Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Les Jeux olympiques : un outil de la nouvelle guerre froide

Les "témoins" du dopage russe sont-ils tenus par l’Occident ?

Le sixième principe fondamental de l’olympisme (non-discrimination de toute nature, y compris sur la nationalité et l’opinion politique) semble être oublié depuis longtemps. Dans la Grèce antique, la compétition des meilleurs athlètes a été en mesure de mettre fin à une guerre et servir comme un pont de compréhension entre deux ennemis récents.

 

Mais au cours du XXe siècle, les Jeux olympiques sont devenus une arme politique. En 1980, les États-Unis et leurs alliés ont boycotté les Jeux à Moscou comme une protestation contre les troupes soviétiques qui étaient entrées en Afghanistan à la demande du gouvernement légitime de ce pays (en revanche, les Jeux olympiques de l’Allemagne nazie de 1936 ont eu lieu comme d’habitude, sous les applaudissements du monde civilisé).

Le 8 mai 2016, le programme CBS 60 Minutes a diffusé une émission au sujet du dopage en Russie. Les interviews tournaient autour de l’enregistrement des conversations entre un ancien membre du personnel de l’Agence antidopage de Russie (RUSADA), Vitaly Stepanov, et l’ex-directeur du laboratoire anti-dopage de la Russie à Moscou, Grigory Rodchenkov. Ce programme était le quatrième épisode d’une longue série à propos de la prétendue existence d’un système pour soutenir le dopage dans le sport russe.

Quelques jours plus tard, le New York Times a publié une interview avec Rodchenkov. C’est l’ancien fonctionnaire qui affirme qu’un programme de dopage soutenu par l’État était actif aux Jeux olympiques de Sotchi et que la commande de ce programme était venue presque directement du président russe.

Un fait important qui a échappé à la plupart des observateurs internationaux était qu’une campagne médiatique, qui avait commencé peu après 2014 et le profond gel des relations russo-occidentales, a été construite autour des témoignages de trois citoyens russes qui étaient tous interconnectés et complices dans une chaîne de scandales de dopage, et qui, plus tard, ont quitté la Russie et tentent de refaire leur vie à l’Ouest.

Lire la suite de l’article sur lesakerfrancophone.fr

À ne pas manquer, l’analyse d’Alain Soral sur l’affaire de dopage des athlètes russes :

 

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

5 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Cette haine démentielle de la Russie à une origine méconnue : il s’agit de diffamer à tous prix la Russie de Poutine qui a sauvé in extremis la Syrie de Bachar qu’Israël était en train de faire détruire par ses larbins "occidentaux" et de faire vider de sa population en la faisant terroriser (décapitations) par Daech . La Russie a osé (!) s’opposer avec succès à la volonté d’Israël : elle faut qu’elle en crève, c’est vital pour maintenir la TERREUR sioniste .


  • #1520121

    Avec les "pokémon go" (de mes coui..e),on est bien armé....bien joué,vous les milliardaires qui jouent avec nous comme avec 1 dollar(pq) de paris comme dans le film ’un fauteuil pour deux’.
    Mais bon,tous celà aura une fin....laquelle ???,au moins moi je me prend pas pour dieu.
    Chacun son camp.


  • S’il faut interdire les athlètes russes pour dopage il faut alors annuler purement et simplement les Jeux Olympiques. Le dopage est malheureusement une pratique universelle dans ce milieu. De nos jours dans diverses disciplines (cyclisme, culturisme...) il y a même des athlètes qui se dopent alors qu’ils n’envisagent même pas de faire de la compétition !
    Ce qu’il y a de dégueulasse avec le dopage c’est qu’il interdit aux athlètes qui ne souhaitent pas se doper de pouvoir participer et d’être compétitif dans leur discipline. A un moment ou un autre de la compétition il se retrouvera face à des athlètes de très bon niveau qui bénéficieront de ce petit (parfois aussi gros) coup de pouce supplémentaire qui fera la différence entre la défaite et la victoire.


  • #1520283

    Vanité quand tu nous tiens.

    Admire, admire l’Homme qui peut courir le 100 mètres en moins de 10 secondes ! Regarde il est si rapide, il est si fort ! Quelle abnégation ! Regarde ce Corps si bien sculpté ! Et tout cela pour l’Amour du Spectacle, du Dépassement de Soi-même !

    Il faut soufrir pour être belle répète Lolita.

    Vive la Matière et à mort l’Esprit !


  • #1520494

    Il a fallu attendre 10 ans de compétitions avant que Lance Armstrong avoue lui-même s’être dopé pendant toute sa carrière de champion. Pourtant, il y a certainement bien eu des contrôles anti-dopage mais personne n’a rien vu. Je prétends que tous les sportifs olympiques sont dopés. Simplement, il y a des drogues qui sont connues et il y a des drogues tellement recherchées qu’il nous faudra peut-être encore attendre 10 ans avant qu’elles soient reconnues à la CIO ou ailleurs. Le gouvernement russe ne pensait peut-être pas à mal mais j’imagine que subitement telle drogue s’est retrouvée répertoriée à la CIO et du coup cela a permis d’éliminer des jeux olympiques tous les sportifs russes. Donc j’aimerais bien voir cette liste de drogues à la CIO. Drug design, ce n’est pas nouveau. Peut-être que la différence entre la Russie et les autres pays ultra-développés, c’est que le gouvernement russe ne tue pas ses sportifs.