Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Les Lettres luthériennes

Petit traité pédagogique

Durant l’année 1975, dernière année de sa vie, Pasolini, âgé de 53 ans, écrit dans le quotidien Il Corriere della Sera. Pasolini, dans Les Lettres Luthériennes, en compilant ses articles, s’adresse à un jeune homme imaginaire pour faire son éducation sociale et politique. Ce « petit traité pédagogique » traite de la sexualité, de l’anticonformisme, de la liberté, de l’école, de la télévision ainsi que de toutes les dérives de la nouvelle culture bourgeoise.

Bréviaire, brûlot de révolte, critique communiste et marxiste, Les Lettres luthériennes s’inscrivent dans une lignée politique et subversive d’essais comme les Écrits corsaires ou L’Expérience hérétique.

Les jeux des empires, des idéologies, pro/anti sont complexes et obligent nécessairement à ne pas avoir, comme le dit Pasolini, une lutte anti-fasciste de retard. Pasolini, l’écrivain communiste italien, décrit parfaitement les contradictions des engagements idéologiques. Dans les années cinquante, Pasolini lutta farouchement contre le fascisme italien clérico-militaire mensonger et corrompu. Et ce, à juste titre. Mais en assenant ses attaques contre les fondements traditionnels du fascisme d’après-guerre, Pasolini comprit rapidement qu’il servait aussi un nouvel ordre émergent dont il haïssait les fondements libéraux.

Au côté du nouveau capitalisme, le mouvement de la gauche italienne soutient cette tendance sous prétexte de modernisme et de progressisme. « La nature a horreur du vide », écrivait Pascal. En servant la cause anti-fasciste, en sapant les fondements fascistes de l’État italien, Pasolini avait servi, sans le vouloir, les intérêts de la nouvelle « culture libérale » de masse fondée sur le « laïcisme de la société de consommation ». Le verrou moral anti-fasciste sauté, la gauche et la droite complices du modèle progressiste, plus rien n’empêchait la doctrine libérale d’engager ses manœuvres anti-populaires et pro-modernistes. Dialectique identique en France pendant mai 1968. La jeune génération française renversait les vieilles traditions gaullistes comme Pasolini renversait le vieux fascisme italien. L’interdiction d’interdire étant le plus bel hommage qui n’ait jamais été fait par la Gauche au nouveau libéralisme des débouchés bourgeois. Sous couvert de « démocratie », le nouvel ordre culturel imposait la « consommation » et sous le concept de « tolérance », elle affirmait « le conformisme le plus dégradé et plus délirant ».

Vous souhaitez éviter les grands réseaux de distribution ? Vous pouvez aisément vous procurer cet ouvrage auprès de votre libraire habituel en lui donnant le titre du livre et son ISBN (978-2020533041).