Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Martin Gray, l’auteur controversé d’Au nom de tous les miens, est mort

1971, le romancier français Max Gallo rédige la biographie de Martin Gray, un juif polonais « rescapé de la Shoah » qui vit en France. Un film est tiré du livre, qui est diffusé 12 ans plus tard sur TF1, et qui fera grand bruit. Grosse audience, et grosse polémique. Certains épisodes de la vie de Martin auraient été romancés, ce qui est inévitable quand on passe du vécu à l’écrit, mais d’autres auraient été purement et simplement ajoutés, afin de dramatiser l’ensemble. Notons qu’en 1971, la Shoah n’est pas encore à la mode. Claude Lanzmann court entre la France, les États-Unis et Israël pour monter le financement du film de sa vie, Shoah. Qui sera le détonateur de la promotion mondiale du sujet, devenu incontournable, et indiscutable, depuis.

 

La coproduction internationale, franco-canado-hongroise, montre la vie du jeune Martin depuis ses 14 ans. Or, ses papiers indiquent qu’en 1939, à l’entrée des Allemands en Pologne, il a 17 ans (date de naissance officielle : 27 avril 1922). La différence est de taille, puisqu’à partir de 16 ans, les juifs polonais étaient mis au travail forcé. Le téléfilm, qui débouchera sur une série télé, est manichéen à l’extrême. Les Allemands y sont présentés comme des abrutis sanguinaires et les juifs comme de sensibles victimes. Si personne n’ignore la persécution des juifs de Pologne entre 1939 et 1945, la version filmée appuie sur une dramaturgie déjà très appuyée dans le livre.

Max Gallo a pris des libertés avec la biographie réelle de Martin Gray, qui a pris lui-même des libertés avec sa propre réalité. Au bout du compte, cela surmultiplie les libertés avec la vérité. Pourtant, le film est monté comme un documentaire, avec une voix off, qui « historicise » le récit, rythmé par des événements bien réels : la vie quotidienne dans le ghetto de Varsovie, la déportation des 300 000 juifs qui y seront parqués jusqu’à juillet 1942, et l’existence du camp de Treblinka. Mais c’est là où les choses se corsent.

Nous avons tous en tête le plagiat malheureux du livre de BHL (De la guerre en philosophie) qui citait le philosophe Jean-Baptiste Botul et son botulisme (qui lui existe), inventé de toutes pièces par le journaliste et auteur Frédéric Pagès, du Canard enchaîné. Les historiens s’accordent à dire que le chapitre relatif au camp de Treblinka dans Au nom de tous les miens a une forte odeur du livre Treblinka, de Jean-François Steiner, paru en 1966… qui avait lui aussi pris de grandes libertés avec la réalité historique ! Mais dans un autre but.

Petit détour par Steiner : son Treblinka fait un carton mondial cinq ans avant la sortie du Gray-Gallo. Steiner, de son vrai nom Cohen, est le fils d’un déporté mort dans un camp secondaire du complexe concentrationnaire d’Auschwitz. Devenu parachutiste pendant la guerre d’Algérie, il épouse en 1967 la petite-fille du maréchal von Brauchitsch ! Tout cela est connu des spécialistes. Son livre semble exalter le courage juif au cœur de l’enfer, symbolisé par la révolte des Sonderkommandos du camp en août 1943. La plupart des 100 évadés (sur 1 000 détenus) seront abattus par les SS, moins de 50 arriveront à leur échapper. Les témoignages sur Treblinka sont tous issus des survivants de cette cinquantaine, qui n’ont pas tous traversé la guerre. Car beaucoup de ces juifs se sont alors tournés vers le combat, afin de venger les leurs. Martin Gray a rejoint les forces soviétiques, quand d’autres se battront dans les forêts polonaises ou biélorusses avec les partisans juifs, les résistants polonais refusant généralement les juifs dans la lutte contre l’occupant allemand.

C’est là où l’on rejoint « l’histoire » de Martin Gray : son récit est en tous points identique à celui de Steiner, dont la véracité va s’effriter au cours des ans. D’abord loué par toute les grandes figures morales de l’époque – Françoise Giroud, Claude Mauriac, Simone de Beauvoir – il laisse progressivement percer doutes et questions. Finalement, dans un renversement extraordinaire, il sera re-considéré comme une ode cachée au nazisme, au sadisme et à l’antisémitisme, les juifs étant en filigrane présentés comme leurs propres bourreaux ! Steiner, à l’instar de Gray, reconnaîtra sans trop de résistance que son livre mêle vérités et fiction.

 

JPEG - 81.5 ko
La journaliste Gitta Sereny passera 70 heures avec Franz Stangl avant sa mort, en 1971

 

La grande « spécialiste » de Treblinka, s’il en est, s’appelle Gitta Sereny. Cette journaliste britannique a le mérite d’avoir recueilli, juste avant la mort de Franz Stangl en 1971, les confidences en prison du second commandant du camp de Treblinka. Un livre d’entretiens qui revient, à travers le prisme du cerveau visiblement usé de l’Allemand, sur la machine de mort nazie en Pologne. Pour info, Stangl avait été « formé » à Sobibor, sorte de brouillon des plus grands camps de la mort, pour ensuite donner sa pleine mesure à Treblinka, qui recevait entre 5 et 6 000 déportés de Varsovie et Bialystok par jour. Selon Sereny, qui cite Stangl, les déportés étaient tués et enterrés à partir de juillet 1942 (puis brûlés à partir du printemps 1943) dans les deux heures suivant leur arrivée, par inhalation de monoxyde de carbone produit par un moteur de char attenant aux chambres à gaz.

Le point crucial qui démolit le témoignage de Gray est l’impossibilité physique de passer du camp du haut, dit aussi camp de la mort, au camp du bas, celui de la réception et du déshabillage des arrivants. Selon Stangl, on pouvait passer du bas en haut, mais pas du haut en bas. Il n’y avait pas de retour.
Sereny, qui fonctionne sur un témoin direct, déconstruit point par point l’ouvrage de Steiner, et par ricochet, celui de Gray-Gallo. Il est donc fort probable que Martin Gray a, avec ou sans l’accord de Gallo, ajouté la partie « exterminatrice » à son récit. Ce qui augmente considérablement sa dramaturgie, mais jette le trouble sur le reste de ses « mémoires ».

Cette période de l’histoire a généré de nombreux témoignages falsifiés, augmentés ou tronqués, qui ont pollué les vrais témoignages. Sans même aborder le débat sur les chambres à gaz, si des communautés juives entières ont bien disparu entre 1941 et 1945, les dépositions des procès de l’immédiat après-guerre n’étaient pas exemptes d’arrière-pensées politiques. Certes, des Allemands responsables de fusillades de civils à l’Est (Einsatzgruppen, enfin, ceux qui n’intéressaient pas les services secrets américains ou soviétiques) ont bien été pendus ou emprisonnés, mais on sait peu de choses sur les concepteurs et gestionnaires des camps dits d’extermination. La plupart des témoins directs ont disparu. Par exemple, en ce qui concerne le camp de Belzec, l’unique témoin survivant – avec le discutable Rudolf Reder (qui aurait survécu plus de trois mois dans un camp de la mort à 61 ans !) – Haïm Hirszman sera assassiné le lendemain même du début de sa déposition en mars 1946. Par la suite, des seconds couteaux allemands seront appelés à la barre dans les années 1960, lors des grands procès antinazis en Allemagne de l’Ouest.

Ainsi, pour résumer, la littérature « shoahtique » a-t-elle commencé avec Steiner dans la glorification exagérée de la résistance juive, pour s’appuyer ensuite avec Gray sur la fiction, qui rendait son impact plus poignant encore. Hélas, le marketing émotionnel se marie mal avec la vérité historique. La force symbolique de la Shoah est telle, que de nombreux témoignages sont nés spontanément et rétroactivement après sa « mondialisation ». Pour des raisons de victimisation ou de réparations, là n’est pas le sujet. Mais il est aujourd’hui difficile de distinguer le vrai du faux dans cet écheveau d’impressions, de récits, de larmes, de vengeances et de faits. On s’éloigne de l’Histoire pour entrer dans la légende. Martin Gray aura mêlé les deux, il y gagnera en notoriété ce qu’il perdra en crédibilité.

Treblinka, de Claude Lanzmann à Samuel Willenberg, voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

27 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Que son histoire soit vraie ou pas importe peu. L’important ce qu’il nous aura bien fait pleuré dans les chaumières. D’ailleurs, j’espère que quelqu’un d’autre avec autant de talent prendra vite le relais afin qu’on puisse continuer à pleurer, pleurer jusqu’à la fin des temps.


  • Le passé est de plus en plus imprévisible.


  • A quoi bon ? Soumettons nous ou fuyons. La France éternelle a t elle besoin de se situer entre calais et marseille ?

     

    • Se soumettre c’est fuir en quelque sorte. Moi je crois à la force du nombre, car le système ira tellement loin que mêmes les plus cons d’entre nous comprendront - même instinctivement - que leur vie est en danger.
      Il se pourrait que le TAFTA et ses conséquences directes sur la vie de chacun soit la goutte de trop.
      Certains arriveront même à comprendre que ce n’est en fait pas la Russie notre ennemi, etc.
      Franchement si vous parlez de France éternelle, essayez d’y croire un peu plus :)


  • Quand Max Gallo en fait trop !
    ( GALOP - TROT marrant non lol les turfistes apprécieront. )

    A l’époque du bouquin " au nom de tous les miens " j’avais marché à fonds. Normal.
    Et depuis j’ai relu avec d’autres yeux et je me suis dit au fil des pages que Martin Gray devrait jouer au loto ( ou aux courses ) car il a une de ces chances tout au long du récit... bingo à chaque page.
    Dommage pour l’incendie de sa maison et la mort de sa femme et de ses enfants,
    emportant leur secret dans la tombe... ( je romance un peu... )


  • #1452340

    "Bring me the pudding !" (R.F.)

     

  • j’écoutais tantôt un extrait de video de lui parlant de son livre
    ce qui m’a frappé c’est son accent
    pourquoi même s’ils sont nés en pologne, ils ont un accent du kibouz plutôt que de pologne ????
    moi qui suis né en France quand je parle une langue étrangère j’ai un petit accent français...étrange

     


    • pourquoi même s’ils sont nés en Pologne, ils ont un accent du kibboutz plutôt que de Pologne ????




      Ce sont les israéliens qui prononcent l’hébreu avec l’accent polonais. La langue hébraïque n’a jamais était prononcé à la manière israélienne de nos jours. Au contraire, à l’origine. la prononciation de l’hébreu ressemblait à celle la langue arabe. De toutes manières les sionistes n’ont rien avoir avec l’hébreu ni avec le judaïsme. Ce ne sont qu’un déguisement.


    • Ce n’est pas parcequ’une vache nait dans une écurie qu’elle peut courir l’ARC de TRIOMPHE .En Europe de l’est , la majorité des juifs ne se mélangeaient pas avec les nationaux ( c’était, peu ouprou la meme chose en Orient, ou au Maghreb ).Leur univers , c’était le ghetto , ou le staedtle, ils vivaient entre eux, se mariaient entre eux, mangeaient entre eux ( les rabbins interdisaient de manger chez les goys), étaient enterrés dans des cimetières juifs, avaient leurs fetes, leurs danses, leur musique , et s’ils parlaient le polonais, ou le russe.. pour commercer , leur langue était le yiddish, sabir mélangeant l’allemand, le russe, le polonais et quelques autres idiomes .Ils n’avaient pas d’amis polonais, ils n’avaient que des clients , et les polonais, qui , pas plus que les autres peuples n’aiment passer pour des jambons, les appréciaient "peu". Ceci explique aussi pourquoi , ils n’en voulaient pas dans les groupes de partisans.Ajoutons à ce tableau que les juifs prètaient l’argent aux polonais , et que souvent , ils se "remboursaient" en nature....


    • L’hebreu était déjà une langue morte et essentiellement liturgique , déjà à l’époque du Christ.Lors de la création de l’état d’israel , les fondateurs ont décidé de reprendre l’hébreu , parce que la langue de la majorité, le yiddish ,était la langue de la servitude ( vieux relent biblique de la fuite d’Egypte . Reprendre l’hébreu en 1947 , c’est un peu comme si les italiens décidaient de se remettre au latin .


  • Des éloges, oui mais :
    Depuis plus de 70 ans ce Monsieur a bien vécu, une chance pour lui !
    Hélas ce ne fut pas le cas pour des millions de gens anonymes victimes de cette guerre quelque soit leur origine,leur nation ou leur croyance .
    Combien de familles entières décimées ?
    Son calvaire n’est pas unique, mais lui a su en tirer profit et en vivre.
    Je sais que je ne vais pas plaire à certains, mais c’est mon opinion !


  • Faisait-il parti de la famille de Dorian ?

     

  • J’ai lu le livre de Martin Gray quand j’avais 13 ans..
    il m a beaucoup influencé..
    je n y ai jamais vu une œuvre politique, mais une philosophie.
    martin Gray ne parle aucun moment de vengeance, de haine ou d’Israël..
    son principal message consiste à dire qu’il ne faut jamais abandonner, garder espoir et lutter pour survivre, de préfèrence sans armes ni violence d’aucune sorte.
    il arrive en France en guenilles et y réussit fort bien.
    on ne l a jamais vu hurler à la télévision où s’indigner en public, il était trop occupé à être positif.

    plutot que la vengeance, Martin Gray applique la revanche, en se reconstruisant , réussissant sa vie,et en perdant sa famille dans un incendie de forêt dans les années 60, il place cette indicible perte sur le même plan que celles dues à la guerre...

    la la perte d’un être cher est irréparable, les conditions de cette disparition sont presque secondaire, seule compte la reconstruction.
    plutot que de chasser le nazi défait avec jubilation, plutôt que de faire de la propagande contre une idéologie heureusement déjà détruite, Martin Gray se consacre à la vie, et le comparer à d’éternels donneurs de leçons serait insultant.
    martin Gray était un type formidable et il faut être bien injuste pour le réduire à sa religion, lui qui était si discret et loin de l’idée politique et religieuse..

    merci Martin, et c’est un goy qui le dit...

     

    • Après avoir presque tout inventé de son parcours écrit par un autre (et en avoir tiré profit), peut-être vaut-il mieux faire preuve de modestie ?
      Il me semble aussi que Monsieur Gray a été accusé d’être un faussaire jusque dans son métier d’antiquaire : exportation "d’antiquités" françaises (des copies refabriquées) aux USA...
      Bref, pas de quoi écrire un dithyrambe.


    • On a les références que l’on nous donne !! ou bien que l’on mérite !! Meme si au final le message est positif , s’il a pour fondation le mensonge , il perd de sa valeur !! C’est comme pour monter à l’échelle : le premier barreau n’est pas celui qui te permettra de voir plus haut ; il y a contribué peut etre , mais faut pas s’arreter là , si tu veux voir la cime de l’arbre !! Eh !! bien "au nom de tout les miens " est comme qui dirait : le premier barreau de l’échelle !!+


    • Toujours plus facile de se remettre d’événements que l’on n’a vécu que dans sa tête pour en faire une histoire bien romancée.

      A l’époque où l’on a beaucoup parlé de lui, j’étais gamin, ça ne m’a pas empêché de ressentir un malaise comme en provoquent les mensonges. J’avais entamé la lecture de la chose que j’ai rapidement mise de côté.
      Trop, c’est trop !

      Quant à ses exploits comme antiquaire, je les ignorais, mais c’est fort intéressant.
      Là encore il s’est pris pour un autre, Maillefert.
      Contemporain, un autre a fait fort, David Stein.


    • A13 ans , il vaut mieux lire Jules VERNE ....pour plusieurs raisons : la première est qu’il ne faut pas mentir aux enfants , ensuite c’est moins nocif pour l’imaginaire, la formation de l’homme que l’on est appelé à devenir . Il faut surveiller les lectures des gosses et ne pas les laisser lire ou regarder n’importe quoi .


  • bon, assez plaisanté, combien qu’on doit ? c’est où qu’on paye ?


  • Deux hommes : même époque, même Best-seller planétaire, même production cinématographique a grand spectacle.
    Vous avez deviné ? Non
    Réponse : Martin Gray et Henri Charrière alias Papillon, analysez comme ils sont en tout point comparables dans leurs écrits.

     

    • Charles Brunier a fait la une de l’actualité en 2005 en déclarant que le livre Papillon, écrit par Henri Charrière et adapté au cinéma sous le même titre en 1973, était le récit de ses propres aventures et non celles de Charrière. S’il est maintenant certain que le récit d’Henri Charrière n’est pas autobiographique, il semble que cet ouvrage soit un amalgame de récits de plusieurs bagnards, que l’auteur a ramenés à la première personne du singulier. À l’actif de Charles Brunier, il existe de fortes similitudes entre le personnage de « Papillon » et l’ancien des FFL, comme son tatouage et son pouce atrophié.


  • L’emploi du terme "shoah" est une pratique récente à but médiatique.
    Je suis né au tout début des années 70, de toute ma scolarité je n’ai jamais entendu ce mot.
    J’ai repris mes manuels de lycée, le mot n’y figure même pas.
    Il n’a tout simplement jamais été utilisé avant les années 90.
    Avant on parlait de "l’holocauste". Un peu fâcheux car il s’agît d’un synonyme de sacrifice ou offrande.
    Ce qui donne tout de même à réfléchir.


  • Mietek Grajewski (Martin Gray) aurait aussi été un membre émérite du NKVD après la guerre, surnommé plus tard "le boucher des chrétiens".

    A vérifier.


  • Saluons ce grand écrivain romancier !!!! ....son imagination débordante nous manquera !!!


  • "L’Histoire, il y a ceux qui la lise, ceux qui l’ecrive et ceux qui la font..." (et ceux qui rajoute des post-productions.)


Commentaires suivants