Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Marseille ou "La Fabrique du monstre"

Une descente dans le dernier cercle de l’enfer, selon Brighelli

Bien sûr, il y a le titre. La Fabrique du monstre, ça chante à mes oreilles un air connu. Mais peu importe, les bonnes idées appartiennent à tout le monde. L’essai de Philippe Pujol offre une plongée dans le Marseille de la misère et de la délinquance, grande et petite. En fait, nous explique l’auteur, il n’y a guère de différence : petite fourmi aspire à grandir – et recevra à temps son lot de munitions de calibre 7,62 qui en feront de la viande hachée.

 

 

Pujol, ex-journaliste à l’ex-Marseillaise (un journal longtemps inféodé au PC) a derrière lui un lourd passé de journalisme d’investigation, qui lui a valu le prix Albert Londres en 2014 pour une série d’articles, « Quartiers shit », dont le titre parle tout seul. Et un livre, French deconnection, publié la même année (chez Robert Laffont). Il a le sens de la formule, et un très beau brin de plume – ça se lit comme un Zola qui aurait scénarisé le Scarface de Brian de Palma, modèle de tous ces apprentis caïds. Vivre vite, et avoir une grosse montre au poignet (une Rolex bien avant cinquante ans, plaisante-t-il) le jour où l’on se fera descendre – destin quasi inéluctable de ceux qui ont commencé dans le shit et se retrouvent dans la merde.

 

À vous dégoûter de fumer

D’autant que le shit qu’ils traficotent n’est pas l’herbe des années 1960-1970. Un peu de résine de cannabis (quand même), mais si coupée et recoupée qu’il faut renforcer ses effets avec ce que l’on trouve, sucre, engrais, pesticides et antifongiques, cirage, henné, huile de vidange. Ou du Tranxène vétérinaire. Liste non limitative. Une vraie publicité antidrogue. Ceux qui s’y risquent encore sont suicidaires. Avis aux boloss et aux bobos en quête de frisson.

Ce sont là les nouveaux carnets du sous-sol. À la recherche du lumpen, et même du lumpen du lumpen. Un prolétaire en job précaire trouvera toujours un sous-prolo sans travail, parce que « trop petit, trop faible, trop roublard, trop gros, trop noir, trop sans-papiers, trop seul  ». Pujol nous entraîne dans le cadavre d’une Opel Astra, objet des convoitises d’un couple de Roumains (en dessous du sous-lumpen, toujours les Roumains) qui préfèrent louer ce déchet mécanique plutôt que « dormir à la mauvaise étoile ». Opel, « c’est une allemande », dirait Claudia Schiffer. Et quand vous voulez étaler votre réussite – à quoi ça sert d’arriver discret ? – vous passez au format allemand supérieur, BMW ou Audi. Ces deux marques – et aucune autre – témoignent de la réussite asociale des truands.

 

Pris sur le vif en attendant la mort

Mouloud a changé de nom, et se fait appeler Kevin, parce que c’est le nom du « parfait Blanc  ». Le pauvre. S’il savait. Ni Mouloud ni Kevin ne réussiront le bac : on connaît les travaux de Baptiste Coulmont sur la distribution des mentions par prénom : tout pour Alban, mais franchement, Kevin ou Nabil sont mal barrés pour la mention très bien.

De toute façon, ce n’est pas ce bac que visent les héros de Pujol. Eux, c’est BAC (brigade anti-criminalité) plus sept – sept interpellations. La loi de la rue sans joie. L’élitisme républicain à l’envers. Sur le CV du bon caïd, des arrestations, des gardes à vue, quelques condamnations – bref, de vraies références. L’élitisme républicain, remarque Pujol avec une naïveté feinte, s’est niché dans les lois sécuritaires, qui permettent de sélectionner, via la case prison, les purs, les durs, les balafrés.

Lire la suite de l’article sur lepoint.fr

Marseille, une problématique sociale française, voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

17 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1403036
    le 21/02/2016 par la pince mon seigneur
    Marseille ou "La Fabrique du monstre"

    C’qui intéresse la police-justice, c’est au minimum le rappel à la loi qui permet de prendre vos empreintes génétiques et digitales, en gros vous FAEDez et vous FNAEGez, pr la reste ils gèrent en fonction des places au placard


  • #1403055
    le 22/02/2016 par Joachim Laurbis
    Marseille ou "La Fabrique du monstre"

    Ils doivent bien se marrer tous ces caids de Marseille en fourguant leur shit frelaté et cancérigène à des jeunes cons inconscients qui vont probablement fumer cette merde dans des soirées bobos ou des fêtes étudiantes . C’est certainement pour eux une sorte de vengeance sociale.

     

    • #1403408
      le 22/02/2016 par marc schmit
      Marseille ou "La Fabrique du monstre"

      Pas du tout, il faut arrêter les fantasmes. Ce sont les premiers à la fumer leur merde, et en bien plus grande quantité que les autres.


  • #1403134
    le 22/02/2016 par expatrie
    Marseille ou "La Fabrique du monstre"

    Encore un qui n’a jamais passé une seconde de sa vie en banlieue et qui sait tout. Tu me fatigues "l’ami".
    Je vais pas passer une heure à découdre ses arguments, juste une chose depuis les années 80 plus personne ne coupe le "matos", 200kilos dans une casserole pas facile.
    Mais je suis sure que le gros bobos, bourré de neuroleptiques et le nez plein d’une poudre blanche aux origines douteuses, va adoré. Bonne propagande, oups , bonne lecture...

     

    • #1403202

      Ils ne coupent peut etre pas le shit mais la poudreuse, oui. Rien de plus facile. Surtout avec de la "mort au rat". Mais là, les "bobos" le savent et en sont conscients. Ils y vont d’eux même.


    • #1403245
      le 22/02/2016 par expatrie
      Marseille ou "La Fabrique du monstre"

      Ok, et après ils vont revendre la "poudreuse", comme tu dis, à leurs grands potes de Neuilly. Et la marmotte, elle met le chocolat dans le papier...


    • #1403412
      le 22/02/2016 par marc schmit
      Marseille ou "La Fabrique du monstre"

      tu joues le connaisseurs, soit, mais le teuteu est bien coupé, simplement il est coupé en amont avant importation, mais il l’est quand même


    • #1403584
      le 22/02/2016 par expatrie
      Marseille ou "La Fabrique du monstre"

      Chaque fois dans ce genre d’échanges, je fini toujours par vous rappeler le principe du titre du site : "Réconciliation" .
      Vos positions, lapidaires et issus de la vision médiatique, des banlieues et des enfants de l’immigration, sert un pouvoir corrompu et criminel. Mon expérience n’est pas le fruit de on dit. J’y suis né et , j’y ai grandi.
      Alors faites un effort prenez le temps de connaître les musulmans et les habitants de ces lieux, il n’ont rien de diffèrent des gens de la campagne. Et vous les chrétiens du site sachez qu’ils seraient des amis, car ils sont la même vision de la vie que vous.


  • #1403135
    le 22/02/2016 par louis
    Marseille ou "La Fabrique du monstre"

    Légalisation, et advienne que pourra...
    Ca ne va pas durer eternellement, on ne peut pas se reposer sur une economie parallèle comme mode de gestion des quartiers.
    Marseille est l’exemple le plus criant, mais c’est a peu près partout le même schéma.

     

    • #1403150
      le 22/02/2016 par DÉSOBÉISSONS !
      Marseille ou "La Fabrique du monstre"

      La légalisation est un faux débat pour parler d’autre chose, un truc pour occuper les médias. L’économie parallèle permet au pouvoir d’avoir une manne électorale ou abstentionniste, mais dans les deux cas qui ne vote pas pour les "extrêmes".


    • #1403183
      le 22/02/2016 par expatrie
      Marseille ou "La Fabrique du monstre"

      Il ne se passe rien dans les banlieues, il faut le dire comment ?
      Prenez les chiffres de la criminalité reportés aux zones. Les taux sont comparable à la densité de population. Ce qui l’est moins c’est la répartition de l’impôt.
      Et très bien vu de mélanger crimes et délits, du coup, là où se concentre les pauvres, les taux explosent. Le jeune de banlieue , nouveau blouson noir de la république, Islamiste nouveau bolchevique...Et TF1 pour L’ORTF.
      Et d’avance pour les réponses " il y a aussi des pauvres en campagne", ce n’est pas les pauvres le problème, c’est une concentration qui tue l’espoir et produit une sorte de Robin des bois malade.


    • #1403427
      le 22/02/2016 par thomas
      Marseille ou "La Fabrique du monstre"

      alors pourquoi le japon qui a une densite de population bien superieur tourne a 20 crimes par an pour 150 millions d habitants. marseille a plus que ca rien que dans les quartiers nord


  • #1403228

    "Philippe Pujol, homme de gauche, esquisse peu de solutions..."

    La seule solution c’est d’enseigner la démocratie à l’école et de montrer que cette dernière est l’antithèse de la République. Mais M. Brighelli, indécrottable républicain, refuse de condamner le régime républicain. Il ferait bien de méditer cette célèbre citation de Bossuet : "Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes."

     

    • #1403372
      le 22/02/2016 par Gerard John Schaefer
      Marseille ou "La Fabrique du monstre"

      "La seule solution c’est d’enseigner la démocratie à l’école"

      C’est du concentré, là...


  • #1403248
    le 22/02/2016 par gelindo
    Marseille ou "La Fabrique du monstre"

    En dépit de toute la mauvaise pub dont elle fait l’objet j’ai adoré cette ville quand j’y suis partis en vacances de Belgique.


  • #1403559
    le 22/02/2016 par Micka76
    Marseille ou "La Fabrique du monstre"

    Livre que je suis en train de lire et qui est facile et agréable à lire (comme les livres édités par Kontre Kulture même si ça en est pas un). L’auteur dit que le Front National profite de la situation pour se faire élire dans un arrondissement de Marseille, mais est-ce le FN qui est responsable de ce qu’il se passe dans la ville depuis quelques années ?
    Sinon l’auteur dit bien que le Maire Jean-Claude Gaudin se contente de dire (en parlant des voyoux) "tant qu’ils se tuent entre eux...".
    Marseille est une ville pleins de paradoxes. Il paraît qu’elle n’a pas flambée ni explosée en 2005 lors des émeutes urbaines pourtant il y a de la pauvreté et des quartiers. Certains enfants de ces quartiers n’ont jamais vu la mer !


  • #1403799
    le 23/02/2016 par anonyme
    Marseille ou "La Fabrique du monstre"

    Vrai, le secret c’est l’import-export (et la TVA). Prenez un marseillais comme Michael Azoulay ("American Vintage") : il met le turbo à l’international ! Aujourd’hui, la marque ne compte que 140 boutiques et 1 600 points de vente. Mais dans peu, ca va booster de folie...
    http://www.lesechos.fr/14/04/2015/L...