Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Leçons d’introduction historique à l’étude du droit – Par Damien Viguier

Leçon 2/6

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

14 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Je pensai que ca serait clarifié dans cet épisode, mais j ai toujours pas compris si le droit à un moment existé en tant que "pensé magique" (ou religieuse) ... ou si depuis le début c’est un acte rationnel, raisonné ?

    M’enfin la croyance dans le caractère supérieur de la raison(logique) est en elle-même sujet de débat, donc bon..mais quand même.
    A l’origine qu’en etait il du droit pour les masses ? Comment etait-ce perçu ?

     

    • Je suis avocat comme l’orateur, aussi je peux essayer de vous répondre.

      Faire du droit, c’est poser un acte rationnel : appliquer une règle à un cas d’espèce.

      Néanmoins, le contenu de ces règles et les procédures ont été influencés par la magie et la religion. Par exemple, l’ordalie était un jugement prenant la forme d’une épreuve, qui pouvait consister à demander à l’une des parties de manipuler un lingot de fer chauffé au rouge (iudicium ferri) : si cette partie en ressortait indemne de toute brûlure, alors elle avait remporté l’épreuve et sa cause l’emporterait sur celle de son adversaire. Or, sans l’intervention d’une puissance surnaturelle, aucun moyen de ne point être brûlé. On s’en remettait donc à la magie, plus tard à Dieu sous les carolingiens. Cela n’en demeure pas moins rationnel. On ne fait pas n’importe quoi. Pour qui croit, cela n’avait rien d’absurde.


  • J’ai écouté deux fois et c’est pénible
    peu de données pour beaucoup de circonstances, on s’y perd, l’orateur aussi
    à améliorer

     

  • C’est vraiment ce que je préfère sur E&R, les conférences sur des sujets jamais abordés ailleurs...
    Merci et continuer...


  • Excellente initiative d’ER que je tiens à saluer d’autant plus que je prépare une thèse de doctorat dans cette discipline ! Monsieur Viguier va au fond des choses, et sa manière d’aborder l’histoire du droit diffère quelque peu de la ligne "classique" de l’université, cela va sans dire ! Merci !


  • Trop de digressions historiques. On s’y perd un peu.


  • J’ai trouvé ça très bien. Bravo à vous M. Viguier. J’attends les autres avec impatience.

     

  • un cadeau sublime , hâte d’écouter le prochain !!
    Merci beaucoup !


  • Si l’histoire de l’étude du droit remonte à 500 ans avant JC, c’est effectivement un travail de colossal en facteur temps (2515 ans).
    Mais tout ça, pour accoucher d’une souris au niveau justice ...

    Le citoyen ne croit plus ni au droit ni à la justice. On évolue actuellement dans un jeu pervers et nous le constatons bien dans les jugements faits aux dissidents.

    Le droit ne doit pas être d’une grande complexité mais d’une haute moralité et non réservé aux élites.


  • Merci à ER de diffuser ce type de contenu. En plus d’être savant, Me VIGUIER est tout à fait pédagogue. Continuez dans cette voie. !


  • #1244425

    Il excellent de se voir fournir des "MOOCs" par E&R...

    En revanche, il y a quelque chose qui me chagrine.
    Si l’on doit contester les théories débiles comme le genre, qui visent à la confusion biologique des sexes, cela ne doit pas pour autant amener à reconsidérer l’égalité juridique homme-femme. Ce sont deux domaines différents. certains militants E&R ne devrait pas glisser vers ce conservatisme digne d’Estrosi ; E&R demeurer un vrai mouvement révolutionnaire. L’égalité juridique n’a rien à voir avec le confusionnisme des sexes.

    Hugo Chavez a toujours défendu les droits des femmes. On ferait bien de garder cette ligne pour éviter devenir un repaire de néocons égarés et de devenir une annexe de la "droite forte".