Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Un député allemand : "Les conditions démocratiques sont pires qu’à l’époque de la République fédérale"

Le parti allemand d’extrême droite anti-migrants AfD a devancé la CDU, le parti politique de la chancelière allemande Angela Merkel, lors d’une élection régionale. Ce résultat montre de quoi est capable un peuple poussé jusqu’au bout. Dans une interview exclusive à Sputnik, un député allemand évoque les raisons de ce phénomène.

 

Willy Wimmer, l’ancien président-adjoint de l’Assemblée parlementaire de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) et député du Bundestag, assemblée parlementaire allemande, s’est exprimé au sujet du succès de l’AfD aux récentes élections régionales.

« Peu à peu, la patience du peuple allemand a été poussée à bout. À cause de cela, l’évènement en question n’est pas un cas isolé mais la caractéristique d’une tendance générale du développement des mœurs dans le pays », a commenté l’ancien spécialiste en matière de la défense au sein du CDU/CSU, force politique formée en Allemagne de l’Union chrétienne-démocrate d’Allemagne (CDU) et de l’Union chrétienne-sociale en Bavière (CSU).

M.Wimmer a déploré que les grands partis politiques allemandes ainsi que certains médias ne soient plus à l’écoute des gens et ne les prennent pas au sérieux. « Les conditions démocratiques sont aujourd’hui bien pires qu’à l’époque de l’ancienne République fédérale. Les gens remarquent que l’on ne les consulte plus et qu’ils ne sont que des objets. Et si l’on ajoute à cela les fautes de caractère politique, il ne faut pas s’étonner de tels résultats électoraux », a-t-il poursuivi.

Les grands partis politiques allemands ne sont plus en mesure de gérer le mécontentement du peuple car ils sont eux-mêmes la cause de cette insatisfaction générale. Néanmoins, on a tort de rejeter toute la faute sur Angela Merkel car elle n’est pas la seule coupable de la situation qui prévaut actuellement.

« La chancelière fédérale a revendiqué la responsabilité d’un tel résultat. Pourtant, elle n’en a tiré aucune conclusion. Et d’autres hommes politiques, également responsables dans cette affaire, la laissent seule avec cette responsabilité », s’est indigné le député du Bundestag.

En outre, Willy Wimmer estime que les médias ne reflètent plus les points de vue des Allemands, mais « marchent aux sons d’un tambour militaire ». À Berlin, plus personne – ni hommes politiques ni médias – ne sait ce que les gens pensent vraiment.

« Ceux qui ne sont pas emportés par un flux commun sont des nazis ou des salopards », a lancé M.Wimmer. D’où découle que le succès de l’AfD prouve que les médias et les autorités sont en désaccord avec l’opinion publique. « Il ne faut pas s’étonner que de telles élections comme à Mecklembourg-Poméranie, aboutissent à des résultats presque révolutionnaires », selon M.Wimmer.

« L’intérêt des médias et des principales forces politiques envers les processus démocratiques est presque à zéro. Ils sont plus proches d’une société totalitaire gouvernée par l’argent. On peut percevoir des processus similaires en UE, au sein de l’OTAN… Pourtant, les gens font comprendre par leur choix qu’ils préfèrent une démocratie vraie et originale », a-t-il conclu. Le parti allemand d’extrême droite anti-migrants AfD l’a remporté sur la CDU, le parti politique de la chancelière allemande Angela Merkel, lors de l’élection régionale en Mecklembourg-Poméranie occidentale (nord-est), dimanche 4 septembre.

Demain la révolte des nations ? Lire chez Kontre Kulture :

Voir aussi, sur E&R :

 






Alerter

3 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • C’est un constat dans quasiment tous les pays occidentaux et assimilés, les gouvernants n’écoutent plus la population, la démocratie est morte ou tout au moins, entrée en phase terminale de sa lente agonie.
    Mais ils ne rebrousseront pas chemin, car ce serait la fin du projet de mondialisation décidé dans les hautes sphères de la finance et pour lequel, on les laisse s’enrichir grassement sur le dos des contribuables.
    Toutes les dictatures finissent par s’effondrer, celle qui pointe son nez aujourd’hui n’en sera pas exempte, mais quelle tristesse de voir que l’histoire se répète inlassablement et que les peuples, qui pourtant en sont toujours les victimes, n’en tirent jamais de leçons.

     

    Répondre à ce message

    • Il se dit de + en+ en Allemagne que la phrase de Bertolt Brech, "Si le peuple vote mal, il faut changer le peuple." est très d’actualité.
      Comme "1984", roman écrit pour se moquer et décrire la dictature stalinienne, passe si bien dans nos démocraties actuellement.
      Quand on lit les grands journaux, tous se demandent comment anéantir AfD, la question est posée à l’envers. Que font les partis décrits comme "Volkspartei" différemment qu’avant, ou plus du tout. Cela va faire 30 ans qu’on sert la GroKo (Große Koalition) qui sort par le nez des allemands. Mais avec le Sud et Sud Ouest qui vote CDU/CSU à 50 %, la majorité est quasi imposée au Bundestag, Merkel doit faire partie du gouvernement, c’est d’ailleurs ce que critique Sarah Wagenknecht, il est incroyable que depuis 11 ans, en Allemagne, on n’ait pas eu un autre candidat qu’elle, cela montre à quel point la démocratie allemande fonctionne mal.

      Les allemands de l’Est votent en masse AfD, bizarement, parce que probablement on ne vit pas si mal que cela 30 ans après la réunification, mais il manque qqch, que la CDU, le SPD, et Grün ne proposent pas et que Linke n’arrive pas à formuler selon moi.

      Entre temps, nous avons des amis russes à Kaliningrad, ils louent une maison à des allemands, qui leur disent en avoir marre de l’Allemagne et préférer habiter ailleurs, apparemment, là-bas, on a la paix, selon ce couple d’allemands... vue sur mer, pour pas cher.

      Je ne m’étonne pas, quand on voit la Pologne, la Hongrie, la Slovénie, la Rep. Tchèque, l’Autriche, aucun pays ne veut de la politique allemande, mais ils sont bien obligés de faire avec, c’est le gros voisin.

       
    • @ bernard31

      Il est possible que d’instinct, les Allemands de l’Est voient l’U.E se métamorphoser en nouvelle URSS et que la propagande d’Etat a moins d’impact sur eux que l’expérience de leur passé.
      Etat de faits que les Allemands de l’Ouest, biberonnés aux films d’Hollywood, n’ont pas encore conscience.