Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Les surveillants de prison dénoncent le "manque de sécurité"

La colère gronde et ce n’est qu’un début

Plusieurs prisons ont été bloquées ce matin par des agents pénitentiaires qui dénoncent la « dégradation constante » de la sécurité, répondant notamment à l’appel du syndicat FO, le deuxième chez les surveillants après l’UFAP.

 

[...]

« Cette année, nous allons sans doute dépasser les 5 000 agressions sur personnels contre 4 000 l’année dernière. Je pense que le taux de suicide chez les surveillants est au-dessus de ce qu’a connu France Télécom », a-t-il ajouté.

« On nous promet 2 500 personnels supplémentaires sur 2016 et 2017, mais ce sera bien moins. Aujourd’hui, sur le plan de 1 100 intégrations à l’École Nationale d’Administration Pénitentiaire, nous en comptons moins de 800. Et encore, il faut savoir que 25 % de ces effectifs de rentrée partent au bout de six mois », poursuit Philippe Campagne. « Nous demandons que des budgets soient débloqués pour la sécurisation des établissements et pour en améliorer la technicité. Nous demandons que soit aussi examinée notre proposition de classification des établissements car nous constatons qu’il n’est pas bon d’avoir des unités dédiées [radicalisation, grand banditisme… ndlr] au sein de grands ensembles pénitentiaires ».

Selon les détails du budget 2017 de la Justice, présentés jeudi, l’État veut consacrer 40 millions d’euros l’an prochain à la « sécurisation » des prisons. Pour 2016, ce budget qui a notamment permis l’installation de caméras de vidéosurveillance, était de 25 millions d’euros. Le ministre de la Justice Jean-Jacques Urvoas a annoncé la semaine dernière un plan à long terme de construction de nouvelles cellules, notamment pour en finir avec la surpopulation chronique des prisons françaises.

Lire l’intégralité de l’article sur lefigaro.fr

Autour du sujet, chez Kontre Kulture :

En lien, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

7 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1568151

    N’écoutez pas ces syndicats de gardiens de prison. Pour avoir un proche incarcéré, je vais vous expliquer pourquoi ça pète en ce moment dans les prisons. Il faut aller regarder du côté des juges d’application des peines (des femmes de plus en plus) qui n’accordent plus de permissions aux détenus permissionnables, même pour l’enterrement de leur propre mère, même quand il y n’a aucun risque d’évasion. A ça, il faut ajouter les remises de peine qui sont de moins en moins accordées, même quand le détenu a eu un comportement modèle.
    On assiste tout simplement a une politique de répression sans précédent, alors que dans le même temps, on laisse entendre aux gens que la justice est laxiste. Si vous êtes un français de souche, que vous n’êtes pas lié au milieu du banditisme ou à tout autre réseau, essayé de vous confronter à la justice et vous verrez qu’elle est tout sauf clémente pour les sans-dents.
    Quant aux gardiens qui se plaignent, la violence dans les prisons est souvent directement lié au comportement des gardiens et à la vie dans l’établissement. Quand les gardiens sont respectueux, qu’un minimum d’autonomie est laissé aux détenus et que les gardiens n’alimentent pas des trafics (car c’est eux qui font rentrer les choses), les gens sont calmes et il n’y a pas de violence, hormis de la part de ceux dont la place devrait être en hôpital psychiatrique.
    On assiste à une américanisation de la politique répressive dont les effets sont déjà clairement visible sur l’augmentation du nombre de détenus.
    Il n’y a aucune politique de réinsertion et aucun budget pour ça dans les prisons. Ceux qui dealaient continue à dealer en sortant (souvent avec des peines courtes parce que derrière leur postures de gros durs, ils balancent toujours un max) et ceux qui avaient un travail, des compétences et une vie perdent tout entre le moment où ils y entrent et en ressortent.
    Si en plus vous avez le malheur d’être innocent et condamné à tort, tout le système judiciaire et pénitentiaire vous le fait regretter quand vous avez le malheur de vouloir vous défendre. Le juge d’application des peines, que vous n’avez jamais vu et que vous ne verrez jamais vous écrit que parce que vous vous enfermez dans le dénis, il ne vous accorde pas vos remise de peine.
    Bref, on peut mettre autant de moyens qu’on veut dans la prison, même des budgets à l’américaine, la violence va augmenter, elle est directement liée à l’américanisation de la société et de la politique répressive.

     

    • "La violence est souvent directement lié aux comportement des gardiens"... C’est vrai que quand on a en moyenne 90 détenus à s’occuper dans une coursive, le surveillant pénitentiaire s’ennuie tellement qu’il en vient à provoquer les "pauvres" détenus... S’il est vrai qu’il y a des ripoux chez les surveillants, ne crois-tu pas que les parloirs ouverts dont les fouilles sont loin d’etre systématique, ainsi que les projections extérieures ne sont pas dans la majorité des cas, la cause des découvertes de téléphones portables, drogues ou autres artisanales ?... D’ailleurs, si autant d’objets interdits en détention sont trouvés, c’est qu’il y a aussi des surveillants consciencieux, respectueux et professionnels ?...


  • "La colère gronde et ce n’est que" le prélude à la privatisation des prisons (face à l’incompétence décidée des pouvoirs publics).

     

  • #1568422

    malheureusement beaucoup n’ont pas compris que le plus de sécurité est voulu par leur ministère via les OS et cela après avoir construit des usines à détention comme les nouvelles génération de prisons à taille inhumaine (Mont-de-Marsan 700 places, Saint-Denis de la Réunion 600, Roanne 600, Lyon-Corbas 700, Nancy-Maxéville 700, Poitiers-Vivonne 600, Béziers 800, Le Mans 400, Bourg-en-Bresse 700, Rennes-Vezin, Le Havre 700, Lille-Annœullin 700, Réau, Orléans-Saran 800 et Valence 500, Beauvais 600, Nantes 1000,Riom 566 places) en effectif théorique vous pouvez rajouter environ 20% de plus et bâtie et gérée en partenariat public-privé (PPP)Bouygues, Suez ou Sodexo ., bref de véritable machine à broyer détenus comme surveillants les nouvelles taules privées (des maisons d’arrêt réservées aux peines de moins de deux ans), qui dépassent les 500 places, sont « totalement déshumanisées » car beaucoup trop vastes. « Plus petit, ça ne serait pas rentable », rétorque-t-on, sans la moindre gêne, chez un gestionnaire. Comme quoi le privé fait déjà un peu la loi en prison et bientôt avec sa sécurité renforcée (filets anti-évasion, détecteurs infrarouges…) Alors oui l’américanisation camarade VosgienVolant mais la JAP, les ripoux, le comportement des gardiens ne me semble pas être l’essentiel du problème face aux rouleaux compresseurs des multinationales dont la construction d’une place par le privé revient à 145 000 euros, un tiers de plus que les chantiers publics et pour la sécurité combien de plus ?


  • - Retour de la peine de mort.
    - Aucune remise de peine.
    - Déplacement des détenus les plus durs en Guyane pour aller casser des cailloux (vol avec violence, braquage avec armes etc...)
    - Libération de ceux qui ne sont pas dangereux et n’ont absolument rien à faire en prison (les consommateurs de drogues, les petits escrocs etc...)

    Je vais t’en faire de la place en prison moi...