Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Les héritiers de Wolinski demandent la censure sur E&R d’une couverture de Charlie Hebdo

Par le biais de leurs avocats, les ayants droit de Georges Wolinski, dessinateur tué dans l’attentat du 7 janvier 2015, nous demandent de retirer du site E&R une couverture de Charlie Hebdo de novembre 1978 intitulée « Hitler super sympa ».

 

La lettre du cabinet d’avocats :

 

 

En réponse, deux arguments pour mémoire, sans encore approfondir :

1° D’abord, il ne s’agit pas de Wolinski, mais d’une couverture de Charlie Hebdo. Les héritiers Wolinski ne sont donc pas concernés.

2° Ensuite il ne s’agit pas d’exploitation de l’œuvre, mais d’un article d’E&R qui démontre quelque chose du climat politique actuel (article L. 122-5 du code de la propriété littéraire et artistique, 3°, a).

 

La couverture en question :

 

 

Le dessin satirique français est désormais chez Kontre Kulture :

Soutenir Égalité & Réconciliation via la Boutique E&R :

 

Pour mesurer l’acharnement judiciaire contre Alain Soral et E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

50 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Si seulement Wolinski pouvait nous faire un petit signe, lui qui était si peu politiquement correct. Que viennent faire les héritiers pour un dessin de couverture de Charlie Hebdo de 1978 repris comme quantité d’autres dessins ou illustrations ??
    Wolinski était payé pour son travail au sein de la société Charlie Hebdo.
    E&R serait riche s’il faisait payer pour l’exploitation du site et son oeuvre d’utilité publique...


  • Ehhhh Les Charlies and Co faudrait voir à changer d’avocat parce que le votre il n est pas à la hauteur....


  • Ils feraient mieux de demander à la justice pourquoi Riss est devenir actionnaire majoritaire du torchon (70% des actions !) .


  • La veuve de Wolinski va sans doute réussir à soutirer quelques dizaines de milliers d’euros à E&R, c’est comme cela que ça se passe dans un pays mis sous tutelle par les "élus" .

     

  • Excellente réponse, on sent la patte de M° Viguier, la sérénité du chercheur qui se saisit de chaque bêtise des autres pour retrouver le droit.


  • Sinon, il y à ça qui dit tout le contraire de ces buses.

    http://www.casalonga.com/documentat...

    Les exceptions aux droits patrimoniaux de l’auteur

    Il existe certaines exceptions aux droits exclusifs de l’auteur sur l’œuvre.

    Sont licites, sans autorisation du titulaire des droits et à la double condition de ne pas porter atteinte à l’exploitation normale de l’oeuvre ni causer un préjudice injustifié aux intérêts légitimes de l’auteur :

    Les actes de reproduction provisoire nécessaires :

    Il s’agit d’actes de reproduction, nécessaires à l’usage de l’œuvre ou à sa transmission par réseau informatique. Cette exception ne s’applique pas aux logiciels et bases de données.

    Les utilisations privées :

    les représentations privées et gratuites limitées au " cercle familial " (très limitatif)
    les copies ou reproductions strictement réservées à l’usage privé du copiste. Ainsi, sont autorisées, les copies sur CD-Rom ou cassettes de films à la télévision et la diffusion du film ainsi reproduit à la maison, en famille.

    Les utilisations à des fins pédagogiques ou d’enseignement et à des fins culturelles :

    à compter du 1er janvier 2009 : la reproduction et la représentation d’extraits d’œuvre à des fins d’enseignement et d’éducation. Pour que cette exception s’applique, il faut que le nom de l’auteur soit clairement indiqué, que l’usage ne soit pas réalisé à des fins commerciales et que l’auteur soit rémunéré par une somme forfaitaire. Cette exception ne s’applique pas aux oeuvres conçues à des fins pédagogiques, aux partitions de musique et ni aux oeuvres réalisées pour une édition numérique de l’écrit
    actes de reproduction effectués par les bibliothèques, les musées et les archives : reproduction de l’œuvre pour sa conservation et sa consultation. Ces actes ne doivent pas avoir d’objet commercial.
    utilisation au profit des personnes handicapées

    Les utilisations nécessaires à l’information du public ou justifiés par la liberté de la presse :

    la diffusion des discours destinés au public à titre d’actualité,
    la reproduction par la presse ou la communication au public d’une photo, d’un dessin ou d’une image à des fins d’information du public.

    Conclusion : ER est un site qui diffuse ce visuel via un réseau informatique. Le visuel n’est pas utilisé à des fins pécuniaires et sert à informer un certain public. Il n’est ni détourné ni caricaturé ni dévoyé.

     

    • Devant la justice, ce serait imparable.

      Devant "la-justice-à-nous-qui-va-passer", allez savoir…


    • #1579020

      Merci pour toutes ces précisions.

      D’ailleurs il n’y a rien d’étonnant à cela car dans la phrase "L’exploitation de cette œuvre originale de Monsieur Georges WOLINSKI constitue incontestablement une atteinte aux droits patrimoniaux..." la formule rhétorique de "incontestablement" (comme "surement" ou "à coup sur") accompagne fréquemment les parties fragiles voire fallacieuses (et de fait potentiellement contestables !) d’un raisonnement ou d’une affirmation, parties que l’on trouve souvent dans les actes administratifs ou les publications scientifiques (exemples à foison).

      Les bases de la psychologie humaine expliquent très bien cela :)


    • Dans ce cas-ci, Wolinski n’est pas propriétaire de l’oeuvre. Donc la plainte de ses héritiers n’a aucun sens. Seul Charlie Hebdo pourrait se revendiquer propriétaire du dessin puisque tiré du journal. Mais encore une fois, le fait de présenter la couverture d’un journal, ne peut absolument pas être considérer comme une exploitation d’une oeuvre.


    • La réponse a peine esquissée en 2 points est en l’état soit :
      - un lièvre a donné a l’autre partie, en attendant une vrai défense ;
      - une volonté manifeste de se faire condamner.

      Car d’aucune façon vous ne répondez correctement aux accusations.

      Le droit relatif à la propriété intellectuel est dense mais assez simple à comprendre.
      Un commentaire précédent à relevé, par l’outil PNL, la première question à poser.
      Qui possède les droits, et quelles droits ?
      Car il existe 2 type de droits pour une oeuvre d’esprit :
      - les droits moraux, attaché à l’auteur, ils sont inaliéanables et transmissibles aux ayant droits
      - les droits patrimoniaux, caractérisants les modalités de représentation et de reproduction.

      1/la question des droits patrimoniaux
      les ayant droits prétendent que la représentation de la couverture porte atteinte aux droits patrimoniaux.(dont ils ne donne aucune précision)
      Or pour ce faire il faudrait d’une part que Wolinsky et ses ayants droits possédent des droits patrimoniaux sur la couverture sus-visée. Vraissemblablement ces droits appartiennent à la personne morale Charlie Hebdo.
      Et même dans le cas exceptionnel ou ils était propriétaire, ils auraient a démontré que cette représentation n’a pas été faite a but pédagogique, mais seulement dans un but lucratif.
      Ce qui est peine perdu pour attaquer l’utilisation d’une illustration dans un article accessible gratuitement.

      2/les questions du droit moral
      Les ayant droits Wolinsky se fixe sur représentation d’une couverture de Chalie Hebdo.
      C’est a dire, qu’ils prétendent que Wolinsky aurait été non seulement l’auteur du dessin, mais également de l’ensemble de l’oeuvre graphique incorporant celui-ci.
      Le cas contraire, la couverture ne peut-etre qu’une oeuvre collaborative.

      Donc ici la plainte posée est celle de l’atteinte à l’image de l’auteur par l’association d’une de ses oeuvres a un contexte dégradant, ou un propos très différents de celui de l’auteur.

      Cette représentation, qui est un dessin d’adolf hitler, se veut satyrique, autrement dit, il y a encore
      2 éléments a prendre en compte :
      - La représentation en elle-même:un dessin de Adolf Hiltler
      - L’intentionalité du dessin par la mise en scéne et les éléments textuels

      Or les 2 points mentionné converge pour formé un ensemble cohérent ou le but est bien de choquer, le lecteur, le public,de rompre avec le politiquement correct pour le pousser à s’interroger.

      Et c’est en tout état de cause la même pensée et les mêmes mécanismes que l’article visé.


    • Pour conclure, je trouve que finalement les ayant-droits Wolinsky ont hérité du même humour que leur aîeul.
      En effet pour expliquer cette dernière notion de droit, sur l’atteinte à l’honneur de l’auteur par l’association d’une oeuvre a un contexte dégradant, il est souvent d’usage de faire appel au point godwin.
      Or ici même, c’est l’oeuvre en question le point godwin.
      Ah l’inversion des valeurs !!!!


  • Rarement vu un dessin aussi drôle ! Wolinski avait un talent fou, il l’a prouvé à travers ce dessin.

     

    • La couverture du n° 367 du jeudi 24/11/1977 était très bien aussi (mais le dessinateur c’est Carali).

      Peut-être moins marrante et fracassante que celle de Wolinski ci-dessus, mais tellement au-delà de la borderline qu’elle n’aurait aucune chance de paraître aujourd’hui… Une couverture à faire bégayer les Moix et les Yann Barthès en direct, à faire pâlir tous les Apathi, Daphné Bürki et autres subversifs de notre triste époque, en foutant un gros coup de froid sur le plateau. "Je suis Charlie" mes OO.

      La deuxième moitié des 70’s en France (je n’ai pas connu) : n’était-ce pas l’âge d’or de la liberté d’expression ? Genre velours pattes-d’eph’, sous-pulls acrylique et propos libres sur l’histoire ?


  • Toujours les mêmes ayants droit de nous les briser oui ! C’est là que çà peut rapporter le plus, quand les personnes sont décédées, ainsi on peut tisser n’importe quelle histoire autour d’une prétendue moralité - ou inversement !


  • Wolinski serait il antisémite à l’insu de son plein gré ?
    Mais que fait la LICRA et Valls ?

     

  • La pomme est tombée bien loin de l’arbre. Le regretté Wolinski (le seul vraiment talentueux dans la bande à Charlie - à mon sens, du moins - doit se retourner dans sa tombe.


  • Ah ces fameux ayant droit, le summum de l’usure, des rentiers sans talent qui passent leur temps à chercher le petit billet en plus quitte à plonger les mains dans la merde (ce sont eux qui le disent).
    Plus charlie qu’eux tu meurs


  • Oui. Ils vont s’écraser, ayant tort.

    Ce qui serait rigolo, ce serait de revenir juste un temps, à l’époque des duels, sans faire intervenir le Droit comme des gamins frêles qui vont chercher le grand frère.
    On verrait qui aurait les c.uilles de revendiquer quoi que ce soit. D’un peuple de râleurs, on passerait à un peuple silencieux, comme par hasard..^^


  • Merci de la rediffuser.

    Ça me permet de la diffuser à mon tour, leur action est ainsi contre productive.

    Pour une fois que je suis charlie :)

    J’invite les gens à en faire de même.


  • Ca rappelle les "ayants-droits" de Barbara faisant condamner Dieudo à leur payer 130 000 euros pour avoir fait une parodie de la chanson "L’aigle noir" . Rappelons qu’un peuple sous tutelle sioniste n’a plus aucun droit .


  • Comme dirait Dieudonné, "Ils veulent prendre un petit billet" !!!


  • De quoi le leurre de l’antisémitisme se mêle-t-il dans ces mise en demeure osée et manœuvre d’intimidation ?

    Doit-on comprendre que Les Youpins sont impliqués dans l’attentat du 7 janvier 2015 et la mort collatérale de Georges Wolinski (Paix à son âme) ?

    Reste à interdire à E&R et à M. Soral d’user publiquement du français pour communiquer en France !

    En attendant, vite aux imprimantes et sans petit billet, avant que ça gaze !


  • Ça pourrait faire un beau tee-shirt, avec "Je suis Charlie" au verso (pour éviter les attaques dans le dos).


  • Il s’agit en théorie d’un oeuvre collective et donc en théorie, les droits sont transférés à l’entreprise employeur. C’est une exception au fait qu’une personne morale ne peut être titulaire des droits d’auteur. Donc la véritable question est : les ayants droits de Wolinski ont ils un intérêt à agir ? Non.
    Second problème : la diffusion de cette oeuvre ne rentre t-elle pas dans le cadre du droit de courte citation qui permet de s’affranchir des autorisations préalablement requises pour la représentation d’une oeuvre protégée. C’est une évidence ! La question du droit moral ne se pose pas tant que ses composantes sont respectées. En l’occurence, il n’y a aucune atteinte à l’intégrité de l’oeuvre.


  • Une exploitation d’un dessin suppose la production d’un gain à caractère commercial. Or, ce dessin a été le support d’une couverture d’une édition commerciale de Charlie Hebdo et qu’il n’existe aucune interdiction à exposer la reproduction d’un tel dessin en vue d’accompagner un article car son auteur travaillant pour le journal en a reçu rémunération tout en cédant son droit au profit de l’intérêt du périodique. Son auteur en a tiré une source de revenu et l’a réalisé dans le cadre de la vente dudit périodique.
    Il n’est donc pas recevable à se plaindre de l’apparition d’un dessin qu’il a confectionné dans le cadre de sa collaboration salariale avec la société et qui a été vendu à des milliers d’exemplaires.

    La présentation des faits est non seulement erronée, mais abusivement réinterprétée dans un sens purement personnel et fallacieux.

    Il n’y a pas lieu de déférer à la demande des ayants droits qui ne sont pas recevables à introduire une telle demande au motif qu’ils sont en l’espèce et juridiquement dépourvus de l’intérêt à agir.


  • Qui donc a parlé de la lâcheté des "magistrats" ? merde et si pour une fois dans sa vie flamby avait vu juste ?


  • çà fait un joli fond d’écran......

     

  • Apparemment, peu de gens connaissent le contexte dans lequel Georges Wolinski avait fait ce dessin ; c’était suite à l’irruption des thèses révisionnistes dans le débat public : l’interview de Louis Darquier de Pellepoix dans l’Express du 28 octobre 1978 et la toute première publication dans la presse généraliste d’un article du professeur Faurisson, dans le Matin de Paris du 1er novembre 1978.

     

    • Merci Truther, tu réponds à la question que je me posais. Il est important, en effet, de savoir dans quel contexte ce dessin est sorti, celui-ci explique la raison du mot "Enfin".


    • En effet, les gens se font ici bien des idées sur wolinsky...Et en voyant l’action en justice de ses ayant -droits on a dans l’idée que "la pomme n’est pas tombée bien loin de l arbre" comme disent les anglais...
      S il est resté travailler pour ce torchon et a trahi le professeur choron , c’est bien qu il etait "charlie" jusqu a la moelle...
      Croire qu il etait pour la liberté d expression et les débats est bien illusoire...
      Curieux de savoir ce qui lui ai passé par la tête lors de la tragique matinée à charlie hebdo...a t il changé d avis ? A t-il compris la position de ceux qu il a combattu comme lepen par exemple ?
      Les guerres au moyen orient, l’immigration de masse, étaient ce de si brillantes idées ?


  • Moi aussi..
    J’etais pas Charlie..
    j’étais la raillerie.
    mais je suis Charlie...
    pour diffuser la connerie


  • Moi aussi..
    J’etais pas Charlie..
    j’étais la raillerie.
    mais je suis Charlie...
    pour diffuser la connerie


  • J’adore que la "justice" soit obligée de s’adresser à Alfredo Stranieri pour la procédure et de lui verser des sentiments distingués en fin de lettre.

    Bien que je trouve touchant d’avoir choisi 2 grands criminels pour la publication de ER, je n’en comprends pas la stratégie.
    Provoc’ ou message de réconciliation avec tous à la manière chrétienne ?
    Humm ou autre chose peut-être ?...
    Et puis peuvent-ils réellement travailler depuis leur captivité. Quelqu’un à un avis ?

     

  • Je suis CHARLIE SORAL

    j’ai le droit ou pas ? je dois payer ou pas ? c’est combien ?


  • Moi, citoyen français, je témoigne que cette couverture de Charlie Hebdo ne m’inspire aucun sentiment antisémite. J’ai connu cette couverture à sa sortie en 1978, Charlie Hebdo faisant partie de ma culture journalistique de l’époque aux côtés de Libération, Hara Kiri, Rouge, Antirouille, Sexpol, La Gueule Ouverte, Le Sauvage, etc.
    Je considère que censurer la publication de cette couverture sur le site d’E&R serait une grave atteinte à la liberté d’expression, laquelle est la seule garante du dialogue démocratique, de la lutte contre les dérives fascistes.
    Moi, citoyen français, je considère que l’incitation à l’antisémitisme est du côté de "Messieurs les censeurs".


  • Autre époque ces années 70...
    Que dire de celle-ci :
    https://fr.pinterest.com/pin/304626...

     

    • Génial ! et merci ! je me souviens de toutes ces couves que j’ai vues lors de leurs sorties.

      J’étais fan de ch. hebdo, à l’époque ... plus du tout aujourd’hui, je leur pisse à la raie, des vendus, à la botte du pouvoir.
      C’est crade comme mental !
      Mais ça m’a rajeuni de voir tout ça sur pinterest.


  • Personnellement, je leur répondrai ceci :

    Article 6, I, 4° de la loi 2004-575 du 21 juin 2004 :
    “Le fait, pour toute personne, de présenter aux[hébergeurs du site] un contenu ou une activité comme étant illicite dans le but d’en obtenir le retrait ou d’en faire cesser la diffusion, alors qu’elle sait cette information inexacte, est puni d’une peine d’un an d’emprisonnement et de 15 000 EUR d’amende.”


  • C’est un peu comme en Palestine où les sionistes effacent (à coup de bulldozer) toute trace du passé. Heureusement ma bibliothèque est bien gardée : Vous n’aurez pas mes Drumont, Céline, Bernanos, Douglas Reed, Ezra Pound, Henri Coston, Leon de Poncins, Jacques Bordiot, Soljenitsyne, Rebatet, Eustace Mullins, Bardeche, Bainville, Ratier, Faurisson, Garaudy, Rassinier, Soral, Evola, Guénon .... versions non-expurgées.


  • wolinski dessinateur ? minable gribouillard, oui ! Le plus drôle est que ces crétins s’imaginent une possibilité que ER publie à nouveau quoi que ce soit signé par ce nul dans le futur, comme si les dessinateurs presse les plus talentueux n’étaient pas chez ER !

    Faut se demander pourquoi Choron n’a réussi à réunir que des traîtres, cavana compris. Pour moi, il était mal entouré. Peut-être que wolinski aussi, ses héritiers ont l’air plus orduriers encore que lui !


Commentaires suivants