Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Le délit de consultation "habituelle" des sites djihadistes rétabli

Le 10 février 2017, le Conseil constitutionnel avait jugé qu’un article de la loi de juin 2016 qui sanctionnant le délit de consultation « habituelle » de sites djihadistes portait atteinte aux libertés fondamentales et l’avait ainsi annulé. Trois jours plus tard, plusieurs députés et sénateurs ont décidé de le réécrire.

 

Le but est de rétablir le délit de consultation « habituelle » de sites djihadistes. L’article ayant été censuré par le Conseil constitutionnel, plusieurs députés et sénateurs, de droite et de gauche, ont décidé de le réintégrer, réécrit, dans le projet de loi sécurité publique.

Une volonté qui interroge puisque les « Sages » du Conseil constitutionnel avaient bien stipulé que la France était déjà dotée d’un arsenal législatif conséquent pour lutter contre le terrorisme.

Cette réécriture est poussée par le président Les Républicains de la commission des Lois du Sénat, Philippe Bas, et a été acceptée par la majorité de gauche de l’Assemblée bien qu’elle le juge « toujours fragile juridiquement », selon le député PS Pascal Popelin, et qu’il existe selon lui « d’autres outils plus efficaces, comme le délit d’entreprise terroriste individuelle ».

Le texte doit maintenant être voté une dernière fois par les deux chambres mercredi à l’Assemblée et jeudi au Sénat.

En lien, sur E&R :

Sur la notion de terrorisme, chez Kontre Kulture :

À lire pour lutter efficacement contre le djihadisme,
chez Kontre Kulture :

 

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

12 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.