Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Les dirigeants pro-Brexit sont-ils en train de trahir leurs électeurs ?

Une lettre jette le doute

Coup de théâtre chez les partisans du Brexit : une lettre rendue publique de l’un de leurs dirigeants prouve que ceux-ci ne veulent pas que le Royaume-Uni quitte rapidement l’UE au lendemain d’une victoire de leur camp, mais qu’ils souhaitent prendre le temps de renégocier, avec chaque État, de nouvelles relations… Un processus qui s’éterniserait et condamnerait leur pays à rester au moins dix ans de plus dans l’UE… Excès de prudence ou trahison ?

 

Brexit ou renégociation ?

Il y a en tout cas un sentiment d’incompréhension, voire de colère, chez les souverainistes à la lecture de ce courrier signé par Bernard Jenkin, membre conservateur du Parlement britannique, qui écrit : « Le Premier ministre a dit qu’il utiliserait l’article 50 du Traité de Lisbonne pour entamer un processus de sortie en cas de victoire du vote pro-Brexit. Mais cela reviendrait à acheter une maison avant de s’être mis d’accord sur le prix ou de l’avoir expertisée. L’article 50 n’est qu’une possibilité (…) ce ne serait pas le bon moyen à utiliser. Il s’agirait plutôt pour le Royaume-Uni et l’UE de se mettre d’accord sur de nouvelles relations… Ce qui suppose de négocier avec chacun des 27 autres États membres de gouvernement à gouvernement. Ceci pourrait prendre la forme d’un nouveau traité. (…) En cas d’échec des négociations, le Royaume-Uni pourra légiférer pour suspendre l’application des Traités de l’UE, mais il serait préférable de le faire après qu’un accord avec les autres États membres aura été conclu… »

 

Déception et colère des électeurs face à ce qui semble bien être une trahison de leurs dirigeants

Les partisans du Brexit ont donc fait connaître leur mécontentement. Ils ont le sentiment que leurs représentants ne veulent pas d’un départ, mais d’une renégociation. Ils ont d’ailleurs fait remarquer la quasi-absence de réaction de leurs chefs lorsque Barack Obama est venu plaider la cause du maintien dans l’UE le week-end dernier.

Lire la suite de l’article sur reinformation.tv

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

14 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Comment confier son opinion à un tiers qui surfe sur l’émotion, sur les passions et qui n’agira que pour ceux qui lui fileront du fric ?


  • Une raison de plus pour le peuple britannique de voter pour la sortie de l UE : aucun risque que le pouvoir anti-démocratique tienne compte de la volonté populaire ; mais cela servira à montrer encore un peu plus l ’ illégitimité des élites nationales au service de l ’oligarchie et celle de l ’ UE et de sa nomenklatura cosmopolite .


  • Il n’y aura pas de Brexit : les Ricains ne l’accepteront jamais...
    l’UE est une prison pour les ( ex ) nations européennes et l’assurance vie de la domination américaine sur le monde.


  • Dans un élan de lucidité, il apparaît clair que cette mascarade n’est qu’une simulation grossière dont le but est clair : faire chanter l’UE afin qu’elle accorde à la Grande-Bretagne d’autres avantages, bien qu’elle jouisse deja d’un certain nombre de faveurs ( par exemple, faire baisser sa cote-part dans le budget de l’UE ). Dans l’hypothèse d’un Brexit ; le marché financier londonien s’effondrerait : la plupart des transactions s’y font en euro, monnaie forte donc stable et qui ne peut pas être soumise à la dévaluation ( connerie monumentale ).

     

  • Salut à tous,

    Il n’y aura pas de "brexit" !
    Pourquoi ?

    1/ le représentant mondial des vrais dirigeants (pas la peine de les citer, ici les gens sont éveillés), est venu voir le sergent-chef Angela, pour rappeler que "quitter l’UE, pas bien !"
    2/ les grandes institutions financières ont dit que s’il y avait Brexit, elles s’installeraient à Paris (mais qu’est-ce qu’on peut entendre comme c.......es quand même).

    Si jamais le résultat du referendum était "oui" ( pour quitter l’UE), on sait comment l’UE traite les referendum (cf Irlande par le passé, 2005 chez nous etc....)
    Bref, il faudra revoter jusqu’à ce que 75% des participants se lassent, et seuls les pro-UE continuent de voter)

    Même si la majorité du populo british veut se barrer de la plus grande prison à ciel ouvert du monde, il y a trp d’intérêts et de puissance en jeu : le vote sera comment dire.......modifié !
    Facile avec les machines à voter électronique, il suffit de quelques lignes de code ordonnant par exemple aux bécanes de changer la valeur du dernier vote de chaque série de 10, en "non", s’il est exprimé par le votant comme "oui" !( si c’est un oui, aucune action à prendre ;conserver la valeur exprimée).
    Les machines sont reliées à des bécanes de traitement via le net (faut bien qu’elles crachent leurs résultats), donc pas difficile à distance d’éditer le mini-OS, d’y rajouter quelques lignes de codes ; après la fin du vote, on remet l’OS d’origine, et personne n’y verra rien.
    Ni vu ni connu je t’embrouille ! Je vous rappelle chers camarades, que la "démocratie" qu’on nous rabâche à longueur d’onde (hertzienne), n’est qu’une cagade comme on dit chez moi dans le Sud ! D’où les guillemets....

    Tout ça me rappelle un certain referendum pour Maastricht, en 1992 ("je vous parle d’un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître..."), où le oui l’avait remporté ric-rac....fallait que ça passe, Mitt-mitt était un fervent européïste, il en allait de sa stature historique, de sa réputation....

    Tout ceci n’est que de la mascarade, du spectacle, du théâtre, avec de mauvais acteurs, des producteurs véreux, des ingénieurs du son sourds et des chefs-op’ aveugles !
    Quant au public.....habitué à la médiocrité il se contente de peu...jusqu’à quand ?
    Adishatz

    H/

     

    • Vous avez entièrement raison.

      Sauf sur un point : quand un désaccord persiste entre César et Dieu, Dieu (Qui parle par les humbles donc les sans dents) finit toujours par l’emporter.

      Quand Il appuie sur le bouton : "game over", c’est fini !

      Dieu est poli : Il prévient toujours longtemps à l’avance.

      Et donc, je ne voudrais pas m’appeler César...

      Quoi qu’ils fassent ou disent : le bouton game over va être actionné

      Dieu le veut.


  • Ce n’est pas certain que ce soit une trahison. Les anglais en fait dévoilent ingénument ce que devrait être "l’Europe" et peut-être ("horresco referens !) sa vraie et actuelle nature ! A savoir un mikado de traités bilatéraux et multilatéraux, et c’est tout ! Et qui n’aboutit à rien de vraiment stable, de constitutionnel. Et qui en plus est anarchique dans ses rapports avec des états extérieurs ! (Amérique, Brésil, Russie). Ce n’est donc plus gérable et les anglais s’en aperçoivent, eux, les spécialistes des "coalitions" (ce sont elles qui ont vaincu Napoléeon et pas les anglais seuls). Cette histoire est fort intéressante. On devrait y réfléchir sérieusement.

    Au fond, sortir de ce bastringue à technocrates exaspérants mais avec les formes car les anglais ont une mentalité très "club". L’Europe était un "club" et il faut en sortir en gentleman. Hum ! hum ! En effet, des négociations d’état à état très complexes et détaillées prendraient le relais. Pourquoi pas ? Cela me paraît bien au contraire une très intelligente et très subtile manière de sortir élégamment de ce merdier. "D’un merdier l’autre", en somme.


  • Comme fabius était partisant du non en 2005.... tout cela n’est qu’une mascarade, quel que soit le vote des britts, le résulat sera "on reste". C’est une opération psychologique qui vise à décourger toute opposition en la persuadant qu’elle n’a aucun poids. Ce qui fait une élection c’est pas le dépouillement c’est l’annonce des résultats.


  • comment croire une seconde qu’un personnage comme Boris Johnson puisse être un un sincère partisan de la sortie du royaume uni de l’ue ?


  • bah oui on l’a déjà vu en Grèce non ?


  • L’Angleterre fait partie de l’UE mais utilise le Sterling ????? bizarre ça, j’ai toujours cru comprendre qu’il avait refusé l’UE


  • Mais non, mais non ! L’Angleterre va quitter l’Union Européenne... comme la Grèce....


  • les Américains ont besoins de réserves de change pour leurs dollars une des raisons de l’union européenne,ainsi que de se réserver des marchés interdit aux BRICS.
    les personnes biens dans leurs têtes savent que l’union européenne est une URSS en devenir le niveau de vie baisse et la population est remplacée car des immigrés qui acceptent des emplois a bas couts et que cela va se généraliser avec les classes moyennes aussi et que l on va avoir de plus en plus de tres riches et de tres pauvres.


Commentaires suivants