Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Les États-Unis utilisent des bombes au phosphore blanc en Irak

Tombent-elles sur Daech ?

Illustration : munition au phosphore blanc trouvée en mars 2012 en Libye

 

 

Les militaires américains ont confirmé l’utilisation du phosphore blanc lors dans leur lutte contre Daech en Irak, sans pour autant en dévoiler les détails.

La conclusion sur le recours aux explosifs contenant du phosphore blanc est basée sur une analyse de photos, des projectiles M825A1 de 155 mm, publiées sur un des sites officiels du Pentagone, a déclaré le représentant des forces de la coalition anti-Daech sous commandement américain, le colonel Joseph Scrocca, au quotidien américain Washington Post.

« Les forces de la coalition mettent en œuvre ces engins avec précaution et en toute conformité avec la loi de la guerre américaine dans les régions exemptes de population civile. Ce type d’armement n’est également jamais utilisé contre les forces ennemies », a insisté M. Scrocca, précisant que le phosphore blanc « est utilisé pour les alertes spéciales et les écrans de fumée ». Pour sa part, le colonel John Dorrian, un autre représentant officiel de la coalition américaine anti-Daech, a réaffirmé que les forces armées américaines recouraient à ce type de bombes « en tenant compte des effets néfastes pour la population et les constructions civiles ». « Les militaires américains prennent des précautions afin de minimiser les risques de blessures accidentelles parmi les civils et d’endommager des bâtiments », a poursuivi M. Dorrian. Selon lui, les photos en question ont été faites lors d’opérations conjointes d’appui avec les Kurdes au nord de l’Irak, sans préciser, si les bombardements ont touché des territoires peuplés ou occupés seulement par les terroristes de l’IE.

Le Pentagone a également laissé la question sans réponse. Malgré les déclarations du département américain de la Défense, Mark Hiznay, directeur associé à Human Rights Watch, a prévenu Washington que le phosphore blanc pouvait causer de graves brûlures, appelant à s’abstenir de l’utiliser dans le cadre d’opérations militaires. En plus de blessures, la substance en question peut également provoquer des incendies. Auparavant, les États-Unis avaient déjà été vivement critiqués pour le recours au phosphore blanc en 2004 en Irak et en Afghanistan.

 

Une violence impériale sans limite ? Lire chez Kontre Kulture :

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

5 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.