Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Manuel Valls : "Il faut mettre à terre Alain Soral"

Nous sommes sur Radio J, dans Le Forum Radio J, jeudi 26 janvier 2017. Frédéric Haziza reçoit le candidat à la présidentielle Manuel Valls, qui a été Premier ministre de François Hollande pendant deux ans et huit mois, du 31 mars 2014 au 6 décembre 2016. Dans une surenchère d’attaques contre Soral et Dieudonné, le journaliste et le candidat vont aboutir à cette phrase extrêmement choquante.

 

 

La première inquiétude d’Haziza (nous sommes là sur l’émission entière) concerne la possibilité d’une défaite de Manuel Valls le 29 janvier à 20 heures, un Valls qui a quand même été le candidat assumé du camp sioniste. Un choix politique qui a grillé littéralement Valls aux yeux du peuple, depuis son opposition frontale à Soral et Dieudonné au cours du mois de janvier 2014.

Manuel Valls réfute l’accusation, par son camarade Benoît Hamon, d’une islamophobie d’État, ou d’un racisme d’État à l’égard des musulmans :

« Quand Benoît Hamon s’en prend à une laïcité douteuse et qu’il met dans le même paquet d’ailleurs Alain Finkielkraut, Caroline Fourest, Mohamed Sifaoui, là oui d’une certaine manière il fait référence à la campagne du CCIF, de cette organisation qui cherche à faire croire que dans notre pays il y a une islamophobie, pour reprendre leur mot, d’État ! Il y a un racisme d’État, l’état d’urgence ferait partie de, alors qu’il s’agit de lutter contre le terrorisme tout de même et de protéger les Français, de, ce racisme d’État. »

L’interview a beau porter sur l’élection présidentielle, immanquablement, Haziza remet l’islamisme et l’antisémitisme sur le tapis :

Haziza : « Alexis Bachelay, le porte-parole de Benoît Hamon, il est de moins en moins clair ? Vous l’avez croisé à l’Assemblée depuis des années, vous voyez ce qu’il fait, et d’ailleurs il a même utilisé sa réserve parlementaire pour financer une ludothèque à Gaza. C’est normal, ou pas ? »
Valls : « Mais, qu’on aide les Palestiniens en difficulté ça ne me choque pas, mais il faut toujours savoir où sont les aides. Et je me rappelle que le même Alexis Bachelay avait dénoncé mais avec une violence incroyable cette belle manifestation qu’était Tel Aviv en Seine ! »
Haziza : « C’était le 11 août 2015, pour dénoncer la journée Tel Aviv sur Seine initiée par la mairie de Paris, Bachelay : “vu ce qui se passe en Palestine, le régime de Pretoria était peut-être plus doux que l’extrême droite qui gouverne en Israël”. »
Valls  : « Je crois que vous venez de tout dire. Ça parle. »

C’est à 14’31 que le mot « antisémitisme » est enfin lâché, par Valls, avec sa « montée ». Dès lors, on ne parle plus que de ça. Sur la gauche non soumise à l’injonction sioniste, Valls enchaîne :

« Il y a une partie de la gauche qui n’a pas compris ce qui était en train de se passer dans notre société. [...] Les cris de “mort aux juifs”, euh, Dieudonné et Soral, le combat, j’étais un peu seul contre Dieudonné fin 2013, donc on n’a pas compris ce qui est en train de se passer, j’étais l’un de ceux qui l’ont compris et qui l’a exprimé avec force et avec mes tripes ! »

Dès lors, tout le seau des clichés oligarchiques habituels (islamo-gauchisme, islamo-nazisme, antisémitisme, antisionisme, haine d’Israël) se déverse dans la conversation, qui a perdu son point de vue électoral pour virer à la dénonciation tous azimuts de l’antisémitisme. Il est temps de lancer le sujet de prédilection (à 24’26) :

Haziza  :« Antisémitisme. Vous avez fait de la lutte contre le racisme, pas seulement l’antisémitisme, le racisme, l’antisémitisme (!), l’un des axes de votre action au ministère de l’Intérieur puis à Matignon. Le problème c’est qu’en dépit de ces chocs successifs, on a tué sur le sol français des juifs parce qu’ils étaient juifs, l’antisémitisme continue de prospérer en France… »

Valls  : « Mais le mal est profond ! Ce mal se diffuse sur Internet, sur les réseaux sociaux, c’est une vraie bataille politique, culturelle, que nous devons mener. Quand un enfant dans une école – je l’ai souvent dit à cette antenne – explique que à la réponse de son enseignante que son ennemi c’est le juif, quand à travers les paraboles, à travers un certain nombre de télévisions des pays arabes, quand sur les réseaux sociaux on déverse cet antisémitisme officiel, évidemment cela malheureusement touche, touche les esprits faibles et pas seulement les esprits faibles. Quand on voit ce que Dieudonné à un moment comme succès, y compris de complicités heureusement aujourd’hui et grâce à la bataille que j’ai menée c’est moins le cas, on voit bien qu’il y a un énorme travail à faire… »

Pour finir son envolée sur le désormais classique « et l’antisionisme est la nouvelle forme de l’antisémitisme  ». «  Pour certains, le combat pour la Palestine contre Israël et contre la disparition d’Israël oui, alors à ce moment-là, c’est de l’antisémitisme. » Un joli lapsus qu’Haziza corrige aussitôt : « Pour la disparition d’Israël ! »

Haziza : « On se rend compte que les attaques, y compris celles à connotation antisémite contre vous et votre épouse, ont débuté après l’offensive que vous aviez lancée en décembre 2012 contre Dieudonné et Soral. […] Comment expliquez-vous que ces deux personnages, Soral et Dieudonné, deux gourous antisémites, personnages proches de Jean-Marie Le Pen, de Faurisson, du régime iranien, du régime d’Assad, aient autant d’audience parmi les jeunes des quartiers ? »
Valls  : « Soral et Dieudonné, c’est toujours triste de les citer, ils ont touché un public beaucoup plus large de ce que l’on peut croire… Parce que le travail de mémoire a été négligé, parce qu’on n’a pas rappelé ce que l’antisémitisme pouvait représenter comme particularité, parce qu’on a voulu tout confondre, tous les crimes, tous les massacres, parce qu’on a voulu relativiser la place de la Shoah dans notre histoire universelle et son caractère imprescriptible… »

Haziza : « Roland Dumas justement avait choqué en vous accusant d’être sous influence juive, sous influence juive comprendre de votre femme, Alain Soral, Dieudonné, Oumma.com, Panamza et d’autres sites islamistes voire islamo-gauchistes vous critiquent régulièrement pour avoir déclaré que vous étiez “lié de manière éternelle à Israël”. Est-ce que c’est une phrase que vous assumez, Manuel Valls ? »
Valls : « Mais oui ! »

Haziza renvient enfin (à 30’34), après cette énorme parenthèse « antisémite », à l’actualité politique française et à la raison de la présence de Valls en plateau.

Haziza : « Actualité politique de la primaire. Alain Soral, dont on a parlé, appelle à voter Benoît Hamon via son site Égalité & Réconciliation. Donc il a pondu entre guillemets un certain nombre de délires sur ce site euh, et je le cite : “Voter Hamon, c’est le moyen d’écarter définitivement Valls de la présidentielle, un candidat qui a juré fidélité au CRIF et à Israël, que ce soit par le politique, le médiatique, le juridique ou le policier”. Il ajoute, Soral, “la France du président Valls ce serait quoi”, sa réponse : “le dîner du CRIF chaque soir à l’Élysée, la LICRA qui poursuivra le moindre écart de pensée sur Internet”… bref, et c’est Soral qui conclut : “la France soumise et trahie”. »

Valls (à 31’35) : « Frédéric Haziza, vous m’entraînez dans ce débat et dans ces citations écœurantes de ce, de ce, de ce personnage… C’est une provocation infâme et insupportable… Qui peut un instant penser que Benoît Hamon puisse se réjouir d’un tel soutien ? Bien au contraire. Mais, raison de plus pour se mobiliser, pour être très déterminés, pour ne rien laisser passer, pour (hésitation) mettre à terre un tel personnage. »

La phrase ne choque pas Haziza qui reprend : « Mettre à terre un tel personnage et vous dites ça aussi au porte-parole de Benoît Hamon, Cherki et Alexis Bachelay. »

Valls qui vient quelques minutes plus tôt de démontrer, à son sens, la collusion ou la congruence entre Hamon et les islamistes, donc les « antisionistes »…

L’émission entière est à écouter ici :

Dimanche 29 janvier, dites à Manuel Valls
ce que vous avez pensé de l’émission !

 

Sur la gauche oligarchique, chez Kontre Kulture :

 

La relation forte Haziza-Valls, sur E&R :

La relation douloureuse entre la France et Valls, sur E&R :

 

Soutenir Alain Soral dans les épreuves qui l’attendent
en faisant un don par Paypal :

Vous pouvez aussi effectuer un don par chèque à l'ordre d'Alain Soral, à envoyer à cette adresse :

Alain Soral
Égalité & Réconciliation
3 rue du Fort de la Briche
93200 Saint-Denis
 
 






Alerter

70 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
Afficher les commentaires précédents