Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

"Les enfants et les jeunes", cibles prioritaires du Luxembourg pour "l’éducation sexuelle et affective"

Illustration : Ainhoa Achutegui, présidente du Planning familial,
organisation subventionnée par l’État luxembourgeois

 

 

Lors d’une conférence de presse conjointe, les ministres Lydia Mutsch et Claude Meisch ont présenté le concept du Centre national de référence pour la promotion de la santé affective et sexuelle, retenu être un élément important du « Programme national – promotion de la santé affective et sexuelle ».

Le programme national a été élaboré suite à la Déclaration d’intention d’une politique commune de promotion de la santé affective et sexuelle, signée par les ministres de la Santé, de l’Éducation nationale, de la Famille et de l’Égalité des chances en date du 17 juillet 2013.

Comme il est souligné dans le programme, la santé affective et sexuelle est un élément indissociable du bien-être de toute personne, quel que soit son sexe, son âge, sa condition physique ou psychique, son origine ou encore sa situation socioéconomique.

Selon la ministre de la Santé, la santé affective et sexuelle ne se limite pas aux relations sexuelles, mais inclut l’affectivité, le respect de soi et de l’autre, les spécificités du genre et des identités sexuelles. Il s’agit de la promotion des relations sexuelles sans risque et de la promotion d’une santé sexuelle démunie de toute forme de violence et de toute forme de discrimination.

 

Vers une approche interdisciplinaire et une mise en réseau de tous les acteurs impliqués

Afin de concrétiser cette politique commune, les ministères impliqués ont adopté une approche interdisciplinaire ainsi qu’une approche qui a permis la mise en réseau de tous les acteurs du terrain impliqués pour élaborer un plan d’action répondant aux besoins très diversifiés de notre population, à savoir le « Plan d’action national – santé affective et sexuelle » pour les années 2013-2016.

Pour atteindre les objectifs fixés tant dans le programme national que dans le plan d’action national, la création d’un Centre national de référence (CNR) pour la promotion de la santé affective et sexuelle, est un élément de première importance.

Ainsi, le Centre national de référence est une plateforme pour compiler, harmoniser et mettre en réseaux les connaissances, les compétences et expertises nationales en matière de sexualité au niveau du pays.

 

Élément-phare pour promouvoir la santé affective et sexuelle à tous les niveaux

Dans ce sens, le CNR investira dans la sensibilisation et l’information, répondant aux besoins de l’individu et de la collectivité ainsi qu’à leurs spécificités particulières et la mise en place d’un environnement socio-politique, éducatif, économique et réglementaire propice à la santé affective et sexuelle.

Le Centre national de référence sera aussi en charge des formations initiales et continues des intervenants, tout comme de l’identification et de la discussion des modèles et outils de bonnes pratiques.

Les missions du Centre national de référence ne se limitent point à l’éducation sexuelle proprement dite, donc à transmettre des informations et des connaissances pertinentes, mais visent une approche plus globale et holistique, impliquant les principes de la promotion de la santé sexuelle tels que définis par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).

Ainsi, la promotion de la santé affective et sexuelle ne relève pas seulement du secteur sanitaire, elle dépasse les modes de vie sains pour viser le bien-être général en s’appuyant sur des environnements et des circonstances favorables.

La promotion de la santé affective et sexuelle contribue également de manière générale et spécifique à la santé et au bien-être des personnes, à la prévention et à la réduction des risques liés à la sexualité, à la protection des populations vis-à-vis de toutes les formes de violences, notamment aussi des violences sexuelles, de la commercialisation du sexe, de l’exploitation sexuelle et participe à la lutte contre les stéréotypes et les préjugés qui fondent les discriminations.

 

Les enfants et les jeunes : un public cible prioritaire

Les enfants et les jeunes sont un public cible prioritaire dans le cadre de l’éducation sexuelle et affective dans le champ d’action du Centre national de référence pour la promotion de la santé affective et sexuelle.

Ce dernier interviendra pour le ministère de l’Éducation nationale, de l’Enfance et de la Jeunesse à différents niveaux :

En matière d’éducation non-formelle, le cadre de référence instauré par la loi sur la jeunesse du 24 avril 2016 cite l’éducation affective et sexuelle et les relations avec autrui parmi les champs d’action essentiels à mettre en œuvre par les structures d’encadrement et d’accueil. À ce niveau, le Centre sera un partenaire important dans l’accompagnement et le développement des concepts, des méthodes et des bonnes pratiques à l’attention des maisons relais, des crèches et des maisons de jeunes, mais aussi pour la formation des professionnels socio-éducatifs.

Au niveau de l’éducation formelle, dans les écoles fondamentales et les lycées, le Centre pourra fournir une aide en matière de formation continue et d’information. Il pourra aussi contribuer à compléter le stock disponible des bibliothèques scolaires par du matériel didactique et thématique adapté et conseiller les commissions des programmes quant au choix du matériel didactique et pédagogique.

 

Concept pour la création du Centre national de référence pour la promotion de la santé affective et sexuelle

Le Concept pour la création du Centre national de référence a été élaboré par un comité de pilotage, composé des ministères impliqués, ainsi que des acteurs clefs en matière de santé sexuelle au niveau du pays, à savoir le Planning familial, la HIV Berodung de la Croix-Rouge et le CPOS (Centre de psychologie et d’orientation scolaires).

Le comité de pilotage a également proposé le Planning familial comme gestionnaire pour assumer la tâche de la mise en œuvre du CNR.

La Convention portant création du Centre national de référence pour la promotion de la santé affective et sexuelle a été signée par le ministère de la Santé et le Planning familial.

Communiqué par le ministère de la Santé / ministère de l’Éducation nationale, de l’Enfance et de la Jeunesse.

 


 

Promouvoir une éducation sexuelle sans tabou

 

Le gouvernement et le Planning familial ont officiellement lancé, mercredi, le Centre national de référence pour la promotion de la santé affective et sexuelle.

Maladies sexuellement transmissibles, place de la femme dans le couple, ou encore interruption volontaire de grossesse. De nombreuses associations traitent déjà ces problématiques au Luxembourg. Mais, selon un état des lieux réalisé en 2013, le Grand-Duché manque d’une politique commune sur ces sujets.

« Il y a beaucoup de propositions pour une éducation sexuelle et affective mais on n’atteint pas tout le monde et on n’atteint pas tout le monde de la même manière », explique Ainhoa Achutegui [photo], présidente du Planning familial. « L’idée du Centre national de référence est de décider des lignes directrices pour tout le pays. Pour que ce ne soit pas toujours les mêmes écoles et la même région » qui soient sensibilisées. « Certaines écoles ne nous contactent pas parce qu’elles considèrent que l’éducation sexuelle n’est pas si importante. »

 

Cibler des populations spécifiques

Le Centre national de référence pour la promotion de la santé affective et sexuelle, présenté mercredi par le Planning et par les ministres de la Santé, Lydia Mutsch, et de l’Éducation nationale, Claude Meisch, aura pour objectif de coordonner les actions des acteurs de terrain comme les enseignants, les éducateurs ou encore les formateurs.

Les populations à besoins spécifiques sont particulièrement ciblées. « Il faut un travail avec les foyers, avec les réfugiés, avec les maisons de jeunes, ou encore avec les personnes handicapées », explique Ainhoa Achutegui. « Le centre devra promouvoir les mêmes valeurs pour les associations qui œuvrent sur le terrain. La thématique des transgenres, par exemple, n’est pas encore assez connue. Il faut que les professeurs puissent savoir comment gérer cela. » À noter qu’un budget de 240 000 euros a été dégagé pour la mise en place du Centre.

(Source)

À ne pas manquer, sur E&R :

 

Se lever contre l’évolution sordide des sociétés occidentales
avec Kontre Kulture :

 

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

20 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Rien de plus ridicule, de plus grotesque que "l’éducation sexuelle" . L’initiation à l’amour s’est toujours fait d’une façon instinctive, et nos aïeux, souvent très chauds de la pince, auraient éclaté de rire si quelqu’un - une instit ? - leur avait dit "comment faire" . Ils avaient le sens du ridicule et ils n’avaient pas besoin qu’on la leur tienne, pas besoin que leur "sexualité" soit "prise en charge" (!...) .


  • Il feraient bien mieux d’enseigner les bienfaits de l’abstinence !


  • Salut à tous,

    Le thème d’une certaine "paix sociale" assurée par une exacerbation de la sexualité (une "sexualité sans entrave"), a souvent été développé en science-fiction dystopique.

    Si vous voulez vous intéresser à ce genre de sujet, vous pouvez commencer par lire les monades urbaines, de l’excellent auteur US Robert Silverberg, sur lequel naguère, je rédigeai une maîtrise en littérature comparée.
    Du temps où ça s’appelait encore "maîtrise", et pas "master".

    Je vous parle d’un temps.......

    L’idée est qu’en libérant la sexualité (dans le bouquin de Silverberg, les femmes sont élevées de manière à ne jamais refuser le désir des hommes), on obtient ainsi une société composées d’individus "apaisés", qui font ce qu’on leur dit de faire, et qui se défoulent en baisant à couilles rabattues (pardonnez cette expression un peu triviale).

    Grâce à l’internet, les camarades souhaitant approfondir, trouveront beaucoup d’autres ouvrages déclinés sur ce thème.

    Bonne lecture

    Adishatz

    H/

     

  • Non, la santé sexuelle et affective c’est pas bien. Vive les névrosés, vive les malheureux dont la souffrance plait à Dieu ! Quelle merveilleuse conception de la société, qui ne vaut pas mieux que l’autre qu’elle prétend dénoncer

     

    • Non, la souffrance plaît à Satan si vous voulez mais c’est le dépassement de la souffrance qui plaît à Dieu, évidemment.
      Hors l’addiction sexuelle à laquelle risque de mener ce type d’endoctrinement fera souffrir par ses conséquences qu’on devine désastreuses pour leur construction sociale car c’est bien la déshumanisation qui est le but. Et l’école républicaine ma foi, s’en donne les moyens !


    • Si j’ai bien compris votre message, il faut pour qu’un être humain soit épanoui qu’il se laisse expliquer par des services orientés idéologiquement comment il doit ou ne doit pas envisager sa vie sexuelle.

      Dans le cas contraire, il ne serait qu’un névrosé cherchant à plaire à Dieu par sa misère. Outre votre vision ultra-manichéenne et caricaturale du sujet, je rappelle à l’inculte que vous vous manifestez être que l’érotisme au sein du mariage est un pilier de la religion catholique, que vous semblez confondre avec le puritanisme protestant.

      Ainsi, chacun est libre de ranimer la flamme au sein de son couple, de s’épanouir dans un respect mutuel sans qu’il soit nécessaire de courir après la multiplication des partenaires, ou d’inciter la jeunesse à penser à la bite ou à l’anus plutôt qu’à l’élévation physique, intellectuelle et spirituelle dont elle aura besoin pour être adulte conséquent, sain, et utile à la société qui la protège.

      J’ai 22 ans, et je vous dis clairement d’aller vous faire foutre, vous nous avez bien baisés, vous les 68attardés avec votre vision débridée du monde, considérant l’interdit comme frein au bonheur alors que le bonheur naît justement d’un équilibre fragile que nos ancêtres essayaient de bâtir avec toutes les difficultés que cela comporte.

      Vous n’êtes qu’une putain de caricature du névrosé haineux qui défend en bavant son droit à être une merde compulsive et jouisseuse, bénissant ceux qui éduqueront la chair neuve d’une façon aussi crasse que la votre, le petit branleur qui hait l’honneur et la discipline, parce qu’il ne faudrait pas gagner sa vie par la sueur de son front, mais jouir sans entrave.

      A Dieu ne plaît point notre souffrance, c’est pourquoi il nous invite à l’élévation, la souffrance attend ceux qui connaissent trop leur corps et pas assez leur âme.

      "Il est interdit d’interdire." Vous n’êtes que des enfants attardés et déresponsabilisés, pas étonnant qu’en deux générations vous ayez réussi à couler une nation riche, multi-séculaire, bande de cons.

      Comprenez que nous en avons marre que vous associiez systématiquement abstinence et exigence avec de la névrose et du malheur. C’est parce que vous êtes insultant que je me suis permis de l’être en retour.

      J’ai poussé loin la caricature du soixantehuitard pour vous montrer comme il était désagréable d’être méprisé par des arguments fallacieux, vous êtes certainement quelqu’un de bien et je vous salue respectueusement,


    • PS : Ce n’est pas parce qu’un groupe prétend, au frais des contribuables, améliorer la santé affective et sexuelle de la jeunesse qu’il servira effectivement ce genre d’objectifs.

      Je pourrai très facilement louer une salle et y créer un groupe de réflexion sur les coquelicots, l’amour dans le monde et la véritable démocratie tout en servant des objectifs bien différents.

      Enfin, ce n’est tout simplement pas à l’Etat de s’occuper de la vie privée des gens et de la jeunesse, que vous n’y voyez pas là une grave dérive dictatoriale est sacrément révélateur de votre aveuglement.


    • C’est vrai que les français depuis la nuit des temps ont la réputation d’avoir besoin de vieilles fonctionnaires rombières pour leur apprendre à séduire et faire l’amour à leur femme ou à leurs maitresses !! C’est bien connu ça !!... Ah Ah Ah Ah !!!
      Tu parles d’un tue l’amour !!! Non mais n’importe quoi !!!
      Qu’est-ce qu’il ne faut pas lire ou entendre !!


    • C’ est ce qu’ on peut appeler une parole d’ ignorant , privé de lumière et fortement enraciné dans un concept athée et matérialiste . Crois tu un seul instant que les efforts des hommes peuvent faire disparaitre toutes souffrances ? Crois tu que priver les enfants de l’ innocence de la jeunesse et leur enlever le plaisir de la découverte est une solution ? Pense tu que la vie humaine soit limité a manger , dormir , s’ accoupler et se protéger ? La vie sexuelle est la cause primordiale de la souffrance , l’ appétit sexuel doit être dompté et en aucun cas ne devrait pas avoir une place dans la vie humaine aussi importante , on éteint pas un feu dévastateur en y jetant de l’ essence . Si le sexe est aussi important de nos jours c’ est le fait de la surenchère pseudo-culturelle , médiatique , pornographique , publicitaire qui tend a faire de cette activité animale un objectif obsessionnel , un but en soi , comme si l’ épanouissement de l’ être en dépendait alors que ce n’ est qu’ un simple besoin installé par la nature selon la volonté divine pour procréer . C’ est pour cela que dans toutes sociétés civilisées il existe le mariage pour donner un cadre salvateur a ce besoin primaire ce qui est bien autre chose que d’ en faire un support vilement mercantile , voir un moyen de subjugation et de contrôle des masses abruties . Au lieu d’ offrir une éducation émancipatrice et une culture du divin et de l’ esprit supérieur de l’ homme , au lieu de nourrir sa quête d’ absolu et de lumière spirituelle , les matérialistes démoniaques préfèrent maintenir les humains au rang de l’ animal soumis aux impulsions de ses sens , au détriment de leurs véritables besoin spirituel . Ce qui constitue un suicide de l’ esprit et qui mènera inévitablement avec le temps a une détresse et de nombreux maux et pathologies physiques et mentales , car la maladie , la vieillesse et la mort associées a la tristesse de la chair et a la frustration par non accomplissement de la tache qui incombe a l’ homme, consistant a rétablir le lien d’ amour avec Dieu dans la réalité éternelle pleine de félicité , plongera l’ être vivant dans le désarroi et dans la peur . Il se retrouvera aussi ignorant qu’ a sa naissance et ni la science , ni les dirigeants , ni les penseurs , personne ne lui sera d’ un quelconque secours , il aura simplement gâché sa vie a poursuivre des fantasmes et un bonheur utopique dans un monde illusoire et éphémère et ne saura toujours pas qui il est .


    • Réponse à Henri (je ne peux pas faire "répondre directement sous son message"

      Salut Henri,

      Oui, c’est dystopique, essentiellement quant au système social décrit. C’est extrêmement hiérarchisé, très policé, très contraignant et répressif.
      Violent aussi, car qui se dresse face à l’organisation sociale, risque la mort !

      Chacun se voit attribué une place sociale, et ne peut en sortir !
      Les femmes, n’ont que rarement un rôle social prépondérant, étant donné qu’elles sont essentiellement destinées à recevoir le désir des hommes, sans pouvoir s’y opposer.
      En fait, le seul espace de liberté accordé, est la débauche sexuelle : une des coutumes principales de cette société, est appelée "la promenade nocturne" :elle est obligatoire pour tout homme qui se respecte (et qui respecte les lois), et consiste à rentrer la nuit dans un appartement, et à avoir une relation sexuelle avec la femme qui y dort !
      Même si elle est mariée, le mari ne peut s’y opposer, mais en général il est lui même parti à cet instant, vadrouiller sexuellement !
      Suite à cet encouragement à la sexualité débridée, la population humaine mondiale se chiffre à plusieurs dizaines de millairds d’individus, qui vivent donc dans des tours immenses, d’un kilomètre de haut. un ensemble d’étage constitue une ville, et prneds le nom d’une ancienne ville du passé ( Berlin, Paris, NYC....), et plus on monte vers les étages supérieurs, plus le statut social est élevé !
      Il existe hors des tours disséminées sur toute la planète (les pays n’existent plus), des gens "à part", qui sont chargés de produire la nourriture, sur le peu de surfaces de terre disponibles.

      Lisez-le je pense que vous aimerez. Il se trouve en poche, donc pas dispendieux ; si vous lisez l’anglais, le titre original est " the world inside".
      Vous y retrouverez des influences littéraire de "1984" mais aussi de "barve new world" !
      Silverberg, est un plutôt bon créateur d’univers dystopiques !

      Dans ce bouquin, Silverberg va s’attacher à décrire des personnages qui se posent des questions, et vont remettre la belle organisation en cause....

      Adishatz et bonne lecture !

      H/


    • "Suite à cet encouragement à la sexualité débridée, la population humaine mondiale se chiffre à plusieurs dizaines de milliards d’individus". Silverberg ne doit pas connaitre les préservatifs apparemment.
      Concernant les très longues réponses à mon commentaire initial, j’ajoute ceci. Les Aztèques pensaient que s’ils ne sacrifiaient pas assez de jeunes hommes et de jeunes femmes au sommet de leurs pyramides, leur civilisation disparaîtrait. Les chrétiens, de leur côté, pensent que si leur civilisation bat de l’aile, c’est parce que les gens s’adonnent à la luxure. Une civilisation se construit sur des fables sacrificielles, et lorsque les gens cessent d’y croire, elle s’éteint.
      J’ai aussi compris grâce à vous que la sexualité est tellement dangereuse qu’il faut la confiner dans le mariage monogame hétérosexuel catholique, un peu comme on confinerait une substance radioactive. Quelle merveilleuse conception de la sexualité, la seule chose que la nature nous donne pour nous dédommager de la peine d’exister, et que la religion a remplacé par la promesse de l’immortalité. Mais bon, les promesses n’engagent que ceux qui y croient


  • Signe d’une fin de civilisation, l’intérêt abusif et pervers des institutions éducatives pour la sexualite des enfants indique clairement que l’éducation ne s’adresse ni a la pensée, ni a’ l’élaboration cognitive de l’enfance. C’est l ’avenir même de nos sociétés qui est visée.


  • Si je lis bien entre les lignes sauf erreur de ma part , après avoir bein instrumentalisé les jeunes dès 2010 ( les maths français et autres matières élémentaires sont relayer aux second plan)
    Ils continuent comme si cela était insuffisant à instrumentaliser les immigrants et pour couronner le tout les handicapés , malheureusement cela à déjà été effectué dans les années 70 , dans ces années là tout le monde gobait les infos aussi bien à la télé qu’à la radio , l’idée était de leur faire croire que si les hommes se féminisaient voir de se castrer , deviendraient plus intelligent , en fait le problème venait ni plus ni moins des médiats de l’époque qui émettaient des intox dont le but étant d’éviter que le troupeau réfléchisse , de rester intelligent.
    les médiats ne vous rapporterons jamais ce qu’a put faire Kinsley.

     

  • Judith Reisman avait sorti un livre Sexual Sabotage avec une question
    Comment un scientifique fou a déchaîné une plaie de corruption et de contagion sur l’Amérique.
    cette question également s’appliquer pour la France.


  • Je voudrais etre une mouche.... Et accompagner madame achutegui lors d’une conférence ou elle justifierait les homosexuels ou les transgenres dans un foyer d’immigrés ou de migrants ....juste pour voir combien de temps elle tiendrait !

     

    • Mon Cher Voronine,
      Surtout pas une mouche, malheureux ! Soyez tout ce que voulez sauf ça. Soyez un moustique par exemple. Parce que, dans ce cas précis vu la "cible" c’est des coups, assurément, à devenir une mouche à Merde. Et vous êtes bien au dessus de ça Mon Colonel (dont j’apprécie les analyses, la fidélité à ER, la hauteur de vue).
      Dieu vous garde.


  • Message à Bonsignore, ne pouvant encore une fois pas faire "répondre" sous son intervention !

    Cher camarade, je serai bref : bravo pour votre texte, aussi bien pour la qualité de l’écrit, la qualité de la langue, que pour le contenu !

    Soutien total d’un vieux schnock ayant exactement 30 ans de plus que vous !

    Ça me redonne un véritable espoir dans la jeunesse actuelle, puissent beaucoup de vos coreligionnaires vous ressembler !

    Bravo encore jeune homme ! que la Providence prenne soin de vous sera pour vous mon souhait le plus sincère !

    Serviteur Monsieur !

    Adishatz

    H/