Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

"Le nombre élevé de personnes radicalisées ne permet pas de suivi continu de chaque individu"

Le commissaire Alain Grignard, un des piliers de la lutte antiterroriste au sein de la police judiciaire fédérale (PJF) de Bruxelles, le disait déjà il y a un an dans une interview à CTC Sentinel, le prestigieux magazine du centre de lutte contre le terrorisme de l’Académie militaire de West Point (école de l’armée de terre des États-Unis, NdlR).

 

« Permettez-moi de décrire un scénario. Disons que nous avons trois extrémistes qui nous inquiètent. Nous demandons à un juge des écoutes. La barre est plus haute chez nous qu’aux États-Unis. Idem pour les informateurs. Si nous avons le feu vert, nous pourrions avoir à prioriser un des trois. Si on n’a pas de chance, on choisit le mauvais. C’est ce qui est arrivé en France », expliquait-il, en faisant référence aux frères Kouachi.

JPEG - 142.3 ko
Soldats belges patrouillant à Molenbeek

 

La menace est protéiforme

Et de prédire que, la prochaine fois, la Belgique pourrait ne pas avoir le brin de chance qui lui avait permis en janvier 2015 de démanteler la cellule de Verviers…

C’est là le volet policier. Du côté des services de renseignements, Patrick Calvar, directeur général de la DGSI (organe français que l’on peut comparer à notre Sûreté de l’État) allait dans le même sens lorsqu’il s’exprimait en mai à huis clos devant la commission d’enquête parlementaire sur les attentats de l’Assemblée nationale : « Aujourd’hui, plus de 800 personnes ont l’intention de se rendre en Syrie ; or mon service compte 3 500 personnes dont beaucoup ne sont pas impliquées dans la partie opérationnelle. »

Et de relever que la menace était protéiforme : à côté des 400 à 500 Français qui ont été formés ou ont combattu en Syrie et en Irak, capables de commettre des actions d’ampleur, comme celles du 13 novembre, la menace émanait aussi « d’individus qui voudraient agir mais n’en ont pas les moyens. Certains pourraient aller au-delà dans la mesure où ils sont issus des milieux de la délinquance et mener des actions de basse intensité, certes, mais qui n’en sont pas moins de nature à frapper les esprits ». Ce qui portait le nombre à 2 000 personnes.

Lire la suite de l’article sur lalibre.be

 


 

Terrorisme : les 13-14 ans des quartiers, ces « bombes à retardement »

« Aujourd’hui le religieux est partout  ». Vendredi matin, au micro d’Europe 1, Nadia Remadna ne mâche pas ses mots, et elle sait parfaitement de quoi elle parle. La présidente de l’association La Brigade des mères lutte depuis 2014 contre la montée des extrémismes religieux.

 

 

Dans son quartier de Sevran, en Seine-Saint-Denis, elle essaie d’apporter son soutien aux familles dont les enfants se radicalisent. Mais, impuissante, elle assiste au fléau qui se métastase. Car, malgré ses nombreux avertissements, son combat reste ignoré : « Cela fait des années que j’alerte. Mais le problème quand on alerte, c’est qu’on nous dit que le salafisme n’est pas un délit. »

 

Cours d’arabe ou cours coraniques ?

Pourtant, dans les quartiers difficiles, le salafisme se joue au quotidien. Le visage à peine masqué, il a progressé et s’est enraciné sans qu’aucun responsable politique ne s’en soit soucié, juge-t-elle, elle qui est en première ligne pour en constater l’avancée. « Très pessimiste », elle regrette avant tout ce manque de prise en considération des foyers de radicalisation qui laisse présager le pire : « Aujourd’hui ce qui me fait peur, ce sont ceux de 13-14 ans qui arrivent. Ce sont des bombes à retardement, puisqu’on n’a rien à côté. »

Lire la suite de l’article sur lepoint.fr

Radicalisation franco-belge sur lit de décomposition sociale, voir sur E&R :

Le libéralisme criminalise les déviances sociales qu’il produit,
lire sur Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

14 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Tout ce débat sur les moyens de lutte c’est de la merde. Réécouter Francis Cousin sur le terrorisme à travers ses multiples interventions récentes.
    L’état n’échoue pas à arrêter le djihadisme, il car il ne lutte tout simplement pas contre, il l’encadre, l’entretien, là-bas en Syrie comme ici en France, et de ce point de vue, il réussit.

    Comme le dit si bien Philippot ces temps-ci à la TV : l’état pourrait fermer les mosquées radicales, expulser les fichés S ou les emprisonner, interdire le financement étranger des mosquées, sortir de Schengen etc. Mais il ne le fait pas.

    Encore une fois non pas parce qu’il serait incompétent mais parce qu’il poursuit un projet politique de destruction de la France par ces luttes horizontales dont il tant besoin pour empêcher la révolution.

     

    • Merci. Il est parfaitement évident que ce que vous décrivez est ce qui se passe réellement . Il y a volonté délibérée de destruction de ce qui reste de ce pays, pour évincement et spoliation. Sur le fond, tout est orienté en ce sens, L’instrumentalisation des massacres(par des tueurs payés) fait partie de la stratégie d’ensemble. En dernière instance c’est le peuple Français de souche qui est visé ; d’abord par l’état profond puis par les complices qui le relaient dans les instances officielles apparentes. Il y a haute trahison assumée.


    • "expulser les fichés S ou les emprisonner"

      Oué pourquoi pas mais si ça se trouve t’es fiché S mon gars


  • Par contre ils sont parfaitement capables de suivre des millions d’entrepreneurs et de contribuables pour leur extorquer du pognon et massacrer les imprudents qui auraient fraudé quelques euros par ci et par là ! Ils sont capables de suivre chaque artisans pour s’assurer qu’ils appliquent à la lettre les normes de Bruxelles et les sanctionner dans le cas inverse...en fait dans ce pays des millions de Français se sentent surveillé et opprimé sauf quelques milliers de dingos radicalisés !

     

    • Tu peux aussi rajouter les automobilistes, y compris dans d’autres pays que celui d’origine.

      Même les médias mainstream (donc ça doit se retrouver via Google) avaient parlé, y a encore 1an ou 2 max, des moyens mis en place pour traquer les conducteurs étrangers ayant commis un excès de vitesse et les faire payer leur(s) amende(s) une fois rentrés chez eux.

      Allez je ferai ni mauvais esprit ni blague douteuse concernant un certain "camionneur récent"... mais bon j’en pense pas moins et je vous laisse imaginer...


    • C’est pas fait par des logiciels tout ça ? Monitorer des comptes c’est plutôt simple.

      Quand à massacrer les imprudents, je suis pas au courant du rétablissement de la peine de mort pour fraude...

      Le problème est qu’à partir du moment où tu fais du business, tu t’engages dans le système et le système fait en sorte que tu respectes les lois. Hors là, on est dans un cas d’écoute de particuliers : Diffèrente méthode, diffèrentes raisons, diffèrente juridiction. La comparaison est tentante quand tu rages contre le système, mais mauvaise.

      Je pense que si les ordres venaient de tout en haut ça serait fait illico. Mais là, la demande se fait du service de renseignement au juge, de bas en haut. Et dans ce cas là, notre loi est lourde et gêne le renseignement, car elle est supposée empêcher les abus. Notre république est un gruyère hypocrite permettant les abus d’en haut et empêchant le bon fonctionnement d’en bas.
      .


  • Oui enfin bon, quand un service étranger vous fournit la photo d’un terroriste 4 jours avant les attentats, ça doit quand même aider à trouver l’aiguille dans botte de foin...surtout que l’aiguille est fichée S...

     

  • "Un nombre élevé de personnes radicalisées qui ne peuvent plus être suivies", cela s’appelle des "ennemis". Une "armée ennemie", si vous voulez. Qu’en fait-on ? Voilà le problème.

    On peut essayer de les vaincre. On peut aussi capituler. Mais on ne fait pas des enquêtes et des procès à chaque ennemi et on ne les assigne pas devant un tribunal. On ne voit pas ce qu’un juge homme pacifique par excellence, occupé de ses minuscules affaires, peut faire puisque de toutes les manières, il est pris à parti et totalement partial puisque c’est la guerre et qu’il a intérêt à obéir à son gouvernement, s’il n’est pas mobilisé. Et il ne doit pas faire de politique !

    Ce qui n’empêche pas de traiter les ennemis selon les lois de la guerre, c’est à dire aussi humainement qu’on le souhaite, une fois qu’il est désarmé, et mieux en tous les cas que la manière dont on traite en France les "terroristes" que l’on se contente d’exterminer à la mode américaine.

    Pour terminer, je crains qu’une "garde nationale" composée, notamment, de jeunes musulmans pleins d’avenir et pétant de santé, (on ne va pas les exclure, tout de même !), ne rassure pas tout à fait le résidu de la population aigrie de vieux français racornis et bloqués sur des conceptions passéistes de la nation et qui n’admettent pas l’admirable évolution des choses..


  • c’est bien pour cela que les gouvernements européens vont continuer de faire entrer des centaines milliers de migrants ...avec l’aide des bobos (qui bien sur ne les hebergeront pas chez eux...) qui beugleront pour "accueillir", le temps d’une manifs à coup de selfies et de phrases lyophilisées préte à l’emploi à l’aide de quelques larmichettes , ces mémes migrants dans des conditions déprimantes .
    la bétise doit surement s’enseigner à la tv.


  • Une super puce RFID pour chaque personne habitant en France et en Navarre ?

    On y arrive, lentement mais surement...


  • Donc, la solution c’est de taper sur tous les musulmans sans distinction vu qu’on ne peut pas cibler les brebis galeuses. Elle est un peu grosse votre ficelle, les gars !!


  • bah au moins il peuvent les compter .
    mais nous annoncent que la guerre civile arrive de part leurs incompétences.


  • Le problème ça n’est pas le radicalisme, car ou commence t-il et sur quel critères ?
    Le point crucial est qui est capable de passer à l’act ?
    Vu qu’a chaque fois la police les trucide !
    Il faut les prendre vivant est tout deconstruire, depuis Khaled Kelkal (1995) nous aurions compris le cheminement.
    La justice c’est aussi comprendre !!!