Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Le rapport d’enquête sur les attentats de Paris invite à mieux “réguler” les réseaux sociaux

Adopté ce mardi [5 juillet 2016], le contenu des 300 pages (voire 1300 pages en comptant les annexes) du rapport de la commission d’enquête parlementaire sur les attentats de janvier et novembre 2015 n’est pas encore connu, mais le journal Le Monde en a déjà livré les 39 conclusions. Parmi elles, le président Georges Fenech (Les Républicains, Rhône) et le rapporteur Sébastien Pietrasanta (Parti socialiste, Hauts-de-Seine) demandent un encadrement plus important des médias, et en particulier des réseaux sociaux, lorsque se produisent des attentats.

 

La proposition n°3 du rapport vise ainsi à «  engager dans les meilleurs délais une réflexion sur le traitement médiatique d’une attaque terroriste, afin de définir le rôle et les obligations des journalistes et des réseaux sociaux à l’occasion d’une crise de cette nature ». Il ne va heureusement pas jusqu’à imiter la Chine qui interdit carrément de citer les réseaux sociaux dans la presse lorsqu’une rumeur n’a pas été confirmée officiellement, mais il sollicite « l’élaboration d’un protocole signé entre tous les acteurs concernés ».

[...]

Une infraction pour la diffusion d’informations préjudiciables

La proposition n°4 du rapport vise par ailleurs à « créer une infraction caractérisée par la diffusion — sur tout support — d’une information susceptible de causer un préjudice à toute personne présente sur le lieu d’un attentat ». Il faudra attendre d’en connaître les détails mais telle qu’ainsi présentée, la proposition va plus loin que l’amendement socialiste déposé en janvier 2016, qui fut finalement retiré.

Avec une portée plus large qui visait aussi à condamner la diffusion d’une « information erronée sur le contenu d’une politique publique », celui-ci proposait de condamner la provocation au buzz basée sur une fausse information, « lorsque la publication, la diffusion ou la reproduction faite de mauvaise foi aura pris une dimension virale telle qu’elle en aggrave l’ampleur ».

Lire l’article dans son intégralité sur numerama.com

Une commission d’enquête sous influence destinée à museler toute contestation de la version officielle, voir sur E&R :

Le modèle du complot oligarchique, à lire sur Kontre Kulture :

Une France sous influence, sur Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

11 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Formidable argument de malhonnêteté ; moi, j’appellerai plutôt à réguler les frontières, mais bon...

     

    • Tous les gens intelligents et informés savent que des attentats de grande ampleur sont le fait de service de renseignement étatiques.

      Les attentats de Paris n’ont pas été conçu sur internet...


    • @Jean, pas "étatiques" mais supranationaux et au sein d’organisations secrètes chapeautées a minima par la CIA. L’état y est un relais servile mais pas un décideur. Certes aux réseaux Stay Behind de l’OTAN participent des services secrets européens (DGSE MI6 BND SISMI à l’époque de Bologne etc) mais les services secrets ne sont pas l’état, les états ne pilotent strictement rien dans l’histoire.
      Les pions paramilitaires de ces réseaux sont formés parfois en Europe mais financés par les Etats Unis, et au final servent à offrir un soutien aux groupes politiques opérant sous l’influence de l’OTAN.
      Le fait que ces Stay Behind soient coordonnés par un comité de sécurité international composé uniquement de représentants des services secrets pose bien le problème de la souveraineté nationale de chacun des États. Déjà lors de la guerre froide certains services de renseignement agissaient hors contrôle et il semble que plusieurs gouvernements européens aient alors perdu le contrôle de leurs services secrets. En 1949 à l’heure d’intégrer l’OTAN l’Italie signe un protocole qui prévoit la création d’une organisation non officielle "chargée de garantir l’alignement de la politique intérieure italienne sur celle du bloc de l’Ouest par tous les moyens nécessaires, même si la population devait manifester une inclination divergente". Le général italien Gerardo Serravalle déclare : "La coordination des actions de notre réseau stay-behind avec celles des structures clandestines analogues en Europe était assurée par le CPC, le Coordination and Planning Committee [Comité de Planification et de Coordination] du SHAPE, QG de l’OTAN". "Pendant les années 70, les membres du CPC étaient les officiers responsables des structures secrètes de la Grande-Bretagne, de la France, de l’Allemagne, de la Belgique, du Luxembourg, des Pays-Bas et de l’Italie. Ces représentants des réseaux clandestins se réunissaient chaque année dans l’une des capitales européennes. Des hauts responsables de la CIA assistaient à chacune de ces réunions".
      Quel est donc le rôle du SHAPE/SACEUR au QG de l’OTAN près de Bruxelles où la section des Forces Spéciales est dirigée par des officiers brits ou ricains exclusivement et où la plupart des documents qui y circulent portent l’inscription “American eyes only” (À l’intention du personnel US uniquement) ?


  • L’hypnose du troupeau doit rester un privilège d’état...


  • " Nous sommes en DEMOCRATIE, le gouvernement ne ment jamais au peuple : c’est pourquoi seule la version officielle des évènements doit être rapportée, nous devons interdire les versions insanes et délirantes qui ne peuvent que nuire à la santé mentale du peuple ".


  • Il est certain que la régulation des réseaux sociaux ne manquera pas de démoraliser les terroristes potentiels à un tel point qu’ils laisseront tomber toute vélléité de commettre un attentat. [/Ironie]


  • « .....demandent un encadrement plus important des médias, et en particulier des réseaux sociaux,..... »

    Si besoin d’encadrer, « comprendre verrouiller », c’est que les infos diffusées sur tous VOS merdias confondus sont tellement idéologiquement orientées que les cons sont sommés d’aller voir ailleurs, à savoir, sur les réseaux sociaux* où iceux réveillés de cons espèrent trouver la vérité des faits et remonter aux causes, non pas qu’aux conséquences lesquelles premières ne seront pas explicitées dans ce rapport de 1300 pages : du remplissage à souhait dont Le Monde est aussi expert !

    À force, de manipuler les faits et l’Histoire, le peuple est devenu un expert dubitatif : il fait sa propre enquête et relie les faits et les documents à l’appui.

    Nous savons que vous êtes grassement rémunérés pas pour nous représenter mais nous enfumer et nous maintenir dans l’ignorance ad vitam aeternam afin que vous conserviez vos privilèges.

    C’est fini ce temps-là, pépère !

    Si les-moutons-pas-aussi-cons que vous croyez que nous sommes éprouvent désormais le besoin d’aller s’informer sur des médias alternatifs, c’est qu’ils résistent à votre propagande.

    En attendant, rongez vous les ongles ! ....

    « On peut mentir une fois à tout le monde, on peut mentir tout le temps à une personne, mais on ne peut mentir tout le temps à tout le monde ! », écrivit naguère Abraham Lincoln.

    *Les réseaux sociaux sont socialistes, EUX ! Partage et gratuité pour tous.



  • Une infraction pour la diffusion d’informations préjudiciables

    La proposition n°4 du rapport vise par ailleurs à « créer une infraction caractérisée par la diffusion — sur tout support — d’une information susceptible de causer un préjudice à toute personne présente sur le lieu d’un attentat ».



    Là-dessus, ils ont raison. Vous ne vous souvenez pas de ces idiots des chaînes d’information en continu, qui diffusaient PENDANT la prise d’otages de l’hyper kascher l’information que des gens étaient planqués dans une chambre froide, sachant très bien que dans ce genre de situation, les terroristes regardent la TV pour savoir ce qu’on raconte d’eux ?

     

    • Ca veut pas forcément dire ça, enfin moi je ne l’ai pas compris comme ça.

      Dans le cas décrit, je considère que ce sont les autorités qui ont-elles même commis la faute en laissant échapper cette info.

      L’autre façon d’interpréter cette phrase, c’est que même après l’attentat, toute tentative d’analyse nommant des personnes présentes sur les lieux, faisant des recoupements (je pense notamment aux analyses de Panamza sur Jeannette Bougrab) devrait être sanctionnées...

      La phrase n’est pas claire.


  • les militaires étaient à proximité du Bataclan mais ne sont pas intervenus,la police a mis près de 2 heures pour arriver sur place,et l’état d’urgence a été voté la veille des attentats.curieuses coïncidences ou malheureux hasards...


  • La vache !!! Ca s’invente pas !!!

    Le député PS Sébastien Pietrasanta mis en examen pour concussion

    Le député PS Sébastien Pietrasanta, ancien maire d’Asnières (Hauts-de-Seine), a été mis en examen pour "concussion", soupçonné d’avoir gracieusement prêté les locaux de l’hôtel de ville à l’un de ses adjoints afin qu’il tourne un film porno "soft".

    Justice - Publié le 08/07/2016 à 18:30
    http://www.ouest-france.fr/societe/...