Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Le malade imaginaire – Un vent de folie souffle sur la justice grenobloise

L’édito du directeur adjoint de la publication d’E&R

Photo : maître Bernard Ripert,
avocat au barreau de Grenoble

 

 

Pour un patient pas scientifique, mieux vaut un médecin patient, qu’un soi-disant médecin, impatient de servir une justice expéditive.

Maître Bernard Ripert, avocat, vient d’en faire la triste expérience.

À l’initiative du procureur de la République près le Tribunal de grande instance de Grenoble, il a été interné de force à l’hôpital psychiatrique de Bassens, pendant deux jours et deux nuits, sur l’avis de l’expert psychiatre requis à cet effet, qui en a donc décidé au motif que, je cite :

« Monsieur Ripert est une personne présentant des troubles mentaux qui nécessitent son placement sous contrainte en hôpital psychiatrique. Je considère qu’il représente un danger pour lui-même et les autres. »

Il faut dire aussi qu’il l’avait bien cherché, le bougre. Bernard Ripert, c’est l’avocat d’Action directe, c’est l’avocat d’Antonio Ferrara, et c’est l’avocat d’Ilich Ramírez-Sánchez, dit « le terroriste Carlos », le témoin de mariage de mon conjoint, Alfredo Straniéri, dit « le tueur aux petites annonces », alias « l’escroc du Siècle », « Bichon » pour les intimes. Donc déjà, il y a un problème.

Et deuxièmement, ce vendredi 13 mai 2016, en plein palais de justice, et en pleine audience, Maître Bernard Ripert a dévisagé un juge ; « aurait » dévisagé un juge : on n’en est même pas sûr.

C’est ce regard, qui a été perçu par le procureur de la République comme « extrêmement menaçant », qui a justifié l’ouverture de la procédure, pour « intimidation envers un magistrat ».

Ah merde !

Bon, la Reine, en Angleterre, on n’a pas le droit de la toucher, ça je savais. Mais qu’en France, pays des droits de l’homme, le simple fait de regarder un juge peut nous valoir d’être poursuivi pour « intimidation envers un magistrat », ça, très sincèrement, je l’ignorais.

Et visiblement je ne suis pas le seul. Par exemple, pour Maître Gallo, l’avocat de Bernard Ripert :

« Accorder à un regard une valeur d’intimidation, c’est la démonstration d’un délire paranoïaque de l’institution judiciaire. »

Et alors pour Rose-Marie Ripert, son épouse, à Nanar, là clairement :

« C’est écœurant. Hallucinant. Ce sont des pratiques d’une autre époque. »

 

Attention ! Quelque part, je la comprends. Avant d’être interné de force en hôpital psychiatrique, son mari a d’abord été interpellé à leur domicile, à 6 heures du matin, puis c’est menotté qu’il a été conduit à l’hôtel de police, où il a été placé en garde-à-vue. Elle raconte :

« Une dizaine de policiers ont déboulé à notre domicile. Une voiture de la BAC bloquait la rue. C’était impressionnant. Ils sont entrés dans notre chambre et ils l’ont embarqué. »

En outre, la loi ne donne pas au procureur de la République le pouvoir d’ordonner un internement : seul le préfet peut le faire. Et attendez : ce n’est pas fini ! Pour que l’internement puisse être ordonné, il ne faut pas l’avis d’un seul expert psychiatre, comme le procureur de Grenoble s’en est contenté, il faut un avis concordant donné par deux experts psychiatres différents.

Dès lors, en ordonnant l’internement de force de Bernard Ripert, alors que la loi ne lui en donne pas la compétence, et ceci qui plus est sur l’avis d’un seul expert psychiatre, le procureur de Grenoble s’est rendu coupable, en tant que complice, par abus d’autorité et de pouvoir, du délit de privation illégale de liberté, et du délit de mesure mettant en échec de l’exécution de la loi, en tant qu’auteur, lui qui s’est octroyé, dans l’exercice de ses fonctions, une compétence (ordonner un internement) que la loi confère uniquement au Préfet, et non pas au procureur de la République.

Du coup, c’est bien gentil les copains, de vous offusquer avec véhémence, de réagir vigoureusement au traitement dont a bénéficié votre confrère (suite à son interpellation, les avocats du Barreau de Grenoble ont adressé à leur Bâtonnier une lettre commune de vive protestation), et pareillement pour le Conseil de l’Ordre, qui lui a exprimé sa « sidération devant les conditions d’arrestation », et qui a dénoncé de manière solennelle « les moyens disproportionnés qui ont été mis en œuvre » et « une volonté indéniable d’anéantissement personnel et professionnel d’un avocat ».

Et c’est vachement culotté, également, les gars, comme riposte, de vous être réunis, mardi, en robe, devant le tribunal, pour affirmer votre soutien à Bernard Ripert, et pour vous opposer sèchement à « un contexte de dégradation massive des relations entre l’institution judiciaire et les avocats ».

Mais, hé ! Maintenant que vous avez ainsi magnifiquement et courageusement obtenu, bravo, sa libération (le préfet a fait cesser son internement), et étant donné qu’à en croire le journal Le Dauphiné (« libéré » lui aussi), maître Ripert serait « plus remonté que jamais », faîtes plutôt délivrer contre le procureur de Grenoble, et immédiatement, une citation directe en correctionnelle, du chef des deux délits susdits, délits dont il s’est rendu coupable d’une façon autant manifestement incontestable, qu’il est absolument patent, que diable, que certains passages de Mein Kampf apparaissent quelque peu inamicaux envers le Peuple élu, voire carrément résolument antisémites.

Germain Gaiffe-Cohen, directeur adjoint de la publication d’E&R
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

28 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Mieux vaut avoir le regard vide !


  • La psychiatrisation des individus un peu trop remuant est l’arme ultime des larbins de l’oligarchie. Quand l’accusation d’antisémitisme -qui n’est qu’un mot vide de sens- ne fonctionnera plus comme moyen d’exclusion des opposants, on passera à la psychiatrisation : Les fameux "cerveaux malades" si cher à Patrick La-Liste-Cohen !

    CQFD

     

    • C’est le cas pour certaines mères dont les enfants ont subi des abus sexuels (père, oncle, voire en groupe, ...) parfois en très bas âge. Initialement la mère commence à avoir des doutes, puis les enfants racontent avec leurs mots des choses effroyables qu’ils ne sont pas censés savoir. Visite chez le médecin, qui confirme des pénétrations. Police, justice, et là la machine s’emballe.

      Il y a tout un processus. Des associations missionnées (sauf exceptions comme WantedPedo) se prétendant venir en aide aux mères en question, leur conseille par exemple de quitter immédiatement le foyer, de fuir le bourreau si le père est en cause... abandon de foyer avec enfant(s).

      Puis de fil en aiguille, et avec l’aide d’un "psy" (ce sont toujours les mêmes noms qui reviennent selon la localité) et avec l’aide de quelques loges, c’est la mère qui est accusée de paranoïa ou de procédure abusive, ils la font passer pour folle, les enfants lui sont retirés, confiés à leur père. Combien d’affaires de ce genre en France, Italie, Portugal, Belgique, ... Et l’Ordre des Médecins n’apprécie pas non plus que le sujet tabou soit abordé ou trop ébruité, des médecins en ont fait les frais.

      A propos de médecins, il y en a un qui est devenu ministre de la culture, de la santé et des affaires étrangères, et qui lorsqu’il entrait au Palais Bourbon, entendait ses collègues chuchoter, rire, en choeur avec ces mots : "Mamounia ! Mamounia !"


  • C’est comme sous l’empire soviétique : des internements en hôpital psychiatrique... sous couvert de spécialistes et d’experts... et bientôt des goulags, pour dissidents et autres résistants.
    Là, nous avons vraiment besoin de l’aide du Bon-Dieu !
    Haut Les Cœurs !


  • Il faut rappeler qu’il est reproché à Maître Ripert d’avoir voulu intimider un magistrat " du regard".
    Oui, oui vous avez bien lu maitre Ripert a regardé mauvais un magistrat. Après le délit d’intention, le délit de pensée, voici le délit de " regard"...

    Se xomportant comme des petites racailles de quartier, que ces mêmes magistrats auront à juger. Que dire alors à ces petites frappes qui auront mis des coups de cutter parce qu’on les a " mal regardés".

    On a la justice qu’on mérite....Mais je vais m’arrêter la habitant cette zone de non droit qu’est Grenoble, j’ai pas envie de passer le week-end en hp...


  • Décidément, le "pouvoir" ne recule plus devant rien pour intimider les gens qui contestent sa mainmise sur la société ..... Depuis quelques temps, on constate que de nombreux avocats sont empêchés d’exercer leur activité professionnelle sous des prétextes variés ..... Et bizarrement, les "défenseurs des droits de l’homme" sont totalement inaudibles !!!

     

    • Je suis avocat en belgique et le constat est le meme : le juges et le parquet ne nous laissent plus plaider en droit, défendre nos clients... ils nous attaquent personnellement et nos clients prennent cher si notre plaidoirie ne se limite pas à se vautrer dans l’autoflagellation !


  • Oui, moi aussi, je suis curieuse de savoir si une action en justice va se faire à l’encontre du Procureur de la Répubique ...
    Mo’Truckin’.


  • Regarder une racaille d’en bas dans les yeux dans le métro peut vous attirer des ennuis, y compris si votre regard est vide car vous pensez à autre chose !

    Son ego est tellement démesuré, sûr de lui, que son inconscient overdosé de terreurs, d’angoisses, de suspicions pour tout ce qui bouge, que la bête réfugiée dans son inconscient - Ténèbres non éclairées - parvient à sortir de sa cage, de son comportement policé, celui-ci sachant habituellement retenir .... la bête. Du coup, elle sort au point qu’il se méprend en vous injuriant rageusement voire agresser.

    Idem pour cette racaille d’en haut. Parvenue - tous les sens du terme - à un tel degré d’orgueil, de vanité et de mépris du Peuple qu’elle en oublie le b.a.-b.a. de la Justice à savoir que la fonction prime la personne.

    Le Maître plaide mais la personne de M. Bernard Ripert n’est pas le centre de la plaidoirie. L’avocat impersonnel, OUI.

    Au travers de l’avocat, de la fonction, le Maître règne .... avec le Christ intérieur, celui de tous et particulier en chacun ! D’où l’adjonction de Maître comme pour Monsieur (contraction de MonSeigneur en référence au Seigneur Présent en chacun mais évacué hélas ! depuis fort longtemps.)

    Maître Bernard Ripert, défenseur des clients et causes dans-le-collimateur-du-pouvoir  : ça ne plaît pas !

    Eût-il fallu qu’Action directe, Antonio Ferrara, Ilich Ramírez-Sánchez, dit « le terroriste Carlos », n’aient pas d’avocat du tout ! Qu’aucun citoyen qu’il fusse avocat ou non, soit le témoin de mariage de M. Alfredo Straniéri au risque et périls de représailles insidieuses pour tous les justiciables ?

    Dans quelle république sommes-nous ?

    Ce « procureur » règle-t-il ses comptes personnels ici, directement dans le prétoire ? De plus, sur l’interprétation d’un regard supposé scrutateur ?

    Dans le miroir de ton âme, toi l’avocat-bêcheur*, ton Maître, ton frère en Droit, te contemplait. Il n’y scrutait plus la Miséricorde de la Catholique et Sainte Justice Divine mais l’acharnement des bêtes féroces dont tu es le joujou haineux au bout du rouleau !

    Effet miroir de l’esprit des lois sur la surveillance généralisée : n’est-ce pas déjà l’intention supposée d’un acte à commettre comme ce regard supposé scrutateur ?

    Nous sommes sur le même registre avec en plus, la stalinienne psy ....

    * procureur en argot

    Qui finira parano à l’asile ?

     

    • Merci pour votre message c’est très sympathique à lire et vous avez raison !


    • #1487505

      @noel
      Moi je conseille à tout le monde de marcher en espadrille la vie est plus belle plus douce à quand les espadrilles E&R ou Shoanana écolo-bio-compatible & EELV-développement-durable-équitable en association avec Max Havelaar, José Bovin, E.Cosse, Jean-Vincent Placé (et dans le désordre au choix),etc...
      Et pour éviter les petits désagréments dont tu nous parles !
      « Regarder une racaille d’en bas dans les yeux dans le métro peut vous attirer des ennuis, y compris si votre regard est vide car vous pensez à autre chose ! »
      (sur lesquels je suis d’accord avec toi camarade)
      Des espadrilles verte avec écrit dessus viva l’Algérie !
      Cordialement camarade...



      Confiteor Deo omnipotenti,
      beatæ Mariæ semper Virgini,
      beato Michæli Archangelo,
      beato Ioanni Baptistæ,
      sanctis Apostolis Petro et Paulo,
      omnibus Sanctis,
      et tibi, pater,
      quia peccavi nimis cogitatione,
      verbo et opere :
      Mea culpa, mea culpa, mea maxima culpa.

      Acte de contrition
      Mon Dieu, j’ai un très grand regret de Vous avoir offensé, parce que Vous êtes infiniment bon, infiniment aimable et que le péché Vous déplait. Je prends la ferme résolution avec le secours de Votre Sainte Grâce de ne plus Vous offenser et de faire pénitence




      Que Dieu te protège toi et les tiens


  • Totalement ridicule. Le procureur de la Ripoublique est censé représenter la société dans toute sa force régalienne, imperturbable, stoïque et inflexible. C’est donc un non-sens total de poursuivre cet avocat pour intimidation. Tous les jours des procureurs font face aux regards glaçants des prévenus. Pas un ne bronche. Ils apprennent à rester de marbre à l’école de formation. Cela aurait été plus sensé s’il s’agissait d’un magistrat du siège mais un procureur...non, non et non.


  • Ezra Pound a passé 13 ans en hôpital psychiatrique au USA pour avoir dénoncé à la radio italienne le rôle de l’hyper-classe financière dans la seconde guerre mondiale, soutenu le fascisme et dénoncé le rôle des élites juives dans l’hébraïsation de l’économie occidentale.
    « L’usure est le cancer du monde que seul le scalpel du fascisme peut extraire de la vie des nations. »


  • C’est l’empereur du Japon qu’il était interdit de regarder, même de loin ; tout le monde devait baisser les yeux devant lui.
    Le gorille non plus n’aime pas qu’on le regarde dans les yeux, et il entre aussitôt en fureur.

    Question :
    auquel de ces 2 précédents faut-il rapprocher le cas de ce juge, pour soigner sa pathologie ?

    Tentative de réponse : l’anonymat maintenu autour du nom de ce juge me fait éliminer la 1ere solution.


  • Décidement Dieudo a encore été prémonitoire avec son sketch sur le regard : "Trop tard...t’es flashé !"
    Hallucinant ! :-)


  • En 2003, dans son livre "La vendetta française", Sophie Coignard a relaté un grand nombre d’affaires où l’internement psychiatrique est présenté comme la méthode ultime pour se débarrasser définitivement d’un gêneur, notamment dans la magistrature.

    En effet, qui mieux qu’un magistrat sait que même condamné et emprisonné, un individu conserve des droits qui lui permettent de clamer son innocence et d’exercer des recours. Alors qu’un homme interné en hôpital psychiatrique n’est plus considéré comme responsable et perd ainsi nombre des moyens de défense dont bénéficie normalement tout citoyen....

     

  • Mais la justice on s’en fout !
    Ce qui compte c’est une apparence de justice !


  • Il nous faudrait un nouveau La Fontaine, pour décrire en vers le ridicule de ces personnages bouffis d’orgueil et de suffisance. Être moqués est ce que les "puissants" du moment détestent le plus, ils adorent être pris au sérieux et avoir les sans-dents à leurs pieds, alors qu’ils sont juste vaniteux et méprisables, utilisant leur fonction pour nuire à autrui et faire le mal. Va savoir s’ils n’y prennent pas leur pied.

     

  • Hmm, deux jours d’hopital psychiatrique pour un regard oblique... Et la gifle c’est combien Monsieur le Procureur ?

     

    • D’ou l’intérêt d’apprendre à causer leur jargon, pour n’y rester que deux heures. Tu leur donnes à manger ce qu’ils ont envie d’entendre dans ton registre de langue et tu les laisses t’identifier à ce qu’ils veulent... Et t’es rentré pour le dîner.

      Au passage t’auras mesuré la hauteur de la bêtise de l’arrogance.

      La condescendance c’est juteux et ça donne une valeur sociale !


    • #1490261

      Ce qui peut être plus inquiétant ce sont les saloperies qu’ils ont pu lui injecter . Quelques gouttes suffit pour détruire un cerveau.


  • Pour Jerome Safar (ancien adjoint a la culture), le maire coupable d’avoir osé rompre avec la société JC Decaux, doit "assumer non seulement ses choix, mais également les conséquences de ceux-ci."
    https://www.francebleu.fr/infos/pol...

     

  • Il est totalement impossible d’interner en France une personne pour un regard, qu’il soit douteux, enjoleur, defiant ou autre. D’autres elements cliniques probants issus d’un examen clinique complet et dont vous n’avez sans doute pas connaissance ont permis a l’Expert forcement inscrit près la Cour d’Appel de se prononcer et bien heureusement ! En garde a vue, un seul avis est demandé. Il faut relire le CPP et aussi la loi de juillet 2011 concernant les soins sous contrainte...

     

    • Heliotrope78, Vous sous-entendez que l’expert psychiatre est neutre en matière de justice. C’est faux. Le psychiatre est d’abord un justicier qui utilise des "armes" chimiques dans son coin. J’ affirme sans réserve que l’institution psychiatrique est un piège fait pour réduire la volonté et détruire la santé.
      Cet homme à eu une grande chance d’être sortie au bout du deuxième jour.

      J’insiste le fait que les psychiatres hospitaliers ont les pleins pouvoirs, aussi malveillants soit-ils.
      C’est un très très gros problème ; regardez les quelques reportages sur internet pour vous faire une petite idée. Savez vous que Me Ripert aurait pu recevoir sans consentement une injection intramusculaire de fluor (Trevista) dont la durée d’action est de 3 mois !!


    • Et au dessus c’est le soleil Helliotrope ? Le but de l’internement est de porter irrémédiablement atteinte à sa réputation auprès des biens pensants, des charlies et des ignorants comme toi, et même étonnamment de certains qui suivent ER pour le cas ou tu serais de bonne foi.
      D’abord il ne faut pas qu’un médecin soit expert pour rédiger un certificat d’internement. Ensuite c’est la police, c’est à dire l’OPJ suivant les ordres du procureur qui réquisitionne le médecin de son choix, et enfin c’est le procureur de la République qui établit la liste des "experts", et dans les longues procédures de sortie judiciaires les juges doivent nommer un expert dans cette liste. Les canailles sont connues, et ainsi le résultat de l’"expertise" est connu d’avance.
      Vu les conditions d’arrestation, l’avocat choqué a probablement protesté énergiquement et, pour le cas où il se serait présenté à lui, ce qui n’est classiquement pas fait, a refusé de parler au médecin interneur du procureur après lui avoir dit ses 4 vérités et en menaçant de procès. Il n’en faut pas plus pour obtenir un certificat de placement, même non circonstancié car les sous secrétaires de préfecture de permanence signent mécaniquement les arrêtés de placement, et c’est parti. Si le préfet a dû lever ensuite l’internement, c’est parce que les psychiatres de l’hôpital ont déjugé le petit médecin du procureur. Il a eu de la chance, il aurait pu tomber sur pire.Théoriquement point final, mais visiblement pas pour tout le monde. Et donc le mal est fait, de manière indélébile, le monde étant plein d’ignorants comme toi sur le fonctionnement de l’internement administratif, scorie des régimes totalitaires.


Commentaires suivants