Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Le tombeau du Christ ouvert pour la première fois depuis près de 500 ans

Depuis le mois de mai, l’édicule du Saint-Sépulcre, où se trouve le tombeau du Christ, fait l’objet de travaux de restauration. À cette occasion, les chercheurs ont dévoilé la pierre sur laquelle a été déposé le corps du Christ.

Pour la première fois depuis 1555, les archéologues ont enlevé la dalle de marbre recouvrant la pierre considérée comme le tombeau du Christ, annonce le site International Business Insider. Depuis six mois, une équipe d’archéologues est chargée de la restauration de la basilique du Saint-Sépulcre, à Jérusalem, vaste édifice abritant le tombeau de Jésus. La dernière fois, les spécialistes ont pu pénétrer dans l’édicule il y a 200 ans après un violent incendie.

« Le marbre qui recouvre le tombeau a été retiré et nous avons été surpris de voir une grande quantité de minéraux. Après une longue analyse scientifique, nous serons finalement capables de voir la surface originale de la pierre sur laquelle le corps du Christ a été posé », explique l’archéologue Fredrik Hiebert, cité par le média.

 

 

La tombe du Christ est vénérée par de nombreux croyants comme étant le lieu où le corps de Jésus de Nazareth a été enseveli avant qu’il ressuscite. Un édicule de marbre a été bâti au-dessus du tombeau, c’est celui-ci que l’on peut voir aujourd’hui. Le site étant délabré, les travaux de restauration ont été lancés le 1er mai et doivent être terminés au printemps 2017.

 

À ne pas manquer, samedi 29 octobre 2016 :

À lire, chez Kontre Kulture :

Sur le christianisme, voir aussi :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

19 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Ce n’est pas un tombeau c’est un cénotaphe car Il est ressuscité, si l’on en croit Myriam de Magdala, ancienne prostituée qui abandonna le métier pour suivre le rabbi sauveur . Son témoignage serait-il recevable devant un tribunal ?...

     

  • Merci E&R pour cet article.

     

    • Il serait tout de même bon de souligner qu’il ne s’agit nullement de "l’ouverture d’un tombeau" et je m’étonne que personne n’ait souligné cet abus de langage sans doute lié à la volonté d’avoir un titre accrocheur :
      le fameux tombeau du Christ est une grotte ou un renfoncement recreusé où a été aménagé, taillé dans la masse, le long d’une des parois un "lit" , une couche, où le corps sera déposé, puis la grotte refermée par une grosse pierre...
      Une pratique juive du temps, courante et bien connue : tous les tombeaux d’importance sont faits alors selon ce schéma.
      Or cette excavation a été totalement dégagée, le roc arasé, au temps d’Hadrien...
      On ne peut dès lors plus parler de "tombeau" proprement dit...
      C’est Eusèbe de Césarée qui va identifier ultérieurement, au milieu des déblais, l’emplacement de la dalle de couche mortuaire toujours en place et l’identifier...
      C’est cette dalle autour de laquelle a été construit le fameux édicule du Saint Sépulcre (enfin en cours de restauration !) au milieu de la basilique du même nom.
      Une "minibasilique" à l’intérieur de la basilique donc...
      La dalle funéraire - qui occupe la moitié de l’intérieur de l’édicule sur toute sa longueur - est couverte d’un marbre et aménagée en autel sur lequel certains dignitaires religieux ont l’insigne honneur d’être autorisés à célébrer des offices...
      Apparemment, ce dont on parle est le relèvement de cette dalle de marbre qui recouvre et protège la dalle rocheuse initiale.
      S’il est vrai que la dalle christique est ainsi devenue directement "accessible", le temps des travaux de restauration de l’ensemble de l’édicule, il ne s’agit en aucun cas de "l’ouverture d’un tombeau" arasé et détruit depuis dix huit siècles !


  • " considérée comme" il y a des mots plus importants que d’autres ...


  • Bonjour
    Un tas de pierres est sans importance.
    Ce sont les paroles de Jésus qui sont importantes.

     

    • Plus importantes qu’un tas de pierre en effet, les paroles que le Père envoie dire à Son Fils Jésus-Christ sont du feu et de la glace . Les Evangiles sont un volcan jamais éteint . Ils sont aussi scandaleux pour les chrétiens d’aujourd’hui que pour les juifs du temps de Yeshoua, aussi déconcertants pour un musulman que pour un blanc déchristianisé .


    • Bonjour

      Et encore plus importantes si vous avez accès à l’ésotérisme...
      Sinon ce n’est que de la philosophie liée à de la sociologie humaniste. De la religion en somme...
      Les paroles de J-C concernent chacun de nous et Cela était déjà connu avant lui...
      Cela reste d’une importance considérable et n’a rien à voir avec la fable qui amuse certains enfants aimant rêver...
      Avec la Samaritaine J-C autour du puit n’a pas dit qu’il fallait adorer un lieu...

      Que Dieu vous protège (si vous aimez ce genre de tournure de phrase...)


    • Les coeurs fermés qui ne distinguent pas la sainteté lorsqu’elle se manifeste à eux, ne sauraient lire autre chose que le reflet de leurs propres passions dans les saintes écritures.

      Il n’y a que chez l’homme moderne où l’âme croule tant sous le poids des sens qu’elle en vient incapable de séparer le sacré du profane.


    • Ainsi selon vous Azayku le cœur ouvert est celui qui distingue le Sacré ou la « Sainteté dans les choses ». N’avez-vous jamais entendu, dans votre lecture « non passionnée » des Ecritures, la révélation de la rupture inconciliable entre le Créateur et sa création ? Que le Dieu ne Se révèle que par Sa Parole et jamais dans le Visible (on ne peut voir Dieu dans cette réalité c’est-à-dire sans mourir) ? Or le Sacré est toujours la mise en relation du Tout-Autre avec des éléments de la Réalité (des lieux, des temps, des rites, des objets, des idées, des textes...). C’est ainsi qu’il est toujours un élément essentiel des religions (y compris chrétienne bien sûr) mais qu’il n’y est pas cantonné (par exemples la Science ou l’Idée sont aussi sujets à la sacralisation). Certainement ce qui vous fait dire que « chez l’homme moderne l’âme croule tant sous le poids des sens ». Seulement jamais le Sacré ne répond à la question du Sens, il est bien au contraire chargé d’offrir à l’homme perdu dans la Création une représentation de ce qui est pour lui l’Inconnaissable. Il me semble donc que vous manifestiez là votre attachement au « Sacré chrétien » en opposition à d’autres formes du Sacré. Mais, voyez-vous Azayku, si les Romains ont persécuté les premiers chrétiens, c’est, non pas parce qu’ils étaient annonciateurs d’une nouvelle religion, mais parce qu’ils affirmaient une Foi antireligieuse détachée de toute sacralisation et référence au Visible. « Heureux ceux qui croient sans avoir vu ».
      Ceux qui « ne savent pas lire autre chose que le reflet de leurs propres passions dans les saintes écritures » n’ont pas moins le « cœur fermé » que ceux qui ne voient que le reflet des leurs dans le Sacré. Que ceux qui ont des oreilles entendent !


    • Le coeur a t-il besoin d’oreilles en plus d’une pulsation pour cogner à la porte.


    • Pas plus les paroles que les pierres n’ont d’importance, c’est dans les plus petits de ses gestes, de ceux qui n’ont pas d’importance, qu’il était un Homme.


  • J’envie ceux qui ont les moyens de se rendre dans ce lieu sacré !
    Je trouve ça émouvant et merveilleux ! :)


  • Bien évidemment, cette ouverture au public du "tombeau" du Christ est réalisée essentiellement pour attirer les touristes et leurs pépètes.

     

  • Dieu Saint, Dieu Fort, Dieu Éternel, Prends pitié de nous et du monde entier.

     

  • sous-titre ;
    des historiens redoutent un tourisme religieux