti. C’est une pratique courante en corse par exemple, et j’imagine ailleurs.

      Votre commentaire ne semble pas très finement lucide

      Cordialement


    • On a pas du voir la même vidéo...Evidemment la cible première n’est pas le chômeur mais il dit : "Ou tout ceux qui vont chomer, tout simplement, parce que c’est plus facile" il poursuit : "tu touches 1200 1300€ par l’état" Il continue avec la caf et la prime pour noël et "tout ce qu’il te faut" etc

      Comme je l’ai dit, d’une part j’ai compris une partie de son message (c’est écrit pourtant..) mais d’autre part, si on ne le sait pas, on pourrait presque croire que toucher une indemnité ça se fait sur simple formulaire et que c’est simple alors que c’est faux. Et le gars qui touche le RSA désolé de casser ce vieux mythe mais c’est pas plus avantageux pour tout le monde et c’est pas parce qu’une poignée se sent bien dans sa situation d’assisté que tout le monde y trouve son compte.

      Pour ton deuxièmement, je préfère des faits plutôt que des "j’imagine" surtout venant de la part de quelqu’un qui me demande d’être lucide. Et ça ne changerait rien à la réalité, il y a des restrictions pour toucher le chômage.

      Le moment ou il dit comprendre les gens qui se mettent au chômage ou au RSA c’est ce moment là que je critique et ou je dis qu’il a rien compris de cette situation. Si c’était le top d’être dans ces cas là, tout le monde serait chômeur et au RSA...il n’a qu’a nous rejoindre tiens et nous tenir au courant.


    • #1473627

      Assez d’accord avec votre réaction. Il n’est pas de mot pour celui qui, se faisant taper sur la tête depuis le haut, tape sur celle de celui qu’il situe en dessous de lui. Car c’est feu de paille que les quelques lascars qui profitent (au sens péjoratif où l’on veut nous le faire entendre) du RSA et autres...
      Au sommet de la pyramide ils sont sans doute tout autant en terme de nombre, mais dans ce giron, c’est par milliards que se comptent les subventions, les émoluments, détournements et autres enveloppes. Et rare sont ceux à se diriger vers le sommet ne serait-ce que pour en faire vaciller la tête. Non, il vaut mieux pondre sa bulle qui par effet de gravité se répand sur la base.


  • #1472546

    Bonjour Pierro

    Je comprends tout à fait ta colère pour avoir était artisan dans le bâtiment du second-oeuvre (peinture, tapisserie, revêtement de sols) en 2007. J’étais associé t nous bénéficions de l’ACCRE (aides aux chômeurs créateurs d’entreprises). Nous étions exonérés sur une grande partie des charges pendant la première année surtout. Comme toi, nous nous sommes faits harceler par le RSI, celui-ci nous sortait des sommes impressionnantes qui ne correspondaient pas à notre chiffre d’affaires. Après avoir cessé notre activité, le RSI a continué pendant des années à nous réclamer des sommes incroyables à payer, genre 20 000 euros ! Les salariés qui n’ont jamais été à leur compte ne peuvent pas comprendre, on se sent très seuls... Seul un avocat peut régler ça, mais il faut aussi le payer (c’est normal) et sortir encore des sous ! Aujourd’hui, je vis chichement, je fais de l’animation commerciale et j’essaie de trouver des petits boulots. Et c’est vrai que tu as raison, car en travaillant en gros 10 jours dans le mois, je peux toucher environ 1100 euros avec 256 euros d’APL, une petite prime d’activité, etc... Je n’en suis pas fier, je préférerai bosser à plein temps et ne pas dépendre des aides mais pour l’instant c’est impossible.
    Aujourd’hui, il te reste la solution de l’auto entreprise (c’est triste mais c’est le meilleur statut) à condition de ne pas dépasser le seuil de chiffre d’affaires. Comme ça le RSI ne pourra jamais te prendre plus que ce que tu as déclaré car c’est un relevé mensuel ou trimestriel avec un pourcentage fixe et en fonction du chiffre d’affaires. Ou tu essaies si tu peux de redevenir salarié... Je ne sais pas comment fat Alain Soral en SARL avec ses sociétés. Je le plein de tout coeur car il doit se faire assomer par le RSI en permanence... Enfin, tout ça pour dire qu’en France, l’artisanat est foutu, seuls s’en sortent les professionnels qui ont 20 ans de boite avec de la trésorerie, une maison finie de payer, un carnet de commande plein à 2 mois... Pour les jeunes c’est mort, les multinationales ont tous pris, les Leroy Malin et Castoramal bossent avec quelques artisans en fixant leur prix bien sûr... Je n’ai plus de solution non plus, j’aimerai bien entreprendre à nouveau mais je suis dégoûté, j’ai 42 ans et je ne veux plus me faire chier 10 heures par jour pour gagner le smic et ne profiter de rien.


  • Quelque chose cloche véritablement puisque de plus en plus de personnes passent du statut du RSI au RSA et en sont satisfaites...les conditions de vie s’améliorent...on a même plus de temps à consacrer à E&R. A moins d’être passionné par son activité, les comptes sont vite faits.
    La prise en charge des soins médicaux est un facteur important pour l’arrêt d’une activité indépendante !
    La richesse et la vitalité d’un pays se base sur l’activité de toutes ces PME et des indépendants. Il y a donc une volonté du système de tuer et de soumettre les créateurs, les entrepreneurs, comme de casser tous ceux qui pensent autrement...


  • Il y a des années que je ne bosse plus et je m’en porte très bien.
    Le RSA c’est super.
    Je ne vais pas vous faire un dessin, vous aller pleurer.
    Mais c’est sûr, je n’échangerais pas ma place avec Pierrot.
    C’est con, mais c’est comme ça.
    Et puis, quand on est dissident on a pas a alimenter le système, mais plutôt a l’assécher.
    Sauf bien sûr si on a un boulot qui nous plait vraiment et avec lequel on y trouve son compte.
    Mais l’esclavage et le burn out il faut éviter et reconsidérer sa manière de vivre.
    Bisou. ;-)

     

    • fait gaffe car méme pour ce qui sont dans ton cas le vent est en train de tourner ...
      http://www.20minutes.fr/strasbourg/...

      l’état en est à traquer les pauvres , bravo les socialistes révolutionnaires !
      todd est dans la place !


    • Donc selon toi, esclavage c’est de travailler pour gagner son pain, mais pas de dépendre du bon vouloir de l’état et ses aides. Aller quémander tous les 3 mois son RSA en inventant que l’on a pas trouvé de boulot, c’est pas de l’esclavage ça ? Tu te sens "dissident" en allant voir la caf ?
      Et pour le "burn out" j’suis d’accord, mais faut aussi parler de ton état d’esprit quand tes enfant grandiront et se rendront compte que tu t’es pas levé un seul matin pour remplir ton rôle de père de famille. De cette sensation d’être un pauvre, dépendant d’un RSA qui permet à peine de survivre.
      C’est bien beau de se dire "dissident" mais avant ça y’a d’autres devoirs à remplir. Perso je suis marié, père, et je me vois mal dire à ma famille que désormais c’est grâce matinée pour moi et finis les voyages en vacances et petits plaisirs ou cadeaux, tout ça parce que je suis "dissident". *
      Y’a un ordre de priorités, bien sûr que de se lever chaque matin pour un smic c’est de l’abus, mais entre ça et le RSA, j’ai vite fait mon choix (et j’ai connu les 2).


  • #1472554
    le 24/05/2016 par Francois Desvignes
    Le coup de gueule d’un petit entrepreneur contre le RSI

    Quand l’un d’entre vous pètera les plombs et videra un chargeur de AK47 dans les bureaux d’une RSI faisant dix morts,

    puis sortant des bâtiments, prendra son véhicule pour vider un nouveau chargeur cette fois à l’audience du tribunal de commerce ou à la Cour d’Appel qui vient de lui expliquer qu’il était mort,

    Alors, la classe politique, sentant les balles reelles siffler dru deviendra attentive et raisonnable :

    - elle votera la dissolution du RSI
    - l’amnistie générale

    En attendant ce héros, surtout garçon,

    - ne paye rien,
    - fraude partout,tout le temps
    - n’accepte que le liquide.

    qui sont les trois règles de survie élémentaire de l’honnête entrepreneur en sovietie


  • #1472558

    J’ai écouté ce coup de gueule fulminant contre l’état et sa créature zombie dénommée RSI qui pratique une forme de racket institutionnel sur les petits entrepreneurs individuels qui travaillent sans compter leurs heures des mois durant et qui sont moralement harcelés puis dépouillés de leurs labeurs par ce monstre froid sans foi, ni loi, mais il n’était pas utile de taper sur les chômeurs en fin de droit, les RSAïstes et autres indigents de la précarité comme si leur situation était enviable et reluisante alors qu’ils sont en grande majorité en état d’urgence absolue.

    J’ai eu à introduire un recours (opposition) en faveur de mon beau frère devant le TASS de Bobigny contre une contrainte émise par le RSI qui exigeait le paiement d’une somme d’à peu près 8000 € alors que le revenu fiscal net avoisinait 14300 €.

    L’URSSAF avait auparavant réclamé et reçu près de 1900 €.

    L’ensemble réclamé par les organismes sociaux dépassait 50% du CA.

    Le TASS a abondé dans mon sens en annulant la contrainte et depuis lors, le RSI n’a plus jamais rien réclamé.

    Je précise que la petite affaire artisanale a dû cesser son exploitation pour éviter d’être victime des suceurs de sang que sont notamment le RSI et l’état.


  • Monter une entreprise en France ? faut avoir un moral en carbure de tungstène ou fou. Si un jeune vaillant veut monter une entreprise ,il prend sa valise et ses 4 ronds et il se tire ,c’est pas en France qu’il va gagner de l’argent ,on ne lui en laissera pas la possibilité avant qu’il est franchi la 3ème année . Ce que je souhaite à ce jeune ,c’est de réussir dans un endroit ou on le prendra pas pour un idiot et de s’épanouir .Bonne route !

     

    • #1472674

      Il faut surtout avoir une putain d’idée, et là peut-être. Quoique, dans le cas d’une innovation, çà fait de l’ombre aux gros, et du coup vous avez du mal à vous faire entendre (enfin j’imagine).
      Donc oui vous avez peut-être raison, en tout cas c’est bien casse-gueule !! :(
      Donc ultime solution : le salariat. beurk !


    • #1472786

      réGénération :

      Il n’est pas besoin d’avoir l’idée du siècle pour se lancer. En fait, c’est même pas forcément recommandé. Les grandes innovations demandes parfois beaucoup d’expertise dans des domaines pas forcément abordables, et les spécialistes qui peuvent aider à leur réalisation sont plutôt bien payés. Ca met ce genre d’entreprenariat souvent hors de portée des bourses de gens "normaux".

      Je recommenderais plutôt de parler à des gens qui ont montés des entreprises perennes (peu importe la taille ou l’industrie) pour se faire une idée de ce qu’il faut faire pour y arriver.

      Il y a aussi les recherches sur "l’effectuation", avec des moocs gratuits, qui démontent beaucoup des mythes liés à l’entrepreneur comme étant un type qui doit sortir d’HEC ou de X pour réussir. Souvent on trouve une idée et les moyens de réaliser quelquechose avec les gens que l’on cotoie, ou qui sont abordables (pas comme les banquiers et investisseurs).

      Et il y a pas mal de cercles/groupes/clubs etc d’entrepreneurs qui se filent des tuyaux. Et aussi E&R propose un truc de ce genre.

      Vu la fiscalité en France et les barrages administratifs, je pense qu’il faut demander aux entrepreneurs comment ils se sont débrouillés avec ça...


  • se révolter ? mais les gens sont des bœufs de chômeurs, salariés ou fonctionnaires et ils n’en ont rien à foutre de toi Pierrot ... t’es une vache à lait, faut que tu payes sinon crèves !

    moi je ne m’énerve plus, j’ai accepté la situation, tout ce que je veux c’est fuir de ce continent ! L’Uruguay est très propre, sécurisant et ensoleillé, je le conseille. Dès que (et si ...) je parviens à faire payer à mes clients ce qu’ils me doivent, jme barre et je me ferai un P-L-A-I-S-I-R de laisser une ardoise de cotisations sociales et de me barrer avec leur TVA de merde !!!!

     

  • Le projet informatique en question se nomme Ficoba comme Fichier des comptes bancaires qui effectue le traitement d’import des impayés pour envoi automatisé du courrier à un huissier.
    Au dernier dénombrement, environ 1 400 000 adhérents au RSI n’auraient pas payé leur cotisation.
    Le problème c’est que le traitement écrit en batch java plante régulièrement (problème de serveur d’application mal paramétré ou insuffisant en capacité ,…) : comment sont gérées les reprises de ce traitement ?
    Ceci pourrait peut-être expliquer les relances multiples des ordres de paiement.
    Allez bon courage les “sans-dents” artisans, commerçants, indépendants et autres salariés qui triment !


  • #1472566

    Gars on est tous d’accord avec toi mais faut arrêter de faire croire que les chômeux touchent 2000 € sinon tout le monde s’y mettrait. Je suis chômeur et je touche moins de 1000 € et en plus je suis imposable. On est tous dans la merde

     

  • Il n’a qu’à quitter le RSI, avec l’aide du MLPS je précise (ne pas se lancer n’importe comment dans la bataille !!). Et qu’il change de comptable !
    J’ai 34 ans, je suis artisan depuis 10 ans, et je ne paye plus de RSI. Mais je suis assuré, car c’est ça qui est obligatoire.
    Tenons-nous informés de nos droits, bougeons-nous et surtout ayons les co****** de leur dire STOP !
    A bon entendeur.

     

    • #1472734

      et seuls ceux qui auront les moyens pourront le faire ! Donc, non, le mieux est de faire les faire cotiser à la sécu et avoir les mêmes droits ! Inutiles de faire comme aux us, d’avoir des assurances privées.


  • Je pourrais dire tout pareil..
    C’est l’enfer..


  • Pour une fois que les termes "fils de pute" et "enculés" ne sont pas vulgaires et inappropriés...
    Je ne sais pas dans quel secteur d’activité travaille ce monsieur, mais acheter du local avec le moins d’intermédiaires possible (quand ça l’est) semble être un début de solution (si on reste dans le pacifisme). Après, il y a la violence inhérente aux situations...

     

  • Bonjour , Moi aussi j’étais artisan en eurl, au bout de 7 ans j’ai fermer pour les mêmes
    raisons , trop de racket du rsi , le seule organisme qui t’envoie un certificat en fin d’année pour te dire que tu est à jour de tes cotisations , et qui 2 jours après te racket de 850 € payable de suite "après RECALCULE" , recalcule de quoi, Bande de BA........
    1 an après ma fermeture , je paye toujours mes cotisations et j’attends la dernière échéance d(un montant variable , je crève la dalle , j’ai droit à aucune aide pendant 1 an après la fermeture de ma boite et faut continuer à payer . FUCK le système. MAIS tu peut demander au rsi de changer de mode de calcul pour payer que la santé et PAS le retraite , demande à un comptable , c’est faisable , je l’ai fait et mes contisations sont passé de 18 000 € à 1600 par an , mais trop Tard .
    Courage .

     

    • J’étais patron de PME il y a quelques années. Même constat. J’en ai d’ailleurs tellement bavé que j’ai fini un temps en HP. Bilan, j’ai été gavé de cachetons, et même si j’en suis sorti, çà n’a pas été sans ’lourdes) pertes.
      A la fin, on devient comme un animal sauvage acculé dans un coin (je sens le jeu de mot que certains feront....et c’est presque çà). On finit par avoir peur de tout, on développe le "syndrome Thévenoux" (j’osais même plus ouvrir mes courriers). Voilà voilà, pour moi, m’en sortir, çà a été, en fin de compte, de me retrouver, en bataillant sec avec mes dernières volontés, dans un boulot inintéressant payé au smic.
      Quand je pense aux efforts d’une vie, pour faire des études, monter une boite, florissante, et finir comme çà. Pour moi, c’est foutu, je n’aurai plus jamais le courage de bouger, je suis devenu un bon petit esclave lobotomisé.


  • #1472637

    La révolte, c’est bien beau, mais ’faut pas faire comme ces cons de CGTistes qui emmerdent le peuple au lieu de monter foutre le feu à l’Élysée, au Parlement Européen, et aux banques.

     

  • le hollandisme révolutionnaire !
    bravo todd ! grosse analyse de "rebel pré -electorale" !
    quelle sincérité !


  • triste histoire que d’être piégé par le RSI.

    de part mon job (voici l’astuce) :

    Je conseille au créateur d’avoir le statut de micro entrepreneur (donc déclaration d’après le CA , le RSI est là mais généralement ACCRE)

    soit création d’une SAS ou SASU, le président se fait un bulletin de salaire (idem salarie sauf cotisation pole emploi).

    si manque de trésorerie, pas de bulletin pas de versement, je fais une régularisation par un PV d’assemblé.

    ne pas se décourager.

     

    • #1472701

      auto entrepreneur ? il faut d’abord bien penser à cocher la case prélèvement trimestriel autrement tu as le RSI sur le dos immédiatement. ensuite cela ne marche que trois ans, tu dois alors changer de statut, et à ce moment là il vaut mieux arrêter car ça fait très mal.


  • J’ai bien lu tous vos commentaires, mais je pense que vous ne vous êtes pas suffisammemt abreuvés de Egalite et Reconciliation aux cours des derniers mois, puisque personne ne parle de Thierry Borne qui s’est courageusement affranchi du RSI depuis 6 ans, malgré toutes les pressions qu’il a subi de l’état. Il avait entièrement droit de le faire, et il l’a fait, les loi de l’union Européennes et de Bruxelles sont supérieures aux lois françaises.
    Il a pris une assurance Europeenne qui lui permet de cotiser pour une avoir une retraite respectable, de cotiser pour sa maladie qui ne lui compte que très peu de jours de carence avant d’être remboursé correctement de ses frais médicaux, et qui lui assure un revenu de remplacement raisonnable en cas de maladie. Avec le RSI ou l’ursaff, vous n’avez que les miettes en cas de retraite et en cas de maladie, et puis c’est 3 mois de jours de carences avant de commencer à percevoir des revenus fin du 4ème mois. Autant dire qu’un auto entrepreneur n’a pas le droit d’etre malade, parce qu’il ne peut pas s’absenter 3 mois de son travail.
    Voilà l’exemple à suivre. Moi, je vais bientôt monter ma société, et je ferai comme lui. Maintenant, si vous voulez continuer a etre les loufias du gouvernement, des fonctionnaires, des régimes spéciaux, des collectivités territoriales, des expatriés qui se gavent, et ne savent pas ce que veut dire objectif de productivite dans le travail, alors continuer à cotiser au RSI.
    Vous ne faites qu’entretenir un système dont vous êtes les esclaves, alors que vous êtes la principale source de production et d’enrichissement de l’état au profit de leurs petits protégés.

     

    • Si j’ai bien suivi E&R ces derniers temps, il apparait que M. Borne est réfugié en Suisse, son entreprise a été réquisitionnée et il a une dette fiscale énorme.

      Je ne suis pas sûr que ce soit l’exemple à suivre ....


    • #1473002

      Les prémisses étant erronées, la conclusion se casse le bec, c’est automatique. Les cotisations RSI ne sont pas liées "aux salaires de l’entrepreneur, mais aux revenus générés par l’activité professionnelle. Les appels ou avis de paiement (cotisations RSI) sont bien trop souvent erronés. Le RSI observe le chiffre d’affaire et réclame pas moins de 50 % de ce dernier. C’est ce qui est arrivé à mon beau frère qui a vainement tenté de se rapprocher d’un interlocuteur RSI en accomplissant les diligences nécessaires sans jamais avoir reçu de réponse nette et précise. Le RSI joue sur l’ambiguïté et la nébuleuse complexité du rôle et des fonctions attribués par l’état aux divers organisme sociaux pour enfumer le travailleur indépendant. Comment se retrouver face à un fatras administratif tentaculaire alors que le travailleur n’est pas rompu à cette matière (droit de la sécurité sociale) ou à entamer un bras de fer avec une organisation à compétence nationale.

      Il y a très peu d’avocats spécialisés dans la branche du droit social, ce qui arrange les petites affaires du RSI.


  • #1472685

    Voila dans quel pays on vit , ils ont créé une société de faillite et
    en plus , tous ces grippes sous exigent le paiement immédiat .

    Les fainéants , les trafiquant en tout genre sont mieux considérés ,
    on ne leur refuse pas les aides multiples par le biais d’associations
    bidon et politisées....

    C’est la France à l’envers....pauvre pays , Bruxelles nous aura détruits !


  • Bonjour à tous,

    Une vraie question que je me pose. Le RSI représente environ 45% du salaire net reçu par l’indépendant. En comparaison, sur le salaire net d’un salarié, il faut ajouter environ 25% de charges sociales (salaire brut), et plus de 40% de charges patronales, soit environ 75% par rapport au salaire net. Du coup, si c’est bien ce schéma, je vois pas du tout en quoi le RSI serait particulièrement injuste ?

    Le gros piège du RSI, c’est surtout les premières années où, faute d’information sur l’activité, ils appliquent un forfait qui peut faire mal (ou inversement être inférieur à la somme due avec un retour de bâton les années suivantes). Mais sinon, il "suffit" de provisionner la somme correspondant aux cotisations payées par tout travailleur ? Concrètement, si on peut se verser un salaire brut de 1400 euros, se verser un salaire de 1000 euros et provisionner les 400 qui seront prélevés par la suite.

    Je suis vraiment perplexe, n’hésitez pas à m’aider à comprendre où est le problème. Je peux comprendre que l’idée d’être autant imposé est du à avaler, mais par contre, je n’arrive pas à voir en quoi le RSI est plus injuste que le reste du système. Au contraire, quand on compare, on voit 45% pour l’indépendant, contre 75% pour le salarié (à la charge du patron certes).

    Merci pour votre aide

    Bonne soirée

     

    • #1472787

      Bonsoir,
      Plusieurs différences :
      Pas de chômage pour les indépendants.
      Pas la même retraite.
      L’indépendant fait en moyenne 55h de travail par semaine sur le terrain et 25h au bureau (devis, factures, etc) soit en gros 80h pour 1200€ net par mois. soit 2400€ brut (sans droit au chômage, et aux congé payé. Mouarf les congé payé, j’ai 30 ans et je n’ai jamais connu !)
      Sinon l’employé, il a pas la pression des clients, des fournisseurs, des créancier. De savoir si il vas pouvoir toucher un salaire le mois prochain (plus pour tres longtemps :x).De se faire voler ou dégrader son matériel, ses outils de travail.
      Dans certains cas extrême, il y a mème des indépendants à qui on interdit d’exercer leurs profession. Il y a même des décrets et des arrêtés qui sont publiés pour ça !


    • Vous comparez des pommes et des bananes :

      _En étant assujetti au RSI, vous n’avez pas droit au chômage.

      _7 jours de carence en cas de maladie après lesquels vous serez indemnisés à hauteur de 20 euros par jour (ce qui ne vous permettra pas de faire face aux charges de votre entreprise).
      Concrètement même avec la grippe et 40 de fièvre, je bosse.

      _Même si vous ne vous payez pas, vous payez quand même des cotisations sociales, sans pour autant cotiser pour la retraite. Un salarié avec 0 euros de salaire paie-t-il du "brut" ?

      _Le RSI est dysfonctionnel et passe son temps à produire des appels de cotisations délirants assortis de menaces via huissiers, blocages de compte en banque, de plus lorsque vous cherchez à les joindre l’appel est payant.
      Ceci a de lourdes conséquences morales pour ceux qui essaient de créer quelque chose.La sécurité sociale vous harcèle-t-elle lorsque vous êtes salarié ? J’en doute.

      Pour finir, si vous vous versez 1400 euros "bruts", il faudra provisionner 45% soit 630 euros (pour moi c’est plutôt 48% mais bon), soit un salaire net de 770 euros et pas 1000, votre calcul est erroné.

      Espérant avoir en partie répondu à vos interrogations, je vous souhaite également une bonne soirée.


    • Un grand merci pour vos réponses très éclairantes.

      Pour info, je suis également entrepreneur depuis quelques mois maintenant, je n’ai encore aucun recul sur cet aspect, mais ça me préoccupe beaucoup au vu de tout ce que l’on peut entendre à ce sujet, et notamment sur ER.
      C’est vrai qu’au début, quand on met en place son modèle et qu’on oublie de prendre en compte les cotisations, ça fait mal :o

      On a vite compris de toute façon qu’on se faisait voler à tous les niveaux (greffe, chambre des métiers (c’est quoi ce truc !!), publications, ...)

      Ceci dit, d’un point de vue purement chiffres avec un taux de base à 45%, en ajoutant une assurance chômage 5%, et une complémentaire digne de ce nom (10/15% ?), on arrive à 65/70%, qqc d’équivalent aux salariés.
      A la limite, peut-être faudrait-il amener le taux au même niveau qu’un salarié pour offrir le même niveau de services non ?
      Sur le principe même, si on vivait dans un monde parfait, dans lequel l’argent est sainement redistribué (financement des infrastructures, des services sociaux, médicaux, retraites, etc.), je pense qu’on est d’accord pour dire qu’il est juste ?

      Sur le caractère procédurier, sur les dysfonctionnements intrinsèques de la structure, j’imagine la calamité, mais l’origine est toujours la même : les règles sont établies et appliquées par des personnes qui ne connaissent pas le monde de l’entreprise. La procédure en elle-même est leur raison d’exister., le formulaire M2 à remplir en trois exemplaires, leur outil de travail.

      Pour prolonger un peu la réflexion, le problème du RSI se pose probablement plus aux "petits" indépendants, qui ont un chiffre d’affaires un peu trop élevé pour être auto-entrepreneurs, mais qui ne gagnent pas suffisamment pour ne pas être étouffer par les charges (puisque le taux n’est pas dégressif mais uniquement proportionnel aux revenus (ce qui est une injustice fondamentale de notre système (sur le même principe que la TVA))) ?

      Amicalement


    • Un salarié payé 1000€ brut touchera environ 750€ net. L’employeur devra verser à peu près 400€ de charges patronales (coût total pour le patron : 1400€).
      Le salarié touche 750€ sur 1400€ soit environ 55% et un taux de prélèvement de 45%
      C’est globalement la même chose pour un TNS (travailleur non salarié), sauf que lui n’a pas droit au chômage.
      Le jeune homme de la vidéo est dans la mouise surtout parce que ses clients ne le payent pas. Il devrait plutôt faire une vidéo contre les salauds qui font travailler les artisans et qui après usent de tous les artifices pour ne pas payer. C’est là que la justice française, en étant plus rapide et plus simple, pourrait aider tous ces artisans... Mais la justice française préfère s’attaquer à la mal pensance plutôt qu’aux mauvais payeurs.


  • #1472727

    La cause qui lie les indépendants contre le RSI est juste ! Ce système est un véritable scandale qui empêche littéralement de très nombreux entrepreneurs prospères de faire des affaires de manière parfaitement honnête.
    De manière générale, le système social à la française qui part d’un bon sentiment et d’une volonté de protéger toute la population contre les aléas de la vie est devenu une véritable arme contre la population, l’empêchant de prospérer et l’incitant à la passivité.

    Pourquoi devrait-on être obligé de cotiser à des caisses dont tout le monde sait qu’elles sont des puits sans-fond, sources de corruption, de détournements en tous genres ?

    Un simple exemple de la stupidité de notre système ; prenons l’exemple d’une personne qui a travaillé pendant 40 ans pour un salaire moyen, comme il en existe beaucoup dans notre pays, arrivé 65 ans, la maison est presque fini de payer, les enfants ont pris leur envol.

    Dans le système par répartition, la retraite sera simplement une continuation de la vie salariale, un salaire tous les mois, pas de quoi être riche, mais ça permet de vivre tranquillement...

    Alors que dans le système capitalistique, cette personne se retrouve avec un pactole de plus d’un million d’euros net (j’ai estimé ça par rapport à ma fiche de paye - en additionnant les cotisations patronales+salariales sur les lignes Assurance Vieillesse Tot. + Assurance Vieillesse TA + Ret. ARRCO TA IPRIS APC, j’arrive à 700€/mois ; après j’ai fait une simulation de placement dans le privé sur 40 ans en donnant 700€ par mois, j’obtiens 1.100.000€).

    C’est donc tout à faire différent ! Dans un cas, vous créez des vieux rabougris à la retraite ; dans l’autre cas, le retraité se retrouve investisseur, acteur de la vie économique, il place ses intérêts et cela l’oblige à s’intéresser aux choses de la réalité. Cela créé aussi un capital interne au pays, c’est très important.

    Enfin, songez à la personne qui meurt à 65 ans... cette personne aura cotisée pendant 40 ans, créé un capital de plus d’un million d’€ auquel il ne pourra jamais accéder, ni faire profiter ses enfants : c’est tout bonnement scandaleux à mon avis !

    Les gens de notre pays sont assis sur de l’or, les salaires sont très importants en France, mais l’État est un mastodonte qui pille tout, aspire tout, détruit tout : le socialisme dans toute sa splendeur !

     

    • Bravo jojolapin


    • #1473864

      jojolapin : +10

      Le système par répartition est une chaine de Ponzi, la jeune génération va cotiser pour rien toucher car tout s’effondra.

      Par ailleurs le SOCIALISME TUE, il suffit de voir ce que fait le socialisme pilleur des richesses au Venezuela !

      Mon message n’est pas tellement "Gauche du Travail" mais il y en a mare de bossé pour l’Etat et vivre dans un pays collectiviste.

      En France tout le monde pourrait être millionnaire a 65 ans comme vous le dites.

      Je pense malheureusement que mon message sera censuré...


  • montez ou changez vos status en SAS ou SASU...
    c’est un peu plus cher, mais au final c’est le rsi qui va l’avoir dans le cul.
    ou alors affranchissez vous du rsi pour une assurance europeenne...c’est plus compliqué et long....
    mais bougez vous...


  • C’est bien de se réveiller en 2016 mais Jean-Marie Le Pen dénonçait déjà le fiscalisme depuis les années 1980 et se faisait traité d’ultra-libéral et de fesciste par la gauche que les gens soutenaient.

     

    • #1473269

      En effet. Jean-Marie Le Pen proposait de bonnes alternatives. Contrairement à l’idée populaire, bien qu’il voulait diminuer au minimum l’impôt sur le revenu, il n’a jamais été un ultra-libéral ; il y a une marge entre un Reagan étasunien et un « Reagan Français » (le surnom qu’il s’était attribué à l’époque). En fait, il proposait de réduire considérablement les dépenses injustes et inutiles de l’état, mais n’a jamais voulu privatiser les secteurs de la santé et des services sociaux, au contraire. S’il avait été élu en 1997, nous n’en serions pas là, hélas..


  • #1472797

    si tu ne paies pas le RSI, ils feront intervenir un huissier ( que tu paiera de ta poche ), l’huissier va venir te prendre les sous dans ton compte, evidemment la banque prendra aussi des frais, et si tu n’as pas de sous dans ton compte c’est pas grave, la banque te collera quand meme les frais, et ils te prendront directement ton salaire. le rsi, les huissiers et les banques marchent mains dans la mains pour depouiller le peuple. Je n’ai pas peur de dire que je ne declarerais plus jamais au rsi, je prefere faire comme tout le monde ( avocat medecin infirmiere commerçant....) c’est à dire faire du black.


  • #1472879

    Cela me rappelle un fromager qui fait les marchés avec son camion-magasin qui nous racontait qu’il gagnait moins que le Smic avec son activité. Il continuait à bosser parce que sa femme est prof (le foyer pouvait vivoter sur le salaire de sa femme) et qu’il fallait bien qu’il fasse quelque chose de ses journées...


  • #1472881

    Le RSI n’est rien d’autre qu’un vulgaire vol, mais légal... Ce n’est malheureusement pas en France que les jeunes entrepreneurs vont réussir économiquement.. Il serait temps que le peuple dans sa majorité dénonce l’étatisation quasi extrême de ce pays.. On est très loin du temps du Général De Gaulle où il y avait un juste équilibre entre la gauche et la droite..


  • Le RSI opere avec 30% de frais de fonctionnement alors qu’une entreprise du CAC40 c’est 6-8%. On pourrait donc l’abaisser de 20%.

     

  • "La réforme du RSI a 10 ans, et ses bugs informatiques et humains persistent."

    Et c’est volontaire puisque l’objectif, les faits le démontrent (fiscalité, réglementation, législation,coercition) de détruire intégralement le secteur productif.


  • #1472983

    Une pseudodémocratie bolchévique molle (pour l’instant) en phase de dékoulakisation molle avec ses victimes ’classiques’ agriculteurs propriétaires, entrepreneurs privés, négociants et commerçants indépendants. Le ’grand bond en avant’ avec euthanasie des épargnants et des productifs au profit des racketteurs au pouvoir et de leurs patrons.


  • #1473029

    Bonjour, je me suis récemment penché sur les travaux de Karl Marx via un fort intérêt pour Francis Cousin lui même suscité par la relégation de ses conférences par E&R et de nombreuses réponses pour ne pas dire toutes se trouvent dans le livre : " Le capital : Critique de l économie politique" de Karl Marx. Je n ai pas la prétention d expliquer son oeuvre mais ce que j en ai compris c est que grossièrement ce système est par essence pervers du fait que l argent au delà d être un étalon pour la valeur d une marchandise et un outil de paiement est surtout une relation sociale, un rapport de dominant dominé où la valeur de la marchandise est fixée par l extorsion de la plus value non payé au producteur soit son exploitation, la différence entre son salaire et le chiffre d affaire qu il produit soit c est le temps de travail cristallisé en la marchandise qui fixe sa valeur une fois retiré le cout de production au prix de vente. Ce qui ne peut en aucun cas être a l équilibre puisque c est contraire a sa nature même, et du fait que cet argent est incontrôlable jamais on ne pourra "rectifier" ses inégalités d ou les mensonges perpetuelles du pouvoir politique qui promet la lune au début mais dont le bilan est toujours pire a la fin de chaque mandat, la marche de l accroissement des inégalités est inexorable. Si quelqu un voit dans ce que je viens de dire une erreur qu il me corrige immédiatement le concept est bien plus complexe et profond que ca et je ne suis pas sur de m avoir parfaitement saisi mais dans l esprit il m a semblé que c était cela.

     

    • #1473070

      Ce commentaire est très important.

      Et j’y ajoute une question ; chaque composante du mouvement nationaliste, de la dissidence, des forces variées (des cathos aux anciens communistes) est-elle capable de prendre position par rapport aux analyses marxistes ? Et d’en tirer, dans des programmes clairs, des conséquences claires ?


  • De tout coeur avec toi ! courage poto , et reveillons nous ! laissons les mort-vivants enterrer les mort-vivants et changeons de monde.


  • #1473800

    Mon père tient un Bar restaurant depuis 25ans dans un village de 320 Habitants. Il est tout seul à travailler, il déclare environ 15 000€ aux impôts, le RSI lui réclame 19 000€ à payer avant la fin de l’année !! Chercher l’erreur ! Le gouvernement Français est en phase terminale du projet d’anéantir tous les petits entrepreneurs pour faire place aux grosses structures. Terminer le petit Plombier, le boucher, le boulanger, l’artisan peintre...on sera tous obligé de consommer en grande surface, de manger dans des chaines de restauration, de faire ces travaux via des groupes comme EIFFAGE, VINCI, ENGIE... La France agonise depuis Mai 42, elle va bientôt s’effondrer !


  • Rsi, pour les artisans - commerçants et d’autres indépendants, Msa pour les agriculteurs, aidés par le fisc, ces organismes ruinent cyniquement les petits indépendants pour faire place nette devant les grosses boites .....
    Comment s’étonner alors que de nombreux indépendants cessent leur activité et deviennent chômeurs à vie pour ne plus supporter une telle injustice ???


  • "Ces gens-là" ce sont ceux pour qui tu as voté.


  • #1474083

    Un peu de chronologie, l’exode rural et peu après, le cidunati défendant les petits commerçants qui commençaient de crever pour laisser la place au grandes surfaces .l’état tapa dur sur cette catégorie
    L’exode rural pour dépouiller la plèbe, son lien charnel à la terre nourricière et propre, jetée en pâture au machinisme , pesticides, lui faire perdre son autonomie alimentaire sa fierté, ce qui fait la liberté est la subsistance qu’elle doit produire elle même, le seul devoir. Pas de faux métiers avilis par le leurre du gagner plus.
    Dans notre civilisation tout se vend et s’achète , la majorité s’imagine que le salaire rend libre alors qu’il fait l’esclave.
    Le tour de vis continue untel veut être travailleur indépendant, le système l’épuise avec règlements et rackets de toutes sortes pour un seul but le servage qui n’a rien a voir a celui du moyen âge, étrangement similaire à l’esclave romain mais sans espoir d’affranchissement ni pour soi ou sa descendance puisque les guerres modernes déportent un flux incessant de réfugiés casseurs de salaires, qui remplaceront ceux intoxiqués par le modernisme ne sachant plus se reproduire ni se battre, sans la cohésion, et la capacité d’analyse que possède nos exploiteurs.


Commentaires suivants