Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Liban : l’ex-général Michel Aoun élu président

Avec le soutien du Hezbollah

L’ex-général Michel Aoun, 81 ans, a été élu, lundi, président du Liban par le Parlement. L’ancien militaire était assuré d’être élu à ce poste, réservé aux maronites, communauté à laquelle il appartient, et vacant depuis mai 2014. Portrait.

 

 

C’était l’ambition, voire l’obsession, de toute une vie. L’ancien général et figure politique chrétienne Michel Aoun est devenu à l’âge de 81 ans, le treizième président de la République libanaise, après son élection pour un mandat de six ans, lundi 31 octobre.

Admiré par ses partisans, pour lesquels il incarne le héraut de la souveraineté du Liban, autant qu’il est méprisé par ses nombreux détracteurs qui le taxent de chefaillon populiste, l’ancien militaire était assuré d’être élu par le Parlement à ce poste, réservé traditionnellement aux maronites, communauté à laquelle il appartient, et vacant depuis mai 2014.

Acteur majeur de la guerre du Liban (1975-1990), chantre de la lutte contre l’occupation syrienne jusqu’à son retour d’exil en 2005, allié du Hezbollah, Michel Aoun est depuis plusieurs décennies un personnage incontournable de la scène politique libanaise.

Refusant résolument de laisser passer sa chance, comme en 2008, lorsqu’il fut contraint de renoncer à son rêve à cause de dissensions politiques, il doit son élection à la volte-face de plusieurs de ses rivaux, qui ont décidé cette fois de voter en sa faveur.

 

Une carrière militaire exemplaire

Le doyen de la scène politique libanaise, marié et père de trois filles, aura beau assurer le contraire, son élection est une revanche sur l’Histoire, puisqu’elle va lui permettre de retourner triomphalement au Palais présidentiel de Baabda. Un édifice dont il fut chassé par l’armée syrienne en octobre 1990, alors qu’il était à la tête d’un gouvernement militaire. Un épisode qui le forcera à vivre 15 ans en exil en France, avant de retourner au Liban en 2005, pour s’imposer dans les urnes comme le principal leader chrétien du pays.

Né en 1935, bien avant l’indépendance du pays du Cèdre acquise en 1943, au sein d’une famille très modeste et élevé à Haret-Hreik, une banlieue populaire de Beyrouth, Michel Aoun se distingue dès son plus jeune âge sur les bancs de l’école des Frères des écoles chrétiennes, fréquentée par la bourgeoisie de la capitale, notamment par son niveau en langue arabe.

[...]

 

Le général Michel Aoun est nommé Premier ministre en 1988 :

 

Aoun contre Geagea, une guerre fratricide :

 

La chute du palais de Baabda :

 

Lire l’intégralité de l’article sur france24.com

Approfondir le sujet avec Kontre Kulture :

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

13 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1590813
    le 31/10/2016 par Monsieur Michu
    Liban : l’ex-général Michel Aoun élu président

    « élu, lundi, président du Liban par le Parlement. Ce poste, (...) vacant depuis mai 2014. »
    Presque 3 ans.
    Le Liban, c’est un peu la Belgique.

     

    • #1590959

      @Michu,
      Le Liban, à peine le tiers de la superficie et de la population de la Belgique, baigne dans une région assise sur un baril de poudre depuis plus de soixante-dix ans, où des peuples de plus de 25 confessions / religions cohabitent et que l’élite mondialiste s’acharne à détruire par le choc des civilisations. Si le partage des migrants devait être équitable, la Belgique devrait accueillir plus de trois millions de migrants. Cordialement.


  • #1590825

    Hahaha, quelques bonnes nouvelles de temps en temps, merci de la relayer E&R ! On ne peut prévoir ce que l’avenir réservera au peuple libanais (hélas habitué aux luttes inter-ethniques, et entouré de pays en guerre). Mais qu’un État essaie de sortir du marasme et des luttes fratricides en tentant de faire table rase du passé (tout récent) avec tous les anciens ennemis est un exemple que beaucoup devraient suivre dans la région (et ailleurs). Même Hariri a accepté de participer à cette tentative, c’est dire...

     

    • #1590896

      Hahaha, mon index a validé trop rapidement. Il s’agissait de luttes "inter-confessionnelles", vous l’aurez corrigé par vous-même...


    • Ce pays a commencé à connaître les troubles seulement depuis que la France et l’Angleterre se sont cru être les propriétaires de ce pays. Ils ont séparé le Liban de la Grande Syrie "Cham" en Arabe. Dans ce but là, diviser pour mieux régner. Le Liban a toujours appartenu à la Syrie et cela depuis la nuit des temps.


  • Extraordinaire victoire des Chrétiens d’Orient, mais aussi victoire pour toutes les honnêtes personnes enfin récompensées. Au même moment en Irak, les Chrétiens ont célébré une messe dans l’église de Qaraqosh près de Mossoul suite à la reprise de cette bourgade par l’armée irakienne qui a permis leurs retours.

    ...l’occasion de rendre une nouvelle fois hommage à Alain Soral qui dans son livre comprendre l’empire a présenté l’alliance entre Chrétiens et Musulmans telle qu’elle se présente au Liban et dont le fruit vient de nous être présenté comme solution à nos problèmes.

    Tous ces développements nous donnent beaucoup d’espoir pour la suite. A nous maintenant de travailler pour mener à bien les changements qui s’imposent.

    Transcendance, courage et rigueur.

     

    • Il n’y aucune victoire de qui que ce soit. Sauf la victoire de la liberté et de la stabilité. SI tu es pas au courant c’est la constitution du Liban qui stipule que le président doit être chrétien, le premier ministre musulman sunnite et le président du parlement un musulman chiite. Il n’y a rien de victorieux là-dedans c’est prévu par la loi pour permette un stabilité dans ce pays après la guerre civile.


    • @Ali

      Si vous n’avez toujours pas compris qu’il y a une volonté d’éradiquer les Chrétiens du Moyen-Orient alors je ne peux rien pour vous. Soit c’est de la mauvaise foi soit.... d’autant plus que de toutes les institutions seule celle revenant à un Chrétien est inoccupée depuis....MAI 2014 (merci de lire à nouveau l’article).

      Par ailleurs et concernant la deuxième partie de votre message, si j’étais à votre place je m’abstiendrais de faire des affirmations fausses tout en faisant croire que vous en savez quelque chose :)


    • #1591454

      Petite inexactitude, ce n’est pas la constitution du Liban qui stipule que le president est Maronite et le premier ministre sunnite : c’est le pacte patriotique (al-missak al-watani), qui est un accord non-écrit.


  • #1590919

    Dans le pays des Cèdres,
    théâtre des affrontements d’un proche-orient à feu et à sang,
    où se font et se défont les alliances au gré des intérêts des mouvances régionales,

    M le Président Michel AOUN, par un subtil jeu d’alliances, est et reste la personne la plus à même à sortir ce petit pays du marasme qui dure depuis plus de cinquante ans.

    Prions pour lui et souhaitons lui tout le courage qu’il mérite pour accomplir sa tâche et réunir tout le peuple dans la réconciliation générale.

    Ce pays doit redevenir l’exemple de la cohabitation pacifique et du brassage des peuples d’ethnies et de religions différentes.

    PAIX pour le Liban et pour tout le Proche-Orient.


  • C’est peu dire comme la balkanisation, la libanisation etc... est une horreur absolue pour un peuple, à bon entendeur(Zemour) salam !


  • Extraordinaire victoire des Chrétiens d’Orient, mais aussi victoire pour toutes les honnêtes personnes enfin récompensées. Au même moment en Irak, les Chrétiens ont célébré une messe dans l’église de Qaraqosh près de Mossoul suite à la reprise de cette bourgade par l’armée irakienne qui a permis leurs retours.

    ...l’occasion de rendre une nouvelle fois hommage à Alain Soral qui dans son livre comprendre l’empire a présenté l’alliance entre Chrétiens et Musulmans telle qu’elle se présente au Liban et dont le fruit vient de nous être présenté comme solution à nos problèmes.

    A nous maintenant de mettre en œuvre chez nous les changements qui s’imposent.


  • La vraie "seule democratie du Moyen Orient"