Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Les mesures antisociales (mais pro-bobos) de la mairie de Paris : la "piétonisation" des voies sur berges

Pour les acteurs économiques, l’impossibilité de traverser Paris via les voies sur berges constitue un risque pour leur activité. Les entreprises de transport, de déménagement et l’hôtellerie-restauration sont particulièrement pénalisées.

 

La « piétonisation » des voies sur berges ne met pas tout le monde d’accord, et les entreprises sont au premier rang des contestataires. Celles-ci voient d’un très mauvais œil la fermeture, validée ce lundi matin par le conseil de Paris, de cet axe majeur de la circulation parisienne qu’est la voie Georges-Pompidou sur 3,3 kilomètres.

Dès le mois de juillet, la chambre de commerce et d’industrie de Paris et d’Île-de-France (CCIP) avait déploré une mesure qui « aura des effets indésirables, tant sur le plan économique et commercial que sur celui de l’environnement et de la qualité de vie ». Elle soulignait que « les reports de circulation importants dans le centre de Paris se traduiront par des allongements de parcours notables pour les professionnels franciliens ». Les professionnels sont en effet les premiers impactés par la fermeture de la voie Georges Pomidou. Selon une statistique de l’atelier parisien d’urbanisme Apur, citée par la CCIP, 80 % des déplacements à Paris ont un motif professionnel. Artisans, entrepreneurs du bâtiment, commerçants ou encore professionnels de santé n’ont en effet d’autre choix pour se déplacer dans la capitale que d’emprunter un véhicule automobile.

Et trois semaines après la fermeture des voies sur berges, les entreprises constatent bien les effets délétères redoutés.

Lire la suite de l’article sur lefigaro.fr

La mairie de Paris ou le mépris des travailleurs,
lire chez Kontre Kulture :

Les bobos et Paris, voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

24 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Honnêtement je pense qu’il faut commencer à habituer les gens à moins utiliser leur voiture. Nous allons vers un monde de décroissance. Il y a des limites physiques en ce monde que l’on ne peut pas dépasser. C’est fini la société d’abondance, la Chine (4eme exportateur de pétrole) vient d’atteindre son pic pétrolier. Nous allons vers un monde "low tech" plus enraciné. Il faut donc commencer une transition.

     

    • La technique devrait compenser une bonne part de la raréfaction des ressources.
      Si le prix augmente , d’autres solutions (plus complexes) deviennent rentables, donc exploitables.

      Aujourd’hui nous ne sommes pas du tout efficients, il y a des deperditions enormes à tous les echelons.
      Quand au voitures, elles seront probablement "electriques" et sans pilotes d’ici peu de temps, donc est ce qu’il sera encore necessaire de posséder un vehicule personnel ?

      Un bon usage de la technique et de la science, une organisation intelligente des sociétés, ca résoudrait beaucoup de problèmes...


    • Oui mais encore faut-il fournir les infrastructures alternatives ! C’est typique des bobos déconnectés du monde du travail réel de croire que les gens prennent forcément une voiture ou un camion par paresse, habitude...figurez-vous chers amis que des gens prennent leur véhicule non pas par choix mais par nécessité ! C’est un outil de travail ou le seul moyen de transport disponible pour accéder à leur lieu de travail sans avoir à passer des heures sur un vélo qu’il pleuve, qu’il gèle ou neige...ou ne pas arriver au boulot en sueur et à moitié éreinté quand il fait chaud...

      A mon avis une politique efficace pour inciter les gens à diminuer leur usage non nécessaire de leur véhicule serait de faire une sorte de système qui récompenserait les économies de carburant. Par exemple pour chaque propriétaire de véhicule on calculerait le carburant nécessaire pour qu’il se rende à son travail auquel on ajouterait une moyenne du carburant pour les activités annexes calculée en fonction de l’éloignement des commerces, des écoles...toute consommation inférieure à cette moyenne pourrait être récompensée...on pourrait envisager que les personnes touchent en bonus l’argent qu’elles n’ont pas dépensé sur les économies de carburant. Par exemple si un gusse économise 10 euros de carburant par rapport au mois précédent il pourrait se voir octroyer en bonus 10 euros...un système de ce genre...là où je veux en venir c’est de créer un système vertueux récompensant les économies de carburant et non pas en punissant les gens qui ont besoin de leur véhicule !


  • C’est l’ouverture de la voie Pompidou qui a été une honte et un scandale . On a transformé une promenade unique à Paris en cauchemar routier ! On peut dire par ailleurs de ce qu’on veut d’Hidalgo mais sur ce coup elle a mille fois raison . Quant aux livreurs il leur suffira de s’adapter en livrant dès six heures du matin .


  • Je me marre. Ils ont voté pour qui tous ces gens, hein ?
    Ou pas voté du tout ?
    Ben faut pas se plaindre....

     

  • Lorsque je lis les commentaires sur le figaro cela me lasse sans voix. Ou plutôt sans souffle.
    Plus égoïste qu’un socialiste, tu meurs.
    Ils veulent que les riverains de la seine...respirent. Soit. Mais que les autres riverains, au hasard ceux des maréchaux, s’asphyxient à cause des itinéraires de délestage et des vitesses qui diminuent et de la pollution qui augmente comme le souligait leur propre rapport d’étude d’impact...ce n’est pas grave. Les quartiers bobo ne sont pas concernés... c’était le principal.
    Consternant.


  • Et bientôt les "espaces" nudistes à Paris.


  • Quai du Louvre,mégisserie,hôtel de ville...un régal pour les narines,les yeux et les oreilles avec tout les véhicules bloqués,autobus,ambulances,taxis,pompiers,transport de fonds (20 minutes pour ce dernier avec le risque que l’on sait)....Le bd St Germain encombré du matin au soir et le périf du soir au matin...bah,ceux qui bossent votent mal de toutes façons mais ceux qui le peuvent se barreront de ce Disneyland bobo dont même les touristes ne veulent plus !


  • La démocratie selon Cohn Bendit c’est donner raison aux minorités. Eh bien voilà une bonne occasion de la mettre en pratique puisque les voies sur berges devraient se transformer en camp de naturistes ( si ce projet soumis par les écologistes voit le jour).. au mépris de l’augmentation de la pollution générée par les bouchons, sachant qu’un véhicule tournant au ralenti ou à l’arrêt émet beaucoup plus de gaz toxique qu’un véhicule roulant à vitesse moyenne.


  • toutes les voies interdites à la circulation sont vouées à devenir des autoroutes à camion sioniste pilotés par leurs complices islamistes éparpillés sur toute la France dormant tranquillement dans les foyers d’accueils pour " réfugier " construit en dur avec les impôts des sans dents


  • Sans défendre hidalgo (tâche trop difficile, de toute façon), les voies sur berges sont une pépite unique à Paris (plus belle ville du monde, selon les dires des touristes du monde entier) ; ainsi la voiture au XXIe siècle n’aura pas la même place qu’au XXe, et réduire les particules fines en ville est un enjeu cohérent ; notons que la piétonnisation d’une ville comme Strasbourg est une franche réussite ; le tout est de ne pas tomber dans les excès, et de consulter les concernés... ce qui n’est pas le fort de cette maire.

     

    • "réduire les particules fines en ville est un enjeu cohérent"

      C’est surtout que les particules seront juste repoussé chez les prolo comme moi en banlieue périphérique pour le confort des bobo parisiens.


    • @ras

      En même temps, tu vis en banlieue Parisienne. Faudrait me forcer pour y retourner.




      Cet article fait partie de ceux qui veulent critiquer à tout prix, peu importe si ça a du sens. Qualifier une suppression de voie "d’antisociale", c’est dire que celle-ci est sociale. Faudra me dire par quelle façon elle l’est, à par permettre aux cinglés du volant de détruire les fonctions respiratoires des gens qui habitent là, je ne vois pas trop l’interaction sociale qu’elle apporte.


    • Bien d’accord. Paris devrait carrément être interdit à la circulation et se contourner en voiture, se traverser en souterrain ou par privilège (véhicules d’urgence, professionnels indispensables, livraisons, invalides, impotents).
      Les voies sur berges interdites à la circulation, ce n’est rien : il faut "réinventer" comme dit la maire Mishel, non pas Paris mais son urbanisme délirant : toujours plus d’habitants, étrangers de préférence, du béton, du béton, des voitures, des gaz, de la pauvreté.
      Pour les piétons : tramway, trottoirs roulants, autobus, métropolitain, poussettes, vélos et patins électriques... à développer d’urgence. Si l’argent mis pour l’immigration était passé dans l’infrastructure, il y a longtemps que ce serait fait.
      Non, ne consultons pas les intéressés (abêtis, ou banlieusards, ou possesseurs de voiture), ou alors modérément, et qu’ils soient tous parisiens. Changeons plutôt de chef, à choisir INTELLIGENT et BIENVEILLANT.
      Il s’agit de PARIS, pas de sa banlieue. La plupart des Parisiens n’a pas de voiture.
      Paris n’a pas vocation à être un énorme carrefour gazeux, ni à accueillir dans ses hôpitaux des flopées d’asthmatiques dès qu’il fait trop chaud ou trop froid, sans vent (gaz plaqués sur la ville).
      La voiture individuelle est une PLAIE pour la ville, en particulier la grande ville, qu’elle contribue à TUER (aucun plaisir à y circuler à pied, sauf de nuit ou sur les voies sur berge, et encore).
      Les gens qui travaillent à Paris ou en vivent (tourisme, restauration, art, sciences,...) devraient vivre à Paris, prioritairement. Les études devraient se faire en ville, en réhabilitant d’anciennes structures. Que les inactifs et actifs qui ont besoin de traverser la ville de banlieue à banlieue, vivent en faubourg végétalisé.
      Pour les sdf : de grandes structures autour de la ville avec le confort nécessaire de base, de type habitat pour migrants de La Chapelle, conçues par des architectes.
      Les marchés : si petits, français et propres, en ville, sinon, à l’extérieur de la ville. Tous dans des halles appropriées.
      Les voies sur berge : dégagées de toute circulation, quelle qu’elle soit.
      Jadis il y avait du vrai sable sur les berges.
      A bas la voiture individuelle dans des villes comportant des millions d’habitants !
      Vive les arbres et la poésie ! Voyez dans les films des années 50 à quoi ressemblait un Paris pas trop encombré de véhicules.
      Et je n’ai aucune tendresse moi non plus pour la mère Mishel.

      .


    • @Estoc

      "En même temps, tu vis en banlieue Parisienne. Faudrait me forcer pour y retourner"

      La banlieue parisienne c’est grand et diverse, payer une fortune pour habiter intramuros dans un placard quelle idée !

      @pipelette

      "Jadis il y avait du vrai sable sur les berges"

      Il y a très longtemps.....et de la boue en quantité, ce pourquoi elle fut édifié par le roi !

      "Voyez dans les films des années 50 à quoi ressemblait un Paris pas trop encombré de véhicules"

      Dans les années fin 50’, le Louvre était un parking, alors oui en effet la barrière de paris existait encore, le périphérique n’était pas là et les grands ensembles hideux non plus...


  • Les partisans du "tout automobile" seraient capables de faire recouvrir la Seine à Paris d’une... dalle de béton : " La circulation à Paris deviendrait ainsi beaucoup plus "fluide" ... Pas plus con qu’un automobiliste .


  • On comprend le manque à gagner des commerçants. Si vous passez à pied sur ces voies vous pouvez voir le ciment rongé par la pollution des moteurs. On pense alors à quoi doivent ressembler nos alvéoles pulmonaires. Pas grave, les touristes avant tout. L’insuffisance respiratoire est la 5ème cause de décès en France.


  • Les voies sur berges piétonnisées ne le seront que de la place de la Concorde au bassin d’Arsenal, et il faut bien préciser pour les non-parisiens que la voie haute (qui accueille de base les 2/3 du trafic) restera ouverte aux véhicules (donc non, ça ne changera rien pour les "bobos" qui ont des apparts sur la Seine... par contre on pourra enfin se promener dans ce lieu exceptionnel comme pouvaient le faire les parisiens avant Pompidou qui a ravagé cette ville et la santé des parisiens).
    Dans cette ville une minorité de privilégiés (dont je ne fais pas parti) ont la chance d’avoir une voiture, et parmi eux beaucoup l’utilisent pour des déplacements intra-muros au lieu de prendre les transports en commun, pour ma part c’est ça qui me semble anti-social. J’ai 33 ans et je dois me gaver de corticoïdes (Symbicort) pour pouvoir respirer normalement la nuit car j’ai vécu des années au rez-de-chaussée sur un grand boulevard parisien. S’opposer aux mesures visant à réduire l’utilisation des véhicules particuliers dans Paris n’est pas censé au vu de l’urgence sanitaire posée par les NOx (et non uniquement les particules fines comme cela est véhiculé par les médias dominants pour embrouiller un peu plus les esprits sur les vraies mesures à prendre, les NOx étant beaucoup plus toxiques au vu des taux d’émission). Tous les médias de masse tapent sur le dos de cette mesure, vous pouvez en conclure qu’elle n’est probablement pas si mauvaise...


  • C’est la seule mesure bobo que je trouve bien.
    Autant tout ce qui est gay pride, nuit blanche, Paris plage, camp de nudistes... Autant toutes ces aneries m’insupportent, autant les voies sur berge sont de la confiture donnée à des cochons.
    Les piétonniser pourrait donner quelque chose de très vivant, très agréable, très beau.
    Quand à dire que ça met le souk dans la circulation de Paris, pour traverser Paris fréquemment aux heures de pointe, je trouve l’argument discutable : c’est autant la mouise quand les voies sont fermées que lorsqu’elles sont ouvertes.


  • Ce n’est pas une mesure anti sociale, c’est une mesure écolo au bon sens du terme, la voie Pompidou et son enfer de bagnoles privait les Parisiens d’une promenade magnifique, unique, au bord de la Seine .


  • Très bonne mesure qui poussera je l’espère les entreprises à venir en s’installer en province ou on respire mieux, dédicace à Belfort.


  • les socialos et droito centristes bobos vont réussir un tour de force ils vont réussir la décentralisation mieux que toute autre institution dédiée telle la Datar en son temps !
    C’est une excellente nouvelle les régions de provinces vont se développer et l’emploi de proximité sera préféré à l’emploi concentrationnaire uniquement bon pour le patronat mais zero pour les citoyens lambdas !


Commentaires suivants