Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Madonna et Bruce Springsteen se ridiculisent pour Hillary Clinton

Les milliardaires ont choisi leur camp

Concours de niaiseries entre milliardaires

Hillary Clinton rassemble la majorité du showbiz américain. Les vedettes les plus populaires du rap, du rock et des variétés se démènent pour faire gagner l’ex-première dame de Bill Clinton, engluée dans des affaires de plus en plus dérangeantes.

 

Heureusement pour elle, ses décisions en matière de politique étrangère sont largement méconnues de ses concitoyens, qui s’arrêtent à la surface des choses : c’est une femme, démocrate, et après un homme noir, il faut une femme blanche à la présidence des États-Unis. Ainsi va le progressisme, cette arme doucereuse de l’oligarchie.

Une information sociologique intéressante à noter : la congruence entre la faiblesse artistique des stars « engagées », et la faiblesse de leur analyse politique. En face, Clint Eastwood, qui a choisi Trump, semble bien seul avec sa lucidité.

 

Les stars à défaut du peuple ?

Malgré tout le déploiement hollywoodien en faveur de la candidate démocrate, on sent bien que le fond du pays, peu représenté par les people progressistes, manque un peu d’allant démocrate. Les leaders d’opinion réussiront-ils à retourner l’opinion des bouseux ? Vous le saurez en suivant la grande nuit des élections américaines dans nos médias qui ont déjà choisi leur camp. Et comme par hasard, c’est celui de l’oligarchie !

 

 

Parce que Madonna ne touche pas le petit Blanc du pays intérieur (les élites sont sur les côtes), Bruce Springsteen s’est mis lui aussi à prier pour Hillary. Pour ceux qui doutaient encore de son indigence en matière politique...

- La rédaction d’E&R -

 


 

Concert surprise de Madonna en pleine rue à New York
en soutien à Hillary Clinton

Hillary Clinton a rassemblé une kyrielle de stars plus populaires les unes que les autres : sa campagne présidentielle s’achève par des concerts de Bruce Springsteen, Jon Bon Jovi et Lady Gaga dans l’espoir de séduire d’ultimes électeurs avant le vote.

 

Certes les célébrités sont d’ordinaire plutôt ancrées à gauche mais cette année le penchant pour la démocrate est sans précédent, le républicain Donald Trump n’ayant reçu le soutien de quasiment aucun musicien américain de renom.

Cette touche de paillettes, qui a accompagné la campagne de Mme Clinton, a culminé lundi avec la légende du rock Bruce Springsteen en concert à Philadelphie, dans l’État-clé de Pennsylvanie. Plus de 40 000 personnes se sont rassemblées, un record pour un meeting de la démocrate.

« Jouons tous notre rôle afin que nous puissions regarder en arrière sur 2016 et dire que nous étions aux côtés de Hillary Clinton du bon côté de l’histoire », a-t-il lancé sur la scène installée au coeur de Philadelphie (Pennsylvanie), berceau de la démocratie américaine.

Le chanteur Jon Bon Jovi, qui soutient de longue date les candidats démocrates, était monté sur scène juste avant lui. Et une procession a suivi : Chelsea et Bill Clinton, fille et mari de la candidate, puis Michelle et Barack Obama, et enfin Mme Clinton.

 

Concert surprise de Madonna

La chanteuse Madonna a donné un bref concert surprise lundi soir dans le centre de New York. L’événement a duré une demi-heure pendant laquelle Madonna a incité l’audience à aller voter mardi. « C’est un concert pour nous unifier, et pour garder l’Amérique grande, par pour la rendre grande à nouveau », a lancé l’artiste, citée par AP, en référence au slogan du rival républicain . « Voulons-nous que Donald Trump soit président ? » , a-t-elle lancé à la fin du concert. « No ! » a répondu le public. « Avons-nous besoin d’Hillary Clinton ? » , a poursuivi la chanteuse « Yes », ont renchéri ses fans.

 

 

« Nos âmes n’ont pas de couleur et je veux évoluer dans un monde où ma fille n’a pas de limite », avait déclaré Jay Z lors de ce show en compagnie d’autres stars du hip hop : J. Cole, Chance the Rapper et Big Sean.

 

Donald Trump choqué par le rap

Le soutien du couple Jay Z/Beyoncé à celle qui veut devenir la première femme présidente des États-Unis a largement déplu à son adversaire qui a tenté de mettre en cause le registre linguistique de leurs chansons.

« N’est-ce pas incroyable que (...) Jay Z et Beyoncé utilisent un langage obscène avec des mots qui, si je les prononçais, provoqueraient un retour de la chaise électrique », s’est insurgé lundi le milliardaire se vantant de « rassembler des foules plus importantes qu’eux ».

Lire la suite de l’article sur lalibre.be

Madonna, symbole de la décrépitude du libéralisme libertaire,
lire chez Kontre Kulture :

Revoir l’analyse d’Alain Soral sur Madonna, lors de l’entretien de juin 2012 :

Madonna et la politique, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

29 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Commentaires suivants