Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Le professeur Faurisson bénéficie d’un non-lieu dans l’affaire de la chambre à gaz du Struthof

Le 10 février 2017, le tribunal de grande instance de Cusset (Allier) a rendu une fort curieuse ordonnance de non-lieu dans une affaire concernant des articles écrits par Robert Faurisson en 2013 et 2014 et portant sur la chambre à gaz du camp de Natzweiler-Struthof, en Alsace.

C’est un signalement de Gilles Winckler, responsable de la LICRA du Bas-Rhin (défendu par Me Burkatzki) qui a déclenché les poursuites le 20 février 2014. Le 19 novembre de la même année, une perquisition avait été menée au domicile du professeur Faurisson.

Les trois articles visés par Alexa Carpentier, vice-président chargé de l’instruction, datent respectivement du 30 mai 2013, du 12 août 2013 et du 9 avril 2014.

Ces articles se basaient sur les recherches que le docteur René Fabre, doyen de la Faculté de pharmacie de Paris, a menées en 1945 sur la chambre à gaz du camp du Struthof, en Alsace occupée. Les conclusions de Fabre ont été découvertes en 1982 par Robert Faurisson, qui, depuis cette date, affirme que la chambre à gaz du Struthof n’en était pas une.

Le Professeur résume les motifs du non-lieu prononcé par le tribunal de Cusset :

« Le non-lieu est officiellement motivé par le fait que les trois articles incriminés ont pu être publiés par d’autres que par moi et surtout qu’il ne serait pas établi que les textes publiés sur Internet sont conformes aux textes que j’avais réellement écrits. En bref, il ne serait pas certain que je fusse l’auteur des propos incriminés. »

À cette heure le professeur Faurisson s’interroge toujours : d’où vient que le juge Alexia Carpentier ait suivi les réquisitions du parquet – par la voix du procureur de la République M. Mazaud – en prononçant un non-lieu ? Serait-ce parce que le parquet a préféré éviter le retentissement qu’un procès devant les journalistes français et étrangers pourrait donner au rapport du professeur Fabre ?

De même, dans le résumé de ce que le professeur Faurisson rapporte des conclusions de René Fabre, madame le juge s’est montrée « confuse et allusive au point d’en être incompréhensible », et s’est abstenue de citer le nom du docteur Fabre, allant même jusqu’à écorcher son patronyme, le transformant opportunément en « Labre » et condamnant ainsi au néant les résultats de recherche sur son nom...

 

À ne pas manquer, la conférence de Damien Viguier
sur la répression du révisionnisme le samedi 25 février 2017 à Lille :

Sur la Seconde Guerre mondiale, chez Kontre Kulture :

 

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

9 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.