Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

La pornographie joue un rôle majeur dans le développement de la réalité virtuelle

Todd Glider, responsable d’un site pornographique de réalité virtuelle (VR) sur Internet, a avoué lors d’un entretien publié par le média officiel russe Radio Sputnik que les contenus pornographiques constituent la force qui alimente la recherche et les ventes des lunettes spécialisées comme l’Oculus Rift.

[...]

Selon Todd Glider, la technologie devrait proposer des expériences inimaginables dans le cadre actuel des contenus classiques et même des films 3D : la réalité virtuelle permet selon lui de passer à travers ce qu’on appelle le « quatrième mur », qui coupe l’observateur de l’action.

Le but des producteurs de contenus VR est d’approcher de ce qu’on appelle la « téléprésence ». Il s’agit de donner l’illusion de se trouver dans un monde virtuel – de s’y trouver complètement. Sputnik raconte que son interlocuteur était pressé de mettre fin à l’entretien afin de pouvoir honorer un rendez-vous avec un développeur qui annonçait avoir trouvé un moyen de créer l’illusion de l’odeur au sein de l’expérience de réalité virtuelle. La vue et l’ouïe ne suffisent pas. À quand le toucher ?

Que la pornographie soit une force déterminante dans la course à la création de la réalité virtuelle la plus performante ne devrait surprendre personne. L’industrie de la pornographie a joué un rôle clef dans la promotion des systèmes de vidéo à domicile à la fin des années 1970, et elle a largement contribué à la popularité de l’Internet au cours des années 1990.

«  Je n’arrête pas de dire en plaisantant que Palmer Luckey d’Oculus devrait nous donner une commission lors de chaque vente d’un Oculus Rift. C’est un fait qu’à ce moment précis de l’évolution de la réalité virtuelle, les contenus adultes sont la locomotive », assure Glider. Et ce pour des raisons économiques. Les jeux vidéo, les secteurs du tourisme et de l’éducation vont certainement suivre, mais pour l’heure il faut beaucoup investir pour concurrencer les produits les plus populaires comme Grand Theft Auto ou Call of Duty, et c’est l’industrie de la pornographie qui a les reins les plus solides.

Glider Todd, qui compte bien s’enrichir en profitant des passions les plus viles et des pouvoirs d’addiction de la pornographie, n’en ose pas moins assurer qu’il est au service de la sexualité humaine. Au-delà de la simple pornographie, il va jusqu’à vanter les mérites sociaux de ces produits : « Nous sommes à la recherche d’une solution d’auto-assistance, une solution de thérapie sexuelle, qui, espérons-nous, aidera les gens à devenir de meilleurs amants. Ce qui caractérise la VR c’est d’être immersive, c’est d’être un agent empathique, qui vous permet de vraiment, vraiment construire de l’empathie. En termes pornographiques, j’appelle cela de l’érotisme empathique ».

 

La pornographie pour « éduquer » les amants ?

Il ose le dire, alors même que dans de très nombreux cas d’agressions sexuelles, de viols de mineurs et autres horreurs qui nous font encore frémir malgré des décennies de matraquage en faveur de la libération des mœurs, le rôle joué par la consommation additive de la pornographie est clairement établi.

Lire l’intégralité de l’article sur reinformation.tv

Voir aussi, sur E&R :

Le marché de la libido contre la liberté et la maîtrise du désir,
lire chez Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

23 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • C’est marrant cette société de la déformation mentale. La pornographie n’existe pas, son vrai nom est prostitution filmé.
    J’aimerais qu’un jour la justice se situe face à cette pratique.
    Que des couples amateurs s’exhibent, c’est leurs problèmes.
    Mais des agences, des producteurs, des diffuseurs...constitue un vaste réseau proxénète. De plus l’explosion des pratiques SM doit faire l’objet de saisies par le procureur pour les faits de violence sur personne en état de faiblesse psychologique.
    Imaginons un seul instant que les acteur d’un film porno soit des pensionnaires d’une maison de retraite et on verra les réactions de la justice.


  • Misère du désir... !
    On en revient à l’article sur la dépénalisation du cannabis ! L’avenir "humaniste" qu’ils réservent à l’humanité devient de plus en plus réel, surtout pour les hommes (la biologie et psychologie féminine étant ce qu’elle est la gestion des femmes se fera probablement d’une manière un peu différente...)
    Un revenu minimum universel de quelques centaines d’euros...un étroit mais confortable et tout confort logement social avec prise en charge par l’Etat du loyer, de l’électricité. Un abonnement internet. Une console vidéo de réalité virtuelle avec porno à gogo...et cannabis. Vous rajoutez à cela pour les mecs un peu "nerveux" ayant la bougeotte, des salles de muscu, des terrains de jeu où ils peuvent pratiquer du foot, basket, du street workout...Avec ce petit cocktail vous pouvez contrôler indéfiniment des masses humaines ! De nos jours déjà légions sont les gens qui ont ce mode de vie ! Qui ne connaît pas un jeune, voire un moins jeune, dont la vie est identique à celle d’un ado déscolarisé ? Des journées organisées autour de la xbox, de youporn, facebook, du terrain de basket du quartier et de réunion entre potos avec bières et joints ? Vous rajoutez à cela du porno virtuel et certains ne sortiront même plus de leur piaule sauf peut être une ou deux fois par mois pour vider les monceaux de poubelles, cartons à pizza vides et canettes de soda et bière qui se sont accumulés dans leur turne (quand maman n’est pas là pour le faire à leur place...mais dans un avenir proche il n’y aurait même plus de maman aimante et dévouée pour cela...)
    Toutefois tout ceci est la première phase que je qualifierais "humaniste" de l’ingénierie sociale...mais très rapidement on arrivera à une problématique difficile à surmonter : la masse des parasites assistés deviendra vite insupportable pour ce qui reste des masses productives de la société...donc progressivement on devra passer à la phase éradication...on commencera bien entendu tout en douceur avec la généralisation de l’euthanasie (mort dans la "dignité" !), encouragement à l’avortement et la stérilisation puis imposition de la stérilisation pour certains individus comme avec les chiens et chats, (aux USA la ligature des tubes séminifères est déjà une pratique répandue), et en dernière instance une élimination physique pure et simple des individus considérés comme surnuméraires (on ne rentrera pas sur les moyens qui seront utilisés pour parvenir à cet objectif...mais nous avons déjà quelques pistes...)

     

  • La pornographie c’est pour les pauvres types qui n’ont pas les moyens d’aller aux putes (30 euros la passe et 1500 supplémentaires si on se fait gauler) .

     

    • C’est la seconde fois que je lis cette remarque.

      Avez-vous songé que les pauvres types en question soient TENTÉS par l’image ? et que cette tentation se transforme en addiction - surtout chez les jeunes en quête de repère qui prennent ce qu’on leur propose en guise de solution ?

      Vous pensez que tout le monde rêve d’aller aux putes ?

      Même blindé de tunes je n’irai jamais voir l’une d’elles, l’idée de tremper ma saucisse dans un vase aux multiples résidus me débecte.

      Ni le porno virtuel, ni les putes ne sont une solution.

      Je sais que des artistes sont fiers d’avoir fréquenté ces milieux, mais à mon avis c’est qu’ils n’ont pas su résoudre leurs problèmes avec les femmes (comme Lucchini, Brassens et d’autres), puisqu’ils n’ont pas su fonder de famille et n’ont pas eu de descendance.
      À 20 ans, çà peut être une expérience, à 40, c’est la loose.


    • Carence de l’imaginaire...


  • Çà ne va pas aider les "amants" qui risquent, comme c’est déjà le cas, de réduire la femme à un utilitaire sexuel...
    Comme a dit Soral : "Ferme sur les valeurs".
    Le pouvoir de l’image est de faire fonctionner l’imaginaire qui à son tour modifie nos croyances ou nos acquis en matière de relationnel.
    Il faut donc fuir l’image, fuir l’écran (s’en arracher) et comprendre que tout le monde est soumis ou peut être attirer par ce genre de perversion,
    surtout les jeunes à qui on file des tablettes numériques dès l’école
    - ce dont se félicite Najat Vallaud-Belkacem.


  • C’est quand même difficile de comprendre quel est l’intérêt de s’approcher toujours plus près de la réalité , alors que la réalité est à portée de main !

    En fait ça porte bien son nom, c’est une autre réalité.... dans laquelle ils veulent embarquer les gens.
    Ça me donne l’impression de se mettre un carton sur la tête la réalité virtuelle.

    C’est la porte ouverte au grand n’importe quoi !
    Pour une application (ou contenu) honorable, ce sera des milliers de trucs inutiles, pervers,débiles, etc...
    Pareil pour les jeux vidéos...c’est encore autre chose,un autre domaine que le "jeu" comme on le connaissait.

    Et ça ne comblera pas la misère sexuelle,ni les handicap,ni l’isolement ou la solitude.... puisqu’il faudra tout un tas de gadgets, en plus d’ordinateurs puissants (donc ça s’adresse aux gens qui ont de l’argent).

    C’est étrange qu’il n’y ai pas plus de débats autour de ces technologies, alors qu’elles sont loin d’être anodines.
    On s’attaque quand même directement au cerveau, en court-circuitant les sens.
    La prochaine etape ce sera le cerveau lui même.

     

    • “C’est étrange qu’il n’y ai pas plus de débats autour de ces technologies, alors qu’elles sont loin d’être anodines". Car c’est le progrès, l’évolution, et on ne peut aller contre, ou alors on est réactionnaire ; et puis la science est neutre bla bla bla. Le scientisme est la nouvelle religion et la technoscience sa réalisation qu’on nous impose insidieusement (enfin qui est largement acceptée aussi il faut bien dire) et qu’on nous vend comme une solution proposée pour résoudre les problèmes créés par cette même technoscience ;


  • C’est le jeu vidéo qui a Lance l’idée depuis des décennies et qui a commencer a realiser des prototypes efficaces depuis peu ; le porno investit une fois que l’idée est fonctionnelle et qu’elle est attendue par nombre de gamers a Travers le monde.


  • la frustration sexuelle suppose souvent une frustration affective, quelle qu’elle soit .

     

  • N’importe quoi. Je suis sur console depuis 2001 et auj sur PS4. Ce qui drive les casque VR sont les joueurs et accessoirement le cul. Mais l’industrie du porno a été laminée par le partage de fichiers et le VR n’y changera rien. D’autant que le ’point of view’ du spectateur a déja été testé en caméra subjective sans que cela ne révolutionne quoique ce soit. Franchement, le wild wild west est sur les jeux, le reste n’est qu’accessoire.

     

  • Fini le catalogue de la redoute aux pages lingerie !


  • Vu l’aboutissement dans Démolition Man , un film hollywoodien.

    Tiens, encore une fiction qui se fait rattraper par la réalité...


  • "[...] elle a largement contribué à la popularité de l’Internet au cours des années 1990."

    Et aussi du Minitel - Minitel rose comme on disait à l’époque.


  • Donc si je comprends bien, ça veut dire qu’à terme le gars pourra se taper virtuellement une femme comme si c’était un kleenex ambulant....
    Vive les sociétés libres où la femme connaît un statut tellement enviable... ;

    Déjà je comprendrai jamais comment une femme peut accepter d’ouvrir son anus à un mec qui va pas y aller de main morte et qui en plus va finir par se répandre sur son visage, on décrirait cette scène à un individu du 19ième il nous prendrait quand même bien pour des tarés...

     

Commentaires suivants