Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Manuel Valls : "Je vais voter Macron, parce que le FN risque de gagner"

Invité ce matin sur BFMTV et RMC dans l’interview de Jean-Jacques Bourdin, Manuel Valls a annoncé son soutien à Emmanuel Macron dans la course à l’élection présidentielle.

 

Jean-Jacques Bourdin le questionne d’emblée :

- Voterez-vous pour Benoît Hamon ?
- Non !
- Est-ce que vous voterez pour Emmanuel Macron ?
- Oui, car je crois qu’il ne faut prendre aucun risque. Je prends mes responsabilités. Ce n’est pas une question de cœur, c’est une question de raison.

L’ancien Premier ministre explique cette décision par le danger du FN :

« Je pense que le FN risque de gagner, qu’il est plus haut dans les sondages que ce qu’on le croit. Il ne faut prendre aucun risque. Ce n’est pas un ralliement, je n’ai rien à échanger, ni à négocier. C’est une prise de position responsable. Quand on a été Premier ministre, candidat à la primaire de la gauche, quand on a une certaine idée de la France, de la république, face au danger que représente le populisme, l’extrême droite, le front national, on ne peut pas hésiter. »

 

 

Plus tard, Manuel Valls aussi eu un mot pour François Fillon. :

« Je pense que la candidature de François Fillon est la plus mauvaise possible, notamment sur le plan moral, face à l’extrême droite. »

Invité au même moment sur Europe 1, Emmanuel Macron a réagi à ce geste de Manuel Valls :

« Je le remercie. Cela traduit que les primaires n’étaient pas en situation de rassembler la gauche. Les sociaux-démocrates sont donc prêts à se mettre dans ma démarche. Je serai le garant du renouvellement des visages. »

Aux accusations de « couteau dans le dos » à Benoit Hamon pour rester au pouvoir, Manuel Valls s’est inscrit en faux :

« Moi je ne demande rien, j’ai gouverné. C’est assez drôle de recevoir des leçons de trahison de la part de ceux (les frondeurs, ndlr) qui ont voulu faire voter des mentions de censure contre leur propre gouvernement, de la part de ceux qui ont refusé de voter des lois essentielles dans le cadre de ce quinquennat. »

 

Un soutien malgré un engagement pour le candidat du PS après la primaire

C’est la première sortie médiatique de l’ancien Premier ministre depuis sa défaite au second tour de la primaire citoyenne de la gauche, le 29 janvier dernier. Depuis lors, Manuel Valls n’avait plus commenté la campagne, en tout cas publiquement. Car en coulisses, les intentions du maire d’Évry avaient déjà fuités, notamment celle de ne pas parrainer Benoît Hamon. Il se justifiait à l’époque en disant que « Benoît Hamon ne suscitait pas d’engouement ».

En ce sens, la déclaration de soutien à Macron ne surprend pas vraiment le monde politique et médiatique français. Ce n’est d’ailleurs pas le premier membre du gouvernement actuel (ou passé) à soutenir le candidat d’En Marche !. Le 24 mars dernier, le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian avait déjà appelé à soutenir Emmanuel Macron.

Pour les soutiens de Benoît Hamon et pour le candidat lui-même, il s’agit de « trahisons » qui se succèdent alors que les statuts de la primaire de la gauche obligeaient les candidats (dont Manuel Valls) à soutenir le vainqueur de cette primaire : Benoît Hamon.

À cet argument, Manuel Valls a répondu à Jean-Jacques Bourdin :

« C’est vrai (que je m(’y étais engagé), et c’est pour ça que j’ai réfléchi avant d’accepter votre invitation. Mais l’intérêt supérieur de la France va au delà des règles d’un parti, d’une primaire et d’une commission. »

Mais dans cette campagne, chaque jour le confirme un petit peu plus, les retournements de situations sont au centre de l’élection. Et les trois semaines qui nous séparent du premier tour pourraient encore apporter leur lot de surprises.

En lien, sur E&R :

Pour comprendre ce choix, chez Kontre Kulture :

 






Alerter

112 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
Afficher les commentaires précédents