Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Les Méfaits des intellectuels

Édouard Berth (1875-1939), théoricien du syndicalisme révolutionnaire, fut le principal disciple de Georges Sorel dont il diffusa les idées à partir de 1911 dans les Cahiers du Cercle Proudhon, Cercle Proudhon qu’il fonda avec Georges Valois et qui rassembla syndicalistes révolutionnaires et monarchistes dans une commune aversion pour la démocratie parlementaire bourgeoise.

À la campagne qui est le lieu de la production – du paysan, petit propriétaire pour qui la société signifie toujours une limitation de son indépendance, et qui est donc anarchiste par nature –, Berth oppose la ville qui est le lieu de l’échange, celui du marché et de la foire, mais aussi celui des journaux, de l’élaboration des idées abstraites ; elle est le « lieu de concentration des marchands, des intellectuels et des politiciens », trilogie dont Berth, tout au long de son ouvrage fait ressortir la parenté profonde. Cette trilogie fait écho à une autre : l’échange, le concept et l’État, « création de la bourgeoisie marchande et intellectuelle ». Car les intellectuels sont fondamentalement pareils aux marchands, « boursicotiers sur la foire aux Idées » lorsque les autres sont « boursicotiers de la Bourse », rusés, sans honneur, préférant toujours « les voies obliques et les moyens détournés d’arriver à la puissance ». C’est qu’ils oublient que l’Intelligence, cette « courtisane-née [...] a besoin pour être forte de s’appuyer, telle la femme au bras de l’homme, sur un pouvoir viril, pour tout dire, sur l’Épée ».

Mais pour ces intellectuels, il y a plus encore, plus que le mépris des valeurs viriles, il y a la haine de la liberté. De cette liberté, qui s’appuie sur le passé et se conquiert par la lutte, naît la diversité humaine qui ne peut entrer dans le cadre étroit des « dogmatistes sociaux », des intellectualistes « fanatiques d’unité » qui, professant la « Vérité une et universelle » de la Raison, ne peuvent concevoir une autre manière d’appréhender la réalité. On le voit aujourd’hui dans la laïcité comme religion qui se veut universelle, repoussant toutes les religions révélées dans l’obscurité de la sphère intime ; on le voit dans la démocratie comme unique forme acceptable de gouverner les hommes – peut-être parce qu’elle est celle qui justement permet de gouverner les hommes sans qu’ils en aient suffisamment conscience pour se révolter, et donc se libérer – ; on le voit dans la diabolisation systématique de toute forme de pensée allant à contre-courant du projet mondialiste, métisseur des cultures, des croyances et des races, et destructeur des patries qui sont, nous rappelle Berth citant la magnifique définition de Valois : « les formes diverses de l’expérience humaine ».

 

 

La présentation du livre par Alain Soral :

 

Se procurer l’ouvrage chez Kontre Kulture

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

1 Commentaire

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1603287
    le 17/11/2016 par yéti déporté au Benêtland
    Les Méfaits des intellectuels

    Ce bouquin est assez ardu à lire (références au contexte politique de l’époque et aux premiers socialistes, et à plein de philosophies). Connaître un minimum les pensées marxistes et socialistes avant, et leurs nuances ("La pensée marxiste", "les descendants de Marx" de J. Ellul, cours très bons).
    Il poursuit la pensée révolutionnaire conservatrice syndicaliste, le paysan-soldat antique contre le rabatteur de voix pseudo-intellectuel, pour la caste. Le syndicalisme n’est pas l’équivalent du prolétariat de Marx, mais plutôt de l’avant-garde du prolétariat de Lénine. La grève générale (une nouvelle praxis guerrière) abat la démocratie (le meilleur système pour faire mentir le peuple disait Proudhon) et forge une nouvelle Idée, une transcendance, une sorte de métaphysique, un idéalisme combattant. C’est la résurrection d’un mythe, du guerrier antique mais à la morale chrétienne. Berth est ainsi plus proche de Lénine sur la méthode que de Marx, et plus proche de Proudhon anarchiste sur la philosophie (pas de primauté de l’historicisme). Mais Proudhon était contre la violence et pour une révolution par le bas, à la Onfray, contre Marx et Engels étatistes dogmatiques, potentiel dictature...
    Pour Berth le changement de mentalité prime donc sur le rapport économique car, comme Sorel, il doute du progrès, du sens de l’histoire vers le socialisme à la Marx (inspiré de Hegel), il réfute le "scientisme" des marxistes.
    D’où le rapprochement possible avec les royalistes réactionnaires. Mais Maurras est une sorte de penseur déterministe (la race, le lieu, le moment font la meilleure hyperstructure, les institutions), un positiviste donc (expérimenter et constater ce qui a le mieux marché), et essayant par là de justifier son âme réactionnaire de grand théoricien de la royauté.

    "Il ne s’agit pas du tout, entre la Bourgeoisie et le Prolétariat, d’une lutte pour le partage du butin, ce n’est pas une lutte entre gras et maigres, entre riches et pauvres, comme le croient tous les réformistes et tous les démocrates [...] La guerre [de classes] suppose [...] une scission d’ordre métaphysique ; et c’est précisément cette scission qui existe entre Bourgeoisie et Prolétariat, et que suppose la lutte des classes. Il s’agit de la création d’un monde nouveau, animé d’un âme nouvelle, et qui s’oppose à la civilisation bourgeoise, comme le christianisme s’est opposé au monde antique."

    C’est une scission morale pour Berth, ce qui le rapproche d’Evola où Jünger.