Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Les DTS : la crypto-monnaie destinée à sauver le mondialisme ?

Les "économistes" sont les gardiens du temple financier

Cela fait déjà un moment que j’ai remarqué le petit jeu d’économistes ou de financiers, tous formés à l’école de « l’économie », qui alertent publiquement, car les médias leurs sont souvent grands ouverts, le commun des mortels sur les dangers de la continuation telle quelle du mouvement économique global. Et puis tout à coup, on nous dévoile qu’une monnaie mondiale est en préparation, appelée DTS, formellement encore une simple « unité de compte »… Quelques « économistes-financiers » arrivent pour clamer la bonne nouvelle. La vérité, pour ceux qui ont compris le rôle des élites financières cachées à la City, Wall Street n’étant qu’une émanation de la première, est extrêmement simple à comprendre.

 

Les économistes [...] sont là pour ameuter, inquiéter un public médusé par son ignorance des causes et des effets d’un système duquel ils ont été soigneusement gardés à bonne distance. Les « économistes » de bonne volonté, qui sont au courant des mécanismes en jeu, décrivent ces derniers pour expliquer à tout le monde que l’on va dans le mur, pas d’échappatoire possible.

Ainsi, monte, inexorablement, dans le public ignorant, la vague de l’angoisse, de la peur, de tout perdre, laquelle vague est soigneusement alimentée par la montée du chômage de masse ; chômage découlant lui-même de l’organisation au niveau mondial de la liberté de circulation des capitaux (mais CHUT, il ne faut surtout pas le dire !). Tout comme les prétendus problèmes financiers du monde ont été créés de toute pièce par la centralisation des questions monétaires entre les mains de banques centrales indépendantes – du pouvoir politique mais pas du pouvoir financier – et par le choix délibéré de la dérégulation financière. Là encore, silence radio total, personne ne doit pouvoir faire ces liens intéressants entre tous…

Les médias de masse, aucun n’étant indépendant au sens financier du terme, relaient très consciencieusement cette inquiétude afin de bien faire monter la température du bouillon dans lequel la grenouille collective est plongée. Et puis tout à coup, on commence timidement à entrevoir que l’élite financière a une solution à nous proposer. Cette solution est présentée comme une alternative, la seule alternative possible, à l’effondrement généralisé de la finance mondiale qui aurait pour conséquence de faire basculer l’intégralité de la civilisation à l’ère d’un Mad Max planétaire (étant entendu que les esprits sont parfaitement conditionnés, depuis plusieurs décennies, par les films américains, à une débâcle généralisée de la civilisation).

Cette solution est apportée, à pas de velours, par certains économistes financiers très au fait des « tractations internationales » et surtout du problème collectif tel que ci-dessus décrit. Nous pouvons donner l’exemple de JC Collins, qui est un cas d’école.

Ainsi, se fait jour dans un public soulagé, l’idée selon laquelle nous pourrions collectivement échapper au grand reset financier. Il suffisait d’y penser…

Et la solution vient du FMI, un organe financier international créé par les accords de Bretton Woods dans l’objectif de mettre en œuvre l’ordre financiarisé, c’est-à-dire la domination des élites financières au niveau mondial, auquel nous sommes arrivés. Mais il y a plus, le FMI seul ne suffit pas à la tâche, il a besoin de l’aide de la banque des règlements internationaux (BRI en français, BIS en anglais) comme soutien de son projet. Comme je l’ai déjà expliqué dans ma série de décryptage du système économique global, la BRI, créée en 1930, est la première institution financière du monde à avoir obtenu, sans qu’aucun État n’y voit à redire, le statut juridique d’un État, à la réserve près que cette banque ne supporte en aucune façon la charge collective d’avoir à organiser les relations sociales ; non, cet État nouvelle norme ne répond qu’à une unique préoccupation : mettre en œuvre les intérêts bancaires supérieurs. Cela devrait évoquer à chacun d’autres modèles d’État dans l’État, souverains dans la gestion des intérêts financiers de leurs membres, j’ai cité la City, le Vatican ainsi que tous les États-paradis fiscaux du monde. Mais non, là encore, il ne faut surtout pas que qui que ce soit fasse ce genre de relation de cause à effet. Les États ne doivent pas savoir qu’ils sont d’ores et déjà instrumentalisés, jusque dans leur légitimité juridique et surtout politique.

Ainsi, des organismes – FMI, BRI – traditionnellement grands pourvoyeurs de bien commun se réunissent pour sortir le monde de la catastrophe bruyamment annoncée. Ils vont engendrer un panier de monnaie, qui sera une unité de mesure, permettant de sortir les échanges internationaux de la suprématie du désormais uniformément détesté dollar américain.

Lire la suite de l’article sur lesakerfrancophone.fr

Comprendre l’économie mondialisée avec Kontre Kulture :

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

8 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Comme souvent, je conseille la lecture de l article entier.
    Excellent.
    Décidément Valérie Bugault est une femme de talent.
    Et d espoirs...
    Merci à elle et à tous les porteurs d intelligence et de lumière.

     

    • Effectivement, j’ai lu l’article en entier et je confirme, c’est très très bon !
      Valérie Bugaut, chapeau !

      En plus, une façon d’écrire très claire ( étonnant pour une juriste de haut niveau), les juristes ayant trop tendance à diluer leur pensée dans une logorrhée souvent indigeste ; Valérie est visiblement l’exception qui confirme la règle, très pédagogique, très précise, j’irai presque jusqu’à dire lumineuse !

      Pas le choix que de "reprendre la main" sur les banksters effectivement, mais par contre, soyez certain qu’ils ne vont pas lâcher leur pouvoir mis en place depuis grosso modo la Renaissance, comme ça en quelques temps courts.
      Va falloir vraiment aller au charbon, et ça risque d’être très douloureux...
      Si toutefois, on trouve assez d’effectifs pour amorcer le boulot, ce qui est loin d’être gagné non plus !
      Mais bon, espérons, ça ne coûte pas cher, et sachez que pour ma part, si action il y a à mener, je me suis préparé depuis longtemps, et je pense que pour pas mal de camarades ici, c’est kif kif !

      Merci à vous donc, merci à E&R pour le relais !

      Adishatz

      H/


  • Les DTS sont un outil d’échange entre les Etats, cela ne concerne pas les citoyens.
    Si nous arrêtions cette création monétaire reposant sur du "vide" cela ferait bien longtemps qu’il n’y aurait plus de retraites et d’aides sociales étant donné qu’il n’y a plus d’argent qui rentre dans les caisses de l’Etat.
    Donc soit on se prépare à l’autosuffisance soit on se tait et on écoute ce que disent les marchés financiers. On ne peut pas avoir le boeur et l’argent du boeur : la fin de la finance mondiale et les acquis sociaux.


  • #1570435
    le 02/10/2016 par L’humanité insurgée
    Les DTS : la crypto-monnaie destinée à sauver le mondialisme ?

    Leur malversations monétaires ne leur sera d’aucune aide lorsque l’économie mondiale va se casser la gueule.


  • La propriété anonyme des capitaux .

    Ce fait est aussi fondamental que le fait financier .
    Pour être intouchable,il ne suffit pas de l’ être financièrement,
    il faut l’ être juridiquement !
    Bref sans l’anonymat ,vous êtes à visage découvert !
    Piller le monde est une chose,interdire à la loi de vous rechercher
    en est une autre,bien plus importante !
    Bref le sésame est la société anonyme,dont tout le monde
    est actionnaire ,et personne propriétaire !
    Bref une vraie démocratie économique,
    au service de quelques uns qui n’existent pas !
    Valérie Bugault,toute récente et enthousiaste
    va-elle réussir à dénoncer efficacement un système
    étonnamment méconnu !
    J’espère qu’elle trouvera des coopérations et des soutiens
    indispensables à l’établissement et la diffusion
    d’une vérité salutaire !


  • Je ne vois pas comment cette troisième voie peut, à terme, marcher si les entreprises continuent leur recherche de profit et d’accumulation de capital. Des déséquilibres apparaîtront forcément même. Je dis cela en envisageant que les entreprises ne chercheraient pas à faire du mal aux citoyens...


  • Bravo Mme Bugault, vous les définissez bien les mondialistes, vous dites [cette race de rapaces, prédateurs, apatrides que sont les financiers internationaux ; La possibilité juridique de l’anonymat des capitaux doit être définitivement et mondialement éradiquée car elle ne sert qu’un seul maître : les détenteurs du pouvoir économique et financier. Cette possibilité a, à elle seule, permis le déploiement mondial d’une élite apatride qui s’est hissée, de siècle en siècle, via l’amoncellement de personnalités morales fictives permettant le plus complet anonymat et la plus complète opacité, au rang des États] => on ne peut être que d’accord avec votre analyse puisque c’est aussi celle du site d’E&R ainsi que ceux qui la partagent.