Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Les fruits pourris de la présidence Obama

C’est le moins qu’on puisse dire : la fin de l’ère Obama sent la poudre. Le chef d’état-major des forces armées US, Mark Milley, vient de déclarer qu’un « conflit extrêmement meurtrier » avec la Russie est « quasiment certain ». Pour ceux qui auraient des doutes sur la nature de ce conflit, le secrétaire à la Défense de l’administration Obama, Ashton Carter, s’était chargé de les dissiper. Avec ses cheveux bien peignés, la raie sur le côté, il nous a doctement rappelé que les USA se réservaient le droit d’effectuer une « première frappe nucléaire » contre tout ennemi potentiel.

Cette doctrine d’emploi de l’arme atomique n’est pas nouvelle. Admiratif du modèle israélien, le Pentagone croit depuis longtemps aux vertus combinées de l’attaque préventive et du feu nucléaire. « Le maintien d’une possibilité de tirer les premiers a été notre politique depuis longtemps et fait partie de nos plans pour l’avenir », précise Ashton Carter. Contrairement à la France, les USA ne tiennent pas l’arme nucléaire pour un argument de dernier recours. Elle n’est pas une arme de « dissuasion du faible au fort ». Elle n’a pas pour vocation d’éviter, par la crainte des représailles, une agression qui menacerait les intérêts vitaux de la nation.

Pour Washington, l’arme suprême est une arme offensive destinée à anéantir la menace, et non à la dissuader. On pourrait la résumer par la formule suivante : la meilleure défense c’est l’attaque, et tant qu’on y est, il vaut mieux atomiser l’ennemi. À Washington, cette doctrine a pignon sur rue. Elle est inscrite noir sur blanc dans les documents officiels. Mais grâce au président Obama, cette doctrine mortifère aura connu une nouvelle jeunesse sous son second mandat. En tenant ce discours de matamore, il entend donner toute sa crédibilité à une politique belliciste qui sera amplifiée par Hillary Clinton si elle accède à la Maison Blanche. Pour ceux qui croyaient à la fable d’un gentil président manipulé par les démons néo-conservateurs du Pentagone, on imagine que c’est la douche froide.

Ces déclarations martiales sont des rodomontades, dira-t-on. Escalade purement verbale, effets de manche sans conséquences ! Ce n’est pas parce qu’ils adressent des menaces qu’ils passeront à l’acte. Certes, mais il y a des données objectives. Le budget militaire US représente neuf fois celui de la Russie, il pèse à lui seul la moitié des dépenses militaires mondiales, les USA n’ont pas hésité en 1945 à utiliser l’arme nucléaire, et on ne sait jamais jusqu’où peut conduire l’ivresse de la puissance. Hillary Clinton a dit un jour que le formidable arsenal dont dispose la « nation exemplaire » ne présentait aucun intérêt si l’on répugnait à s’en servir pour de vrai. À bon entendeur ! Cette Amérique dont elle promet le retour n’hésitera pas à vitrifier ceux qui entravent sa marche grandiose vers la gouvernance planétaire.

Rodomontades ou non, ces déclarations martiales sont le symptôme d’une montée aux extrêmes. L’affrontement verbal entre Moscou et Washington a dépassé le seuil critique, et cette nouvelle guerre froide aiguise les appétits du complexe militaro-industriel. Elle lui fait miroiter les dividendes vertigineux de la course aux nouvelles technologies militaires. Une alchimie redoutable, aux USA, associe la puissance économique et l’imperium militaire, ils se confortent mutuellement, ils fonctionnent en osmose. L’affrontement qui s’annonce, par conséquent, représentera pour « l’État profond », ses multinationales, ses banques et ses officines sécuritaires, de gigantesques opportunités de pouvoir et de profit. Ce n’est pas de bon augure.

La dislocation de l’Union soviétique, en 1991, a créé l’illusion que la guerre froide était terminée. Lourde erreur. La renaissance du conflit entre l’Est et l’Ouest sous la présidence Obama fait la démonstration rétrospective que l’affrontement des blocs ne provenait pas de la menace soviétique. L’URSS a disparu, mais cette disparition de la cause supposée des tensions ne les a pas supprimées. Pour une raison fort simple : la véritable menace était, et elle est toujours, celle que fait peser la « nation exceptionnelle » sur la souveraineté des États et la coopération entre les peuples.

Cette menace, en réalité, vient de l’appétit de puissance d’une oligarchie mondialisée dont le centre de commandement est à Wall Street. C’est la cupidité pétrie de bonne conscience de ces adorateurs du Veau d’or qui menace la paix du monde, et non Vladimir Poutine ou Bachar Al-Assad. En nous léguant les fruits pourris de sa politique, Barack Obama aura au moins administré une leçon à ces naïfs qui croient qu’un président des États-Unis est autre chose que le commis de la finance mondialisée. La principale cause du chaos international actuel, ce n’est pas la Russie, l’Iran ou la Corée du Nord. C’est la soumission de la première puissance de la planète à une oligarchie narcissique et corrompue qui se moque comme d’une guigne de la paix du moment qu’elle engrange des profits.

Cette oligarchie, Barack Obama l’a servie. Il a reçu le prix Nobel de la paix, mais il a fait la guerre afin de promouvoir ses sordides intérêts. Tous les conflits en cours sont les rejetons monstrueux de la stratégie du chaos dans laquelle il est passé maître. Tuant à l’aveugle, la guerre des drones a livré l’Afghanistan aux talibans. En Syrie, l’ingérence occidentale et l’alliance de Washington avec les terroristes ont généré une guerre effroyable. Exécutée par ses larbins européens, la destruction de la Libye a semé le chaos dans la région sahélienne. Au Yémen, l’aviation saoudienne massacre des civils à coups de bombes made in USA. En Palestine, la complicité de l’administration Obama (qui vient d’offrir 38 milliards de dollars à Tel Aviv) encourage la violence coloniale déchaînée par les sionistes contre le peuple palestinien. Entre les guerres en cours et la guerre qui vient, il ne restera de cette présidence que les fruits pourris de l’impérialisme.

Bruno Guigue, 08/10/2016

 

Approfondir le sujet avec Kontre Kulture :

Voir aussi, sur E&R :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

17 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1575047
    le 08/10/2016 par gloria lasso
    Les fruits pourris de la présidence Obama

    Le prix Nobel pour l’expression de l’année et de la paix vient d’être attribué à "Pas d’amalgame !"... bien évidemment à l’unanimité du jury.


  • #1575072
    le 08/10/2016 par Meyer à bide
    Les fruits pourris de la présidence Obama

    Obama est dans la continuité des néo-conservateurs : mensonges et divisions.


  • #1575116

    Je crois que les USA ont peur des russes.
    De leurs systèmes offensifs de guerre électroniques en particulier, capable de mettre hors de combat beaucoup des systèmes Us bourrés d’électroniques.
    Ne pas oublier egalement que les USA ont une énorme caldeira a fleur de terre au centre du pays : deux bombes nucléaires suffirait à l’ouvrir et plier les US en 48h.
    Le drame serait que les politiques US prennent au sérieux les militaires Us pour autre chose que des budgets. Les russes auront sinon la peau des américains.


  • #1575131
    le 09/10/2016 par The Shoavengers
    Les fruits pourris de la présidence Obama

    Personnaliser autant la situation mondiale autour d’Obama est on ne peut plus malhonnête.

     

    • #1575284

      Lisez bien : il dit qu’un président US n’est rien d’autre qu"un larbin aux ordres. Tandis qu’on nous fait croire qu’il est le faiseur de paix du monde. Et que sa présidence n’a rien fait pour, contrairement à ce que croient tous les Charlies pro-Hillary.
      Au bout d’un moment, c’est lui qui donne directement les ordres à son armée. Mais il les reçoit lui-même et l’article ne manque pas de le dire


  • #1575148

    Oui c’est étonnant que personne ne se scandalise de ce qui se passe aux USA.
    Avez vous entendu parlé du group Carlyle. dont les actionnaires sont la famille
    bush et dont un des directeurs est olivier Sarkozy le frère de nicolas.
    C’est incroyable, il y a des conflits d’intérêts de partout et personne ne dit rien.
    Car les guerres, ou menaces ne font que servir les intérêts financiers de ces
    individus qui sont actionnaires d’entreprise ou ici du groupe carlyle pour s’enrichir en faisant payer les contribuables. 500 milliards de dollar en budget militaire aux usa c’est colossal et ce n’est surement pas pour faire jolie dans les entrepôts...


  • #1575177

    Il faut pas tomber dans la peur de tout façon les USA ne pourront pas lancer de frappe nucléaire car ci non la riposte russe et chinoise serais terrible, il ont trop peur pour ça !!!!


  • #1575214

    Heureusement qu’il est prix nobel de la paix. Qu’est ce que ce serait sinon ?


  • #1575266

    Pour faire court : Les USA ont du utiliser la bombe A sur le Japon, car ils ne parvenaient pas à en finir avec ce pays. De plus ; Staline avait écrasé l’Allemagne pratiquement lui seul. Le débarquement de 44 c’est du bluff. Au sortir de la guerre 60% des français désignait Staline comme le vainqueur des nazis.
    En Corée, le Mig 15 était supérieur à tous les avions à réactions de l’époque et faisait des carnages.
    Dans les années 60, les USA n’étaient pas capable d’envoyer un homme dans l’espace ; leurs fusées n’étaient pas assez puissantes.
    La plus grosse bombe H au monde "Tsar bomba" de 60 Mégatonnes a été construite par les soviétiques.
    Reagan a voulu "la guerre des étoiles" qui eut pour résultat une erreur technologique majeure que sont les avions et missiles "furtifs" de manière géométrique. Russes et chinois utilisent la méthode éléctronique.
    Dans les années 90, j’avais lu dans Sciences et Vie que des ingénieurs français avaient mis au point un radar, ou plutot une série d’antennes radars au sol capable de détecter et donc d’abattre n’importe quel avion "fantome"...
    En fait beaucoup d’argent pour le Pentagone, mais une efficacité très réduite. C’est a se demander ou va l’argent, comme dans le projet hallucinant du JF35, qui est vendu à l’armée sans etre opérationnel. On a gardé les vieux A 10, car cet avion n’est pas capable de les remplacer...Ni meme de remplacer le F/A 18 Superhornet.
    Dans l’espace, il n’y désormais que les russes. Les USA ne sont plus capables d’envoyer des équipes vers la station spatiale.
    L’économie américaine ? Délocalisée ; les USA se transforment en un pays de service, la production industrielle courante dévolue aux chinois....100 millions de ricains hors emploi.
    La finance ? Elle subsiste depuis son effondrement en 2008, grace à la planche à billet, et au fait que le dollar est encore utile pour échanger des marchandises sur la planète. Mais justement la aussi la roue tourne...
    Il ne faut pas voir que les USA essaient de dominer, il faut voir qu’ils sont en train de retourner à l’état de grande puissance, certes, mais que leur Nouvel Ordre Mondial, l’Empire comme dit Soral, est en train d’exploser en vol....
    Ce n’est pas en agitant des guerres, qu’ils vont redresser leur situation comme dit l’auteur. Les guerres atomiques sont auto-destructrices, et ressemblent plus à un suicide qu’à autre chose...Le Japon n’avait pas d’arme nucléaire, c’était fastoche...
    Mais la....

     

    • #1575292
      le 09/10/2016 par Grosbill
      Les fruits pourris de la présidence Obama

      Admettons, mais n’oubliez pas « l’option Samson » : plutôt faire tout péter, quitte à y passer soi-même, plutôt que d’envisager le risque d’une défaite.
      https://erchampagneardenne.wordpres...


    • #1575337
      le 09/10/2016 par toto la ciboulette
      Les fruits pourris de la présidence Obama

      Excusez moi de vous contredire, mais les deux bombes atomiques ont été balancées uniquement pour les tester et montrer aux russes la puissance américaine.

      Le japon été ravagé, des bombardements au phosphore blanc avait fait plus de 250 000 morts dans les grandes villes et les émissaires d’Hiro Hito étaient dans les antichambres américaines pour négocier un traité de paix, leurs seul souhait étant de vouloir garder leur empereur.

      Si à la limite on pouvait trouver des circonstances atténuantes pour la première, la seconde elle (d’une nature atomique différente) a bien été balancée pour voir ses effets mortifères.

      Pour le reste c’est bien le sacrifice de 30 millions de russes qui a permit de battre l’Allemagne.


    • #1575353
      le 09/10/2016 par insoumis de la dissidense
      Les fruits pourris de la présidence Obama

      "Les USA ont du utiliser la bombe A sur le Japon, car ils ne parvenaient pas à en finir avec ce pays"

      Il faut en finir avec ce mythe.
      La vraie raison de la reddition inconditionnelle du Japon est la déclaration de guerre de l’URSS le 9 août 1945 et déjà l’invasion rapide de la Mandchourie par les troupes soviétiques.
      Il fut en effet impossible pour le Japon de mener deux fronts face à deux puissances.
      Ce n’est pas non plus la prétendue erreur de traduction du mot "mokusatsu" dans la réponse du Japon (Premier Ministre Kantaro Suzuki) à l’ultimatum des USA lancé le 26 juillet.
      Pour Suzuki "mokusatsu" signifiait "sans commentaires" mais les américains traduisirent ce mot (volontairement ou non) par "ignorance avec mépris".

      Ce qu’il faut considérer :

      - Les pourparlers du Japon avec l’URSS, médiateur pour les USA afin d’obtenir une reddition "sauvant les meubles", l’URSS étant neutre vis à vis du Japon jusqu’au 9 août. Donc fin de cet échappatoire pour le Japon par la déclaration de guerre soviétique.

      - La destruction par deux bombes atomiques de Hiroshima et Nagasaki n’a pas fait plus de dégâts que les bombardements conventionnels massifs des grandes villes du Japon par l’aviation américaine (il ne restait plus que de rares petites villes "intactes", les autres ayant été détruite de 50 à plus de 90 %).

      - Qu’en prétendant que la reddition du Japon trouvait son origine dans les deux bombardements atomiques, ceci a permis 1- que le Japon et surtout l’Empereur Hiro Hito sauvent la face 2- que les USA se donnent le beau rôle "des morts pour en éviter d’autres".

      - A la suite de la déclaration de guerre de l’URSS, le Haut Conseil japonais a décidé d’accepter la reddition inconditionnelle imposée par les USA dans la nuit du 9 au 10 août alors qu’il n’a eu aucune réaction à la suite du bombardement de Hiroshima le 6 août.

      Et oui, là encore ce sont les vainqueurs qui écrivent l’histoire mais cette fois-ci avec la complicité du Japon, le vaincu.


  • #1575286

    "En nous léguant les fruits pourris de sa politique, Barack Obama aura au moins administré une leçon à ces naïfs qui croient qu’un président des États-Unis est autre chose que le commis de la finance mondialisée."
    Obama obéit strictement aux lois de la finance. Si la guerre laisse planer de grands profits financiers, sa remplaçante Clinton (littéralement folle) appuiera peut-être sur le bouton, quitte à déclencher un conflit nucléaire mondial. L’arme atomique au service de la haute finance, voilà un procédé que les amerloques affectionnent tout particulièrement.


  • #1575402

    Les articles de Bruno Guigue sont toujours excellents et pertinents.


  • #1575469
    le 09/10/2016 par redsniper06
    Les fruits pourris de la présidence Obama

    Les fruits pourris de la présidence Obama sont le résultats des vers sionistes qui l’on manœuvré !!!...


  • #1575513
    le 09/10/2016 par Pirlouit
    Les fruits pourris de la présidence Obama

    Cette marionnette va finir au placard avec les jouets dont on ne veut plus .Les manipulateurs à distance vont sortir leur nouveau modèle que ce soit Tromp ou Clito c’est du pareil au méme .Du show à l’Américaine .


  • #1575616
    le 09/10/2016 par alibi bis 90
    Les fruits pourris de la présidence Obama

    Je crains qu’avec Obama nous ayons mangé notre pain blanc. Il a manœuvré face à l’état profond afin de limiter la casse. Il est parvenu à réduire les risques d’un embrasement généralisé au PO mais le peu d’acquis sera bientôt pulvérisé (comme dirait l’autre) par son successeur.
    TRUMP trop franc du collier sera vite guéri de son isolationnisme et encouragé dans son penchant sioniste. Sans parler de Hillary évidemment somptueusement compatible avec le système américain.
    La transparence politique en Europe et singulièrement en France ça pourrait passer mais aux states ça semble nettement plus (mieux) verrouillé.
    Mon post passera p t’être pas mais j’ai dit ce que j’avais sur le coeur.


Commentaires suivants