Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Maître Damien Viguier parle de l’ouvrage Le Travail et l’usure d’Ezra Pound

Dans le cadre de sa chronique sur MPI-TV, Maître Damien Viguier évoque l’ouvrage Le Travail et l’usure d’Ezra Pound, paru aux éditions Kontre Kulture.

 

 

Voir la présentation de l’ouvrage par Alain Soral :

 

Se procurer Le Travail et l’usure chez Kontre Kulture :

Retrouvez Damien viguier chez Kontre Kulture :

Retrouvez Damien Viguier sur E&R :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

25 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Les banques prêtent un argent... qu’elles n’ont pas ! Pas contre elles touchent des intérêts bien réels : nos banquiers ont inventé la "génération spontanée" du fric, Pasteur doit s’en retourner dans sa tombe, lui qui démontra qu’il n’y avait pas de génération spontanée des microbes - et donc de tout le reste .

     

    • Salutations.

      Générer spontanément est théoriquement la fonction prérogative divine par excellence. Les banquiers ont donc factuellement ici-bas, un fragment du pouvoir opératif de Dieu ; pouvoir certes fallacieux, mais quand-même.
      Le compte en banque a donc prit la place de Dieu dans l’esprit de l’homme, et l’argent la place de l’Amour dans son coeur.

      Cordialement.


  • Page 75 de ce livre édité par Kontre Kulture, Ezra Pound laisse entendre que l’esclavage a été aboli aux U.S. parce que ce n’était pas encore assez de l’esclavage...

    Tout le livre est vertigineux.
    Facile à lire et à comprendre.

    Par contre, ce que vous allez comprendre, c’est pas la fable qu’on te fait gober.


  • Pound ,un nom prédestiné ..


  • Le travail et l’usure d’Ezra Pound est un livre magnifique.
    Kontre Kulture publiera-t-il d’autre livres d’Ezra Pound sur ce sujet ?


  • Bonjour,
    La question de l’argent est philosophique plus que technique. Mais le paradoxe c’est que la réflexion philosophique n’est accessible qu’avec une bonne maîtrise du technique (qui est la combinaison du juridique et du comptable).
    Pour comprendre l’argent il faut donc avoir la triple compétence : comptable, juridique et philosophique.
    Mais tout ceci est rare.
    Pour ma part je suis financier de formation donc je comprends très bien les bases de l’argent sur le plan technique mais la question philosophique reste très compliquée à résoudre.

    Je ne sais pas si Maitre Viguier lira ce commentaire, mais voici mon impression :
    En bordant le sujet des personnes morales et de la vraie nature des créances/dettes vous visez juste. Passer du sujet des dettes/créances à l’argent est en somme naturelle car nous sommes comptablement sous un système monétaire où les créances/dettes sont les collatéraux de la monnaie (les deux ne sont donc pas dissociables dans un travail sérieux).
    Mais vos explications restent très (trop) juridiques. Loin de moi l’idée de les trouver mauvaises, mais je pense que le sujet gagnerait ENORMEMENT à être enrichit avec une analyse financière plus poussée en l’utilisant la comptabilité comme un moyen d’explication des mécanismes et non seulement comme une matérialisation du mécanisme juridique. Bref vous pouvez rajouter une troisième dimension à votre analyse en passant d’une analyse juridico – comptable à juridico - comptablo – financière.
    Cette remarque fait suite à la lecture de votre livre "La réification de la parole". Je trouve le sujet inépuisable et intéressant, les explications juridiques sont fascinantes. Mais passé le stade de l’explication des techniques comptables utilisées on reste sur notre faim.
    Veuillez considérer cette remarque comme une félicitation pour le travail accomplit et comme un encouragement à coécrire sur le sujet avec un analyste financier.
    Bien à vous.


  • Grâce à Dieu, Me Viguier, vous n’avez pas fait voeu de silence... Tout le monde, en effet, ne cause pas la langue des signes. C’est un délice de vous entendre.


  • Grâce à Dieu, Me Viguier, vous n’avez pas fait voeu de silence. Tout le monde ni ne parle, ni n’entend la langue des signes ; c’est un délice de vous entendre. Poursuivez...


  • Mr Viguier, pourriez-vous confirmer le fait suivant : que la loi et les tribunaux ne s’appliquent qu’aux entites legales (morales et tout le jargo juridique qui confuse tout le monde) et non aux individus souverains fait d’un corps, d’une ame et d’un esprit.

    Une seule personne a ma connaissance a experimente cette strategie et n’est a ce jour plus poursuivi par les instances juridiques : l’ex-medecin Canadien Ghislaine Lanctot qui a decrit en detail son experience carserale et juridique dans son livre "Madame Ghis, Evasion en Prison".

    C’est un sujet que personne n’aborde et qui semble pourtant detenir la cle. Malheureusement si cette connaissance est expliquer clairement, c’est aussi la fin des avocats ! ;)

    Merci de nous eclairer sur ce sujet.

     

    • #1576563

      Qui n’a jamais fait enfant l’expérience de laisser tremper des jours durant un noyau d’avocat, maintenu par des cure-dents, dans l’eau. Et, voir sortir des filaments en forme de racines. Aller au bout de l’observation du processus de développement est fastidieux pour les enfants, que jamais ils n’ont l’information qui consiste à savoir que faire du noyau et des racines. Nicolas Fabre devrait pouvoir nous renseigner ; enfin s’il s’intéresse au droit et à ses codes.


  • Le Travail et l´usure, le livre numéro 1 à lire pour tout nouveau... cerveau malade. Court, simple, essentiel, facile à reproduire et à assimiler ; pour comprendre le noeud du problème. N´importe quel élève de troisième pourrait comprendre.
    Si les gens comprenaient que 0,00001% d´usuriers vivent du travail de 8 milliards d´habitants, y´aurait peut-être une révolution.
    Après plus de problème de vivre ensemble.

    À l´époque on l´a mis dans un hôpital psychiatrique 13 ans, aujourd´hui, il aurait des procès politique. C´est plus vicieux comme mèthode.


  • Enfin un Juriste qui s’intéresse à l’usure !

    Usure au sens de « croyance que l’argent fait des petits ».

    Si l’argent est considéré comme la compatibilité d’un travail, de l’échange d’un objet ou de la mission d’une personne qualifiée, cela correspond à une réalité.

    Si l’argent est la comptabilité de l’argent qui se reproduit, cela ne correspond à aucune réalité.

    Je ne suis pas juriste, mais il devrait être juridiquement possible de pouvoir distinguer la comptabilité de quelque chose qui existe (ou qui peut avoir une existence) de la comptabilité de quelque chose qui n’existe pas (et qui ne peut jamais exister).

    Serait-il possible de justifier une loi de laïcité qui exclut l’usage de croyances obscures de l’organisation de notre économie ?

    C’est quand même un comble que l’activité au service de l’usure, c’est-à-dire quelque chose qui n’existe pas, soit la référence de la valeur économique. Au nom de quel principe l’argent que perçoit un fonctionnaire n’est pas la contrepartie de la valeur de son travail (car on considère qu’il nous coûte de l’argent) mais la redistribution de la valeur produite (la seule qui ait une reconnaissance économique) par un employé au service d’un usurier ?

    Merci si vous pouviez donner un éclairage juridique sur ces questions.


  • Merci de mettre en lumière le travail d’Ezra Pound et le vôtre.

    Je suis un peu effrayé lorsque je vois le travail de sape que fournit le système pour nous endoctriner.

    Il se trouve même des gens aujourd’hui pour donner à l’argent des vertus "magiques" et qui nécessitent que l’on fasse preuve d’amour envers lui pour l’attirer.

    https://www.youtube.com/watch?v=7EV...

    Comme disait Dieudonné (avec ironie) :
    "Y’a pas d’mal à aimer le profit, les gars !"

     

  • Ezra Pound ainsi que Gotfried Feder montrent que les problèmes économiques que nous connaissons viennent de la nature même de la monnaie contemporaine.

    Il s’agit de l’argent-dette, créé par les banques privées ex-nihilo par le crédit ce qui enferme toute la société dans une spirale de dette mathématiquement irremboursable.
    Là où, par exemple, le discours de Cousin est complètement fallacieux c’est que ce n’est pas l’argent le problème mais les parasite qui en ont pris le contrôle, ceux qu’Ezra Pound appelle l’Usurocratie.
    La solution n’est probablement pas le retour au standard or comme le préconise Pierre Jovanovic (car il s’agit de la version plus ancienne de l’arnaque actuelle du dollar) mais l’étalon-travail décrit dans La Révolution Européenne de Francis Delaisi qui complémente bien Le Travail et L’usure.

    Sur la création monétaire un documentaire intéressant qui permet de bien visualiser le mécanisme : https://www.youtube.com/watch?v=syA...


  • Allô, Francis ?


  • Merci pour la pédagogie sur ce sujet crucial. (monnaie, argent, dette).

    Me Viguier est très clair et pédagogue et c’est important sur les sujets difficiles.

    Etienne Chouard a aussi une très bonne pédagogie, on comprend très bien ce qu’il explique simplement en synthétisant l’essentiel sur l’argent et la dette en quelques secondes et avec des tournunes bien senties :

    https://www.youtube.com/watch?v=eFu...

     

    • C’est intéressant de savoir. Seulement, lorsque l’on cherche à savoir et que l’on sait, on a pris appui sur la pensée qui ne sait se référer qu’à la mémoire et qui répètera le passé.

      La pensée est un outil de communication, pas un vecteur d’inédit. La pensée ne sait produire que de la même chose sous diverses formes.

      Sommes-nous seulement pensée ou sommes-nous plus au-delà elle ? La pensée répondra ce qu’elle sait ; mais alors qui crée la nouveauté ? Mystère et boules de gomme !

      Quitte à ne pas savoir... Autant paticiper "au bonheur plutôt qu’au malheur et à la douceur qu’à la douleur"* ; comme on peut le lire à la page 777,89 (paragraphe 3, alinéa 1) de l’excellent ouvrage d’Alexscandra Karel : La femme cette inconnue.




      * A moins d’être un sadique ou un maso... de la pensée.


  • Quant on regarde attentivement ce qui se passe dans les sociétés multinationales, on s’aperçoit qu’en pratique le salarié supporte le risque de l’actionnaire et les responsabilités de l’actionnaire.

    En effet si la société va mal, le salarié assumera, en étant licencié, la responsabilité de la mauvaise gestion de l’entrepreneur. En revanche, le dividende qui se veut être en théorie une rémunération incertaine, est en pratique constamment versé (dans les multinationales c’est une pratique qui sécurise les investisseurs et rassure les marchés) en raison de la financiarisation de l’économie et de l’ouverture du capital à tous les agents grâce notamment à l’outil sociétaire (S.A.).

    Grâce à la S.A., la dérive financière a pu pleinement s’étendre et Il y a donc le salarié qui assume la responsabilité entrepreneuriale, dont la rémunération est devenue incertaine - le salarié peut refuser une baisse de salaire, mais doit se faire licencier ! - et la charge de travail, et de l’autre côté, il y a l’actionnaire (avec le manager souvent salarié mais plus proche de l’actionnaire) qui aura une rémunération certaine, l’investissement dans le capital se décide sur en grande partie sur la rentabilité de l’action, l’actionnaire ne supportera pas la mauvaise gestion du manager et se contentera d’être usurier voulant une rentabilité toujours plus forte.

    Si la dérégulation des marchés financiers a pu être un facteur de complexité et d’extension de la problématique, celle-ci se révèle être à mon sens que la S.A. a permis un accaparement de l’argent issue de la production de richesse - et de l’exploitation du salarié - au détriment de ce dernier et un découplage du risque inhérent à la philosophie du libéralisme économique avec la propriété privée.

    Le capitalisme financier a tué le libéralisme économique et le droit civil aidé en cela du droit commercial qui a permis cette dérive.

    Au niveau national, on s’aperçoit que la problématique reste la même, le risque de banqueroute a été reporté sur le citoyen, au lieu de reposer sur les banques systématiquement sauvées par les États et n’ont plus aucun compte à rendre quant à l’argent créé et caché dans les paradis fiscaux.

    L’idée de revenu universel s’inscrit peut-être dans cette logique d’avènement du capitalisme financier depuis la reconstruction d’après guerre : s’accaparer et sécuriser l’argent par le 1% de capitalistes et laisser 99% de la population avec 1% d’argent.

     

    • Vous avez raison. Le partage de la valeur ajoutée produite par l’entreprise devrait se faire uniquement par le salaire et jamais par un intérêt qui est une offrande à de l’argent. En outre, la distinction « employé » et « salarié » permet de clarifier les responsabilités dans une société.

      L’emploi fait partie de l’institut capitaliste dans la mesure où l’employé est affecté à un poste sur lequel il n’a aucun pouvoir de décision. Dans l’emploi, la rémunération n’est pas attribué à une personne mais à un poste. L’employé affecté à ce poste peut développer de l’obsolescence programmée, commercialiser des choses inutiles voire nuisibles. Un employé ne peut exprimer sa responsabilité par son travail. Il ne participe pas à la société par sa personne, un robot ou un employé du tiers monde pourrait le replacer sur son poste. On n’attend de l’employé qu’un rendement au service de l’intérêt d’un employeur.

      Le salaire n’est pas nécessairement lié à un poste de travail mais peut être versée pour la qualification d’une personne. On peut imaginer un chef d’entreprise salarié pour sa qualification tout comme un ouvrier salarié pour sa qualification, un médecin salarié pour sa qualification. Un salarié peut être un acteur à part entière d’une entreprise, en posséder une partie. Il participe à son entreprise par son travail et sa qualification. L’entreprise n’est pas une association de postes mais une association de personnes salariées.

      On peut considérer que la retraite par répartition est une forme de salaire à vie permettant au citoyen d’être responsable de ses activités, d’exprimer sa qualification au niveau de la Nation. Encore faudrait-il être conscient de cette responsabilité pour pouvoir l’exercer que l’on soit salarié retraité ou salarié d’une entreprise.


  • Toujours fabuleusement fines, les analyses de Maitre Damien Viguier .....
    Et quel humour en plus ..... Merci pour tout !!!


  • En effet la vie d’Ezra Pound est très intéressante. Il fut très proche de Eustace Mullins.


  • "La monnaie est à la fois une unité de valeur, un étalon de la valeur, une propriété, une représentation de la propriété, un moyen d’échange, de paiement ou d’achat — un moyen d’échange individualiste faudrait-il préciser —, un moyen d’appropriation et de dépossession, un moyen d’accéder au marché et, enfin, une portion de tous les droits dont la jouissance ou l’exercice passe par l’accès audit marché. Mais, pour toutes ces raisons, c’est aussi et surtout un moyen d’oppression, un moyen pour les puissants — qu’ils tiennent leur puissance d’une position sociale élevée ou de leur richesse — de dépouiller les faibles de leurs droits (d’abord de ceux dont la jouissance ou l’exercice passe par la monnaie, puis de tous les autres) et d’asseoir ainsi leur domination." Qu’est-ce que Largent ? - Philippe Landeux


  • En effet La situation mérite attention
    https://m.youtube.com/watch?v=cEqxp...


  • Merci Damien,
    je ne tutoie pas facilement, mais ça fait chaud au coeur ;

    1-d’entendre parler de Ezra Pound ; si essentiel pour une compréhension sereine de notre monde depuis 500 ans (il avait assimilé la littérature mondiale, poésie comprise, à 19 ans ; en a fait un livre ; "Comment lire", puis a écrit de la "poésie économique/financière" : à ceux qui se la racontent sur les changements de paradigme d’un demi-pouce... on n’est pas dans la même division, même pas dans le même sport, voire espace-temps !)

    2-de citer Emmanuel Ratier et la conclusion de sa préface ; "Camarade, si tu passes par là, va fleurir sa tombe,il le mérite", au terme de la biographie ramassée qu’il fait, d’un combattant pou les mots et leur sens, ayant passé sa vie à rester à sa place (c’est-à-dire ;à s’efforcer de la retrouver, une fois chassé) .

    3-de parler de quelqu’un a permis de comprendre (par déduction) que la littérature et la traduction ont été anéanties dans notre monde "moderne"(ce ne fut pas le cas dans la RDA, tous les classiques étaient disponibles et étudiés et profitent aux ex-allemands de l’ouest réunifié.. vous avait dit censure ?), pour que nous restions enfermés dans l’ignorance des causes, plus généralement des liens existant entre les évènements : bref ; l’ignorance.

    Le travail et l’usure, c’est ce qui montre aussi que le fascime, malgré le despotisme qu’il induit, fut l’ultime expérience européenne, au cours de laquelle le travailleur avait encore un lien avec ceux qui captent le fruit de son travail. Ce fut un échec, probablement sous le poids de la finance, à base de dette éternellement renouvelée. Mais la guerre fut instillée, comme elle l’est aujourd’hui, puis déclenchée contre la Germanie fantasmée et l’Italie pour détruire l’Europe et......
    .......créer de nouveaux marchés pardi !

    Et comme l’expliquait Francis Cousin : les vrais auteurs importants ne font que re-raconter, ré-expliquer, re-présenter ce qui est connu de longue date ; et qui doit être ré-appris... d’où les liens entre générations. On y décèlera ainsi les abus sémantiques à l’oeuvre dans notre dictature psychologique (devoir de mémoire, mettre les anciens à l’honneur, grecs et latins (au XVIIIe), ce qui nous éloigne en fait de cette saine curiosité, solidarité, ... bref, si vous êtes sur le site, c’est que vous sentez déjà tout ça)
    Bon courage à tous


Commentaires suivants