Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Manuel Valls songe à supprimer le mot "race" de la Constitution

Une mesure sociale de première importance...

Le Premier ministre Manuel Valls s’est dit mercredi soir « prêt à regarder » la suppression du mot « race » dans la Constitution, lors du dîner annuel du Conseil représentatif des Français d’Outre-mer (Crefom), a constaté une journaliste de l’AFP.

Il était interpellé sur ce sujet par le président du Créfom, Patrick Karam. Ce dernier a souligné que la suppression du mot race dans la Constitution et dans les lois « ne supprimera pas le racisme » mais enlèverait les arguments de ceux qui pensent qu’il existe des races humaines et les « hiérarchisent ».

M. Valls, qui a répondu à l’invitation du Créfom entre deux sessions du Sénat qui examine la révision constitutionnelle après les attentats de novembre, a assuré que « face au racisme, aux paroles et aux actes, nous devons opposer la plus grande détermination. Le racisme est un délit, inscrit dans notre droit. Il sera toujours sanctionné ».

« Face à ceux qui voudraient réduire la France à un pays de "race blanche", nous devons affirmer que Marianne n’a pas de race, pas de couleur. Quand elle était en danger, la République a été défendue par les Ultramarins, par le Général Alexandre Dumas, par Félix Eboué, par le bataillon du Pacifique, par tous ceux qui portaient notre devise Liberté-Egalité-Fraternité dans leur coeur », a ajouté le premier ministre.

« Face à cela, je suis prêt à regarder de près comment évoluer ensemble sur le plan législatif », a-t-il dit. « Pour la condamnation du racisme par rapport au mot "race", je prends la main que nous a tendue Nicolas Sarkozy », a-t-il ajouté.

Lire la suite de l’article sur france24.com

L’égalitarisme abstrait au service du libéralisme réel, voir sur ER :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

57 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • je propose aussi de supprimer le mot " Feuj " " Renoi " " Rebeu " largement employés au Guignol -
    parce que supprimer le mot race pour garder cela , ça change rien ....
    « Face à ceux qui voudraient réduire la France à un pays de "race blanche", nous devons affirmer que Marianne n’a pas de race, pas de couleur.
    mais qu’est-ce qu’elle a comme connards , criminels de guerre , escrocs , branleurs , parasites et j’en passe ....

     

    • Dieu -Exalte soit Il- ,dans ses Livres Saints, parle de peuples et non de race. Il existe la race humaine ou animale. La race humaine est composée de différents peuples, eux mêmes, sub-divisé en ethnies.
      Paix à vous tous...


  • Réponse 1/3
    Question raciale essentielle, fondamentale même, à qui veut comprendre, outre les problèmes de compatibilité histologique pour le don d’organes, la crise que traverse notre civilisation. Une raison principale à cela : la race étant une réalité biologique, elle survient (et impacte) en amont des réalités ethno-religieuses et socioéconomiques.

    Elle est la première subdivision de l’espèce humaine, bien avant la civilisation, la structure familiale ou le système politique. Prétendre analyser ces facteurs, situés en aval, sans avoir compris le donné biologique dont ils jaillissent revient un peu à jouer au commando de marine sans savoir nager.

    3 points principaux pour faire le tour de cette question.

    La réalité de la race. C’est le premier front idéologique sur lequel il nous faut nous battre, d’abord parce qu’il est primordial, ensuite et surtout parce qu’il est déjà enfoncé.

    La propagande relativiste en usage depuis 50 ans prétend que la race serait une simple construction socioculturelle, au même titre que la classe pour les marxistes ou le paradigme en épistémologie, et non une réalité biologique. Sur ce point les progrès de la génétique d’une part, et de la biologie moléculaire d’autre part, ont largement contribué à démolir le modèle officiel.

    Est aujourd’hui totalement admise la réalité de ce que les généticiens appellent les haplogroupes, des séries de marqueurs génétiques qui correspondent avec une étonnante précision à ce que l’on perçoit instinctivement comme les principales races humaines.

    Chez l’homme on étudie généralement les haplos du chromosome Y, chez la femme ceux de l’ADN mitochondrial ; c’est par exemple ce type d’étude qui a permis de déterminer l’origine géographique des différentes races et leur répartition démographique dans le temps et dans l’espace.

    Les haplogroupes R, qui présentent tous la mutation M45, correspondent assez précisément à l’extension maximale des différents groupes aryens – des scandinaves aux cinghalais de Sri Lanka ; les groupes R1a (mutation M17) et R1b (M343) délimitent plus particulièrement l’essentiel de l’extension des populations européennes indigènes – celto-germains, faces de craie et autres « babtous. » Un enfant reconnait la singularité raciale bien avant de savoir parler, donc bien avant de pouvoir élaborer une quelconque « construction socio-culturelle » ; ce que toute personne de bon sens admet comme une évidence est aujourd’hui prouvé scientifiquement.


  • Réponse 2/3
    Bien entendu les généticiens savent tout cela, mais on continue à le cacher au bon peuple, puisque selon l’establishment coco-médiatique, nous serions tous humains et interchangeables.

    Des gens comme Axel Khan ou Steven J. Gould, par exemple, sont des escrocs et des imposteurs. Ils savent que leur position médiatique est de servir de caution pseudo-scientifique à cette mascarade égalitaire, mais ils en sont trop dépendants pour pouvoir changer leur discours. C’est en grande partie pour cela qu’ils ne jouissent d’aucun prestige réel dans la communauté scientifique (Gould en particulier est considéré comme un charlatan par ses pairs.)

    Sources : toutes recherches Google (« haplogroupes », « race + biological », etc.), la génétique, Nature, Science, le New England Journal of Medicine pour les travaux en cours. Là c’est vraiment la base.

    – La non-équivalence des races. Histoire de ne pas avoir à parler « d’inégalité », expression qui peut valoir des ennuis, on peut néanmoins parler de non-équivalence en se basant sur des faits scientifiquement bien établis.

    Il est bien connu que les différentes races correspondent à des caractéristiques biologiques inégales. Outre la couleur de la peau, la forme du crane, du nez, des maxillaires, et la texture des cheveux, qui ne sont que la partie émergée de l’iceberg, on a également constaté de très fortes corrélations raciales avec la largeur des hanches, la longueur relative des membres, la densité en fibres musculaires ‘fast twitch’ et ‘slow twitch’ (qui explique la domination mondiale des noirs ouest-africains sur le sprint et le demi-fond), la densité osseuse (qui explique leur nullité en natation), la sécrétion de testostérone, de salive, de cérumen, la résistance aux pathogènes, la prédisposition à certaines maladies génétiques (sickle cell anemia chez les noirs), la fertilité moyenne, l’espérance de vie (corrélée au niveau de revenu et de soins), la probabilité de naissance multiples (2 fois plus de naissances de jumeaux chez les négro-africains que chez les caucasiens, quatre fois plus que chez les asiatiques), le volume crânien, bien entendu le Q.I moyen (corrélé à tous les facteurs imaginables), et même, l’impulsivité.

    La liste est, vous l’aurez compris, non-limitative, puisque de nouvelles différences biologiques profondes sont découvertes tous les jours, à mesure que l’on cartographie notre paysage génétique avec de plus en plus de précision.


  • Réponse 2.5/3
    En sociologie également, les chiffres sont éloquents : que ce soit en matière de taux de criminalité, d’alphabétisation, de stabilité des structures familiales, de réussite académique, les mêmes hiérarchies émergent : caucasiens et asiatiques en haut, noirs, amérindiens et australoïdes en bas. Des chiffres qui se vérifient y-compris
    a) à niveau économique identique et
    b) quelque soit le pays et la position relative des différentes races dans le système politique.

    Exemple : les Chinois surclassent les noirs dans tous les domaines en Chine, aux Etats-Unis, mais aussi en Afrique du Sud ou à Kinshasa. En terme de Q.I moyen, les asiatiques scorent même mieux que les caucasiens (104-106 contre 100-102 selon certaines études, y-compris parmi les immigrés récents)

    C’est exactement ce qu’a dit Watson dans la récente déclaration qui lui a valut d’être mis au pilori par la bien-pensance internationale : les multiples études, année après année, avant et après l’affirmative action, toutes corrélations faites, prouvent bien que « pas vraiment ».

    Il avait aussi déclaré que « dans la mesure où les différentes races avaient évolué physiquement en réponse à un environnement donné, il n’y avait pas de raison de supposer que leur évolution mentale ait été, inexplicablement, identique.

    Petit à petit, la conclusion que les races sont bel et bien inégales s’impose dans de petits groupes de chercheurs et de spécialistes. Combien de temps avant que les médias ne retournent leur veste ?

    Sources : les chiffres détaillés du Department of Justice, les travaux de Jansen, de Rushton, l’étude de Snyderman et Rothman (1988), google sur race, intelligence, heritability, etc… Et évidemment les travaux remarquables de Shockley.

    – L’incompatibilité structurelle entre les races. C’est le dernier front sur lequel il nous faut nous battre. Nous savons tous qu’aucun des thuriféraires de la mixité ethnique ne donne de cette soupe à ses propres enfants (souvent scolarisés dans de discrets collèges des banlieues cossues) ; le bon peuple, lui sait qu’il vaut mieux avoir un quartier / immeuble / collège ethniquement homogène s’il veut avoir la paix.


  • Réponse 2.9/3
    De nombreuses études, menées chez l’homme comme chez l’animal, tendent à prouver qu’il existe une préférence intuitive pour l’individu pour de plus grande proximité génétique. La famille avant le clan, elle-même avant la tribu, qui passe avant la nation, la civilisation, la race, l’espèce, le groupe, l’ordre et le règne.

    Ces réflexes sont probablement codés en dur dans notre cerveau après des millions d’années d’évolution qui ont privilégié les avantages adaptifs en matière de coopération, de cohésion du groupe et de transmission des caractères culturels. On est plus efficace avec ceux qui nous ressemblent, et tout porte à croire (scientifiquement s’entend) que la ‘diversité’, loin d’être une ‘force’, est un terrible handicap pour une société moderne.

    La preuve : diverses études ont montré une corrélation très forte entre homogénéité raciale et réussite socioéconomique. Islande, Norvège, Suède, Danemark, Japon, Corée du Sud, Finlande, Nouvelle-Zélande, ces pays occupent tous le haut du classement en matière de revenu par habitant comme de qualité de vie (indice IDH) ; tous sont également extrêmement homogènes. A l’inverse, les pays « ethniquement divers » sont en moyenne plus pauvres, moins compétitifs, et surtout plus violent.

    A ce titre il faut lire la brillante étude de Tatu Vanhanen (University of Tampere, Finland) dans laquelle on trouve une corrélation quasi-parfaite entre diversité ethnique et niveau de violence. Sur les 148 pays listés, Japon et Islande présentent les taux de conflictualité les plus bas (et les populations les plus homogènes), Liban et Soudan occupant le bas du tableau avec leur admirable diversité ethno-religieuse. Comme le dit Vanhanen,

    “In ethnic conflicts, people seem to follow a similar behavior pattern across all existing developmental, civilizational, and cultural boundaries. The more the population is divided into separate ethnic groups, the more they seem to become organized along ethnic lines in interest conflicts, and the more often they tend to resort to violence in ethnic conflicts.”

    Sources : Voir études de Rushton encore (Univ. D’Oregon), de Lisa DeBruine (Université d’Aberdeen) , Richeson (Northwestern University), etc.. Tous ces travaux vous mèneront comme d’hab. aux publications connexes, il y a toute une galaxie de travaux peu diffusés, voir dissimulés, qui vont dans le même sens.

     

    • Nouvelle zelande y a 10% de maoris +10% de chinois +un paquet de polynésiens(samoans, tongiens, etc..). auckland est la plus grande ville polynésienne au monde


    • #1422229

      Merci FME !

      Très riches recherches que vous nous communiquez ici. Effectivement, les greffes d’organes ne peuvent se faire de blancs à noirs. Il suffit de regarder le site officiel de l’OMS , ils appellent au don d’organe par race. Je ne vois pas de problèmes avec l’utilisation du mot "race", puisque les instances officielles utilisent ce mot.

      Quant au QI, je crois que c’est un chercheur Anglais qui avait démontré ce que vous dites, il a d’ailleurs du rendre son prix Nobel si mes souvenirs sont bons, il s’est évidemment fait traité de racisme....Ils n’ont que ce mot à la bouche mais ils veulent nous interdire le mot "Race". Allez donc comprendre !


    • @Requiem for a Dream

      Oui, l’OMS archive ses demandes de dons d’organes par race. Dans le domaine des sciences médicales, pharmacologie et biochimie nucléaire, la question ne se pose même plus. Autre exemple : concernant la rosuvastatine, un hypocholestérolémiant qui abaisse le taux de cholestérol dans le sang, vendu sous les marques CRESTOR, LIPITOR... vous pouvez consulter la notice du médicament. Vous y trouverez une mise en garde sous la rubrique "Particularités ethniques" adressée aux patients de "race" jaune dont la posologie doit être ajustée à un maximum de 5mg. Cette dose chez un blanc (5mg) reste sans effet, les études à l’exposition systémique démontrent une efficacité qu à partir de 40mg. On le voit, nier l’existence des races est stupide, peut s’avérer dangereux, voire mortel.


    • #1422427

      @ FME

      Tout à fait exact. Pour ce qui est de la moelle osseuse par exemple , les transferts d’une race à l’autres sont impossibles, par incompatibilité. Et ça va encore plus loin : les métisses doivent recevoir des greffes de métisses qui ont le même métissage. Ce qui complique beaucoup les choses en médecine. Il faut savoir que le métissage mélange plusieurs gênes, donc pour la greffe, c’est un très gros handicap .

      Aujourd’hui en France, près de 2 800 malades sont en attente d’une greffe de moelle osseuse . Un certain nombre d’entre eux risque de ne pas trouver de greffon faute de donneurs compatibles identifiés sur le même registre ethniques. Racial en réalité, mais on ose plus dire ça aujourd’hui tellement ils sont tous devenus dingues avec ce mot, pourtant si joli.

      Vouloir supprimer le mot Race met en avant la totale incompétence et dangerosité de ce gouvernement.

      Encore merci FME pour vos commentaires très instructifs et érudits , ça fait plaisir.


  • Réponse 3/3
    Pour conclure, et pour faire vite, d’un point de vue statistique, les catégories raciales sont plus faciles à manier que les catégories socioculturelles (religion, revenu…), et sont également plus tranchées car plus faciles à définir.

    De surcroit, elles se superposent largement aux catégories socioéconomicoculturelles (les noirs en France par exemple corrèlent à la fois avec l’islam, la polygamie, des revenus du travail faibles et une délinquance élevée.)

    En clair, on dispose avec l’étude des races d’une grille pertinente, efficace et solidement démontrée pour analyser les problèmes sociaux. Pas étonnant que l’état interdise fermement les « statistiques ethniques ! »

     

    • Excellent ensemble de commentaires pertinents et appuyés.


    • @ FME

      commentaire interessant, merci.

      cependant la compatibilite reproductive indique quand meme que les melanges de races sont perennes et que la diversite du pool genetique donne des outils d’adaptations superieurs a un pool restreint ; evident dans un phenomene comme la consanguinite, n’est ce pas ?

      question que je me pose souvent et a laquelle je ne trouve pas de reponse definitive : est ce qu’un profil genetique, racial, porte en lui un profil psychique, mental, psychologique ? en clair est ce que la culture ou civilisation decoule de maniere franche et directe de la race, de meme que la race decoulerait directement de l’environnement ?


    • @ Rachid
      .
      Le profil génétique n’est pas le seul facteur à prendre en compte. Le corps humain est une société dans laquelle interagissent une multitude de vies, notamment bactérienne. Les fruits de leurs métabolismes et les modifications physiques qu’elles apportent à notre corps ont plus d’influences sur le comportement d’un être humain que le code génétique .
      .
      Par exemple une personne comme Alain S. qui monte vite dans les tours et dont la vivacité d’esprit n’échappe à personne, même si parfois, des mots semblent vouloir lui échapper, tient cela plus de la qualité et de la quantité de son "microbiote" que de son enfance ou de son code génétique. D’ailleurs les séquelles physiques sont visibles : l’alopécie. L’alopécie est un désordre vasculaire au niveau des capillaires qui permettent l’irrigation du cheveux. A l’évidence, il y a lésions de cellules épithéliales composant les capillaires. Les docteurs qui affirment que cela est dû simplement à un trop fort taux de testostérone, soit mentent par omission, soit sont des imbéciles. Une recherche O.R.L. notamment dans les zones sous angulo-maxillaires montrent très souvent la forte présence de bactéries dans ces régions, non loin de l’artère carotide qui irrigue le cerveau et le cuir chevelu, d’où la difficulté de trouver des mots ( lésions cérébrales ) et la chute de cheveux.
      Pour se défendre de ses agressions intérieurs et réparer les dommages occasionnés par les bactéries, le corps "booste" l’organisme, il entre en stress. Il augmente pour se faire le taux de certaines hormones, dont celui de la testostérone et l’adrénaline. Ça change complètement un comportement humain. Se retrouver soumis à un stress constant avec de forts taux d’adrénaline presque constamment, c’est comme se retrouver avec certaines capacités décuplées, dont la sensibilité, et donc la cognition mais aussi l’agressivité, ou au contraire une apparente apathie lorsque le sujet intériorise. Le rôle d’un Freud a surtout été de cacher ce genre d’évidence, ces relations bactéries / individus alors que peu de temps avant, Louis Pasteur avait ouvert la voie.
      .
      A noter que l’on retrouve dans le génome humain des bouts de code génétique de bactéries. Il y a eu métissage ... D’ailleurs les populations du nord de l’Europe capables d’utiliser, en le "digérant", le sucre contenu dans le lait de vache, le lactose, le doivent probablement à un échange de code avec le monde bactérien.


    • Bien évidemment, découle de l’environnement, le type de bactérie que l’on trouve et leur type de métabolisme. Présence ou absence d’éléments vitaux, P.H., rayonnement, etc ... influent sur le monde bactérien qui a son tour, influence son environnement et les formes de vie qu’il colonise.
      .
      De fait, les territoires qui possèdent une grande amplitude saisonnière comme le Jura ou les Alpes comparé à la région parisienne ou la Normandie sont des milieux sélectifs pour le monde bactérien. Les bactéries s’adaptent à des condition données, puis vient la saison hivernale et un grand nombre périssent ou entrent en "hibernation" et donc ne se reproduisent pas. Certaines s’adaptent, mais à la saison d’été, rebelote... C’est rare de trouver des bactéries capables de faire de grands écarts en terme de conditions environnementales.
      .
      Ainsi, les Suisses qui semblent avoir deux de tension, doivent probablement ce trait de caractère au monde bactérien, en l’occurrence, sa faible quantité que charrie leur sang.
      .
      Une nation comme la France qui traverse l’histoire avec des guerres incessantes, occasionnant de nombreuses blessures, charrie dans son sang un microbiote important. A tel point que l’alopécie est devenu une norme chez les hommes. Connaissez-vous un inuit chauve ? Bah non. Ils habitent un environnement pauvre pour les bactéries et ont rarement connu la guerre qui aurait pu occasionner des portes d’entrée pour d’éventuelles bactéries. Quant au Suisse, ils sont "neutres" parait-il, depuis les deux dernières guerres mondiales, ce qui fait plus d’un siècle sans blessure pour purger le sang de leur nation.
      .
      Une ethnie qui se développe dans un environnement particulier et sous un climat particulier pourra éprouver des difficultés en changeant d’environnement, notamment parce que ces changements vont influencer le métabolisme de ces micro-organismes qui "cohabitent" en leur sein ou tout simplement parce que leur organisme n’est pas adapté. C’est le cas des populations noires qui vivent dans le nord faiblement ensoleillé. Leur peau n’est pas adapté et filtre trop d’UV. De fait, ils sont en déficit de vitamine D et donc plus sujets aux infections.


    • @Rachid

      La question est vaste, vous touchez là au graal. Dans les faits, un généticien qui tenterait l’ébauche psychologique d’un gène sortirait de son domaine de compétence. Par exemple, on entend dire que l’homme est un singe car ils partagent tous deux 99% leurs gènes à l’identique. Si cela est pertinent dans le domaine génétique, ça devient insignifiant dans le domaine de l’art majeur. Je mets au défi quiconque arrivera un jour à faire jouer à la perfection "Mephisto Waltz no.1" en A major, de Liszt, à un bonobo.

      Dans les faits, les femmes de cette génération ont fait comme leurs mères, elles se sont reproduites avec leur collègue de travail, le frère de la copine de leur sœur, ou leur petit copain de la fac... Et comme la plupart des femmes en Occident, elles ont obéit au principe du « même », qui veut que l’image du père soit inconsciemment centrale dans le choix du partenaire reproducteur.

      Ce mécanisme comportemental inné de choix, par proximité concentrique, bloque une partie des risques d’une trop grande extranéité d’ADN tout aussi dommageable que l’inverse. Il intervient en équilibre avec la pulsion inverse, qui permet de fuir la consanguinité. L’optimisation génétique étant dans un juste milieu. On ira donc vers ce qui est différent, mais qui ressemble, parce qu’on est soi même issu d’un choix similaire qui a réussi.

      L’ADN est un guide prudent, il veut continuer le voyage avec la bonne monture. Ce qui n’est pas sans conséquences sociales car ce mécanisme de lissage des choix finit, même dans une société ouverte, par participer à la création de groupes « tribaux » d’apparence physique similaire, qui constitue le réservoir génétique préférentiel au centre d’une courbe de Gauss, et qui a tendance à faire disparaitre les extrêmes (les blonds par exemple ont diminués de moitié en France entre 1900 et 1970. Ce n’était pas le fait de l’immigration, mais d‘un brassage interne)

      S’y rajoutera la reproduction sociale qui, pour tous les motifs cités ci-dessus, fait que les filles de notaires ou de chirurgiens se reproduisent rarement avec des chiffonniers roumains, et que Sabrina du 93 ou Cyndie de la Creuse ont peu de chances d’épouser Georges-Edouard, centralien et X. La langue française est d’ailleurs très claire à ce sujet : métissage signifie "mauvais tissage". Tous les préfixes en "mé" ajoute une connotation péjorative exprimant une idée d’insuffisance à ce qui est nommé : médisance, mésalliance, méconnaissable...


  • Parmi les autres priorités du gouvernement, je signale le diamètres des boules de pétanque et la taille minimale de la crevette grise que les enfants pêchent sur la plage de Trouville les années bissextiles.


  • "Le racisme est un délit, inscrit dans notre droit. Il sera toujours sanctionné ". Ca va être coton de punir un délit sur des choses qui n’existent pas, car si plus de race, plus de racisme !!!


  • Voilà bien une sacrée débilité ! Que dire d’autre ?



  • « Face à ceux qui voudraient réduire la France à un pays de "race blanche", nous devons affirmer que Marianne n’a pas de race, pas de couleur."




    Donc, d’après Manu, la France n’est pas spécifiquement un pays de race et de couleur blanche mais un pays Multiracial donc pour lui les races existent bel et bien !

     

    • Ils ne sont pas à une contradiction prés.
      On notera au passage que cet mesure est effectivement une mesure prioritaire d’urgence et de necessité absolue au regard du contexte actuel ( crise financière, crise geopolitique , chomage , suicide , violence , etc ... )


  • "Tu me mettra quelque blancos"

    Petit rappel pour le RG qui lit les commentaires

     

  • Petite erreur stratégique : pour rendre service à la nation, c’est le mot Valls qu’il faut supprimer.


  • "Une mesure sociale de première importance"
    Pour la FRANC MAÇONNERIE ? Ah oui, c’est de première importance, oui. Et jusqu’à preuve du contraire, c’est pour ces gens et leurs intérêts mondialistes qu’il travaille pas pour la France.


  • En regardant bien autour de moi, je constate qu’effectivement il y a tout type de races humaines sans pour autant chercher à les hiérarchiser ; et puis tout dépend de ce qu’on entend par "hiérarchiser des races". Je ne pourrais pas supporter qu’on chercherait à effacer mes caractéristiques raciaux (négroïdes) dans un délire d’uniformité. Ce concept est d’un délire totale et - le mot qu’il voulait à tout prix éviter - raciste ! Oh quelle ironie. Je trouve déjà assez ridicule lorsqu’ un Noir me dit qu’il est Français ou Belge. C’est seulement quand j’habitais en Thaïlande que je devins conscient du ridicule de ce genre d’affirmation. Quand des chintoques me demandèrent quelle était ma nationalité et que je leur répondis "Belge", ils se mirent chaque fois à rire. Et au fond, je trouve qu’ils ont un peu raison. Imaginez-vous un peu un noir Africain qui a grandi et tout en Chine qui vous dirait "je suis Chinois". On peut déjà s’imaginer les rires que cela susciterait.

     

    • la chine aux chinois pas de probleme
      l’afrique aux africains pas de probleme
      l’algerie aux algeriens pas de probleme

      la france aux francais : racisme

      ca vous dit bien le delire et le travail de destruction psychologique qui a été fait en france


  • J’ai récemment été très étonné que certaines personnes, même de mon entourage étaient convaincus qu’il n’y avait pas de races humaines ! Je les ai tous convaincu par la pirouette suivante :

    Il y a des races dans l’espèce humaine (homo sapiens sapiens), comme il y a différentes races de l’espèce des chats (Felis silvestris catus).

    Si votre copine veut un chat de race angora et que vous lui ramenez un siamois elle va vous traiter de pauvre débile inculte, et à juste titre...
    Évidemment, un chat angora peut se reproduire avec un chat siamois car il font parti de la même espèce.

    Je devrais peut-être envoyer cette petite explication à Manuel Valls... pour qu’il comprenne lui aussi... ?


  • Un petit astuce pour feinter leurs provocations.
    Pour calmer l’agacement que j’éprouve envers cet homme, à presque chacune de ses déclarations, je me rappelle le dessin humoristique ’une étoile est née’, avec la légende ’ pourquoi lui a t on dessiné des c.......’ et là, instantanément, je m’apaise....


  • Merci à FME pour ce post extrêmement clair. En ce qui concerne les tests de QI des Asiatiques et des Européens, plusieurs chercheurs soulignent que la courbe n’est pas la même : il y a une plus grande homogénéité chez les Asiatiques, autour de 105, mais plus de QI plus faibles ou à très fort potentiel chez les Européen.
    Un autre point qui a été souligné, pour expliquer la domination des Européens depuis 1500 dans tous les domaines des Arts et des Sciences : une plus grande propension à ne pas avoir peur de "sortir du moule", à être moins conformiste.
    En ce qui me concerne, la découverte de cette "galaxie" d’études m’a fait changer de point de vue sur cette soupe immonde de "l’anti-racisme" (qui est un racisme anti-blanc déguisé, tout le monde l’aura compris).
    Le rouleau compresseur de l’égalitarisme/mondialisme veut réduire toutes les différences, défaire tous les points d’ancrage : hommes et femmes, nations, ethnies, langues... Tout cela est à vomir.
    Mais les différences sont là, et ça ne fait peur qu’aux "anti-racistes" justement. Pour les autres, c’est une source d’enrichissement.
    Quand on prend conscience de ces études, on peut aussi voir que les prédictions sont implacables : la domination inéluctable de la Chine d’ici quelques années, en raison d’une grande homogénéité raciale justement, voire même d’un certain eugénisme, et la décadence inéluctable de l’Europe et des Etats-Unis, affaiblis de manière irrémédiable par l’immigration.

     

    • Après, le meilleur moyen de garder pied face à cette inhomogénéité est d’intégrer scrupuleusement les principes de la gaussienne : une moyenne sur un échantillon n’est qu’une moyenne. L’archétype issu de l’étude d’un groupe donné est un individu moyen qui n’existe pas et face à une personne unique issu de n’importe quel groupe, l’associer à cet archétype est la garantie de se planter (la moitié des gens sont au-dessus d’un QI médian et l’autre moitié, en-dessous - il y a un petit phénomène de pondération vis-à-vis du QI moyen, mais le concept est identique).


  • un jour dieu a dit : il n’y aura plus de race a partir de maintenant !!

    il y aura des gens gris un point c’est tout . donc dieu dit, je commence : les gris clair d’un coté ,les gris foncé de l’autre...


  • L’enfermement psychique, autre mot pour définir le dogmatisme, du Premier ministre Manuel Valls va très loin, il s’est dit "prêt à regarder" la suppression du mot "race" dans la constitution (au dîner annuel du Conseil représentatif des Français d’Outre-mer) : « Face à ceux qui voudraient réduire la France à un pays de race blanche, nous devons affirmer que Marianne n’a pas de race, pas de couleur ». Nous pourrions rétorquer que Marianne est une figure symbolique de la religion laïque et que donc elle est uniquement la projection d’un idéal et non le pays réel. Y aura-t-il moins de noirs en Afrique noire du fait de cette loi, même chez les Peuls magnifiques, permettez-moi d’en douter encore (tant que la loi ne m’interdit pas de penser). Je ne suis pas certain que les noirs eux-mêmes soient satisfaits de perdre la spécificité raciale dont beaucoup tirent une grande fierté quand ils s’identifient aux racines qui furent les leurs, comme Maryse Condé : « La fierté d’être noire, la fierté d’être femme, la fierté d’être ce que je suis, c’est l’Afrique qui me l’a apportée ». Citons le site afrocentriste Africamaat (http://africamaat.fr/accueil.php), et considérons alors que ce serait une insulte et du racisme d’aller dénier aux Africains d’Afrique noire leur droit naturel de se considérer de race noir et d’en être fier ! Pour quelle sombre raison ne peut-il pas en être ainsi en France ?


  • merci pour vos commentaires. 5 étoiles !!!


  • Je pense à la Marianne d’Eugène Delacroix... pffffffff, raciste va ! Je veux que ce tableau soit brulé, c’est mon droit à mon nombril à moi, merde, quand même...


  • Ouais ouais ... "La France a été défendue par Félix Éboué" .

    Tant qu’à faire de l’histoire autant parler du reste.

    Comme le fait que la France en 1940 ait été vendue aux allemands notamment par un grand nombre de parlementaires socialistes. Philosemites en temps de paix quand y a de l’argent à gratter de la part des lobbies, collabos en temps de guerre quand il faut se battre pour son pays. Hein Valls ?

     

  • A quand la suppression du mot France dans la constitution ?


  • Bonne idée. Ainsi le racisme disparaîtra du même coup et l’on pourra dissoudre la LICRA. Je soutiens Manu la tremblote sur ce coup.

     

    • ..mais non , car toute la perversité de cette circoncision linguistique "ne supprimera pas le racisme" dixit le ministre exciseur.. du coup, pas de suppression de la Licra , SOS racisme et autres officines patentées. Heureusement que juif n’est pas une race parce qu’ on frisait la shoah sémantique.


  • Et parler d’avant garde et de blancos, c’est pas du racisme ?


  • Manuel Valls, pour être dans le vent et respecter la théorie-du-genre-qui-n’existe-pas, aurait dû aller jusqu’au bout en affirmant que Marianne n’a pas de race, pas de couleur et pas de sexe.


  • Manolo songe peut-être aussi à supprimer le terme des dictionnaires ?

    Demande à Finky d’intervenir du haut de sa très-vénérable-académie-Rachidienne entre bons communautaires tacitement talmudo- racialisants !

    Supprime aussi le terme racine, radical comme ça le problème n’existe pas !

    Je propose aussi racaille et racket !


  • Ils peuvent le supprimer mais jamais ils n’empêcheront les gens de généraliser ,de conceptualiser ce qu’ils expérimente chaque jour ,ils ont un vrai problème avec les différences les gens de gauche leur tolérance carbure qu’à l’indifférenciation ,l’uniformisation et l’insoluble comme ci dans un monde comme ça ils n’y auraient plus de discrimination .....c’est d’un stupide !!

    Les scientifiques continue encore aujourd’hui de classer les populations avec des critères génétique sauf qui change les mots c’est tout évidemment ce ne sont pas les mêmes critères de catégorisation qu’avant mais l’idée est la même la différence existe point peut importe ce qu’ils racontent ,ils peuvent s’imaginer Marianne translucide il y a une histoire ,il y a une source a tout le reel est impitoyable....


  • Comme ça il n’y aura plus de racisme ... Seul trônera l’antisémitisme !


  • #1422230

    Les plus hautes instances scientifiques utilisent le mot "Race’. Si ils suppriment le mot "Race", comment vont-ils nous expliquer le problème de la depranocytose ?


  • De toute façon c’est inévitable dans plusieurs millions d’années il n’y aura que très peu de races différentes, celles qui vont être dominatrices noire asiatique, c’est triste à dire mais on se bat pour rien, c’est comme la pigmentation des cheveux, des blonds il n’y en a presque plus, le noir bouffe le blond. Par contre ce qu’il faut préserver ce sont nos traditions sinon j’image pas comment les gens dans le futur feront pour éviter de s’ennuyer si tout est pareil partout.

     

    • Je suis d’accord avec vous... Et c’est pour ça que j’ai arrêté de penser à demain... Par contre, ce qui me dérange, c’est cette propension qu’on certain à tellement vouloir que l’on accepte cette situation... Et à bien y réfléchir, nos ennemis ne sont pas ceux auxquels on pense... Coquelicot et réconciliation : tout est fait pour que, au final, les gens que l’on accuse ne subissent rien, ni violence, ni sabotage, ni rébellion, ni révolution... RIEN ! Au final c’est cette "passivité" qui causera notre perte... C’est pas en lisant des bouquins que cela changera, encore moins de planter des fleurs... La dissidence, victime de procès : quelle blague, c’est pas eux qui payent... Ce cinéma est là juste pour nous faire croire qu’il existe une dissidence. Une dissidence qui nous demande de ne pas réagir, d’aimer avec la paix et l’intelligence et de laisser les usines tourner. Surtout laisser le système comme il est... Dans n’importe quel pays, certains auraient déjà reçu une balle en pleine tête... Il est étonnant, qu’ici ils soient toujours en vie... Et c’est ça qui confirme mon opinion : une fausse dissidence qui est là pour canaliser la vraie dissidence et la maintenir dans la passivité. Pauvre Faurisson qui n’est que l’objet en plus pour nous faire croire que si t’es avec Faurisson t’es dissident. Ben, j’adhère plus... Merci pour tout ! Et que si je suis "amis" avec Faurisson, je suis un vrai dissident... Ouais, bien sûr, les ennemis de mes ennemis sont mes amis. Si un jour Soral ou Dieudo se retrouvait avec la tronche de Faurisson à l’hosto alors, ce jour-là, je m’excuserais et reconnaîtrais mon erreur... En attendant, c’est bien joué mais de plus en plus de gens comprennent et moi, je vais en réveiller d’autres...


    • Dans quelques millions d’années il n’y aura peut-être plus d’humains du tout, du moins tels qu’on les connait actuellement. Ca ne sert à rien de se projeter si loin.

      Les changements raciaux se produisent sur quelques milliers d’années seulement, d’après la science l’homo sapiens est parti d’Afrique par vagues successives depuis un peu plus de 100 000 ans, et ses représentants se sont adaptés à leur nouveau milieu : à l’extrême nord, durant la période glaciaire, l’homme noir du départ est devenu au fil des générations de plus en plus blanc, ses cheveux sont devenus blonds et ses yeux sont devenus clairs, car mieux adaptés au nouveau climat, froid et peu ensoleillé.

      Les asiatiques descendent de groupes humains dont les ancêtres ont eux aussi fait un passage par le grand nord, les yeux bridés étant une autre des variantes possibles de l’adaptation au froid.

      Tout ceci n’a pris que quelques dizaines de milliers d’années tout au plus. Voire moins.

      On peut supposer que de nos jours si on transposait une population de noirs africains sur une île du grand nord, et qu’on les laisse vivre ainsi coupés du reste du monde pendant plusieurs millénaires, leurs descendants deviendraient blancs, ou en tout cas très pâles.

      A l’inverse, une population de blancs, type suédois, transplantés sur une île des tropiques et isolés du monde pendant quelques millénaires verrait sa descendance devenir mat de peau puis certainement très foncée.

      Bref les noirs deviendraient des blancs, et les blancs deviendraient des noirs.

      Donc pas de souci. L’uniformisation totale ne se produira jamais, si c’est ça qui vous inquiète.

      Il suffit de voir ce que les grandes familles anglaises d’aristocrates ont fait sur trois siècles avec les races canines pour comprendre que quelques générations suffisent pour accentuer fortement certains caractères et créer de nouvelles races. Or l’espèce humaine, à l’instar de nombreuses espèces de mammifères (chiens, chats, vaches, cochons chevaux), semble très adaptative elle aussi. Elle se reproduit beaucoup moins vite que les chiens, donc les changements sont plus lents, mais ils se produisent néanmoins.


  • Si j’ai bien compris, en enlevant le mot race, elle disparait aux yeux des gens ? c’est magique comme système ! c’est un peu comme quand on enlève le mot trahison, elle disparait au yeux des gens ! c’est déjà connu comme truc en fait, ça s’appelle le mensonge, la manipulation ....


  • #1422365
    le 17/03/2016 par obeissez à l’image tv
    Manuel Valls songe à supprimer le mot "race" de la Constitution

    suprimer les yeux ,les oreilles aussi ...
    le cerveau ?

     

  • Le plus idiot est de croire que l’élimination de ce mot va supprimer des conflits. Ceux qui se présentaient comme fiers "aryens" s’appelleront "blancs" (et ce sera plus difficile de leur prouver qu’ils ne le sont pas), et les fiers "négros" s’appelleront "noirs" (idem), et pourront continuer tranquillement leurs conflits. La couleur de peau marchera très bien pour constituer de nouveaux groupes génétiques. Ceux qui n’aiment pas l’idée de race s’en servent souvent pour dire que les "Noirs" sont maltraités et que les "Blancs" sont méchants.


  • Y’a pas des sujets plus important que ça à traiter par le gouvernement ?


  • mouai sauf qu il oublie qu a l epoque la monaie etaient frappé comme ceci
    liberté égalité fraternité ou la mort
    pour ceux qui se rappel de cette frappe sur les anciennes pièces de un francs et ce n est pas si vieux :) d ailleurs c était pas si mal .
    quand ont ont voie qu il est obligé de posé un avis et qu il soit accepté pour faire une manif ont comprend tout de suite la liberté qu il reste dans ce pays..... enfin si ont peut appelé sa un pays meme a l epoque de la junte militaire en birmanie il y avait plus de conscience dans leur peuple que chez nous , behhhh behhh behh desine moi un mouton



  • Manuel Valls songe à supprimer le mot "race" de la Constitution



    ...pour lui substituer le mot "blancos" assurément !!!!!!!!!!!!

    ...à quand, tout simplement, la suppression du mot "race" du dictionnaire ?...avec l’accord de nos serviles académiciens.

    Dans le même ordre d’idée, je suggère que l’on grave dans le marbre et que l’on introduise dans la constitution la notion de "Peuple Élu" ; histoire de tenir compte de la fameuse et incontournable "évolution de la société".


Commentaires suivants