Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Le studio de Luc Besson condamné pour contrefaçon

Le déshonneur, et la guerre

EuropaCorp a été condamné par le tribunal de grande instance de Paris pour avoir violé les droits d’auteur de quatre dessinateurs d’Arthur et les Minimoys.

Luc Besson a la réputation d’être dur en affaires, et de faire signer des contrats toujours très favorables à son studio EuropaCorp. Parfois même un peu trop favorables... La justice vient ainsi de déclarer illicites les contrats passés avec les quatre dessinateurs principaux de la série Arthur et les Minimoys. Ces contrats ont donc été annulés.

 

108 millions de dollars de recettes

EuropaCorp avait décidé de payer ces quatre dessinateurs en leur versant un cachet, de 18 000 à 43 858 euros pour le premier film, et de 40 000 euros pour le troisième.

Mais ces dessinateurs (Philippe Rouchier, Robert Cepo, Georges Bouchelaghem et Nicolas Fructus) se sont rebellés. Ils ont demandé en justice à recevoir un pourcentage de 0,3% des recettes des films, réclamant au total 7,2 millions d’euros (les entrées du seul premier épisode ont rapporté 108 millions de dollars, selon Box Office Mojo).

Le tribunal de grande instance de Paris leur a donné raison : il a estimé que les quatre dessinateurs avaient bien droit à un pourcentage des recettes. Il a mandaté un expert pour fixer la somme à leur verser, mais a d’ores et déjà ordonné à EuropaCorp de leur verser 15 000 euros de frais de procédure, plus 55 000 euros de « provision à valoir sur leur préjudice ».

 

Un principe vieux de 60 ans

Les quatre dessinateurs ont obtenu un pourcentage des recettes car ils ont été reconnus co-auteurs des films. Dès lors, les principes du droit d’auteur s’appliquent, notamment que l’auteur doit être rémunéré proportionnellement aux recettes, une obligation inscrite dans la loi depuis près de 60 ans...

Certes, le droit d’auteur permet de rémunérer un auteur au cachet, mais si « sa contribution ne constitue pas l’un des éléments essentiels » de l’oeuvre.

La bataille devant le tribunal a donc porté sur l’importance du travail de ces quatre dessinateurs. Luc Besson et le dessinateur en chef Patrice Garcia ont argué qu’ils avaient travaillé sous leur « subordination », et que leur contribution était « accessoire et secondaire ». Surtout, EuropaCorp a exhibé les contrats des quatre dessinateurs, qui stipulaient qu’ils devaient créer seulement « les personnages secondaires, les accessoires et les décors ». « Mais les tribunaux ne sont pas liés par les qualifications retenues par les contrats : ils examinent la contribution effectivement apportée par un auteur », observe Me Juan-Carlos Zedjaoui, associé chez Aja Avocats.

Les dessinateurs ont rétorqué « avoir créé la quasi-totalité des personnages principaux, sans indication précise de la production, ni de Luc Besson, qui s’est contenté de valider le travail créatif qui lui était soumis. EuropaCorp prévoyait dès l’origine de nous tromper en minimisant notre travail de création ».

Lire la suite de l’article sur bfmbusiness.bfmtv.com

Luc Besson, ou le cinéma français au goût amer de l’Amérique, voir sur E&R :

Pour ne pas copier sur les Américains et valoriser la culture française,
lire sur Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

21 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1409449

    Besson ? Cela fait près de 25 ans qu’il contrefait le cinéma américain !

     

    • #1409481

      Besson ca fait 25 ans qu’il montre que le cinéma français n’est pas juste des comédies ou des drames à l’eau de rose.


    • #1409565

      Clair, je plussoie. Mais depuis 15 ans seulement. Ses premiers films (français) etaient excellents. Et finalement Léon, le 5ème élément et Jeanne d’Arc aussi, malgré leurs côtés blockbusters. C’est ensuite que ça chute... Entre ses propres bouses, scénarii et productions on est clairement du côté obscur...


    • #1409585

      Besson ca fait 25 ans qu’il fait des films Francais avec des moyens Americains...


    • Heuuuu...."contrefaire le cinéma américain" dites-vous ?
      On ne contrefait pas le ciné américain dans la mesure où ce fameux cinéma que beaucoup de français adorent d’ailleurs n’est plus du cinéma depuis longtemps mais essentiellement un torrent de propagande publicitaire unidirectionnel. Un seul objectif de ces purs produits de consommation pour masse abrutie : vendre l’américan way of life, , incruster l’Amerique comme unique "sauveur" du monde en danger dans tous les cerveaux européens , fabriquer les ennemis de l’empire en déliquescence pour entretenir le principe de guerre perpétuelle.

      Besson est avant tout un homme d’affaire et comme une bonne partie des nouveaux réalisateurs français, formatés dès leur plus jeune âge aux images propagandistes américaines (les séries télé en autres), il imite la recette des "grosses productions" où priment le bruit, les montages saccadés et les dialogues primaires. Contrefaire ce cinéma la aurait été génial justement mais ce n’est pas le cas. Besson cherche avant tout â produire en gros....comme lui-même d’ailleurs puisque l’homme grossit en prenant des années !

      Les ennemis sont toujours à l’intérieur d’un fruit. La plupart des amateurs de cinéma n’ont quasiment aucune culture véritable de cinéma. Ils ne font que comparer des petites productions nationales à des énormes produits de propagande bruyante, violente, primaire ou faussement dénonciatrice. Cela permet de déformer aisément le sens critique en faveur de celui qui dans la plus grossière manœuvre où l’effet sidération est omniprésent. Il suffit d’observer la tête et le regard des masses sortant d’une grosse prod américaine !

      Tant que l’Amerique se servira des canaux culturels français pour déverser sa merde visuelle à effets spéciaux superflux où la violence est permanente, nous n’aurons en contre point que des Besson plagieurs... Le réel problème c’est que les masses adorent la merde à tous les niveaux...dans leur esprit comme dans leur assiette...


  • #1409516

    Décidément, on ne changera pas !!


  • #1409571

    De toute façon dès qu’on parle de métiers artistiques il y a un flou....artistique (!) sur les limites du boulot de chacun.
    Si un mec crée un personnage de second plan mais que le metteur en scène trouve que le design est digne d’être un personnage principal et le choisi donc pour cela, alors on se retrouve avec un artiste qui avait signé un contrat pour une chose précise mais qui, dans la réalité s’est transformé en autre chose. Sauf que le contrat initial reste le même.
    Que faire ?
    Le metteur en scène doit-il ne pas utilisé le personnage uniquement parce que l’artiste ne l’avait pas "designé" pour cela ? C’est un peu stupide.
    L’artiste devait-il refusé (et en a t-il le droit ?) que le metteur en scène l’utilise en tant que perso principal ? Un peu stupide aussi.
    Renégocier le contrat toute les semaines aux grès des changements ? Pas pratique.
    C’est pour cela que les métiers artistiques sont avant tout basé sur une sorte de confiance (souvent malmenée !). Si un éclair de génie traverse l’esprit d’une "petite main" il serait idiot de ne pas l’utiliser. Mais la petite main doit savoir que son contrat initial ne peut pas être revu tout le temps. Par contre le "patron" doit aussi savoir récompenser l’éclair de génie d’une façon ou d’une autre (prime ? Nom plus en avant au générique ? etc...). Sinon cela crée des tensions qui peuvent finir au tribunal.


  • Pas oublier que Besson est un combattant zélé pour la loi Adopi...c’est que du pognon, il veut continuer à en faire...et il rigole pas avec ça...il traite de voleurs les internautes qui téléchargent ses croûtes...

    Il aurait fait comment, Besson, pour pondre le "Cinquième élément", s’il avait jamais vu "Blade Runner" et "Diva" ?

    Besson, c’est un nombril, il pompe, emprunte, s’approprie et après un repas gastro et une nuit dans une suite de luxe bien accompagné, a l’impression d’avoir tout inventé et d’être un génie...Bref, un type du showbusiness...

     

  • #1409595

    D’un côté, je suis pas vraiment un fan des droits d’auteur et autre copyright qui étouffent la créativité.

    Mais de l’autre, Besson, qui a été un bon réalisateur avec du potentiel à une époque (lointaine) est quand-même le prince du "cinéma américain à la française"...c’est-à-dire d’un cinéma dénué de nuances, vulgaire et caricatural au possible et sans les quelques astuces inhérentes au cinéma américain.

    Sans compter certains aspects clairement anti-réconciliationnistes de certaines de ses œuvres, genre Banlieue 13.

    Un Tarantino français en quelque sorte.

    Après, je parle de mon point de vu, libre à chacun d’aimer ou non son cinéma.

    Je crois que le meilleur à avoir résumé l’œuvre du personnage, c’est Mozinor (pour ceux qui ne connaitraient pas encore).

     

    • Assez d’accord dans l’ensemble. Et merci pour la piqûre de rappel "Mozinor", ses détournements sont excellents. Je recommande "le caca" à l’équipe et aux lecteurs d’ER...


  • A quoi sert un contrat si le tribunal peut passer outre ?

     

  • #1409753

    Ça reste quand même un des meilleurs réalisateurs de films que nous avons...parce que vu les daubes qu’ont produits depuis des années ça fait peur tout de même. Je pense à Nikita, Leon, le 5ème element, le grand bleu des classiques du cinéma français et surtout le dernier qu’il à fait lucy qui était vraiment bien. C’est pas du marsupilami ou les bronzés font du ski....

     

  • #1410119

    A le demande de l’embrayage, c’est Besson qui avait réalisé le clip pour la candidature de la ville de Paris au J.O de 2012... moyennant quoi c’est Londres qui avait gagné... dommage.


  • #1410233

    Besson est un réalisateur très doué, et j’approuve en même temps la décision de justice qui me paraît adéquate.
    EuropaCorp n’en mourra pas non plus.