Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Les États-Unis et l’"occupation immuable" de l’Afghanistan

Le quinzième anniversaire du 11 Septembre a occupé pendant des jours les premières pages des journaux. Blackout médiatique, par contre, sur le quinzième anniversaire de la guerre en Afghanistan, commencée le 7 octobre 2001 avec l’opération « Liberté immuable » (Enduring Freedom).

 

Motif officiel : la chasse à Oussama Ben Laden, organisateur [désigné] des attaques du 11 Septembre, caché dans une caverne afghane sous protection des talibans. En réalité, on le saura ensuite, le plan de l’opération était déjà sur la table du président Bush avant le 11 Septembre. Ce qu’était ses objectifs stratégiques émergeait clairement du rapport Quadriennal Defense Review, diffusé par le Pentagone le 30 septembre 2001, une semaine avant le début de la guerre en Afghanistan.

Dans le Manifesto du 10 octobre 2001 nous en publiâmes les parties essentielles, que nous pouvons relire aujourd’hui à la lumière des événements qui ont suivi : « Les États-Unis, qui comme puissance mondiale ont d’importants intérêts géopolitiques dans le monde entier, doivent forclore à d’autres la domination d’aires cruciales, particulièrement l’Europe, l’Asie du Nord-Est, le littoral de l’Asie orientale, le Moyen-Orient et l’Asie du sud-est. L’Asie, en particulier, est en train d’émerger comme une région susceptible de compétition militaire à grande échelle. La possibilité existe qu’émerge dans la région un rival militaire avec une formidable base de ressources. Nos forces armées doivent conserver la capacité d’imposer la volonté des États-Unis à n’importe quel adversaire, y compris États et entités non-étatiques, de façon à changer le régime d’un État adverse ou occuper un territoire étranger jusqu’à ce que les objectifs stratégiques états-uniens soient réalisés ». On voit écrit ici en toutes lettres ce que sont les véritables raisons de la guerre en Afghanistan.

Dans la période précédant le 11 Septembre, il y a en Asie des signaux forts de rapprochement entre la Chine et la Russie, qui se concrétisent quand, le 17 juillet 2001, est signé le Traité de bon voisinage et de coopération amicale, défini comme une « pierre angulaire » dans les relations entre les deux pays.

Washington considère la rapprochement entre la Chine et la Russie comme un défi à ses intérêts en Asie, au moment critique où les USA essaient d’occuper le vide que la désagrégation de l’URSS a laissé en Asie centrale, aire de première importance à la fois pour sa position géostratégique par rapport à la Russie et à la Chine, et pour les réserves limitrophes de pétrole et gaz naturel de la Caspienne.

Une position clé pour le contrôle de cette aire est celle de l’Afghanistan. Cela explique l’énorme déploiement de forces des USA et de l’OTAN en Afghanistan, pour une guerre qui – d’après une estimation par défaut du Watson Institute (Brown University, USA) – a jusqu’à présent provoqué plus de 170 000 morts et 180 000 blessés graves et une dépense officielle, rien que de la part des USA, d’environ 830 milliards de dollars (plus de 40 fois le PIB de l’Afghanistan) plus d’autres énormes dépenses non enregistrées. Comprises les opérations militaires en Irak, Libye, Syrie et autres pays, la dépense officielle états-unienne, en ne tenant compte que des opérations militaires, se monte pour la période 2001-2016 à environ 3 700 milliards de dollars et comporte des engagements futurs (surtout en termes d’assistance aux anciens combattants) qui la portent à environ 4 800 milliards de dollars.

À l’opération de l’OTAN sous commandement US en Afghanistan, renommée « Soutien résolu », continue à participer l’Italie avec un contingent déployé dans les zones de Kaboul et Hérat. Des officiers italiens sont délocalisés à Tampa (Floride) auprès du Commandement US de l’entière opération et au Bahrein en tant que personnel de liaison avec les forces américaines.

Dans le cadre de cette même stratégie, l’Italie est engagée dans 27 « missions » dans 19 pays.

Manlio Dinucci

Pour comprendre la fuite en avant atlantiste, lire chez Kontre Kulture :

Manlio Dinucci, sur E&R :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

1 Commentaire

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Les éleveurs nomades furent progressivement remplacés par des agriculteurs, forcément sédentaires : il faut attendre sur place le moment de la récolte . L’armée US en Afghanistan est elle aussi sédentaire : elle surveille et contrôle les champs de pavot et de haschisch, l’Afghanistan étant redevenu le premier producteur d’opium et de haschich du monde depuis 2001 ...