Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Les médias occidentaux poussent à la guerre nucléaire

Et ce n’est pas la première fois

Si la guerre avec la Russie éclate, à dessein ou par accident, les journalistes en porteront une grande part de responsabilité.

 

La disculpation d’un homme accusé du pire des crimes, le génocide, n’a pas fait les manchettes. Ni la BBC ni CNN n’en ont parlé. The Guardian s’est permis un bref commentaire. Un tel aveu officiel et rare fut, sans surprise, enterré ou occulté. Cela révélerait trop de choses sur les dirigeants du monde.

Le Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie (TPIY) a discrètement blanchi le feu président serbe, Slobodan Milosevic, de crimes de guerre commis pendant la guerre de Bosnie de 1992 à 1995, y compris du massacre de Srebrenica.

Loin d’avoir conspiré avec le leader des Serbes de Bosnie Radovan Karadzic, qui a été condamné, Milosevic avait en réalité « condamné le nettoyage ethnique », s’était opposé à Karadzic et a tenté d’arrêter la guerre qui a démembré la Yougoslavie. Enterré vers la fin d’un arrêt de 2 590 pages sur Karadzic, publié au mois de Février dernier, cette vérité démolit un peu plus la propagande qui justifia l’assaut illégal de l’OTAN sur la Serbie en 1999.

Milosevic est mort d’une crise cardiaque en 2006, seul dans sa cellule à La Haye, au cours de ce qui équivaut à un procès bidon par un « tribunal international » inventé par les États-Unis. Une intervention chirurgicale, qui aurait pu lui sauver la vie, lui fut refusé et son état s’est empiré et il fut surveillée et maintenu au secret par les autorités US, comme WikiLeaks l’a révélé depuis.

Milosevic a été victime de la propagande de guerre qui aujourd’hui coule à flots sur nos écrans et journaux et signale un grand danger pour nous tous. Il était l’archétype du démon, vilipendé par les médias occidentaux comme le « boucher des Balkans » qui était responsable de « génocide », en particulier dans la province yougoslave sécessionniste du Kosovo. Le Premier ministre Tony Blair l’a dit, a invoqué l’Holocauste et a demandé des mesures contre « ce nouveau Hitler ».

David Scheffer, l’ambassadeur itinérant des crimes de guerre [sic], a déclaré que jusqu’à « 225 000 hommes albanais ethniques âgés de 14 à 59 ans » ont pu être assassinés par les forces de Milocevic.

Ce fut la justification des bombardements de l’OTAN, dirigés par Bill Clinton et Blair, qui tuèrent des centaines de civils dans des hôpitaux, des écoles, des églises, des parcs et des studios de télévision et détruisirent l’infrastructure économique de la Serbie. Ce fut un geste manifestement idéologique ; à une fameuse « conférence de paix » à Rambouillet, en France, Milosevic a été confronté par Madeleine Albright, la secrétaire d’État US, qui allait entrer dans les annales de l’infamie avec sa remarque sur la mort d’un demi-million d’enfants irakiens qui « en valait la peine ».

Albright a communiqué une « offre » à Milosevic qu’aucun leader national ne pouvait accepter. À moins de convenir d’une occupation militaire étrangère de son pays, avec des forces d’occupation « en dehors d’un processus juridique », et de l’imposition d’un « marché libre » néo-libéral, la Serbie serait bombardée. C’était contenu dans une « Annexe B », que les médias n’ont pas lu ou ont censuré. L’objectif était d’écraser le dernier État « socialiste » indépendant de l’Europe.

Une fois que l’OTAN a commencé à bombarder, il y eut une ruée de réfugiés kosovars « fuyant un holocauste ». Quand tout fut terminé, les équipes internationales de police se sont rendues au Kosovo pour exhumer les victimes. Le FBI n’a pas réussi à trouver une seule fosse commune et ils rentrèrent chez eux. L’équipe médico-légale espagnole a fait de même, son chef dénonçant avec colère « une pirouette sémantique par les machines de propagande de guerre ». Le décompte final des morts au Kosovo est 2788. Cela inclut les combattants des deux côtés et les Serbes et les Roms assassinés par le pro-OTAN Front de libération du Kosovo. Il n’y a pas eu de génocide. L’attaque de l’OTAN fut à la fois une fraude et un crime de guerre.

Tous sauf une fraction des tant vantés missiles à « précision guidée » des États-Unis ont touché non pas des cibles militaires mais des civils, y compris les studios de la Radio Télévision de Serbie à Belgrade. Seize personnes ont été tuées, dont des cameramen, des producteurs et une maquilleuse. Blair qualifia les morts, de manière profane, comme « le commandement et le contrôle » de la Serbie.

En 2008, le procureur du Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie, Carla Del Ponte, a révélé qu’elle avait subi des pressions pour ne pas enquêter sur les crimes de l’OTAN.

Ceci devint le modèle pour les invasions futures par Washington de l’Afghanistan, l’Irak, la Libye et, de manière furtive, la Syrie. Toutes ces invasions pouvaient êtres qualifiées de « crimes suprêmes » selon la norme établie à Nuremberg ; toutes dépendaient de la propagande des médias. Alors que le journalisme à sensation a joué son rôle habituel, c’était le journalisme sérieux, crédible, souvent progressiste qui a fut le plus efficace - la promotion évangélique de Blair et de ses guerres par le Guardian, les mensonges incessants sur les armes de destruction massive inexistantes de Saddam Hussein dans The Observer et le New York Times, et les battements de tambours ininterrompus de la propagande du gouvernement par la BBC dans le silence de ses omissions.

Au plus fort des bombardements, Kirsty Wark de la BBC a interviewé le général Wesley Clark, le commandant de l’OTAN. La ville serbe de Nis venait d’être pulvérisé par des bombes à sous-munitions états-uniennes, tuant femmes, personnes âgées et enfants dans un marché ouvert et un hôpital. Wark n’a pas posé une seule question sur ce sujet, ni sur tous les autres morts civils.

D’autres furent plus effrontés. En Février 2003, au lendemain de l’écrasement de l’Irak par Blair et Bush, le rédacteur en chef politique de la BBC, Andrew Marr, se trouvait à Downing Street [Bureaux du Premier Ministre Britannique – NdT] et prononça ce qui équivaut à un discours de victoire. Il déclara avec enthousiasme à ses téléspectateurs que Blair avait « dit qu’ils seraient en mesure de prendre Bagdad sans bain de sang, et qu’en fin de compte les Irakiens allient célébrer. Et sur ces deux points, il a eu totalement raison ». Aujourd’hui, avec un million de morts et une société en ruines, les interviews de Marr à la BBC sont recommandées par l’ambassade des États-Unis à Londres.

Les collègues de Marr s’alignèrent pour qualifier les actions de Blair de « justifiées ». Le correspondant à Washington de la BBC, Matt Frei, déclara : « Il ne fait aucun doute que la volonté d’apporter le bien, les valeurs américaines au reste du monde, et en particulier au Moyen-Orient ... est désormais de plus en plus liée au pouvoir militaire ».

Cette prosternation devant les États-Unis et leurs collaborateurs comme une force bienveillante qui « apportent le bien » est profondément ancrée dans le journalisme occidental moderne. Il veille à ce que la catastrophe actuelle en Syrie soit exclusivement de la faute de Bachar al-Assad, contre qui l’Occident et Israël conspirent depuis longtemps, non pas pour des considérations humanitaires, mais pour consolider le pouvoir agressif d’Israël dans la région. Les forces jihadistes déchaînées et armées par les États-Unis, la Grande-Bretagne, la France, la Turquie et leurs mandataires de la « coalition » sont là pour ça. Ce sont eux qui dispensent la propagande et les vidéos qui deviennent des informations aux États-Unis et en Europe, et qui fournissent un accès aux journalistes et garantissent une « couverture » partisane de la Syrie.

Lire la suite de l’article sur legrandsoir.info

 

À lire chez Kontre Kulture

 

Voir aussi, sur E&R :

 






Alerter

7 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • #1547021
    Le 1er septembre à 20:43 par Bo
    Les médias occidentaux poussent à la guerre nucléaire

    Comme l’a fait remarquer A. Soral dans une des ces vidéos, plus ça avance, plus tout devient clair comme au grand jour. Tout se détricote. De plus en plus de gens se rendent compte de ce jeux d’ombres satanique. Ça sent le dénouement final...

     

    Répondre à ce message

    • #1547074
      Le 1er septembre à 21:41 par redsniper06
      Les médias occidentaux poussent à la guerre nucléaire

      Le bouquet final laissera sur la terre peut être que les insectes, moins cons que nous, qui continueront à vivre une vie bien pépère sans ces prédateurs humains soit-disant intelligents !!!...

       
  • #1547083
    Le 1er septembre à 21:51 par fd
    Les médias occidentaux poussent à la guerre nucléaire

    Rien de neuf depuis 1914 pour ne parle que du "Petit XX-eme".

     

    Répondre à ce message

  • #1547125
    Le 1er septembre à 22:28 par kyes
    Les médias occidentaux poussent à la guerre nucléaire

    En effet, ce n’est pas la première fois !
    A ce sujet, le documentaire de John Pilger - La guerre invisible(2010) est magistral.

    https://www.youtube.com/watch?v=hJh...

     

    Répondre à ce message

    • #1547391
      Le 2 septembre à 12:28 par CulturiteAigue
      Les médias occidentaux poussent à la guerre nucléaire

      Magistral ??? non, on va dire que c’est "un bon début". Pourquoi ? car il ne prend pas la peine d’expliquer l’influence du lobby israelien qui a déclanché cette guerre. Il se concentre sur le golem américain, mais le mal véritable est derrière.
      Fait pause à 19:27, tu vois les 3 drapeaux ??? Americain, Anglais..... et.... Israelien ???? Pourquoi pas un mot la dessus ? Car sinon c’est la porte, c’est le banissement de ton propre pays tellement tous les médias occidentaux sont sous controle des sionistes.
      Mieux, au début il parle de l’entrée en guerre des USA en 1917. Cela fut organisé par Chaim Weisman, le 1er président d’Israel. Il l’avoue lui même dans son autobiographie "trial and errors." Il explique qu’il réussi à convaincre le gouvernement britannique de soutenir les sionistes pour l’établissement d’un état juif en Palestine (déclaration Balfour de 1917) en contre partie il assura aux anglais qu’il pouvait faire entrer en guerre l’Amérique (pourtant très isolationiste au début de la guerre) aux côté des alliés. Comment ? Car les sionistes possédaient la presse américaine déja à l’époque.... Mais bien sûr pas un mot. Comme d’hab.

       
    • #1547569
      Le 2 septembre à 17:11 par kyes
      Les médias occidentaux poussent à la guerre nucléaire

      @CulturiteAigue

      Je comprends votre point de vue, effectivement il n’aborde pas l’influence sur les guerres. Par contre, de 1:03:50 env. à 1:12:58, il questionne les journalistes sur la pression exercée par le lobby Israélien sur eux et sur les informations diffusées qui en résulte, et je le trouve très explicite à ce niveau là.

      Bien à vous.

       
  • #1547703
    Le 2 septembre à 21:53 par vanda
    Les médias occidentaux poussent à la guerre nucléaire

    Bravo et merci pour cet excellent article . Beaucoup de choses sont dites et quand on a lu ça on se dit qu’il va bien falloire faire quelque chose pour que cet impérialisme infernal soit mis hors d’état de nuire .

     

    Répondre à ce message